Étiquette : épargner

Le Gender Investing Gap Avec Solène de Moneylo

As-tu déjà entendu parler du gender investing gap ?

C’est simplement l’écart qu’il y a dans l’investissement entre les hommes et les femmes.

C’est cette proportion entre hommes et femmes investisseurs.

Et le résultat est surprenant.

Seulement 20% des femmes sont des investisseuses contre 80% d’hommes.

Que l’on soit ou non féministe c’est un constat qui fait mal.

C’est une disproportion majeure.

Et ce phénomène a un nom : C’est le gender investing gap.

Il y a plusieurs raisons qui expliquent cet écart (qui est en train de changer et on en parle plus loin).

  • Le monde de la finance a été crée par les hommes et pour les hommes à la base
  • Les femmes ont tendance à avoir un comportement plus « prudent » que les hommes et moins « gambling »
  • Certaines femmes peuvent avoir des blocages vis à vis de l’investissement.
Pour creuser ce sujet et répondre à ces questions et notamment comprendre quels sont les blocages, j’ai reçu sur le podcast Solène , la créatrice du site Moneylo.

Elle va nous expliquer ce phénomène dans lequel elle s’est spécialisée.

Voici le programme de l’épisode :

  • Présentation du parcours de Solène et de Moneylo
  • Son parcours en bourse
  • Explication simple du Gender Investing Gap.
  • Quels sont les blocages de la part des femmes qui veulent investir mais qui n’osent pas?
  • Ses meilleurs conseils pour les femmes qui aimeraient se lancer mais qui n’ose pas

Pour écouter l’épisode de podcast tu peux cliquer ici ou ci dessous

Voici une retranscription de cet épisode du podcast

Thomas : On va rentrer dans le vif du sujet de l’épisode qui est le Gender Investing Gap.

Est-ce que tu peux nous dire qu’est-ce que ça veut dire, nous le traduire et nous dire qu’est-ce que c’est concrètement ce concept ?

Solène : Oui. Il n’y a pas de traduction géniale, c’est pour ça qu’on le dit souvent en anglais en le nommant Gender investing Gap

On peut dire l’écart d’investissement entre les femmes et les hommes.

Thomas : Ok !

Solène : C’est un peu long mais c’est ça.

Thomas : Ça sonne mieux en anglais.

Solène : Oui, c’est ça.

Thomas : Quand on le dit avec un bel accent.

Solène : Exactement.

On parle beaucoup d’écart, comme l’écart salarial entre les hommes et les femmes.

Mais il y a un écart aussi qui est très important en France et partout dans le monde, qui est l’écart d’investissement entre les femmes et les hommes ou encore le gender investing gap

Notamment le fait que les femmes investissent moins que les hommes.

Et de manière globale aussi, elles prennent moins de risque avec leur argent.

Donc les chiffres varient un petit peu selon les analyses qu’on va regarder, mais les femmes investissent entre 29 % et 40 % moins que les hommes.

Ce qui est un montant assez colossal.

Et elles ont tendance aussi à garder beaucoup plus de cash, à se cantonner au placement sans risque.

Comme le livret bancaire qui n’est même pas vraiment un investissement, fonds euros, tout ça.

Et quand il s’agit d’aller en bourse et même en immobilier, on est un petit peu plus frileuse.

Thomas : Le chiffre que tu as dit, les 29 à 40 %, c’est les montants du patrimoine de moins qui sont investis, c’est ça ?

Solène : Oui, c’est ça.

Thomas : Et est-ce que tu connais les chiffres de proportions sur 100 investisseurs en bourse, c’est quel pourcentage qu’il y a de femmes et d’hommes ? Est-ce que tu as une idée du chiffre ?

Solène : Non, je ne l’ai pas.

Je le sais pour l’investissement global que c’est 23 % des femmes qui sont engagées dans une démarche dans l’investissement.

Thomas : Ok, c’est ça que je voulais savoir.

Solène : Oui, c’est ça.

Thomas : C’est quand même énorme dans le mauvais sens.

Solène : Oui.

C’est pour cela que c’est un truc vraiment important parce qu’on en parle très peu.

Mais quand on sait aujourd’hui à quel point l’inflation fait que notre patrimoine est grignoté petit à petit chaque année.

Quand on a des montants comme ça qui sont différents, c’est un manque à gagner pour les femmes qui est énorme.

Thomas : À ton avis, c’est quoi le blocage ou la raison pour laquelle les femmes investissent moins que les hommes, ou qu’elles n’osent pas ?

Pourquoi selon toi ou tes expériences ou de tes connaissances, cette faible proportion ?

Solène : Il y en a plein, c’est très compliqué.

La chose la plus importante, c’est malheureusement que les femmes, pendant des siècles, ont été exclues du monde de l’investissement.

Aujourd’hui, mon objectif et le tien aussi, c’est d’aider les personnes et les femmes à s’en sortir dans le système actuel.

Mais il y a aussi le système actuel qui a besoin de changer.

Donc forcément, le système financier qu’on a aujourd’hui a été construit par des hommes et pour des hommes, de manière inégale.

Et ce sont des inégalités qui continuent aujourd’hui, même si ce sont des choses qui commencent à bouger.

On est toujours sur un système qui ne parle pas vraiment aux femmes.

J’en parlais il n’y a pas longtemps dans un post.

Mais la première femme qui a eu le droit de rentrer à la bourse de Paris et l’ouverture du métier de trader aux femmes, c’était en 1967.

Alors que la bourse de Paris a été créée en 1724. C’est sympa.

Thomas : 1700 ?

Solène : 1724, oui. Et les femmes n’avaient pas le droit de rentrer dans l’enceinte de l’établissement.

Thomas : Oui.

Solène : Interdit aux femmes et aux intrus.

Thomas : C’est un truc de bonhomme.

Solène : Oui, voilà, c’est ça. C’est comme « laissez faire les hommes. » et ce qui engendre ce fameux gender investing gap.

Thomas : Laissez-nous faire.

Solène : Et même si on prend en global l’autonomie financière des femmes par exemple qui a eu lieu en 1965, ce n’était pas non plus il y a 1000 ans, c’était il y a un petit moment. Mais ce n’était pas il y a 200 ans non plus.

Thomas : Oui, c’était il y a 2 générations à peu près.

Solène : C’est ça. Mes parents étaient nés.

Il y a forcément encore des impacts de ce système aujourd’hui.

Ce serait trop beau de se dire qu’en si peu de temps après des siècles d’inégalité, finalement c’est bon, tout le monde est sur le même pied.

Mais ça c’est la première chose, c’est vraiment la façon dont le système a été construit.

Et après, à cause de ça, on a aujourd’hui beaucoup d’hommes qui s’expriment sur le sujet de l’investissement.

Et le truc c’est que les femmes et les hommes ont des approches très différentes sur l’investissement.

Alors de manière générale, dans l’épisode, je ne parle pas de tous les hommes et de toutes les femmes.

Je précise puisque c’est des généralités.

C’est selon des études qui ont été faites et ce genre de choses.

Mais bien sûr, il y a des hommes qui vont se retrouver plus côté femmes, et des femmes plus côté hommes.

Aujourd’hui, le sujet de l’investissement est vu sous un angle qui est vraiment stéréo typiquement masculin.

La majorité des conditions créées par des hommes avec un temps particulier.

Toi Thomas, ce n’est pas ton cas, mais je pense que tu peux le voir aussi de ton côté.

Qu’on a souvent l’investissement en bourse, qui lui, est un peu comme un hobby, c’est le casino, un peu un jeu.

Thomas : C’est ça, on va faire des coups, on va gagner de l’argent rapidement.

Solène : Exactement !

C’est un truc excitant et tout, et ça, c’est bon pour personne, ni pour les femmes ni pour les hommes d’ailleurs.

Mais c’est une façon de traiter le sujet qui ne parle pas du tout aux femmes et qui creuse encore ce gender investing gap.

Et de manière générale, les femmes, ce n’est pas comme ça qu’elles abordent l’investissement.

Et on a aussi du coup tout le sujet de la représentation.

Moi par exemple, je sais que j’ai une audience qui est très majoritairement féminine.

Pourtant je ne m’adresse pas qu’aux femmes.

J’ai quelques posts dans lequel je parle du sujet.

Mais le fait que je sois une femme et la façon d’aborder le sujet et l’angle, qui n’est pas justement casino, hobby, tout ça, c’est quelque chose qui parle plus aux femmes.

Donc on a besoin d’avoir aussi un peu plus de représentation.

C’était LITA.co qui a mis un post il y a quelques jours où il disait qu’en 2021, 1 % des interventions médiatiques sur les thématiques économiques étaient faites par des femmes.

Thomas : Combien de pourcent, pardon ?

Solène : 1% ! Donc, tu as de plus en plus de femmes qui parlent d’investissement, mais ça reste une grosse minorité.

Et forcement, quand tu as 99 % d’hommes qui s’expriment et que toi tu es au milieu et tu dis :

Thomas : Qu’est-ce que je fous là ?

Solène : Oui, voilà !

Thomas : D’accord.

C’est super intéressant d’avoir toutes ces raisons et ces historiques, pour comprendre.

Je vais te dire un petit peu rapidement le ressenti que j’ai.

Parce qu’on est dans une thématique très similaire.

Et je le remarque aussi parce qu’à la base ma thématique initiale, je parlais beaucoup de gestion de budget, et mon audience était exclusivement féminine, 84 % qui étaient féminins.

Là, de plus en plus, je parle d’investissement et de bourse et je sens arriver en force une audience masculine.

Pourtant, je pense l’aborder dans un ton assez similaire au tien ou pareil.

Je ne parle pas de bourse casino, je suis plutôt investissement à long terme ETF, des choses simples.

Et c’est vrai que malgré ça, je pense quand même toujours garder mon audience féminine et, je l’espère.

Mais c’est vrai que je sens aussi que ça amène plus d’hommes.

C’est vrai que c’est quand même fou de voir à quel point dès qu’on parle d’investissement, le sexe de notre audience va plus s’orienter vers le masculin.

C’est vraiment quelque chose que j’ai remarqué aussi.

Solène : C’est que les femmes, à la base, s’occupent beaucoup des dépenses familiales, du budget.

De tout ce qui va être petites dépenses du quotidien, organisation des finances familiales, mais pas tout ce qui est investissement.

Et là, dès qu’on parle d’investissement, c’est l’homme qui s’en occupe parce qu’on ne sait pas vraiment pourquoi.

Mais on va laisser faire les pros.

Thomas : C’est une idée reçue.

Solène : Apparemment ! Oui, c’est ça.

Thomas : Je t’avoue que je ne vois que des améliorations.

Je vois même en coaching, des coachings que je fais en bourse, j’ai quand même des femmes et j’en suis très content et je trouve que ça se passe super bien.

Je vois quand même beaucoup de femmes qui s’intéressent de plus en plus et réduise le gender investing gap

Et je pense qu’on est quand même dans une période où avec les réseaux sociaux, avec la diffusion, la connaissance gratuite qu’il y a sur Internet.

On a cette vulgarisation et cette diffusion des connaissances qui permet au final à la plupart des femmes de se rendre compte que ce n’est pas faite que pour les hommes.

Et que tout le monde est capable d’investir quelque soit son sexe.

Solène : Oui complètement.

Mais surtout que le truc qui est vraiment dommage, c’est que les femmes, de manière générale, toujours investissent mieux que les hommes.

Les femmes n’ont pas envie d’investir, elles se disent, c’est trop risqué, c’est trop compliqué, c’est trop dangereux.

Pour plein de raisons qui ne sont pas forcément d’elles.

Mais pourtant, quand elles investissent, elles le font mieux que les hommes.

Et il y a plein d’études qui mettaient ça en avant.

Je peux te citer par exemple une étude de Fidelity, qui est une société d’investissement aux États-Unis, qui a montré que sur 10 ans, ses clientes ont gagné en moyenne 40 points de base.

Donc 0,4 %, dans le sens si les hommes ont fait 5 % , les femmes ont fait 5,4 % de plus par an que leurs homologues masculins.

Donc, quand tu n’es pas trop calé en investissement, tu peux dire « Oui, ce n’est pas beaucoup 0,4 %, merci ». Mais toi même tu sais que sur des décennies c’est important.

Thomas : Oui avec les intérêts composés, ça fait une grosse différence.

Solène : Énorme, c’est ça.

En fait, c’est juste qu’elles n’osent pas, mais quand elles investissent, elles investissent de manière globale, mieux que les hommes et pourquoi ?

C’est là où c’est intéressant, à la fois pour tes auditeurs masculins et tes auditrices.

C’est que les femmes investissent avec une vision qui est plus long terme.

Qu’elles donnent la priorité à la sécurité sur le long terme plutôt qu’aux gains rapides et faciles à court terme.

Et on sait que les gains rapides et faciles à court terme existent.

Thomas : Ce n’est pas forcément facile.

Solène : C’est très rare.

Thomas : Ça existe, mais c’est le syndrome du survivant.

On n’entend que les gens qui ont réussi, on n’entend pas tous ceux qui ont perdu.

Solène : Complètement.

Et ceux qui ont réussi parlent de là où ils ont réussi et pas de là où ils ont échoué.

Donc, à ce point-là, elles tradent moins que les hommes.

Elles font moins de transactions sur leur compte que les hommes.

Dans l’étude de Fidelity, ils montraient que les femmes, sur la période de 10 ans, elles ont acheté et vendu deux fois moins que les clients masculins.

Donc, elles touchent deux fois moins à leurs portefeuilles que les hommes, parce que les hommes ont un peu ce côté sur confiance de se dire : « Oui, non mais là, ça baisse. Je pense que si j’en rachète et puis je vais revendre cette action et je vais acheter ça » et on sait que souvent ça ne fonctionne pas.

Thomas : C’est ça !

Solène : Mais contrairement à ce qu’on peut penser, elles ont généralement un meilleur sang-froid aussi.

Elles paniquent moins et elles réagissent simplement et émotionnellement aux fluctuations de la bourse.

Thomas : Aux fluctuations, oui.

D’accord. Ça tu vois, je ne le savais pas.

C’est une étude qui regroupe un peu toutes ces conclusions c’est ça ?

Solène : Oui, il y en a plein que je pourrais te donner si tu veux les mettre

Thomas : Oui, on pourra peut-être mettre en lien pour ceux qui ça intéressent parce que c’est vrai que ce n’est pas trop cool de lire ça après au calme.

Solène : Oui, complètement.

Il y en a plein, les chiffres, le pourcentage de cette performance varie généralement.

On est souvent sur la performance quand même comme la majorité des études.

Mais c’est quelque chose qui est, heureusement, de plus en plus étudié et c’est intéressant.

Non pas pour dire les femmes sont meilleures et les hommes sont moins bons, ce n’est pas le but.

C’est juste de dire qu’on a tendance à se dire que l’investissement ce n’est pas fait pour nous parce que toutes les raisons qu’on a abordées avant.

Au final, l’investissement, si vous êtes une femme, est autant fait pour vous que pour les hommes.

Et les hommes peuvent aussi apprendre des choses, des comportements en bourse, des femmes qui se performent.

Oui, il y avait une étude, je ne me rappelle plus laquelle exactement, qui disait que 9 % des femmes seulement pensaient qu’elles pouvaient se performer par rapport aux hommes en tant qu’investisseuse.

9% des femmes se disent : « Moi je pourrais faire mieux ».

Thomas : Ok ! Ça prouve qu’elles n’ont pas forcément confiance aussi ?

Solène : Oui, c’est ça, un problème de confiance aussi.

Thomas : Ok ! Là je vais partir sur une autre thématique qu’on ne va pas forcément creuser, mais c’est juste pour comprendre le terme.

On parle souvent de « Gender Lens » aussi.

J’ai eu tendance à confondre les deux termes, est-ce que tu peux nous dire ce que c’est le « Gender Lens » par rapport au « Gender Investing Gap » ?

Solène : Le « Gender Lens », on va voir un tout petit peu de lien entre les deux.

Mais vraiment très léger.

Le « Gender Lens Investing » c’est la pratique d’investir en prenant en compte les critères de genre.

Notamment les critères d’égalité hommes femmes dans le choix de nos investissements.

Par exemple, on va décider d’investir dans des entreprises qui ont une représentation plus élevée de femmes dans le conseil d’administration, dans des postes de direction.

Des entreprises qui ont des bons résultats en matière d’égalité salariale, qui ont des politiques sur le lieu de travail qui vont aider les femmes.

ça peut être régime congé paternité ou congé maternité, politique contre le harcèlement sexuel, ce genre de choses.

Et tu peux aussi avoir des entreprises qui ont pour objectif de créer des produits et des services qui visent à améliorer la vie des femmes.

Thomas : D’accord ! Le « Gender Lens » c’est choisir des actions et tu vas même noter qu’il va regrouper des entreprises qui vont viser vraiment l’égalité homme et femme, c’est ça ?

Solène : Oui, c’est ça.

Effectivement, tu peux le faire soit toi-même, soit à travers des fonds ETF.

Le présupposé de base de tous ça puisque les partisans de l’investissement « Gender Lens » soutiennent, c’est que les entreprises qui ont une proportion de femmes à des postes de direction qui va être plus importante que la moyenne.

Ou des politiques comme je disais, qui ont aidé à l’égalité hommes femmes, vont sur le long terme obtenir de meilleurs résultats que les entreprises qui ne respectent pas ce genre de principe.

À la base, le socle de ça, ce qui est une étude qui est beaucoup citée, c’est une étude de McKinsey.

Qui a sorti une étude qui disait que parmi les 1000 entreprises dans le monde, celles du quartile du supérieur de la diversité des genres, donc celles qui respectent le plus la diversité des genres dans leur direction étaient 21 % plus susceptibles que celles du quartile inférieur.

Donc c’est le quartile qui respecte le moins de surpasser les revenus moyens dans leurs secteurs.

Donc ceux qui respectent le plus, tout simplement, l’égalité hommes femmes se performent versus ceux qui ne respectent pas.

C’est le présupposé de base, c’est un peu comme l’investissement socialement responsable.

Dans la vision plus écologique, on se dit : « Les entreprises qui vont respecter la planète, sur le long terme, elles vont leur donner un résultat ».

Thomas : Elles vont mieux performer parce qu’on n’a pas trop le choix.

Solène : C’est ça.

Et un jour ou l’autre, on espère que des sanctions vont tomber et qu’on ne pourra plus continuer à détruire la planète au quotidien.

Et que les entreprises qui sont les plus respectueuses, les plus vertueuses et qui sont préparées à ça, c’est celles qui vont se performer sur le long terme.

Thomas : Ok !

Solène : Après, ça ne veut pas dire non plus qu’en investissant en « Gender Lens », tu vas forcément avoir de meilleures performances.

Thomas : Oui, ce n’est pas garantie.

Solène : Non.

Thomas : Je pense que c’est une question de conviction aussi. Je pense que quand tu choisis ton ETF ou l’entreprise, si tu fais du « Stock Picking » en ETF, je pense que c’est une question de conviction.

C’est aussi ce que tu as envie d’appuyer avec ton épargne.

Solène : C’est ça. C’est tout le but de prendre des critères qui ne sont pas que des critères de rendement et des critères financiers, c’est de se dire : « Moi j’investis, est-ce que je vais perdre quelque chose en investissant en Gender Lens ? »

[Fin de la retranscription]

Pour écouter l’épisode de podcast en entier c’est par ici.

Avis Origame : La plateforme qui réduit vos abonnements gratuitement

Et si je vous disais qu’il existe une plateforme capable de vous faire économiser en moyenne 350€ / an gratuitement et sans faire de paperasse ? J’ai nommé la nouvelle pépite des fintech Française Origame !

Pour écouter la version podcast cliquez ci dessous

Sur mon blog et mes podcasts j’insiste très souvent (pour ne pas dire tout le temps) sur une chose.

Commencez par listez et réduire vos charges fixes

Par les charges fixes j’entend principalement tout ce qui va être abonnement et facture mensuelle.

Tel que l’électricité, le gaz, internet, le forfait mobile, les assurances ou encore les abonnements streaming.

Mais il y a toujours ce MAIS.

On a la flemme de faire de la paperasse!

Même si je vous ai déjà donné une super astuce anti procrastination ici pour vous motiver à faire les démarches, j’ai aujourd’hui encore une meilleure astuce à vous proposer.

Elle s’appelle ORIGAME

Origame est né de la création de 3 personne. 1 avocat, 1 comptable et un ingénieur.

origame

Ils étaient convaincu d’une chose.

La plupart des gens ont trop d’abonnement et ils ne les payent pas au juste prix.

Il souhaitent réduire leur charge fixe mais sont bloqués par une chose : Résilier ou renégocier un abonnement c’est trop compliqué.

Les démarches à faire et les opérateurs compliquent toujours tout pour ne pas vous faire changer pour la concurrence.

Et donc on la flemme de faire les démarches pour réduire ses charges fixes.

Conscient de cette problématique (que je confirme clairement lors de mes coachings budgétaire), ils ont souhaité répondre à ce besoin et résoudre cette problématique.

Comment ?

En proposant une plateforme qui fait les démarches à votre place gratuitement.

Origame annonce une économie moyenne de 350€ par foyer.

Ils réduisent vos abonnement et facture dans tous les domaines.

L’électricité, le gaz, internet mais également sur les abonnement streaming .

Comment réduire ses abonnement concrètement avec Origame ?

Après vous être inscrit rapidement en cliquant ici, vous arrivez sur un tableau de bord

origame

En vous connectant pour la première fois, vous avez un tuto vidéo rapide de l’utilisation de la plateforme qui vous est présenté.

Vous pouvez le consulter également ici

Ensuite, il vous suffit de cliquer sur ajouter un abonnement , de rentrer le nom de votre fournisseur de préciser le montant de votre abonnement et de valider.

A ce moment là, vous n’entrez même pas de données personnelles .

Mais l’outil calcule quand même l’économie potentielle que vous pourrez faire en passant chez un concurrent.

Si il estime que vous avez déjà un bon prix, il ne vous précisera aucune économie.

Une fois que vous avez rentré toutes vos charges fixes, le tableau de bord vous permet de voir un coup d’œil les économies potentielles par mois et sur l’année.

Et souvent on peut faire des bonds de sa chaise.

Quand on voit ce qu’on peut jeter par la fenêtre par flemme de changer.

Ok et il se passe quoi si je veux changer ?

Pour changer de fournisseur, il faudra donc aller plus loin dans la démarche et renseigner un peu plus de données suivant l’abonnement.

Par exemple pour le contrat électrique, il faudra donner une estimation de votre consommation et votre PDL (Point de livraison qui se trouve sur votre facture actuelle)

Bref toutes les infos nécessaires pour que Origame fasse les démarches à votre place.

Une fois que vous avez affiné vos données, Origame vous présente les différents fournisseurs avec les différentes offres.

Vous pouvez donc voir en un coup d’œil les économies potentielles suivant le fournisseur choisi.

Vous pouvez également cliquez sur « en savoir plus » pour avoir toutes les infos sur le nouveau fournisseur et voir si il n’y a pas de coût caché, d’engagement ou autre.

Ensuite Origame est transparent avec vous et vous dit ce qu’il va se passer si vous souhaitez changer de fournisseur.

Ils s’engagent à 3 choses :

  • Aucune coupure de service
  • Pas d’intervention de technicien
  • Aucun frais supplémentaire

Ce sont pour moi 3 atouts majeurs dans le changement de fournisseur.

C’est gratuit et vous n’avez aucun impact sur votre vie.

Toujours sans aucune démarche administrative.

Aucune Coupure de service

Beaucoup de gens ont peur par exemple qu’en changeant de fournisseur d’électricité ou de fournisseur internet ils perdent l’électricité ou leur internet.

Il n’en est rien.

Origame se charge de faire la transition et s’engage à ce que vous n’ayez pas de coupure de service

Etre alerté automatiquement avant de passer sur une offre plus chère

Vous devez le savoir si vous avez récemment changer de forfait mobile ou internet.

L’offre alléchante dure 6 mois ou un an puis vous payez le double et dès fois vous devez rester engagé.

Origame vous prévient 1 mois avant la date d’échéance pour que vous puissiez vous retourner et changer de nouveau de fournisseur si vous souhaitez garder le tarif intéressant.

Ou encore pour éviter de vous retrouver coincé avec un engagement supplémentaire d’un an avec un fournisseur.

Quels abonnements peut-on optimiser avec Origame?

Voici une liste non exhaustives de toutes les charges que vous pouvez réduire

  • Assurance en tout genre (Maison, Voiture, Scolaire etc..)
  • Mutuelle
  • Electricité
  • Gaz
  • Box Internet
  • Forfait Mobile
  • Abonnement Streaming (Netflix, Deezer, Spotify etc…)
  • L’abonnement à la salle de sport

Exemple du changement de fournisseur électrique

Beaucoup de personne pense encore qu’il existe uniquement EDF en tant que fournisseur électrique.

Depuis l’ouverture à la concurrence dans la distribution d’électricité, il y a des dizaines et des dizaines de fournisseurs qui proposent des tarifs plus compétitifs que EDF.

De plus leur service client est souvent de meilleur qualité

Et ils proposent de l’énergie provenant d’énergie renouvelable.

Tout ça à moindre prix.

C’est le cas par exemple de Mint Energie, chez qui je suis personellement.

Le tarif est de -15% par rapport au tarif réglementé en passant par l’offre Online.

En passant avec Origame, ce fournisseur sera très certainement proposé.

Si vous souhaitez changer de fournisseur d’électricité rien de plus simple.

Rassurez vous il n’y aura pas de coupure d’électricité ou encore de frais supplémentaire.

Ni d’intervention de technicien.

Tout se fera tout seul et vous aurez toujours le courant chez vous.

La seule chose qui change c’est le prix sur votre facture mensuelle.

Mais dans le bon sens 🙂

La Magie du partage d’écran

Comme je vous le disez plus haut, la magie de Origame réside dans ce partenariat qu’ils ont fait avec Spliiit.

Si vous utilisez Netflix ou Spotify , vous avez peut être déjà un écran partagé avec un ami pour payer moins cher.

Mais c’est toujours compliqué de savoir qui doit payer quoi ou de faire les remboursements.

Ou encore si vous n’avez justement personne avec qui partager et que vous payez plein pot un abonnement Netflix.

Origame propose que vous partagiez vos écrans avec d’autres internautes qui recherchent la même chose que vous.

Je l’ai testé personnellement et ça vous prendra pas plus de 5 minutes de trouver un écran / compte partagé et diviser par 4 le prix de vos abonnements streaming.

Ils font réellement les démarches à votre place

On connait tous l’abonnement à la salle de sport auquel on y va 3 mois et on arrête.

Mais on a la flemme de faire la démarche de résilier car c’est complexe.

Origame réalise réellement la démarche de résiliation à votre place.

Ils envoient le recommandé et font la lettre pour vous.

La seule chose qu’ils vous facturent est l’envoi du recommandé et ils ne se font même pas de marge dessus!

Mais du coup vous vous demandez peut être comment ils se rémunèrent…

origame

Comment gagnent ils de l’argent si c’est gratuit ?

Ils sont rémunérés uniquement si vous changez de fournisseur d’électricité et d’assurance habitation.

Ils touchent une comission du nouveau fournisseur.

Une comission qui est transparente pour l’utilisateur.

C’est comme un prime de parrainage que leur reverse le fournisseur pour leur avoir amener un nouveau client grâce à leur plateforme.

Mais la bonne nouvelle c’est qu’ils n’ont pas de partenariat exclusif.

C’est-à-dire qu’ils présenteront les partenaires de manière neutre et donc ne vont pas vous orienter vers ceux qui payent plus de commissions.

L’obsession du service client

En échangeant avec le CEO d’ORigame, il m’a avoué que LE livre qui lui avait changé la vie s’appelait « L’obsession du service client ».

Ce qui veut dire qu’ils ont mis le paquet la dessus.

Vous avez une fenêtre de chat en bas à droite du site.

Vous pouvez poser toutes les questions que vous souhaitez et ils répondent dans des délais très court.

Et surtout , ce n’est pas un robot qui vous répond mais bien un être humain.

Avec des réponses personnalisées à vos questions, doutes ou remarques.

Que font ils de vos données personnelles?

Comme vous vous en doutez il va falloir rentrer un certain nombre de vos données pour qu’ils puissent connaitre votre situation et faire les démarche à votre place.

Les données ne sont en aucun cas partagés à des tierces personnes.

Elles restent uniquement sur la plateforme et ne sont pas diffusés

Les axes d’améliorations

Certains de mes clients en coaching m’ont remonté quelques problèmes que j’ai moi même remonté au CEO d’origame (Vous l’écouterez dans l’épisode de podcast !)

Les garanties des assurances.

Dans les économies proposées sur les nouvelles assurances, on ne peut pas savoir si les garanties inclues dans nos contrats initiaux restent inclues dans la nouvelle assurance avec l’économie proposée.

C’est un problème car l’économie peut paraitre trompeuse.

Le problème ayant été remonté, Origame travaille sur cette problématique et fait toutes les démarches actuellement pour pouvoir avoir le droit de proposer les meilleures offres incluant les mêmes garanties.

En attendant, vous devrez allez regarder manuellement que la nouvelle assurance propose les mêmes garanties que ce que vous avez déjà.

J’explique tout en détail sur comment faire cette démarche dans l’article « Economie assurance : 3 étapes pour gagner des centaines d’euros ».

La couverture des fournisseurs internet non pris en compte

Autre problème qui peut induire une économie trompeuse.

Origame vous proposera la meilleure offre internet ou mobile mais ne peut pas savoir si le fournisseur proposé a une bonne couverture réseau (mobile ou TV) dans votre secteur.

Encore une fois Origame a conscience de cette lacune a pour projet de résoudre ce problème.

L’idée serait de pouvoir géolocaliser avec votre adresse la couverture faite par l’opérateur proposé afin de vous proposer la meilleur offre en tenant compte de la couverture là où vous vous trouvez.

Ainsi vous pourrez tout de suite voir si la meilleur offre proposée est compatible avec la zone où vous vivez à la fois pour le mobile comme pour la box.

Les projets futurs d’origame

En plus de ces deux choses sur lesquels ils travaillent et qui devraient être prêt pour le 1er semestre 2021, ils prévoient une énorme avancée sur leur plateforme pour vous faciliter encore plus la tâche.

Ils prévoient de pouvoir mettre en place l’API bancaire.

C’est à dire qu’en reliant Origame avec votre banque (avec une synchronisation simple), la plateforme pourra relever automatiquement tous vos prélèvements mensuels et abonnements à optimiser.

Cela restera bien sûr une option et ne sera pas obligatoire pour ceux qui ne souhaite pas faire de synchronisation avec leur banque.

Mais cela aura pour avantage de voir les économies réalisables sur l’année en un seul clic.

Pour résumer : Les avantages et Inconvénients d’origame

Les Avantages

  • Entièrement gratuit
  • Aucune paperasse à gérer
  • Plateforme intuitive, ergonomique et ludique
  • Service client réactif et performant
  • Possibilité de faire des centaines d’euros d’économies en quelques clics
  • Données personnelles entièrement sécurisées

Inconvénients

  • Pour les assurances , besoin de faire une manipulation supplémentaire pour vérifier que l’économie maintient bien les garanties
  • Pour les abonnement télécom, bien vérifier que le nouvel opérateur couvre bien le réseau chez vous

J’espère que cette présentation d’Origame vous permettra d’y voir plus clair et surtout vous motivera à réduire vos charges fixes facilement.

Pour conclure, vous ne perdrez rien à l’essayer car c’est gratuit et ça permet de voir où vous en êtes dans vos charges fixes et si il y a des optimisation à faire.

Et croyez moi, l’essayer c’est l’adopter 🙂

Pour tenter l’expérience vous pouvez vous rendre sur leur site ici

5 façons de protéger votre épargne pendant la crise.

En ces temps si particuliers de crise, beaucoup me demande comment ils peuvent protéger leur épargne pour faire face à cet immense brouillard qui nous attend.

Je vais détailler dans cet article des astuces que je préconise pour protéger vos économies et éviter de perdre de l’argent en ce moment.

Attention, ce dont je parle dans cet article ne sont pas des recommandation d’investissement ou de placements. Ce sont seulement des astuces que je vous partage au vu de ressenti sur la situation actuelle.

#1 Protéger votre épargne sur vos livrets bancaires

C’est la solution la moins risquée mais la moins rentable également.

Vous ne gagnerez pas d’argent en stockant vos économies sur vos livrets bancaires.

Sans forcément vous faire peur, en théorie vous perdez même en pouvoir d’achat en stockant votre épargne sur les livret bancaire.

Car le rendement de cette épargne étant inférieur à l’inflation, en soit vous êtes moins « riche » d’une année sur l’autre avec cette épargne.

Mais c’est actuellement la meilleure solution pour avoir de l’argent en sécurité et disponible rapidement en cas de coup dur.

Comme précisé dans « Epargne de précaution : Combien faut-il ? «  Je vous recommande d’avoir minimum 3 mois de salaire sur un livret d’épargne bancaire. Principalement pour faire face aux imprévus avant d’économiser pour un quelconque projet.

protéger votre épargne crise

#2 Epargner avec une assurance vie

C’est aujourd’hui le « meilleur » rendement sécurisé qu’il existe (pour la partie fonds euros). J’ai mis meilleur entre guillemet car le rendement est un peu plus élevé que l’inflation. Donc en théorie on ne s’appauvrit pas en épargnant sur une assurance vie.

La seule problématique est que l’épargne est un peu moins disponible. Il vous faudra en moyenne 48 à 72h pour récupérer votre argent.

De plus, la plus value est imposée. Mais ça reste plus intéressant que le livret bancaire.

Une stratégie d’épargne saine serait de placer une somme fixe tous les mois sur une assurance vie sécurisé en fond euros si vous pouvez vous le permettre.

#3 Acheter de l’or

L’or est considéré comme une valeur refuge. Elle joue vraiment son rôle pendant ces temps de crise et on le voit clairement avec ce graphique . L’or a clairement monté en ces temps de crise.

Personnellement je n’achèterais pas de l’or maintenant  au vu de la dernière augmentation fulgurante.

Mais vous pouvez étudier la chose si vous avez beaucoup d’épargne et que vous recherchez un placement refuge pendant la crise.

#4 Protéger votre épargne en ayant du cash à la maison pendant la crise

protéger votre épargne crise

Au vu de la crise actuelle, une crise économique est à venir et on ne sait pas combien de temps elle risque de durer.

Il peut en découler également une crise bancaire. Si tel est le cas, il peut être rassurant d’avoir du cash à la maison pour protéger son épargne bancaire.

Ne sortez pas forcément toute votre épargne pour l’avoir en cash.

Mais avoir un tiers de son épargne en cash peut être rassurant et vous protéger d’une éventuelle crise bancaire ou autre crise plus grave à venir.

#5 Résister à vos émotions sur vos investissements.

Si vous avez investi sur les marchés boursiers que ce soit par unité de compte sur votre assurance vie ou directement via un PEA ou compte titre, vous avez dû voir vos actions fortement baisser.

A moins que vous ayez un besoin vraiment urgent d’argent maintenant, je vous conseille fortement d’attendre et ne pas tomber dans le piège des émotions en vendant dans la panique.

Si vous avez investi, j’espère que vous l’avez fait en pensant long terme.

Il est normal que le marché boursier chute brutalement pendant une crise comme celle ci.

Car ce sont les fameux risques auxquels on s’expose en investissant en bourse.

Et il est dommage de vendre au plus bas…

D’ailleurs en ce moment ce serait plutôt le moment d’acheter que de vendre pour profiter de la baisse.

Mais je ne m’attarderai pas sur le sujet car je n’ai pas les connaissances nécessaires pour conseiller quoique ce soit.

J’espère que cet article a pu vous permettre d’apprendre des choses.

Et dans l’idéal qu’il ait pu vous donner des idées ou vous rassurer vis à vis de vos économies et de la situation actuelle.

Partagez moi en commentaire quelle est votre solution fétiche pour protéger votre épargne en ce moment !