Étiquette : coaching financier

Avantage fiscal PER : Une fausse bonne idée ? Avec Samy de Ramify

Je parle assez peu du PER (Le plan d’épargne retraite) et notamment de l’avantage fiscal du PER.

Pour une simple et bonne raison.

Tout l’argent versé sur le PER est bloqué jusqu’à la retraite (donc 62 ans au mieux)

Voire beaucoup plus.

Même si il existe des cas de déblocage anticipé (j’en parle plus loin)

Et mon objectif personnel est d’atteindre la liberté financière.

Et donc profiter de mon patrimoine et des revenus passifs associés avant la retraite !

C’est LA raison principale qui explique pourquoi je n’investis pas dessus et que je ne profite de l’avantage fiscal lié au PER

Mais tu n’as peut être pas le même objectif que moi.

Et que pour toi l’avantage fiscal du PER peut être clairement une super option.

avantage fiscal PER

C’est pour cela que j’ai décidé de creuser le sujet dans cet article

Je vais te décrire les gros points fort et point faible du PER ci dessous.

Les points forts du PER

  • Il est possible de déduire 10% de tes revenus annuel sur ton impôt sur le revenu. C’est le principal avantage fiscal du PER
  • Tu peux même le déduire directement de ton prélèvement à la source et donc gagner directement en pouvoir d’achat
  • C’est une enveloppe similaire à une assurance vie en terme de support. Donc tu peux à la fois avoir de l’argent sécurisé (avec le fond euros), des actions en bourse ou en encore des SCPI (avec de bons PER!)

Si tu veux aller comparer les différentes enveloppes fiscales entre l’assurance vie, le PEA et le CTO c’est par ici

Les points faibles du PER

  • L’argent est bloqué jusqu’à l’âge de la retraite. Donc à ce jour 62 ans. Sauf en cas de déblocage anticipée (j’en parle juste après)
  • Il y a des frais de gestion incontournable comme sur une assurance vie.

Les différentes façons de débloquer l’argent sur un PER

Il y a 2 grandes façons de débloquer l’argent sur un PER.

– La « désirable » => L’achat de ta résidence principale

– Les « non désirables » => Tout accident de la vie (divorce, handicap, surendettement etc…)

Donc tu l’aura compris.

Le seul cas de déblocage « désirable » et que tu peux utiliser à bon escient est l’achat de ta résidence principale

Celui qui pourra te permettre d’utiliser les deux bons côtés du PER.

A la fois l’avantage fiscal du PER et l’apport pour ta résidence principale.

Samy Ouerdini, fondateur de la jeune fintech Ramify va expliquer en détail dans cet épisode les points forts et points faibles du PER.

Voici le programme de l’épisode :

  • Présentation du parcours de Samy et de Ramify
  • Explication de la différence entre Assurance Vie et PER ?
  • Avantages et inconvénients du PER ?
  • Est-ce adapté à tous les types de profil ?
  • Pourquoi il est important d’avoir plusieurs type d’envellopes?
  • Explication du private Equity ?
  • Est-ce vraiment réservé aux investisseurs aguerris?

Pour ouvrir un compte sur Ramify tu peux avoir 3 mois de frais offert en passant par mon lien

Si tu veux écouter le podcast directement sur le site tu peux cliquer ici ou ci dessous

Voici un retranscription d’un extrait du podcast ci dessous

Thomas

J’ai deux questions.

On peut y répondre l’une après l’autre mais j’aimerais bien savoir la grosse différence entre l’assurance vie et le PER ?

Et puis après, que tu nous dises les avantages et inconvénients du PER ?

Je te laisse répondre dans l’ordre que tu veux

Samy

Parfait.

Alors l’assurance vie et le PER, ce sont deux mécanismes différents mais qui sont assez complémentaires.

Je vais commencer par expliquer leurs mécanismes.

Et ensuite, je vais expliquer les avantages, inconvénients.

Et aussi, pour qui est-ce que c’est pertinent.

Parce que le PER n’est pas pertinent pour tout le monde, comme tu le dis.

L’assurance vie, la vraie différence avec le PER, c’est que, avant de placer son argent sur une enveloppe type assurance vie, on paie nos impôts.

C’est-à-dire que, je touche mon salaire, prélèvement à la source ou alors paiement d’impôts si je ne suis pas prélevé à la source.

Et ensuite, j’épargne de l’argent.

Donc j’épargne à partir de mon revenu net.

Thomas

Net d’impôts

Samy

La force du PER, c’est de pouvoir placer de l’argent brut.

C’est-à-dire que l’état permet aux épargnants de placer 10% des revenus pour les salariés et 15% pour les indépendants.

Et de placer ce revenu brut dans un PER et ne pas avoir à payer d’impôts dessus.

Thomas

Alors, c’est là où j’aimerais bien clarifier, parce que tu dis le revenu brut.

Mais ça veut dire que de ton salaire directement, tu peux mettre ça sans qu’il y ait d’impôts prélevés?

Ou est-ce qu’il y a un double mécanisme d’impôt qui est que : tu reçois ton salaire, il y a le prélèvement à la source, et ensuite, tu vires sur le PER, et ensuite tu es remboursé ?

Samy

Tu es remboursé

Thomas

Voilà, c’est bien ce que je pensais

Samy

Les deux sont possibles.

Si tu annonces à l’avance à impots.gouv que tu comptes mettre tant cette année sur ton PER, c’est déclaratif.

Tu vois ton prélèvement à la source baisser mécaniquement.

Et ensuite, à la fin de l’année, quand tu fais ta déclaration, il faut justifier – il y a un justificatif à envoyer – que tu as bien mis cette somme là sur le PER.

Donc c’est possible de bénéficier de cet allègement fiscal avant même la fin de l’année.

Avant même d’avoir viré de l’argent sur le PER, c’est ça qui est intéressant.

C’est vraiment du gain de pouvoir d’achat dès aujourd’hui.

Thomas

Oui, c’est ce que j’allais dire.

C’est là selon moi la force et je t’avoue que je n’étais même pas certain de cette information.

Je connaissais cette déduction d’impôt sur le PER.

Mais je ne pensais pas que tu pouvais dès le début le dire aux impôts pour justement, comme tu le dis, ça te permet de profiter de ton argent aujourd’hui, et non pas attendre un an avant d’être remboursé.

Samy

Exactement.

Et en plus de ça, ce qui est encore plus intéressant, c’est que tu peux réinvestir une partie de ton économie d’impôt.

Donc tu épargnes plus pour le même effort d’épargne.

Tu paies moins d’impôts amis les impôts, tu les paieras à la fin.

Et aussi  ce qui est hyper intéressant avec le PER, parce que l’assurance vie, tu as accès au bout de 8 ans à des allègements fiscaux aussi – les deux ont des points positifs.

Le PER, il n’y a pas d’allègement fiscal en sortie.

C’est une fois qu’on ouvre son PER, que ce soit à la retraite ou pour les quelques cas de déblocage, on paie nos impôts.

Donc on est soumis à l’impôt de la période, donc à la retraite, quel est mon TMI, à combien est-ce que je suis imposé ?

Par contre, ce qui est hyper intéressant, c’est de voir que – comment réfléchir à un PER – c’est vraiment l’État (qui) fait un cadeau à l’épargnant.

C’est-à-dire qu’il lui fait crédit de ses impôts à condition qu’ils les investissent.

Et ce qui est intéressant pour les gens.

Parce que c’est très intéressant pour les gens qui sont très imposés.

C’est que, si on prend l’exemple de quelqu’un qui est imposé à hauteur de 40 ou 45% en TMI marginal, cette personne-là va pouvoir épargner beaucoup plus.

Donc 10% de son revenu brut, ça fait quasiment deux fois plus d’argent que si elle le faisait via son revenu net.

Elle paie a peu près 45% d’impôts sur cette tranche-là.

Et en fait, ça te fait deux fois plus d’argent placé sur une période très longue, parce que le but du PER, c’est que tu fasses fructifier jusqu’à la retraite.

Pour des jeunes actifs, c’est au moins 25 ans on va dire.

Et en fait, la différence entre le capital que tu places qui est imposé à l’impôt sur le revenu et les plus-values que tu vas générer qui sont imposées à 30%, à la fin du cycle à la retraite, tu verras que le poids de tes intérêts est tellement supérieur au poids du capital que tu as placé.

Ce sont les intérêts composés.

Et que ta fiscalité va être beaucoup plus allégée à la fin parce qu’une grosse partie de ce que tu as placé sur le PER sera imposé à 30% et pas à l’IR, pas à l’impôt sur le revenu.

Donc il y a ces deux mécanismes-là.

C’est un petit peu compliqué de rentrer dans les calculs mais pour le simplifier.

Pour quelqu’un qui est hautement imposé, qui est dans la tranche 30% – c’est-à-dire qui a commencé à payer pas mal d’impôts – ouvrir un PER très tôt et l’alimenter jusqu’à la retraite, c’est le meilleur moyen de constituer sa retraite.

C’est mieux que l’assurance vie.

Alors bien sûr, il y a des considérations de risques à prendre en compte mais de manière générale, c’est ça les grandes lignes à connaître.

Thomas

D’accord

[Fin de la retranscription]

Pour écouter l’épisode dans son intégralité c’est par ici

Epargne enfant : Les 5 meilleures stratégies pour prévoir l’avenir

Tu as un enfant qui arrive bientôt? Ou tu le vois grandir trop vite et tu te dis : « Le temps passe vite et ce serait pas mal que j’épargne pour mon enfant ».

Car tu dois le savoir mais un enfant ça coûte cher.

De la naissance à l’adolescence ça a un coup non négligeable.

Si il est encore bébé tu peux écouter l’épisode 28 qui donne 7 astuces pour optimiser le budget bébé

Mais après ? C’est encore pire !

Le permis à payer, les études à financer, leur première voiture etc…

Sans compter d’éventuel accident de la vie (que je ne te souhaite pas!).

Bref tout ça pour dire qu’un enfant rime avec « prévision financière pour son futur ».

Et pour ça rien de tel qu’une bonne vielle méthode de gestion de budget qui est :

  • Une épargne en automatique en début de mois pour ton enfant

Tu peux le faire dès sa naissance et c’est même recommandé (j’en parle plus loin).

Car au moins ça t’oblige à épargner pour son futur.

Et cette épargne sera intégré dans tes charges fixes donc tu n’auras jamais à y penser.

Mais ensuite vient les quesitons :

Que faire avec cette épargne automatique ? Où l’envoyer ?

Sachant que l’idée n’est pas de la toucher avant sa majorité (ou quelques années avant)

Je vais donc tout t’expliquer

En te décrivant les 5 stratégies que tu peux mettre en place pour tes enfants.

De la moins rentable à la plus rentable.

Etant papa depuis plus d’un an, j’ai creusé le sujet pour mettre en place personnellement l’épargne pour ma fille dès maintenant.

Je te partage en fin d’article quelle est LA stratégie que j’ai personnellement mis en place.

Si tu es à la recherche de revenus passifs pour toi, tu peux télécharger ton guide gratuit pour générer 7 types de revenus passifs ici.

Disclaimer : Ce contenu ne fait pas l’objet de conseil en investissement. Je ne suis pas reconnu comme un professionnel par l’état mais juste un particulier qui partage son expérience. Investir comporte des risques dont vous êtes le responsable

Pour écouter la version podcast c’est par ici

Stratégie 1 : Les livrets bancaires

Le livret A ou le livret jeune.

Celui que l’on a tous ou tous eu.

Mais qui a un gros problème….

Le rendement ridicule !

Avec 1% en 2022 vous allez perdre de l’argent sur le long terme au vu de l’inflation qui est bien supérieur (environ 3-4% à l’heure où j’écris ces lignes)

Si tu souhaites investir sans risque et que tu veux rester vraiment éloigné des marchés financiers c’est la meilleure solution mais ce n’est pas la plus rentable.

D’autant plus que vu que tu n’as pas besoin de cet argent pendant au moins 15 ans tu n’as pas d’intérêt à le faire dormir sur un livret où le plus gros avantage est la « disponibilité » de cet argent.

Donc selon moi pour les livrets bancaire (malgré la sécurité que cela peut représenter) je dit « next » tout de suite pour l’épargne des enfants.

Stratégie 2 : Le PEL pour l’épargne enfant

épargne enfant

Le PEL est le plan d’épargne logement.

Il est possible de l’ouvrir pour son enfant dès sa naissance avec un virement minimum de 225€ initial et à raison de 540€ / an minimum (soit 45€/mois)

Si l’argent est retiré durant les 4 premières années, le PEL est fermé automatiquement.

En revanche, après 4 ans, il est possible de retirer de l’argent sans le fermer.

L’avantage du PEL est qu’il permettra à ton enfant d’emprunter pour de l’immobilier au taux souscrit l’année de l’ouverture du PEL.

Et comme en ce moment les taux sont bas et si dans 10 ans les taux ont beaucoup remonté cela peut vraiment être une aubaine pour ton enfant.

En revanche, l’inconvénient est que les taux étant justement bas, l’épargne de tes enfants sera très peu rémunéré (1% en ce moment).

Donc potentiellement intéressant pour le futur emprunt mais pas pour faire fructifier cet argent.

Stratégie 3 : Epargner pour ses enfants sur une assurance Vie

Oui ça peut paraitre étonnant.

Mais on peut ouvrir une assurance vie au nom de son enfant.

Et il pourra utiliser cet argent à partir de ses 18 ans.

Tu peux aussi ouvrir une assurance à ton nom et lui donner cet argent à ses 18 ans.

L’avantage d’investir en assurance vie est de profiter de l’aspect « couteau suisse » de ce support.

Car tu pourras à la fois investir en

  • Fond Euros (Peu de rendement mais sécurisé)
  • Unité de compte (donc en bourse et dans l’idéal avec des ETF)
  • En SCPI (pas toutes les assurance vie le proposent donc il faut bien les sélectionner)

Je te compare d’ailleurs les différentes enveloppes fiscales française ici où je détaille un peu plus l’assurance vie.

Tu pourras donc booster le rendement de l’épargne de ton enfant tout au long de tes investissements.

Et le tout avec un seul support tout en pouvant être bien diversifié.

Stratégie 4 : Le Compte Titre Ordinaire

Avec cette stratégie tu choisis plus de risques

Car il sera possible uniquement d’investir en bourse.

épargne enfant

Si tu souhaites être accompagné sur le sujet n’oublie pas que je propose des accompagnement en coaching boursier et que tu peux prendre un RDV de 15 minutes gratuitement avec moi.

Pour l’ouverture d’un CTO pour l’épargne de ton enfant tu auras deux solutions :

  • Un CTO au nom de l’enfant (uniquement possible avec un courtier Français)
  • Un CTO à ton nom (avec des courtiers étrangers)

L’intérêt d’ouvrir un courtier étranger comme trade republic est de pouvoir bénéficier de frais réduit et de programmer tes investissements en automatique.

Je précise tous les avantages de Trade Republic dans cet article

L’investissement en bourse pour ton enfant pour paraitre à première vu « risqué » ou encore pas très « bon père de famille ».

Mais si es convaincu que cet argent est placé pour plus de 10 ans et surtout que tu comprends dans quoi tu investis en bourse, ce placement doit vraiment être étudié pour épargner pour tes enfants.

Car historiquement les actions sont le placement qui a le mieux performé de l’histoire (nette d’inflation) et bien plus que l’immobilier.

Tout cela malgré les crises, krash et autres guerres mondiales.

Bien sûr il ne faut pas faire n’importe quoi et mettre en place les meilleures astuces pour débuter en bourse.

Stratégie 5 : Investir en Crypto

C’est la dernière stratégie que j’aime nommé la stratégie « Tête brulée ».

Car investir en crypto pour soi est une chose (et je le fais!).

Mais le faire pour payer les études de ses enfants est autre chose!

Car le marché en plus d’être beaucoup plus risqué et volatil que le marché boursier, il est surtout très récent.

Le bitcoin ayant été crée en 2009.

Donc dans 20 ans, les cryptomonnaies peuvent effectivement devenir ce qu’est internet aujourd’hui (et donc ton placement aura bien fructifié)

Mais tout peut aussi disparaitre et tu peux perdre tout ton capital !

Et bye bye les études des enfants.

Donc sois très vigilent avec cette dernière stratégie.

Je pense que si tu la met en place il faut que tu sois très bien renseigné sur le sujet et que tu aies des convictions très fortes.

Ma stratégie personnelle pour l’épargne de mon enfant

Personnellement j’ai choisi la stratégie 4 pour ma fille et épargner pour son futur.

Je place un montant régulier sur un ETF monde en investissement programmé avec Trade Republic.

Tout simplement.

Si tu as besoin d’en savoir plus ou que tu veux échanger avec moi de vive voix tu peux prendre RDV ici

Sous location : 500€ de cashflow par mois – Avec Delphine Pinon

Savais tu qu’il est possible de faire de la sous location de manière complètement légale?

Et qui te permet en plus de compléter tes revenus drastiquement.

Delphine Pinon s’en est fait une spécialité dans cette niche de l’immobilier

Elle arrive à dégager en moyenne 500€ de cashflow par mois et par bien.

Et c’est un super levier si aujourd’hui ta situation ne te permet pas d’emprunter auprès des banques pour faire de l’immobilier plus classique.

Si tu veux d’ailleurs en discuter avec moi on peut aborder le sujet lors de l’évaluation financière personnalisée

Voici le programme de cette interview passionnante :

  • Le parcours de delphine
  • Pourquoi la sous location ?
  • Comment convaincre un propriétaire de faire de la sous location?
  • Comment être clean avec la loi et le bail?
  • Les risques liés à la sous location?
  • Les meilleurs conseils pour ceux qui veulent se lancer
  • Quel est sa rentabilité ? Son Cashflow ? Sa marge brute ?

Pour écouter l’épisode dans son intégralité tu peux cliquer ici ou ci dessous directement

Sinon voici une retranscription d’un extrait de l’épisode ci dessous

Thomas : Est-ce que tu peux expliquer simplement aux auditeurs en quoi consiste concrètement la sous-location ? Je précise que c’est quelque chose de totalement légal.

Delphine : Avec plaisir. Quand je sous-loue un bien, je signe un bail dérogatoire avec un propriétaire et je lui paye un loyer.

Le propriétaire m’autorise à sous-louer son appartement sur des plateformes de location de courte durée comme Airbnb, Booking etc.

Ma société, qui a signé le bail avec le propriétaire, génère des revenus avec la marge.

C’est-à-dire la différence entre les revenus générés par les réservations pour des séjours de courte durée, et les différentes charges dont le loyer. 

En général, les gens connaissent bien la sous-location « à l’arrache » autrement dit la sous-location illégale.

C’est celle qu’on fait quand on part en vacances.

Et qu’on sous-loue notre appartement à Paris ou dans une autre grande ville.

D’ailleurs je l’ai fait quand j’étais plus jeune.

Le principe est de mettre son appartement sur les réseaux sociaux pour se faire un petit peu d’argent de poche.

C’est une pratique très réglementée et normalement on ne peut pas le faire sans l’accord du propriétaire.

Cependant, si un bail classique est signé entre un particulier loueur et un particulier propriétaire, on n’a pas le droit de générer plus de chiffre d’affaires que le montant du loyer et ce même avec l’accord du propriétaire.

De ce fait, on ne peut pas en vivre, ce n’est pas fait pour être une activité professionnelle.

En revanche, ce qui fait qu’il s’agit d’une activité professionnelle légale, c’est le fait de l’exercer via une société.

Dans ce cas, c’est la société qui contractualise avec le propriétaire un bail dérogatoire rédigé par un avocat.

Le propriétaire est tout à fait au courant de ce qu’il signe et il nous autorise de son plein gré à exercer cette activité.

Ce bail est dérogatoire donc on n’est pas protégé par le droit classique de la location, ce qui est avantageux pour le propriétaire et moi en réalité.

Le bail déroge au droit classique de la location.

Par exemple, je ne suis pas protégée par la trêve hivernale donc je suis expulsable beaucoup plus facilement.

De plus, le propriétaire peut récupérer son bien quand bon lui semble en respectant bien sûr un délai de préavis prévu dans le contrat.

Thomas : Sous quel délai a-t-il le droit de reprendre son bien ?

Delphine : On demande au propriétaire de respecter un préavis de 3 mois et la société a un délai de 1 mois pour partir.

C’est très pénalisant de devoir annuler des réservations sur Airbnb et sur Booking. 

Si le propriétaire veut récupérer son bien dans un mois alors qu’on a des réservations prévues dans deux ou trois mois, on doit toutes les annuler. 

Thomas : Et ça vous fait des sales notes sur les réseaux.

Delphine : Il n’y a pas de notations en revanche, les algorithmes nous pénalise et il peut aussi y avoir des pénalités financières.

On doit avoir moins d’une annulation sur 100 voyages pour obtenir le statut de « Superhost » sur Airbnb, donc il faut le faire.

Sur un seul bien, on a en moyenne 6 à 7 voyages par mois donc on met plus d’une année à avoir 100 voyages sur un seul bien.

De ce fait, si on annule une réservation, on ne pourra pas obtenir ce label d’excellence sur Airbnb pendant un an.

C’est une des pénalités qu’on a et les propriétaires le comprennent très bien.

On n’ouvre pas les réservations plus de 3 mois à l’avance au cas où ça se produirait, comme ça on ne risque pas d’avoir de pénalités.

La configuration la plus probable dans laquelle on serait amenée de se retirer de cette collaboration.

C’est si ça ne marche pas du tout et qu’on est extrêmement pénalisés financièrement.

On se laisse cette porte de sortie un peu plus favorable.

Parce que le risque c’est qu’on ne puisse pas honorer le loyer pendant une période de préavis plus longue.

On estime que c’est la raison principale qui pourrait nous forcer à sortir de cette collaboration.

Si c’est gagnant-gagnant, il n’y a aucune raison qu’on arrête de faire ce qu’on fait. 

Thomas : Le préavis de 1 mois est le même que ce soit pour ta société ou un locataire classique pour un appartement meublé. Finalement, ça ne change rien pour le propriétaire. 

Delphine : Exactement.

Thomas : Ce n’est pas pénalisant pour lui.

Delphine : Oui. C’est transparent si ce n’est que même en location meublée et même si on arrive à l’anniversaire du bail, c’est compliqué de se débarrasser d’un locataire.

Même si c’est 3 mois et qu’il doit attendre un peu, il n’a pas besoin de justifier quoi que ce soit.

C’est beaucoup plus simple pour lui.

Cela étant, ça peut se négocier aussi.

Si on n’a pas de réservations le troisième mois, on peut très bien lui proposer d’arrêter au bout de 6 semaines ou deux mois pour l’arranger. 

Thomas : La question que je me pose et que beaucoup de gens doivent se poser, c’est comment tu arrives à convaincre le propriétaire de signer un contrat de sous-location.

Comment est-ce que tu lui expliques d’une manière simple que tu vas utiliser son bien pour le sous-louer ?

Comment peut-il accepter ?

Delphine : C’est une des étapes les plus délicates de la sous-location.

Clairement, tous les propriétaires ne seront pas sensibles à la démarche et à l’argumentaire.

On utilise Leboncoin pour les démarcher.

Aujourd’hui, on ne démarche plus de manière proactive.

Mais, quand on le faisait avec mon compagnon qui est le spécialiste de la chasse

On avait mis deux mois à obtenir notre premier « oui ».

Par la suite, on en a eu trois voire quatre autres approbations dans la foulée, mais il nous a fallu attendre 2 mois pour les avoir.

Parfois on n’avait pas de réponses.

Il y a des gens qui nous demandaient si c’était une blague et d’autres qui pensaient que c’était une arnaque.

Je comprends qu’il y ait une certaine méfiance.

Les propriétaires intéressés par l’offre sont attirés par plusieurs choses.

Il y a des propriétaires qui ont loué leur bien en location longue durée et qui se sont retrouvés avec des appartements sales et en mauvais état.

Ces propriétaires-là sont sensibles à l’argument qui dit que, contre-intuitivement, les biens en location courte durée sont mieux entretenus.

Car il y a des professionnels qui viennent toutes les semaines pour le ménage et les petites réparations.

Le propriétaire ne peut pas retrouver son bien avec des joints noirs ou arrachés, une cuvette de toilettes mal fixée ou une chasse d’eau qui fuit.

Ça ne peut pas exister en location courte durée parce que nos voyageurs nous le signalent tout le temps et on fait ce qu’il faut pour que ce soit réglé.

On a une attention au bien qui est supérieure à certains locataires en longue durée.

C’est un premier argument mais encore faut-il que le propriétaire ait déjà été confronté à cette problématique.

Et qu’il ait déjà eu affaire à un locataire pas très scrupuleux et qui rend un bien mal entretenu.

Un peu abîmé par ses animaux, avec des joints de carrelage ou de fenêtres dégradés etc.

Les problèmes liés à la salle de bain sont assez fréquents chez les propriétaires.

En somme, le premier argument qui marche bien c’est le fait qu’on ait une attention particulière à l’entretien du bien.

Thomas : Désolé je te coupe mais c’est marrant que tu dises ça.

Parce que l’argument qui revient souvent contre la location courte durée, c’est le fait que le bien se dégraderait plus vite.

J’ai souvent entendu ça mais je ne l’ai pas personnellement expérimenté.

C’est marrant parce que tu arrives à tourner l’argument d’une autre façon en disant que vous allez au contraire mieux entretenir l’appartement.

De par ton expérience, est-ce que t’as déjà eu la sensation que, malgré le ménage, le bien se dégradait plus ?

Delphine : Oui et non.

Typiquement, il nous est déjà arrivé de nous retrouver avec une cuvette des toilettes cassée.

Il se peut qu’en 18 ou 24 mois, elle va casser deux fois alors qu’elle n’aurait peut-être jamais cassée avec un locataire en longue durée.

Après, là je parle d’une cuvette des toilettes qui coûte 20€.

Les locataires ne vont jamais nous décrocher un ballon d’eau chaude ou je ne sais quoi.

Je n’ai jamais eu de dégradations importantes.

J’ai déjà eu un canapé abîmé mais je pense que le locataire était peu scrupuleux.

D’un autre côté, on s’est aussi rendu qu’il y avait des vrais défauts de conception sur les canapés qu’on avait choisi qui depuis on était pris en charge par le fabricant.

Ces deux facteurs ont joué.

Quand je regarde mes annonces Airbnb, dont les photos ont été prises au moment où on a mis les biens en location, je trouve que les biens sont tout aussi beaux aujourd’hui.

Thomas : Tu ne constates pas de différences ou de grosses dégradations sur un an ou deux. 

Delphine : Non.

On fait faire les vitres de tous nos appartements de manière professionnelle plusieurs fois par an et quand il y a des jardins, on les fait entretenir.

On est obligés d’être scrupuleux.

Si on veut gagner de l’argent, on doit fournir le service qui va avec et maintenir un certain standing.

Il ne faut pas se le cacher mais il y a plusieurs années, quand je louais mon appartement sur Airbnb, les voyageurs comprenaient qu’ils séjournaient dans le logement de quelqu’un.

Aujourd’hui, c’est tellement professionnalisé qu’ils se sentent plus comme à l’hôtel.

Ils ont un niveau d’exigence très élevé.

Par exemple, dans l’un de mes biens, des locataires m’ont signalé que les matelas étaient un peu fatigués.

On a alors appelé le propriétaire et on les a changés parce qu’on doit maintenir une certaine qualité.

Les matelas de chez Ikea ne coûtent pas excessivement cher.

Le propriétaire de cet appartement garde son bien tous les étés, c’est sa résidence secondaire.

Je lui ai donc demandé s’il voulait investir dans de nouveaux matelas ou s’il préférait qu’on s’en charge directement.

En sachant qu’en contrepartie, on repartirait avec si on est amené à ne plus travailler ensemble.

Ce qui me paraît normal.

Dans ce cas-là, on devrait aussi trouver un endroit où les stocker.

Finalement, le propriétaire a bien voulu acheter les matelas qu’il songeait déjà à remplacer de toute façon.

Le problème était réglé en 10 jours.

Avec la plupart des propriétaires, ça se passe très bien.

C’est le genre de choses qui n’arrivent presque pas en location meublée de longue durée.

Notre société se soucie de la qualité de prestation pour le voyageur.

Dès que les propriétaires viennent récupérer leur bien, je suis heureuse et fière de pouvoir leur présenter un appartement bien entretenu.

Alors que plusieurs voyageurs y ont séjourné pendant 10 mois.

Thomas : C’est clair.

Ils devraient mettre des commentaires pour que tu puisses démarcher de nouveaux propriétaires.

Delphine : Ça c’est le premier argument.

Le deuxième argument c’est évidemment la facilité de se débarrasser du locataire.

Tous les propriétaires qui ont déjà eu des emmerdes avec des locataires qui ne payaient pas leurs loyers et qui ne quittaient pas l’appartement y sont sensibles. 

Thomas : Tu touches la corde sensible.

Delphine : C’est un sujet hyper sensible.

Légalement parlant, la procédure pour obtenir une expulsion est sans commune mesure.

Parce que c’est une entreprise qui loue avec un contrat de droit privé.

Je ne suis protégée par rien ni en hiver, ni en été.

De plus, il faut comprendre que ce n’est pas mon logement principal.

Les juges du Tribunal de Commerce n’ont pas de scrupules.

On n’est pas en train de déloger une famille en plein hiver.

Ce genre d’argument peut convaincre les propriétaires mais, encore une fois, c’est d’autant plus pertinent s’ils ont déjà été confrontés à ce genre de situation. 

Le troisième argument qu’on pourrait avancer concerne les propriétaires qui ne mettent pas en location des biens locatifs mais des résidences secondaires.

On est déjà tombé par hasard sur des gens qui tentaient de faire de la semi-location.

Ou qui s’essayaient à la location courte durée mais qui perdaient beaucoup de temps à le faire parce qu’ils n’avaient pas automatisé le système.

Ce sont des gens qui ont cherché à faire de la location courte durée par eux-mêmes mais qui jugent cette activité trop chronophage.

D’autres personnes ont une résidence secondaire mais ils savent qu’ils n’y vont que l’été et qu’ils doivent trouver des locataires chaque année pour 10 mois et nous, on arrive tels des héros.

On a aussi une formule hybride, c’est-à-dire un forfait où les gens ont accès à un certain nombre de jours de location de leur bien pendant l’année.

[Fin de la retranscription]

Avis Homunity : Nouvel eldorado de l’immobilier papier ?

De nouvelles façons d’investir dans l’immobilier voient le jour. Parmi elles, il y a le crowdfunding immobilier. Voici mon avis sur Homunity, la plateforme numéro un du crowdfunding immobilier en France.

Je mentionnais déjà cet investissement dans mon guide pour les revenus passifs téléchargeable gratuitement ici

Pour visiter leur site ou ouvrir un compte c’est par ici

Suite à l’interview de Quentin Romet, le PDG de Homunity que tu peux retrouver dans l’épisode 41 du podcast, j’ai moi même investi sur cette plateforme.

Et je vais tout te raconter de A à Z.

Du principe du crowfunding à mon expérience sur ce nouveau type d’investissement immobilier

Disclaimer : Ce contenu ne fait pas l’objet de conseil en investissement. Je ne suis pas reconnu comme un professionnel par l’état mais juste un particulier qui partage son expérience. Investir comporte des risques dont vous êtes le responsable

Si tu veux écouter la version du podcast c’est par ici

Le crowdfunding immobilier : Késako ?

Tu dois certainement connaître le crowdfunding pour un projet d’entreprise ou encore musical

Où le principe consiste à réunir des fonds de particuliers pour financer un projet.

Et en contrepartie, ces particuliers (investisseurs) reçoivent des cadeaux ou récompenses.

Et bien avec le crowfunding immobilier c’est pareil !

Mais pour financer des constructions immobilières (que l’on appelle aussi de la promotion immobilière)

Le principe est simple.

Un promoteur immobilier a besoin d’argent pour financer un projet immobilier

Il va donc à la banque demander un emprunt.

Mais la banque lui demande un apport.

Comme elle te le demanderait quand tu veux acheter un bien immobilier (en général à minima les frais de notaire)

Et puisque l’on parle d’apport conséquent (plusieurs millions d’euros), le promoteur n’a pas cette trésorerie de dispo.

Ou du moins il ne veut pas l’utiliser pour ça.

Il fait donc appel aux particuliers pour lui financer cet apport.

Grâce à cet apport, le promoteur immobilier arrive avec du « cash » à la banque et peut demander un emprunt plus conséquent (avec l’effet de levier) pour financer son projet global.

Et nous en tant que particuliers, nous l’aidons à financer cet apport.

Le promoteur rémunère très bien (jusqu’à 10%) cet apport car cela représente une partie infime de son financement.

Et cet apport là lui permet d’emprunter à la banque 90% du financement restant mais à un taux bien meilleur (aux alentours de 1% d’intérêt en ce moment)

Une fois que le projet de construction est terminé (donc que les appartements / maisons construites sont vendus), le promoteur reverse le montant investi plus les intérêts à l’investisseur particulier

avis homunity

Et ce sont ces intérêts qui vont constituer le rendement de cet investissement.

Les rendements varient entre 8 et 10% annuels et avant impôts

Et Homunity communiquent un rendement moyen de 9,2% annuel.

Que fait Concrètement Homunity ?

Homunity est l’intermédiaire entre les promoteurs et les investisseurs particuliers.

Car aujourd’hui à part si tu as des contacts privilégiés avec des promoteurs immobiliers tu ne peux pas aller leur demander directement de financer leur projet.

Homunity est donc le tiers de confiances qui :

  • Sélectionne les projets de promotion immobilière avec sérieux
  • Met en relation Investisseur et promoteur pour permettre l’échange
  • T’accompagne sur cet investissement en cas de question

Les frais

Homunity ne prend aucun frais à l’entrée ni à la sortie pour les investisseurs

Et aucun frais de gestion.

C’est donc transparent pour l’investisseur

Si c’est gratuit c’est que le produit c’est toi non?

Autrement dit comment se rémunère t-il ?

Ils prennent un pourcentage sur le montant global de la collecte des particuliers avant de la reverser au promoteur.

Donc pour toi en tant que particulier ça ne représente qu’une infirme proportion de ce que tu as versé.

Et ce pourcentage est pris sur la marge du promoteur.

Donc en gros c’est sans frais pour toi.

Car au moment où Homunity te reverse ton capital et tes intérêts tu retrouve le total de ton capital (plus les intérêts évidemment).

Mon Avis sur les risques d’Homunity?

Comme tout investissement, le crowdfunding immobilier est un placement à risque dont la liquidité n’est pas garanti.

Voici les risques principaux liés à l’investissement en crowdfunding immobilier

  • La faillite du promoteur : C’est un risque plutôt bien maitrisé par Homunity. Car les promoteurs sont sélectionnés au peigne fin pour limiter au maximum le risque. A la fois de faillite du promoteur mais d’éventuelles difficultés financières
  • La faillite de la plateforme de crowdfunding : Ce serait tout simplement la faillite de Homunity. Mais ils ont des assurances qui permettent de protéger l’investisseur en cas de faillite
  • Le risque que le projet immobilier financé n’aboutisse pas ou rencontre des complications (A noter que si des retards sont constatés dans les travaux, les intérêts seront plus importants pour toi)

Tous ces risques là représentent le taux de défaut de la plateforme.

C’est à dire la probabilité que tu ne retrouves pas ton capital investi ou du moins une partie.

Sachant que même si il y a un problème lié à un des risques ci dessous tu pourra toujours retrouver une partie du capital

A ce jour (en Avril 2022), Homunity a un taux de défaut de 0% ce qui veut dire qu’ils n’ont jamais manqué un seul remboursement à leurs investisseurs particuliers.

Et cela après après avoir financé plus de 380 Millions d’euro de projet immobilier pour plus de 300 projets immobilier.

Je t’invite à aller consulter leurs statistiques à donner le tournis ici

Comment investir concrètement ?

Etape 1 : Créer ton compte

Tu te rends sur le site de Homunity et et tu peux créer un compte (gratuitement).

Car sans compte tu ne pourras pas consulter les projets.

Etape 2 : Sélectionner un projet

Une fois crée tu peux consulter les projets en cours de financement ou à venir.

Tu auras un certain nombre de détail sur :

  • Le projet (Localisation, programme, commercialisation, finances etc…)
  • Le promoteur
  • Les documents liés à l’opération de promotion immobilière

Tu peux aussi échanger avec une personne d’Homunity de vive voix si tu as des doutes ou des questions.

Etape 3 : Faire un versement de 1000€

Une fois que tu as choisi ton opération, tu peux faire un virement sur ton compte Homunity d’au moins 1000€.

Car c’est le ticket d’entrée minimum pour financer un projet chez Homunity.

Et chez tous leurs concurrents

Tu peux également leur passer un coup de fil pour qu’ils répondent à tes questions et que tu puisses investir sereinement .

Tu peux trouver leur numéro dans leur pied de page de leur site

Etape 4 : Suis ton investissement

Une fois que tu as choisi ton projet et investi, tu peux suivre l’intégralité du projet dans ton espace investisseur

Tu pourras suivre notamment l’avancé des grandes phases du projet immobilier (des études préalables à la fin des travaux)

L’accompagnement d’Homunity

avis homunity

Personnellement j’ai réellement apprécié leur accompagnement

Car ce sont eux qui m’ont téléphoné pour savoir si j’avais des questions ou des blocages.

Et ils ont répondu à toutes mes interrogations et mes doutes.

Notamment sur les risques liés à cet investissement

J’ai été rassuré de voir qu’ils maitrisaient vraiment la plupart des risques.

Et j’ai mieux compris pourquoi ils avaient un taux de défaut de 0% après bientôt 10 ans d’existence.

La fiscalité

Les intérêts sont imposés à 30% donc à la flat taxe.

Ils sont prélevés directement par la plateforme et envoyé à l’administration fiscale

C’est donc un gros point positif car cela t’enlève une grosse démarche à réaliser sur cet investissement.

Tu n’as donc rien à faire d’un point de vue fiscal.

Rien à préciser dans ta déclaration annuelle car c’est prélevé directement.

Résumé : Mon Avis sur Homunity

Globalement mon avis est très positif sur la plateforme Homunity,

Le rapport rendement / risque / passivité est un des meilleurs que j’ai pu connaitre jusqu’à présent.

Pour résumer on a un rendement moyen de 9% avec un risque très maîtrisé sur un placement immobilier.

Et surtout sans les contraintes liés à l’immobilier tel que le suivi des travaux, la gestion des locataire etc…

Le seul inconvénient est la liquidité limité.

Dans la mesure où l’argent est bloqué pendant 1 à 3 ans.

Mais c’est un inconvénient relatif car dans tout investissement immobilier, la liquidité n’est pas le point fort.

Pour l’immobilier physique ou les SCPI il faut en général minimum 5 ans pour que ce soit intéressant et rembourser les frais d’entrée.

Donc pour résumer voici les avantages et inconvénients sur mon avis pour Homunity

Avantages

  • Pas besoin d’emprunt bancaire
  • Investissement accessible à tous quelques soit ta situation (pas de CDI, Intérim etc…)
  • Rendement très intéressant (9% avant impôt)
  • Fiscalité simplifiée
  • Aucune contrainte liée à l’immobilier en direct (Pas de travaux à suivre, pas de gestion de locataire etc…)
  • Taux de défaut de 0% pour Homunity
  • Un accompagnement et des équipes à l’écoute et très réactive

Inconvénients

  • Une liquidité limité. L’investissement est bloqué pendant la durée du projet immobilier soit de 12 à 36 mois suivant le projet choisi
  • Forme d’investissement relativement récente (10 ans environ)

Voilà pour mon avis sur Homunity.

Si tu souhaites ouvrir un compte je t’invite à te rendre sur leur site ici et leur préciser que tu viens de ma part 🙂

Gestion budgétaire : Mes 3 pires erreurs

Malgré le fait que je sois coach budgétaire, j’ai pu réaliser un certain nombre d’erreur sur ma gestion de budget.

Et je vais te partager mes 3 plus grosses erreurs.

Celles qu’il faudrait que tu évites aussi pour la gestion de ton budget.

Je ne vais pas parler des erreurs de gestion de budget les plus courantes que je vois en coaching budgétaire par exemple.

Si tu veux les voir je décris tout dans l’épisode 22 du podcast ou dans cet article.

Dans cet article je vais te parler uniquement de mon vécu et de mes plus grosses erreurs de gestion de budget

Si tu veux écouter la version podcast tu peux cliquer ci dessous

Vouloir « trop » économiser sur la gestion budgétaire

gestion budgétaire

Il est important d’économiser.

C’est même le nerf de la guerre si tu veux accomplir tes objectifs financiers et épargner pour investir

Mais certaines fois vouloir trop économiser peut s’avérer être une belle erreur et coûter bien plus cher que l’économie que l’on pense faire.

Je vais te donner mes exemples les plus récents sur cette erreur et mes deux sales expériences

Anecdote n°1 : Le Lave Linge

La première avec un lave linge.

Je l’ai acheté sur le bon coin pour 100€.

Dans une sorte de magasin qui reprenait les laves linges, les réparer puis les revendait (avec une belle marge j’imagine).

Il a testé la machine sous mes yeux et bien évidemment tout allait bien.

Car on n’a pas attendu le cycle complet (environ 5 minutes).

Sauf que dès la première machine à la maison, elle s’est mis à fuir au bout de 1h….

Je me suis rendu compte qu’il manquait un joint d’étanchéïté et le vendeur s’est est bien gardé de m’en parlé.

Malgré un coup de fil virulent avec le vendeur, rien à faire je me retrouve avec une machine à 100€ qui fuit chez moi.

J’achète donc des pièces sur internet et fait la réparation moi même.

50€ de pièce + 2h de travail.

Mais la machine marche.

Après 1 an d’utilisation, elle refuit une fois sur 2….

La machine neuve à électro dépôt coutait 230€ (et ce n’est pas le premier prix)

Donc l’économie que je pensais faire en achetant de l’occasion était une bien mauvaise idée.

Finalement pour 80€ de plus j’ai quelque chose de neuf, qui ne fuit pas, que je garde dans le temps

Et qui me fait gagner beaucoup de temps et éviter du stress.

Anecdote n°2 : Le lave vaisselle

Arrivé sur Avignon, on tente une nouvelle fois l’achat d’occasion avec un lave vaisselle vendu cette fois ci par un particulier sur le bon coin.

Ce n’était donc pas un magasin douteux mais bien une particulière qui avait l’air très honnête.

Arrivé à la maison, j’essaie de la brancher…

En Vain…

J’arrive à la faire fonctionner une fois mais l’écran est illisible et la machine ne fait jamais un cycle complet.

J’essaie de rappeler la bonne femme.

Je tombe sur répondeur….

Et l’annonce a disparu.

Je me sui fait tout simplement arnaquer.

Alors qu’un lave vaisselle neuf à électro dépot c’est 250€.

Donc pour 150€ de plus, j’aurai eu quelque chose de neuf, fiable, avec garantie et j’aurai éviter du stress et des aller retours inutiles…

gestion budgétaire

Garder trop d’épargne de précaution

C’est une erreur fréquente pour la plupart des gens qui ne s’intéresse pas à l’investissement car ça leur fait peur.

Mais une fois que tu as atteint ton épargne de précaution, il faut absolument investir cet argent.

Car laisser trop d’épargne sur ton livret A va t’appauvrir.

Et ça j’ai mis beaucoup de temps à le comprendre.

Cela est simplement dû à l’inflation.

L’inflation c’est l’augmentation des prix à la consommation et qui engendre une dépréciation de la monnaie.

Pour faire simple si l’inflation est de 2% et que le rendement de ton livret A est de 0,75% ton épargne se déprécie de 1,25%

Même si il est primordial d’avoir ton épargne de précaution sur un livret bancaire il faut éviter de trop en avoir.

Et investir ton surplus.

Je t’explique dans ce guide 7 façons de créer tes premiers revenus passifs avec ton épargne

Ne pas avoir d’objectifs financiers clairs

Target audience identification. Brand consumers, loyal customers analysis, marketing survey. SMM experts analysing intended audience groups. Vector isolated concept metaphor illustration

Cette erreur je l’ai traîné comme un boulet sans le savoir pendant quelques années.

Car comme je le répète souvent, si on ne sait pas pourquoi épargner on ne fera rien pour épargner.

Donc on ne gère pas son budget, on consomme n’importe comment etc…

Par exemple à mon retour de voyage en Amérique du Sud en 2015, je n’avais pas d’objectif clair.

Donc je dépensais tout mon salaire jusqu’à qu’il y en ait plus

Mais cela ne me rendait pas plus heureux car la plupart des dépenses étaient futiles et ne m’apportaient rien.

Une fois que j’ai eu un nouvel objectif (Epargner pour un appart) tout s’est éclairci dans ma tête.

Et j’ai eu une motivation supplémentaire pour gérer mes finances.

Avoir des objectifs financiers clairs alignés avec ses objectifs de vie est primordial.

A la fois pour tes finances mais aussi pour ton état d’esprit.

Un exercice simple peut être de se poser la question suivante :

Ou je souhaite être dans un an ?

En fonction de la réponse tu pourras aligner ton budget et ton épargne avec tes objectifs de vie.

Voilà pour mes 3 pires erreurs de gestion budgétaire

J’espère que tu pourras éviter de les faire à ton tour.

Dis moi en commentaires quelle est TA pire erreur en matière de gestion budgétaire ?

Débuter en bourse : Les 7 meilleures astuces

Si tu souhaites débuter en bourse, il vaut toujours mieux se former avant de démarrer.

Que ce soit un livre à lire , des articles comme celui ou un coaching, apprendre quelques astuces et bonnes pratiques peut t’éviter quelques erreurs qui peuvent coûter cher quand tu débutes en bourse.

Car si aujourd’hui tu maîtrises bien tes finances et souhaites faire grossir ton épargne tu as dû comprendre qu’avec l’inflation qui est là, l’argent sur ton livret A va t’appauvrir à petit feu.

Malgré l’augmentation prévue du taux du livret A à 1%, cela reste inférieur à l’inflation

Il faut donc placer son argent.

La bourse étant un des placements les plus connus et les plus anciens il est important d’y mettre le nez dedans.

Il y a certes un risques (comme tout placement qui est rentable) mais c’est aussi le plus performant de ces 30 dernières années si on vise le long terme.

Si tu souhaites débuter en bourse, voici un petit guide qui va t’expliquer les 7 astuces que tu peux mettre en place dès maintenant

Pour écouter la version audio et podcast tu peux cliquer ci dessous :

Disclaimer Je ne suis pas un conseiller en investissement. Je suis un particulier qui partage son expérience et ses connaissances. Investir comporte des risques dont vous êtes responsable.

Débuter en bourse en investissant sur le long terme

En bourse tu peux faire 2 choses :

Investir ou / et spéculer.

Investir cela signifie étudier bien les entreprises et investir dans les actions car tu crois dans la capacité de l’entreprise à générer des bénéfices sur le long terme.

Quelque soit les conditions de marché.

Investir c’est apporter ton soutien durablement à une entreprise pour qu’elle puisse se dévelloper.

Spéculer c’est essayer « d’acheter bas » pour revendre plus haut dans un laps de temps plus ou moins court.

Spéculer c’est essayez de surfer sur une tendance pour en tirer un profit.

On parle aussi de trading intraday (si les achats / vente sont fait sur la journée) ou position trading (achat / vente fait en quelques mois d’intervalle).

Dans tous les cas quand on « spécule », l’idée est de pouvoir tirer profit du marché et donc d’essayer de « timer le marché » à savoir rentrer le plus bas possible pour revendre le plus haut possible.

Quoiqu’il en soit et si tu comptes débuter en bourse, je te déconseille d’essayer de « timer » le marché et de jouer à spéculer ou à trader.

Tu peux y arriver et certains y arrivent très bien.

Mais beaucoup aussi se brûle les ailes en essayant d’être plus malin que le marché.

De plus, essayez de trouver les « bons coups » demandent énormément de temps pour les trouver, se renseigner etc…

D’après les statistique des l’AMF, 89% des particuliers qui se mettent au trading perdent de l’argent.

Et j’ai envie de dire c’est normal.

Car trader est un métier.

Cela ne peut pas s’improviser pendant tes pauses café du bureau.

Et en face tu affrontes les meilleurs du monde et même des robots.

C’est pourquoi personnellement je pense qu’investir sur le long terme est selon moi une des meilleurs stratégies car :

  • ça prend moins de temps
  • Tu prends moins de risques
  • Tu investis dans le potentiel réel d’une entreprise
  • Si tu es convaincu de ton investissement, le temps fera le travail à ta place
  • Historiquement et sur le long terme, la bourse a été le placement le plus performant

Comprendre dans quoi tu investis

C’est un des conseils les plus connus donnés par Warren Buffet.

« Comprendre ce que fais l’entreprise dans laquelle tu investis ».

Et si c’est un ETF, comprend bien l’indice qu’il suit (à la fois les secteurs et l’exposition géographique).

Quelque soit ta stratégie (action en direct ou ETF), comprendre dans quoi tu investis reste le plus important.

C’est comme en immobilier, il faut investir dans un secteur que tu connais.

En bourse c’est pareil, si c’est une action en direct il faut que tu comprennes le business de l’entreprise.

Et si c’est un ETF que tu saches quelles sont les entreprises qui composent l’ETF (à minima).

Et comment fonctionne l’ETF (réplication physique ou synthétique)

Pour faire le parallèle avec l’immobilier, imagine toi signer pour un investissement dans un pays que tu ne connais pas, une ville que tu connais pas.

Et que tu n’as jamais eu le temps d’étudier.

C’est la même chose avec un ETF ou une action en bourse.

Donc prend le temps d’étudier l’entreprise , les chiffres, les ratios financier et d’autres éléments si tu choisis une action en direct

Et si c’est un ETF assure toi de comprendre quel indice il réplique, de quoi il est composé, les frais associés etc…

Comme pour beaucoup d’investissement, si tu veux maîtriser ton risque au mieux il faut faire un minimum de travail de recherche et de formation pour comprendre ce que tu fais.

Etre discipliné et focalisé sur sa stratégie

Cela rejoint l’astuce n°1.

Car si tu investis sur le long terme il faut que tu définisses une stratégie.

Mais surtout que tu t’y tiennes (Et c’est le plus dur!)

Même si quand tu vas débuter en bourse, tu peux commencer par une stratégie puis la changer (ça m’est arrivé aussi plein de fois).

L’important est de pouvoir définir sa stratégie au plus tôt et s’y tenir pour avoir les résultats que l’on recherche.

Etre focalisé sur sa stratégie peut quand même t’autoriser à faire des arbitrages de temps en temps et de te laisser une certaine marge de manœuvre.

J’ai tendance à encourager le passage à l’action plutôt que le statut quo.

C’est à dire au début, avec des faibles sommes, tu peux débuter en bourse sans forcément de stratégie.

Mais il est important que tu en définisses une très vite après avoir démarré.

Je dis ça car le simple fait de mettre ses premiers euros en bourse même si tu n’a pas de stratégie va te te donner de l’intérêt sur ce placement car tu auras mis du « vrai argent ».

Et cela te forcera à te former et à définir une stratégie.
débuter en bourse

Investir l’argent que tu es prêt à perdre

Encore une astuce qui devrait être une règle absolu.

Avant d’investir et comme je le répète souvent notamment dans l’article « Epargne de précaution », tu ne dois jamais investir tant que tu n’as pas une épargne de précaution solide.

En général, il est recommandé d’avoir au moins 3 à 6 mois de salaire sur un livret disponible en cas de coup dur.

A toi de voir si avec 3 mois de salaire tu te sens à l’aise ou si tu as besoin de plus.

Ça dépend aussi de ta situation.

Par exemple, si tu es propriétaire de ta résidence principale, que tu as 3 enfant, 2 voitures et un chien il te faudra une plus grosse épargne de précaution qu’un célibataire sans enfant, sans animal et qui est en location

Une fois que tu as cette épargne de précaution bien solide, tu peux te lancer dans l’investissement.

Et c’est même important de le faire (quelque soit l’investissement) .

Car en plaçant trop d’économies sur ton livret A, tu vas t’appauvrir à cause de l’inflation qui est supérieur au rendement de ton livret bancaire.

En bourse, en général il faut que tu comptes 5 à 10 ans où tu ne devrais pas avoir besoin de ton capital si tu veux profiter des avantages fiscaux de certains support (PEA et Assurance notamment présentés ici).

Et aussi pour minimiser tes risques de pertes.

Car en bourse historiquement, plus l’investissement est long, plus les chances de perdre de l’argent diminuent.

Il y a même des statistiques qui ont prouvé que si tu investis sur plus de 20 ans en bourse ton risque de perte en capital peut être inférieur à 1%

Se former avant de débuter en bourse

Avant d’aller sur les marchés boursier une autre règle fondamentale est de se former.

Comme pour l’immobilier, comme pour le budget, comme pour n’importe quel compétence que l’on n’a pas appris à l’école.

La formation te permettra d’éviter de faire des bêtises.

De profiter de l’expérience des autres qui ont fait les erreurs à ta place avant.

Tu peux tout apprendre tout seul en regardant youtube et en lisant des bouquins mais c’est chronophage en temps.

Si tu veux aller plus vite, tu peux suivre des formations en ligne ou encore te faire accompagner.

J’en profite pour faire mon auto promo :-).

Car je propose des sessions de coaching boursier à la séance ou sur plusieurs mois.

Si tu veux en savoir plus c’est par ici.

Je peux t’accompagner sur le choix de ton enveloppe fiscale (PEA, Assurance ou CTO) , sur le type d’actifs, le type d’action ou ETF qui constituera ton portefeuille.

Et surtout la stratégie à automatiser pour que cela te prenne le moins de temps possible.

débuter en bourse

Choisir le bon support

Comme détaillé dans l’article Assurance vie VS PEA VS CTO, il faut que tu choisisses le support d’investissement qui va correspondre à ta situation et ta stratégie.

Si tu as beaucoup de capital et que tu veux vivre de tes dividendes tout de suite, le CTO sera certainement le plus adapté.

Par contre si tu démarres et que tu veux capitaliser ton épargne sur le long terme, le PEA Ou l’assurance vie sera peut être plus fait pour toi (sans forcément négliger le CTO).

L’important est de bien comprendre la différence entre ses supports et d’investir sur celui qui te correspond le mieux.

Et si tu utilises plusieurs supports, il faut éviter les doublons.

Par exemple, si tu prendre un ETF monde sur ton assurance vie évite de le prendre sur ton PEA.

Ou encore si tu utilises un ETF Monde évite de prendre un ETF S&P500.

Car l’ETF monde est composé à 70% d’action Américaines (et donc du S&P500).

L’idée comme souvent est d’avoir un portefeuille diversifié pour limiter ton risque.

A la fois géographiquement mais également sectoriellement.

Eviter de payer des frais inutiles

Cette astuce est tellement primordiale selon moi que je vais la sous détailler en 2 parties

Les frais de gestion : Le piège quand tu vas débuter en bourse

C’est selon moi l’astuce LA plus importante mais qui n’est mis en avant par aucun professionnel de la finance .

Normal c’est ça qui les fait vivre :-).

Mais les frais que tu payes à tous ces intermédiaires sont ceux qui vont ralentir ta performance.

Ralentir les effets composés de ta performance.

Et surtout enrichir des intermédiaires sur le long terme.

Alors que si tu te formes, tu payes aujourd’hui pour comprendre comment ça marche et les frais seront dans ta poche.

Selon une étude de l’AMF, en moyenne 54% de la performance des épargnants partent en frais dans la poche des différents intermédiaires.

Je pense notamment aux banques traditionnelles en priorité qui prennent des frais démesurées sur des enveloppes tels que le PEA , le CTO ou l’assurance vie.

Mais certaines assurance vie en direct prennent aussi de gros frais.

Et aussi je pense à certains conseiller en gestion de patrimoine qui prennent leur part du gâteau avec des rétro commissions.

Quelque soit l’enveloppe et le courtier choisi prête une attention particulière aux frais de gestion qui peuvent vraiment impacter ta performance.

Les frais de courtage

Ce sont d’autres frais à ne pas négliger qui vont dépendre du courtier que tu vas choisir.

Par exemple, sur le CTO il y a beaucoup plus de choix avec des frais beaucoup plus faibles.

On peut citer Trade Republic, trading 212 et Degiro parmi les plus intéressants du marché 

Si tu souhaites démarrer avec des actions gratuites :

Pour le choix du courtier, même si le montant des frais de courtage est important il ne faut pas se focaliser uniquement la dessus.

Voilà pour ces 7 astuces à appliquer pour débuter en bourse.

Dis moi en commentaire quel est selon toi L’ASTUCE à ne pas négliger quand tu démarres en bourse.

Si tu souhaites allez plus loin on peut échanger sur ta situation avec un RDV gratuit ici

Et tu peux écouter la version podcast directement ici.

Enveloppe Fiscale : Assurance Vie VS PEA VS CTO

Si tu veux investir en bourse en étant résident fiscal Français, il faut que tu choisisse ton enveloppe fiscale

Tu auras le choix entre les 3 suivantes

  • L’Assurance Vie avec les unités de compte
  • Le PEA
  • Le Compte Titre Ordinaire (aussi appelé CTO)

Les 2 premières étant des enveloppes fiscales réputés en France mais nous allons voir qu’il ne faut pas non plus négliger le compte titre.

C’est parti donc pour le match entre les 3 enveloppes fiscales.

Si tu veux discuter de ce sujet avec moi de vive voix en fonction de ta situation, le premier RDV de 15 minutes est gratuit

Pour aller plus loin sur les revenus passifs et apprendre 7 façons de générer tes premiers revenus passifs, tu peux consulter mon nouveau guide ici.

Pour écouter la version podcast tu peux cliquer ci dessous

L’assurance Vie : L’enveloppe fiscale préférée des Français

Pour la simple et bonne raison que c’est l’enveloppe fiscale la plus connue

Et surtout car on peut investir sur le fond euros.

Car à ce jour, le fond euros est le placement garanti avec le meilleur rendement .

Même s’il s’affaibli d’année en année et qu’il est dorénavant inférieure à l’inflation (début 2022)

En 2022, on peut espérer entre 1 et 1,5 % de rendement avec le fond euros.

Mieux que le livret A mais moins bien que l’inflation.

A part le fond euros, sur cette enveloppe fiscale, on peut investir sur ce qu’on appelle des unités de compte (UC).

Ce sont simplement des supports pour investir en Bourse.

Et il y aura plus types d’UC. Voici les principales :

  • Fond d’investissement
  • ETF
  • Actions en direct
  • SCPI

La plupart des Assurances vie proposeront des UC avec Fond d’investissement et actions et quelques ETF.

Mais peu proposent des SCPI ou un large choix d’ETF.

D’où l’intérêt de bien choisir son courtier en assurance vie.
enveloppe fiscale

Concernant la fiscalité, l’assurance vie permet de payer moins d’impôt sur ses plus values après 8 ans.

Le calcul est assez complexe car la loi a changé depuis 2017 et suivant de quand date tes versements, le calcul peut devenir assez complexe.

Si tu veux plus de détail, regarde ce tableau là

Mais en gros si tu retires de l’argent avant les 8 ans tu payeras la flat tax soit 30 % sur ta plus value.

Après 8 ans tu auras aucun impot sur ta PV dans la limite de 4600€/ an (9600€ pour un couple) de plus value et ensuite tu payeras 24 % sur ta PV.

Il faudra quand même payer la CSG (17,2 % de la plus value).

Selon moi le gros avantages de l’assurance vie (mise à part la fiscalité) est son aspect « couteau suisse » de l’investissement.

Car on peut investir à la fois sur

  • Les marchés financiers (Actions et ETF)
  • De l’immobilier papiers (SCPI)
  • Des fonds euros (capital garanti).

Voici un résumé des avantages et inconvénients de cette enveloppe fiscale :

Avantages

  • Faible imposition au bout de 8 ans
  • Liquide (retrait possible sous 48h sans clôturer le contrat)
  • Possibilité d’intégrer des SCPI
  • Avoir un portefeuille diversifié en classe d’actif avec un seul support (Actions, Immobilier papier, Fond euros)
  • Imposition intéressante pour la succession
  • Aucun plafond de versement
  • Possibilité d’ouvrir plusieurs Assurance vie par personne

Inconvénient

  • Frais de gestion obligatoire sur le rendement (0,5 % pour les meilleurs)
  • Frais important si choix de gestion piloté (ce que je ne vous recommande pas)
  • Le choix des unités de compte est très dépendante de l’assurance vie choisie
  • Le fond euros ne rapporte quasiment plus rien
  • Investissement en Europe uniquement (Hors ETF synthétique)
  • Non transférable (A parti si c’est le même assureur)

De manière générale, l’assurance a cet inconvénient d’avoir plusieurs couches de frais non compressibles (Frais de gestion, frais sur les UC, et éventuellement frais de versement pour les plus mauvaises).

Les gros avantages résident dans la partie succession et sur le fait qu’il n’y ait pas de plafond de versement tout en profitant d’avantage fiscaux au bout de 8 ans.

Quelque soit ton choix, je te recommande d’ouvrir une assurance dès que possible pour prendre date sur cette enveloppe fiscale.

Car même si tu ne fais rien et que tu décides d’investir dans 3 ou 4 ans, le délai d’ancienneté commence à courir dès l’ouverture de ton assurance vie.

Le PEA : Une enveloppe fiscale « Bourse »

Le PEA c’est le plan d’épargne en action.

Comme le dit très bien son nom c’est pour investir en action et donc en bourse directement et sans intermédiaire contrairement à l’assurance vie qui va se prendre sa commission avec les frais de gestion.

Ici donc pas de fond euros ou de placement à capital garanti.

Même si il est possible d’investir dans des obligations (et que c’est donc moins risqué que les actions), le capital ne sera jamais garanti.

Mais contrairement à l’assurance vie, il n’y a pas de frais de gestion ce qui en fait un gros avantage.

Il y aura en revanche des frais de courtage pour passer vos ordres de bourse.

L’idée là aussi est de les limiter en choisissant le bon courtier pour ton PEA.

Sur le PEA, on pourra investir uniquement en Europe sur des actions et ETF (Hors ETF synthétique, j’y reviendrai dans un prochain article)

Et sur le plan fiscal c’est le même principe que sur l’assurance vie sauf que l’avantage fiscal cours à partir de la 5ème année après l’ouverture du PEA.

Alors que sur l’assurance vie c’est à partir de 8 ans.

Sachant que comme sur l’assurance vie, l’exonération d’impôt est uniquement sur la plus value et qu’il faut donc dans tous les cas payer la CSG à 17,2 % sur tes plus values.

Avantages

  • Fiscalement intéressant au bout de 5 ans (Dividendes et Plus Value)
  • Pas de frais de gestion
  • Frais de courtage faible suivant le courtier choisi
  • Transférable (remboursement des frais par nouveau courtier)
  • Une gestion autonome de ses placements en bourse

Inconvénient 

  • Un Seul PEA par personne
  • Versement maximum de 150k€
  • Investissement en Europe uniquement (Hors ETF synthétique)
  • Tout retrait avant 5 ans entraîne la clôture du PEA donc moins liquide que l’assurance vie.

Le PEA étant moins liquide que l’assurance vie, il faut penser encore plus à long terme (à minima 5 ans).

Même si dans les fait, tu peux retirer ton argent avant 5 ans sur le PEA.

Mais le problème est que tout retrait avant les 5 ans entraîne la fermeture du PEA et tu seras imposé à la Flat taxe (30%).

Donc si tu penses avoir besoin de cet argent dans les 5 ans, l’assurance vie sera un meilleur choix.

Car tu pourras retirer de l’argent sans fermer ton enveloppe fiscale et garder l’ancienneté du contrat et donc l’avantage au bout de 8 ans.

L’idée avec le PEA comme avec l’Assurance vie c’est de prendre date dès que possible.

C’est à dire ouvrir le PEA ou l’Assurance vie pour laisser courir l’ancienneté au plus tôt.

Comme ça même si tu n’investis encore rien tu auras plus rapidement ton avantage fiscal.

Pour en savoir plus, je peux t’accompagner sur le choix.

enveloppe fiscale

Le Compte titre ordinaire : Une enveloppe « non fiscale »

C’est le support le plus standard mais qui n’est jamais mis en avant car il n’y a pas d’avantage fiscal sur cette enveloppe.

Mais personnellement j’adore ce support et je vais vous dire pourquoi.

Car même si la fiscalité est plus élevé (30 % au lieu de 17,2%) il y a quand même de gros avantages selon moi.

La première chose est que l’on peut investir où l’on veut sans limite.

Principalement aux USA en direct.

Par exemple, si tu veux avoir des actions en direct de Apple ou Amazon c’est possible uniquement avec le CTO.

Même pour les ETF, le choix est infiniment plus grand sur le CTO que sur le PEA ou l’assurance vie.

Par exemple, si tu veux investir sur des ETF sectoriel tel que le changement climatique, la robotique ou encore les énergies renouvelables c’est uniquement possible avec le CTO

Et les ETF proposés sur le CTO ont des frais bien plus faibles que sur le PEA ou l’Assurance vie (pour les mêmes indices suivis)

Et historiquement le marché américain a été bien plus performant que le marché européen.

Donc je me dis que je préfère payer 30 % d’impôt sur un rendement de 20 % plutôt que payer 17,2 % d’impôt sur un rendement de 5 %.

Même si bien évidemment les performances passé ne présagent pas de performances futurs.

Ce qui signifie qu’il est possible qu’un jour ce soit l’Europe qui tire l’économie mondiale vers le haut devant les Etats Unis ce dont je doute.

De plus les courtiers en CTO sont plus nombreux et proposent des tarifications plus faibles voire entièrement gratuite pour certains courtier (je t’en parle plus bas)

Et en plus de tout cela, c’est l’investissement le plus liquide des 3 enveloppes fiscales présentées.

Car tu peux retirer ton argent instantanément.

Tu payeras tes 30% d’impôts sur ta plus value quelque soit ta durée de détention.

Et si tu as beaucoup de capital et que tu veux « vivre » de tes dividendes tout de suite c’est beaucoup plus adapté que les 2 autres enveloppes fiscales présentés précédemment.

Avantage

  • Aucun frais de gestion
  • Frais de courtage au minimum (voir gratuit)
  • Investissement en direct partout dans le monde
  • Plus de choix d’ETF avec des frais plus faibles
  • Aucune limite de versement
  • Possible d’avoir plusieurs CTO par personne
  • Très liquide : L’argent peut être retiré quand tu veux

Inconvénient

  • Impôt sur Plus value et Dividende de 30 %
  • Besoin de remplir ses gains sur sa déclaration d’impôt
  • Besoin d’ouvrir un compte à l’étranger pour avoir les meilleurs courtiers

Concernant les courtiers, j’utilise personnellement Trading 212 et Trade Republic.

Si tu veux tester gratuitement tu peux recevoir une actions gratuite sur chacun des courtiers

Ces 2 courtiers proposent les tarifications les plus faibles du marché (avec Degiro).

Sur Trade Republic, il n’y aucune commission si tu fais de l’investissement programmé (1€ par ordre sinon quelque soit le montant).

Sur Trading 212, il y a uniquement une commission sur le taux de change (0,15%).

Voilà pour la présentation de ces 3 enveloppes fiscales.

Chacune a ses avantages et inconvénients et un bon moyen de tirer profit d’une enveloppe fiscale seraient d’utiliser les 3 et avoir des stratégies différentes sur chacune d’entre elles.

Dis moi en commentaires quelle enveloppe tu préfères et pourquoi ?

Si tu es intéressé par générer tes premiers revenus passifs en 2022 j’ai rédigé un nouveau guide que tu peux consulter sur cet article

Si tu veux que je t’accompagne sur le choix de l’enveloppe fiscale tu peux prendre un RDV gratuit ici

Droit du consommateur : 5 astuces pour ne plus se faire avoir

La protection de droit du consommateur est devenu quelque chose d’essentiel dans la vie de tous les jours.

Il m’a paru donc important d’expliciter quels sont nos droits (qui sont méconnus par beaucoup de monde) et comment les appliquer.

En termes de droits à la consommation, la France se positionne plutôt bien au niveau européen.

Les associations référencées en termes de protection des consommateurs sont multiples.

#1 Le droit du consommateur dans les achats du quotidien

En tant que consommateur, vous avez par exemple le droit de faire intervenir un médiateur

Par exemple si vous rencontrez un problème lors de l’achat d’un produit ou d’un service qui ne correspondrait pas aux attentes visées.

Récemment encore, la plateforme Vinted de vente de produits de seconde main entre particulier a fait l’objet d’une assignation en justice par le groupe UFC-Que Choisir pour usage abusif de taxe à l’encontre des acheteurs.

En effet, Vinted prévoit une « Protection Acheteurs » .

Cette protection qui bien souvent rajoute une somme non-négligeable au prix du produit censé être au rabais du fait de sa condition d’occasion.

Beaucoup de clients se plaignaient notamment de payer plus cher cette taxe mise en place par Vinted que le produit acheté lui-même.

De manière générale, le droit de rétractation permet au consommateur de se rétracter sur le produit acheté au bout d’une période de 14 jours sur l’achat d’un bien ou d’un service.

Cela concerne les achats sur Internet, par téléphone ou par voie postale où ce droit du consommateurs est valable

#2 Le droit du consommateur pour les assurances

La loi Hamon dite loi de consommation permet à tous consommateur de résilier leur abonnement habitation ou voiture.

A n’importe quel moment après un an d’engagement.

Cette même loi Hamon permet aux personnes souscrivant un crédit immobilier de changer d’assurance de prêt.

Et cela pendant la première année n’importe quand suivant la souscription du prêt.

Cette dernière mesure permet de grandes économies.

Car les banques ont tendance à essayer de rattraper les faibles taux actuels sur les assurances emprunteur.

Un simple comparatif sur les assurances de prêt vous permettrait de négocier à la baisse votre assurance de prêt avec votre banque actuelle ou chez la concurrence

#3 Le droit du consommateur pour l’abonnement téléphonique

Pour cette charge fixe là ce n’est plus Mr Hamon mais Mr Chatel qui en va de sa loi.

En effet la loi Chatel permet de résilier votre contrat de téléphonie mobile. Et cela à compter du 12ème mois d’engagement en payant 1/4 de la somme restante.

L’application de cette loi vous permet de payer en une seule fois une certaine somme qui vous permettra de vous désengager rapidement de votre opérateur actuel.

Et surtout vous permettra de passer chez un concurrent proposant des tarifs moins chers.

Habituellement le prix à payer pour résilier avec cette loi est amorti au bout de 2 ou 3 mois avec le tarif proposé par la concurrence.

Par exemple, vous payez encore un forfait 2h pour 40€ chez X.

VOus voyez que l’opérateur Y propose un forfait illimité pour 10€/mois.

Mais vous êtes encore engagé chez X pendant 10 mois.

Scénario 1 : Vous attendez la fin de l’engagement.

Vous allez donc débourser 40€ * 10 mois soit 400€.

Scénario 2 : Vous appliquer la loi Chatel

Vous allez donc pour vous désengager payer le 1/4 des sommes restantes soit 1/4 de 400e => 100€.

Sachant que vous allez payer ensuite 10€ / mois pendant les 10 prochains mois.

En appliquant la loi vous allez payer en tout 200€ pour les 10 prochains mois contrairement à 400€ si vous n’appliquez pas la loi.

#4 Payer moins cher sur sa facture d’électricité

L’ouverture à la concurrence pour les particuliers du marché de l’énergie date de 2007.

Et ce dernier est aujourd’hui très vaste, 14 ans après.

Pourtant, seule la moitié des consommateurs saurait qu’il est possible de changer de fournisseur d’électricité.

C’est également la raison d’être de la start-up Origame.

Ainsi, le fait d’être déçu de son fournisseur actuel pour n’importe quelle raison.

Que ce soir une mauvaise expérience service client ou prix trop élevé peut aujourd’hui vous amener à changer de fournisseur d’électricité


#5 Economiser sur sa facture de gaz naturel


Depuis le 1er juillet 2021 et depuis plusieurs mois, le gaz naturel en France a encore augmenté.

On constate une hausse de presque 10% au mois de juillet.

Une situation qui inquiète les 3,3 millions de foyers concernés dont vous faites peut-être partie.

En effet, d’après les journalistes de 60 Millions de consommateurs, le prix du gaz qui augmente correspondrait presque à près d’un mois de salaire pour bon nombre de salariés chauffés au gaz en France.

Nous vous recommandons d’économiser sur vos factures de gaz tous les mois .

Choisissez des fournisseurs de gaz naturel écologiquement responsables et de nouveaux fournisseurs de gaz naturel.

En effet, cette dernière propose régulièrement des mensualités ou propose des tarifs préférentiels à ses clients.

Origame, l’ami du consommateur avisé

La plateforme de gestion d’abonnement a récemment sorti une fonctionnalité extrêmement prisée dans le milieu des fintechs : la connexion bancaire.

Pour rappel, Origame c’est la plateforme de gestion d’abonnements gratuite pour suivre vos dépenses de manière super simple.

Quel que soit le secteur, Origame permet aux français de visualiser l’ensemble de leurs abonnements depuis leur Dashboard.

Le nombre d’abonnements actuels, coûts récurrents totaux et identifications d’économies potentielles.

De par un programme de gestion de A à Z, Origame permet à ses utilisateurs de résilier, modifier ou même optimiser leurs abonnements en quelques clics

Si vous avez besoin de remettre dans l’ordre dans vos finances et que vous ne savez pas par où commencer n’oubliez pas que le premier RDV de coaching budgétaire est offert

Cet article a été co écrit par Origame, plateforme permettant de réduire ses abonnements gratuitement et sans faire de démarche.

Budget bébé : 7 astuces pour limiter la casse les 6 premiers mois.

J’ai la chance de connaître la paternité depuis Novembre 2020. J’étais donc obligé de faire un article pour vous expliquer comment je fais pour maîtriser ce budget bébé.

Car je ne vous apprend rien en vous disant que l’arrivé d’un bébé change la vie !

Dans tous les sens du terme.

Le bonheur infini, les nuits plus courtes mais également vos finances personnelles

Avec ma maigre expérience de 6 mois en tant que Papa je vais vous expliquer comment j’ai fait pour réduire au maximum le budget de bébé du moins pendant cette première période

Avant tout voici quelques chiffres :

J’avais prévu initialement moment 200€ de budget bébé depuis sa naissance (Hors garde).

Dans ces 200€ j’intègre tous ce qui est équipement, hygiène, soins, document administratifs, pharmacie, habillement etc…

A ce jour nous dépensons en moyenne 100€ par mois depuis la naissance

Sachant que nous avions déjà ce budget prévu 2 mois avant la naissance (voir l’astuce n°1 :-))

J’entends souvent que certains foyers dépensent beaucoup plus par mois depuis l’arrivée de bébé.

Pour vous montrer qu’il est possible de ne pas exploser son budget avec l’arrivée d’un bébé, je vais donc vous partager mes astuces pour limiter la casse sur le budget de bébé dans les 6 premiers mois de sa vie (Hors Garde).

Pourquoi Hors Garde?

Car la garde est un budget à part entière.

Qui dépend de la situation de chacun. A la fois sur la possiblité ou non d’avoir une place en crèche.

Mais également sur le montant des aides que l’on peut recevoir.

Et cela dépend de vos revenus.

Donc toutes ces astuces ne concernent pas la garde de bébé.

Voici les 7 astuces

Pour écouter la version du podcast cliquez ci dessous

#1 Anticipez le maximum = lisser le budget de bébé

Comme je le recommande pour les charges fixes, il faut lisser un maximum les dépenses de bébé.

Pour les charges fixes classiques, il faut mensualiser le plus de charges possibles pour éviter de payer des échéances annuelles trop grosses et se retrouver dans le rouge.

Pour bébé c’est pareil.

Nous avons anticipé un maximum de dépenses en achetant 2 ou 3 mois avant les équipements manquants et essentiels afin de ne pas tout acheter lors de l’arrivé de bébé.

budget bébé

Cela nous a permis d’étaler les dépenses dans le temps et de ne pas se retrouver à débourser des centaines d’euros lorsque bébé était là.

Mais il ne faut pas non plus se précipiter… D’où l’astuce n°2.

#2 Ne vous précipitez pas

Pensez que la famille et les amis vont vous couvrir de cadeaux divers et variés et même « trop » de choses.

Etant dans une démarche minimaliste, nous avons mis uniquement l’essentiel sur la liste de naissance.

Vous allez voir que beaucoup de choses vont vous être offertes ou données même si vous ne le voulez pas.

Je ne dis pas qu’il faut être attentiste et attendre que tout nous soit offert mais n’achetez pas les choses les moins urgentes si elles sont sur votre liste de naissance par exemple.

Cela peut paraitre contradictoire avec la première astuce.

A mon sens il faut trouver le juste équilibre entre l’anticipation des choses essentielles qui ne sont pas sur la liste de naissance et ce qui risque de nous être offert.

Par exemple les choses que vous pouvez anticiper est tout le consommable.

Tel que les produits de soins et d’hygiène (couches, serum physiologique, liniment etc…) ainsi que tout ce qui n’est pas sur votre liste de naissance.

Pour le reste , ce qui est sur votre liste de naissance et qui n’est pas urgent attendez de voir si quelqu’un le prend avant de vous précipiter à l’acheter.

Car vous prenez le risque d’avoir la chose en double…Et donc de dépenser inutilement

#3 Evitez de craquer sur les vêtements

Pensez que les bébés grandissent tellement vite que vous n’aurez pas le temps de lui mettre tout ce que vous aurez reçu ou ce que vous aurez acheté.

A mon sens mieux vaut avoir le minimum de body / Pyjama dans les 3 premiers mois.

Et faire plus de lessive que d’acheter des habits pour tous les mois.

Car vous risquez de vous retrouver à ne pas pouvoir tout utiliser car bébé grandit trop vite

Je reconnais qu’on nous a prêté beaucoup de vêtement sur ces 6 premiers mois et que notre budget vêtement est clairement proche des 0€.

Donc sur ce point là, c’est peut être une chance que nous avons eu.

Mais on a même dû en refuser car on nous avait trop donné !

Mais même avec ce qu’on avait refusé il y a quasiment la moitié des habits que l’on n’avais pas pu lui mettre au vu de la vitesse à laquelle elle grandit.

Et puis honnêtement, même si c’est cool de l’habiller et de jouer à la poupée, bébé ne va pas gueuler si vous lui mettez des habits de seconde main !

Je pense que l’on aura tout le temps de lui acheter des vêtements quand elle voudra s’habiller comme elle le veut elle et à ce moment là ce sera un vrai budget !

Si personne dans votre entourage ne vous a proposé de prêt d’affaire , je vous recommande de regarder les box de vêtement pour bébé

# 4 Essayez les couches lavables

budget bébé

Le budget couche jusqu’à la propreté s’élève en moyenne à 2500€ par enfant.

De bonnes couches lavables coûtent entre 20 et 30€.

Une quinzaine de couches lavables étant suffisant il faut donc un budget initial de 400€ environ.

Vous pouvez donc économiser plus de 2000€ en passant sur des couches lavables.

Il est vrai que cela demande plus de lessive et d’organisation.

Mais avec les vomis et à la vitesse à laquelle vous devez le changer, vous ferez forcément plus de lessive.

Pour éviter d’en faire trop ce que nous faisons, c’est faire une lessive en mode « rinçage » uniquement avec les couches sales.

Et une fois le rinçage terminé, nous lançons un cycle normal en ajoutant les autres vêtements.

C’est une organisation à mettre en place d’utiliser les couches lavables mains honnêtement pour nous l’essayer d’est l’adapter.

D’une part vous réduisez considérablement le budget bébé tous les mois.

Mais vous faîtes un geste pour la planète en plus en jetant beaucoup moins !

Astuce supplémentaire : demander une partie de ces couches lavables sur la liste de naissance pour réduire un peu le budget bébé.

Ainsi, vous pourrez tester à petite dose si les couches lavables sont faîtes pour vous.

Si vous aimez ça, vous n’aurez qu’à acheter le supplément de couches lavables

# 5 Achetez d’occasion pour réduire le budget de bébé

La seconde main c’est tendance !

Profitez en surtout pour les grosses dépenses à prévoir pour bébé.

Je ne parle pas d’acheter des biberons ou des couches d’occasion mais les objets les plus chers qui ne peuvent être mis sur la liste de naissance.

Par exemple, le lit parapluie, la chaise haute, ou encore et surtout la poussette trio

Par exemple une poussette trio vendu plus de 300€ neuve peut se trouver en excellent état à moins de 100 euros sur le bon coin.

De plus, des familles n’ayant que peu de place chez elles sont pressées pour les vendre.

Vous pourrez donc négocier le prix facilement.

Faîtes tout de même attention à l’état de ces objets acheté de seconde main en les essayant bien au préalable.

#6 DIY

Si maman aime bien la couture (ou papa) , pourquoi ne pas confectionner des choses en attendant l’arrivée de bébé.

Ma femme a par exemple fait les coussins, le tapis d’éveil et quelques vêtements.

C’est moins cher et fait maison !

Vous réduirez le budget bébé et vous pourrez avoir la fierté de vous dire que vous l’avez fait vous même d’où le nom de cette astuce : Do It Yourself

#7 Intégrer un budget bébé à votre budget mensuel

Comme toutes dépenses variables importantes, il est temps de budgétiser celui de bébé également.

Au début il sera dur d’estimer le montant mais au bout de quelques semaines / mois vous pourrez facilement vous projeter et être précis sur le suivi de votre budget

Je vous conseille de prévoir large au début puis de réduire si besoin

Pensez à utiliser mon tableau de gestion de budget pour le prévoir.

#Astuce Bonus : L’allaitement

Cette astuce n’est pas mentionnée dans l’épisode de podcast et a été rajouté après.

Car si la maman peut allaiter et si elle est OK avec ça, vous ferez aussi de grosses économies sur la nourriture.

Du moins sur les 6 premiers mois.

Ma femme souhaitait un allaitement exclusif pendant les 6 premiers mois et adore ça donc c’est un beau budget d’économisé.

Et en plus, le lait maternel est beaucoup plus qualitatif et nutritif pour bébé donc c’est une double bonne actions : Pour la santé de bébé et pour vos finances.

Voilà j’espère que ces astuces vous serviront pour limiter la casse du budget bébé à son arrivée !

N’hésitez pas à me dire dans les commentaires quelles astuces vous utilisez pour réduire le budget bébé.

Avenue des investisseurs : Entretien avec le Co Créateur Ludovic

Ludovic est le co créateur du site internet Avenue des investisseurs avec son ami Nicolas.

Ce site est né d’une véritable passion pour l’investissement entre ces deux amis rencontrés sur un forum dédié à l’investissement

Le site avenue des investisseurs est devenu un site de référence pour toutes les questions liés à les gestion de l’épargne afin d’obtenir des rendements performants tout maitrisant le risque.

Ils y abordent les investissements les plus connus (Assurance Vie / Bourse / Immobilier) avec une très grande précision en vulgarisant tout pour que ce soit accessible à tout le monde. 

J’ai donc eu le chance d’être approché par Ludovic , le co créateur d’avenue des investisseurs pour l’interview sur mon podcast.

J’ai été plus que flatté dans la mesure où je suis un fidèle lecteur de ce site depuis longtemps et que je considère clairement comme ma bible de l’investissement.

Je vous laisse découvrir l’épisode du podcast ci dessous.

Afin d’être sûr de vous partager un maximum d’informations, je vous ai retranscrit un certain nombre de sujet abordé lors de l’interview à l’écrit ci dessous

Thomas MBZ : Salut Ludovic, peux tu te présenter et expliquer un peu la génèse du site avenues des investisseurs?

Ludovic : Nous sommes des autodidactes.

J’ai fait des études de biochimie et Nicolas des études en gestion.

Aucun de nous n’a eu une formation expliquant comment investir et placer.

D’ailleurs, nous avons beaucoup de lecteurs qui nous disent que même avec une formation purement financière, ils n’ont jamais appris les finances personnelles ! 

Donc nous avons appris par nous-même, au fil des besoins.

Car après quelques années de travail nous avions de l’argent à placer et investir.

Ainsi, progressivement, on s’est passionnés sur le sujet et on a appris de plus en plus sur l’investissement financier et immobilier

Thomas MBZ : Depuis quand et pourquoi avez-vous créé le site « Avenue des investisseurs » ?

Ludovic :

Nous avons créé avenue des investisseurs début 2018.

Bientôt 3 ans !

Nous avions envie de mettre en forme tout ce que nous avions appris en 10 ans, et de le partager avec notre entourage et finalement le plus grand nombre.

Ce qui fait que nous avons dû vulgariser, pour que tout soit accessible même à ma mère qui ne connaissait que le livret A 🙂

A titre personnel, on avait l’habitude de consulter plusieurs sites.

Mais c’était soit trop pointu, soit pas assez pédago, ou avec des articles dans tous les sens sans savoir par où commencer.

Avec avenue des investisseurs, nous avons voulu créer un guide de l’épargnant, avec une feuille de route à suivre.

avenue des investisseurs

Ainsi, nos lecteurs même débutants peuvent assimiler progressivement, puis avoir assez des connaissances pour prendre leurs propres décisions : placer en assurance vie, investir en bourse, en immobilier, défiscaliser ou non…

Notre site s’adresse à tous les épargnants.

Mais notre philosophie d’investissement est celle du « bon père de famille ».

On n’est pas des vendeurs de rêve et on n’oriente pas les internautes vers des placements avec des risques inconsidérés.

Ce qui ne nous empêche pas de proposer des stratégies d’allocation très dynamiques pour booster son patrimoine.

Par exemple, on a récemment publié un article expliquant comment devenir riche : atteindre 1 million d’euros (en pratique, cela prend entre 5 et 50 ans selon les ressources de l’épargnant…)

Thomas MBZ Pour quelqu’un qui souhaite placer son argent et qui n’y connait rien quel serait ton premier conseil ? La première règle absolue à suivre en investissement ? 

Ludovic Il faut comprendre ce que l’on fait et ne pas se précipiter. 

Ne pas investir en immobilier ou en bourse sans méthode.

Ne pas ouvrir une assurance vie ou un PEA au pif sans comparer.

Donc il faut d’abord définir ses projets.

Je veux placer pour quelle(s) raison(s) et quel(s) projet(s) ?

Quel est mon horizon de placement : 3 ans ? 5 ans ? 10 ans ? 20 ans ?

En fonction des projets financiers, les solutions de placement ou d’investissement ne seront pas les mêmes.

Pour du court terme, on va chercher à sécuriser quitte à avoir un rendement faible (plutôt fonds euro d’assurance vie).

Alors qu’à plus long terme, on peut aller chercher la performance sur des investissements plus risqués et volatils (immobilier et actions notamment).

Et ensuite, il faut s’informer sur les bons produits à ouvrir, et sur les bonnes pratiques d’investissement.

Que ce soit en assurance vie, en bourse, en immobilier.

En pratique, Avenue des investisseurs fournit les guides avec les bonnes méthodes, et compare les produits (assurance vie, PEA, PER, CTO, etc.)

Thomas MBZ : Quelle épargne de précaution trouves-tu correcte / conseillerais-tu avant d’investir dans un quelconque support ?

Ludovic :

Pour l’épargne de précaution, on recommande de détenir l’équivalent de 3 mois de dépenses dans un simple livret A.
avenue des investisseurs

Cela ne rapporte que 0,50 %, mais c’est liquide et sans risque. 

C’est un matelas de sécurité à avoir, mais il ne faut pas placer outre-mesure dessus vu que la rémunération du livret est sous l’inflation et donc nous appauvrit.

Alors pour le reste, on va placer ou investir plus “sérieusement” pour bien faire travailler son argent, et c’est là que notre site apporte une valeur ajoutée.

Thomas MBZ : Une fois que l’épargne de précaution est constituée, que fait-on ?

Ludovic : Ok, on part du principe que l’épargne de précaution est constituée.

Ensuite,  tout dépend des projets de la personne (davantage que la somme à placer). 

S’il épargne pour un apport pour sa résidence principale qu’il veut acheter dans 3 à 5 ans (c’est la situation de beaucoup de jeunes actifs), alors on va privilégier une allocation à 100 % fonds euro sur une bonne assurance vie.

En revanche, si la personne (ou le foyer) épargne pour les études des enfants dans 10 ans, alors une bonne assurance vie en gestion pilotée avec un mix de fonds euro et de trackers.

Et s’il épargne pour sa retraite dans plus de 20 ans, alors plusieurs investissements complémentaires : SCPI, PEA investi en trackers, assurance vie en gestion pilotée, et plan d’épargne retraite (PER).

Avoir un horizon d’investissement à long terme est la meilleure situation qu’il soit pour développer son patrimoine.

Puisque l’on pourra se permettre une allocation réellement dynamique sur des placements volatils et/ou peu liquides mais plus rémunérateurs.

En pratique, les épargnants ont généralement plusieurs projets en tête.

Donc, ils vont cumuler les stratégies complémentaires.

Par exemple : “j’épargne à la fois pour mon apport immobilier (x %), et pour préparer ma retraite (y %).

Donc j’ai x % de mon épargne placée en fonds euro.

Et y % diversifiés sur des investissements plus rentables à long terme : PEA, gestion pilotée, SCPI et PER”.

Thomas MBZ : Pour un premier investissement souhaité dans l’immobilier, que conseillerais tu pour démarrer ? Un bien locatif classique ? Nu ? Meublé ? Airbnb ? SCPI ? 

Ludovic

  • Le locatif classique en location nue (c’est-à-dire non meublée), est très taxé donc peu rentable.
  • La location courte durée (AirBnB) demande beaucoup de travail et la réglementation est de plus en plus stricte.
Selon nous, il reste 2 investissements immobiliers intéressants pour un investisseur avisé qui cherche le bon compromis entre rentabilité et temps de travail :
  • l’investissement locatif meublé, sous le statut LMNP. C’est une niche fiscale qui permet de réduire sa base taxable à 0 pendant de nombreuses années, en amortissant le bien. Donc le rendement net est généralement bon, si on achète au bon endroit au bon prix. Typiquement, on peut louer à des étudiants ou de jeunes actifs (bail d’1 an), des studios ou T2 meublés en ville. Il faut avoir l’âme d’un entrepreneur, pour acheter le bien et le mettre en location, c’est du travail de gestion.
  • la pierre-papier SCPI. Une bonne option pour diversifier sur des dizaines d’immeubles et sans avoir à gérer soi-même puisque tout est délégué ! On obtient des parts de SCPI et on reçoit les loyers correspondant. Pour un rendement d’environ 4 % par an. Plus accessible, puisqu’on peut emprunter aussi et investir en SCPI avec quelques milliers d’euros seulement.
avenue des investisseurs

Thomas MBZ : Pour un investissement en bourse : que conseillerais tu à un débutant ? Plutôt des trackers ? Des actions en particuliers ?

Ludovic : L’investissement en actions en direct (titres vifs) est très chronophage.

Et les épargnants ont souvent des biais sectoriels et/ou géographiques (voire sur le profil financier des entreprises) qui pénalisent le couple rendement/risque du portefeuille (je vous renvoie à la  théorie moderne du portefeuille développée par Harry Markowitz, prix Nobel d’économie).

Il faudrait diversifier sur plus de 50 sociétés et suivre l’actualité…

C’est une démarche aléatoire.

Et 95 % du temps la stratégie est perdante sur le long terme face à un simple tracker World

(C’est un fonds indiciel qui réplique la performance des 1600 plus grandes sociétés mondiales).

Bref, que ce soit pour les débutants ou les investisseurs plus aguerris, on recommande les trackers :

  • soit via une assurance vie en gestion pilotée : pour les épargnants qui ne veulent pas gérer eux-mêmes ni passer les ordres. D’ailleurs, notre sélection des meilleures gestions pilotées fait la part belle aux assurances vie qui investissent exclusivement en trackers.
  • soit via un PEA en gestion libre : pour les épargnants qui n’ont pas d’appréhension à passer leurs ordres et qui ne vont pas paniquer à la moindre baisse.

Thomas MBZ : Pour un investissement en assurance vie, que conseillerais tu ? 100% en fond euros ? Une part en UC ? 

Ludovic : Tout dépend des projets de l’épargnant !

Si l’épargnant a besoin de cet argent pour un apport immobilier sous 3 ans, alors 100 % fonds euro.

Mais s’il peut investir à long terme, alors les unités de compte (UC)  permettront de viser une bonne performance.

L’investisseur peut se tourner vers des UC de type SCPI ou trackers pour diversifier entre immobilier et actions. Il peut aussi déléguer en gestion pilotée s’il ne veut pas choisir soi-même ses UC.

Thomas MBZ : Est-ce que vous parlez aussi de gestion de budget sur avenue des investisseurs ?

Ludovic : Quasiment pas.

Juste dans notre guide en introduction, pour expliquer que la capacité d’épargne = revenus – dépenses.

Donc pour avoir une bonne capacité d’épargne, il faut maximiser ses revenus et maîtriser ses dépenses.

On met aussi à disposition dans notre boîte à outils un fichier de suivi des revenus, des dépenses et du patrimoine.

Il faut bien tenir son budget pour pouvoir investir, c’est la base.

On ne peut pas développer son patrimoine si on dépense toujours tous ses revenus. Il faut être discipliné.

En fait, tu te situes en amont avec Mon Budget Zen, tu aides les gens à gérer leur budget. Et une fois leur budget assaini, c’est là qu’on intervient :

Thomas MBZ : Quelle règle de gestion de budget préconisez vous ?

Idéalement, il faut avoir le réflexe de se payer en premier.

C’est à dire qu’avant de dépenser son argent, le 1er réflexe doit être de virer vers un produit d’épargne x % de ses revenus.

Sachant que la moyenne française est de 15 % (et beaucoup plus pour certains profils, par exemple les cadres).

En pratique, il existe des options de versement programmé sur certains produits, comme en assurance vie. Ainsi, pas de risque d’oublier

Thomas MBZ : Quelle formation / produits proposez vous ou prévoyez vous de proposer sur le site ?

Ludovic : Sur avenue des investisseurs nous ne proposons pas de formation…

Mais peut-être que nous proposerons des séances de coaching ultérieurement, tout est possible !

Pour l’instant, on reste avant tout un portail d’information pour tous les épargnants, des plus modestes au plus fortunés, quel que soit leur background.

Notre souhait est que les Français puissent avoir accès à l’éducation financière, pour prendre des décisions plus éclairées et vivre mieux.

Car mieux placer permet d’être plus serein et de réaliser plus facilement ses projets.

Certains épargnants nous contactent pour des problématiques patrimoniales complexes ou avec des enjeux importants.

Ce sont généralement des profils avec une forte capacité d’investissement et/ou un gros patrimoine. Nous les orientons vers un conseiller en gestion de patrimoine partenaire de confiance.

Question de fin à tous mes invités :

Thomas MBZ : Comment gères-tu toi personnellement tes finances ?

À la sortie de mes études, lorsque j’ai commencé ma vie professionnelle, j’investissais presque 100% de mon épargne sur des actions logées au sein d’un PEA.

J’avais différents biais dans mon allocation, je me tournais trop vers les actions françaises, et j’accordais trop d’importance au PER (price earning ratio), j’avais un biais pour les entreprises avec des PER faibles.

Avec le temps, j’ai diversifié davantage mon allocation, toujours sur des actions en direct.  Je passais des soirées entières à lire des rapports d’entreprise pour sélectionner les actions à intégrer dans mon portefeuille.

C’était très chronophage.

Puis, j’ai réalisé que les fonds indiciels étaient une solution beaucoup plus simple et tout aussi performante (voire davantage !).

Depuis quelques semestres, j’anticipe l’achat de ma résidence principale.

Du coup, j’ai graduellement sécurisé mes gains (pour me constituer un apport immobilier) et je les réalloue vers des fonds euro en assurance vie.

Dès que je serai propriétaire de ma résidence principale, je privilégierai les actions et l’immobilier pour développer mon patrimoine à long terme.

Thomas MBZ : Quel est le LE livre qui t’a marqué ou que tu souhaites recommander ?

J’ai beaucoup aimé le livre l’Investisseur intelligent de Benjamin Graham. Je recommande l’édition avec la préface de Warren Buffett. Il y a une quinzaine d’années, c’était mon livre de chevet.

Le livre n’est pas tout jeune mais les conseils que l’on y trouve sont intemporels.

Par contre, il faut avoir certains réflexes en tête pour transposer les conseils au cas d’un investisseur français au XXIème siècle.

Par exemple, quand Benjamin Graham parle d’investir dans des obligations, en tant qu ‘épargnant français, il faut faire le lien avec les fonds euro (lesquels sont un des vecteurs pertinents pour investir sur des obligations sans risque).

Pour retrouver l’interview du podcast dans son intégralité c’est par ici