Étiquette : bourse

Epargne enfant : Les 5 meilleures stratégies pour prévoir l’avenir

Tu as un enfant qui arrive bientôt? Ou tu le vois grandir trop vite et tu te dis : « Le temps passe vite et ce serait pas mal que j’épargne pour mon enfant ».

Car tu dois le savoir mais un enfant ça coûte cher.

De la naissance à l’adolescence ça a un coup non négligeable.

Si il est encore bébé tu peux écouter l’épisode 28 qui donne 7 astuces pour optimiser le budget bébé

Mais après ? C’est encore pire !

Le permis à payer, les études à financer, leur première voiture etc…

Sans compter d’éventuel accident de la vie (que je ne te souhaite pas!).

Bref tout ça pour dire qu’un enfant rime avec « prévision financière pour son futur ».

Et pour ça rien de tel qu’une bonne vielle méthode de gestion de budget qui est :

  • Une épargne en automatique en début de mois pour ton enfant

Tu peux le faire dès sa naissance et c’est même recommandé (j’en parle plus loin).

Car au moins ça t’oblige à épargner pour son futur.

Et cette épargne sera intégré dans tes charges fixes donc tu n’auras jamais à y penser.

Mais ensuite vient les quesitons :

Que faire avec cette épargne automatique ? Où l’envoyer ?

Sachant que l’idée n’est pas de la toucher avant sa majorité (ou quelques années avant)

Je vais donc tout t’expliquer

En te décrivant les 5 stratégies que tu peux mettre en place pour tes enfants.

De la moins rentable à la plus rentable.

Etant papa depuis plus d’un an, j’ai creusé le sujet pour mettre en place personnellement l’épargne pour ma fille dès maintenant.

Je te partage en fin d’article quelle est LA stratégie que j’ai personnellement mis en place.

Si tu es à la recherche de revenus passifs pour toi, tu peux télécharger ton guide gratuit pour générer 7 types de revenus passifs ici.

Disclaimer : Ce contenu ne fait pas l’objet de conseil en investissement. Je ne suis pas reconnu comme un professionnel par l’état mais juste un particulier qui partage son expérience. Investir comporte des risques dont vous êtes le responsable

Pour écouter la version podcast c’est par ici

Stratégie 1 : Les livrets bancaires

Le livret A ou le livret jeune.

Celui que l’on a tous ou tous eu.

Mais qui a un gros problème….

Le rendement ridicule !

Avec 1% en 2022 vous allez perdre de l’argent sur le long terme au vu de l’inflation qui est bien supérieur (environ 3-4% à l’heure où j’écris ces lignes)

Si tu souhaites investir sans risque et que tu veux rester vraiment éloigné des marchés financiers c’est la meilleure solution mais ce n’est pas la plus rentable.

D’autant plus que vu que tu n’as pas besoin de cet argent pendant au moins 15 ans tu n’as pas d’intérêt à le faire dormir sur un livret où le plus gros avantage est la « disponibilité » de cet argent.

Donc selon moi pour les livrets bancaire (malgré la sécurité que cela peut représenter) je dit « next » tout de suite pour l’épargne des enfants.

Stratégie 2 : Le PEL pour l’épargne enfant

épargne enfant

Le PEL est le plan d’épargne logement.

Il est possible de l’ouvrir pour son enfant dès sa naissance avec un virement minimum de 225€ initial et à raison de 540€ / an minimum (soit 45€/mois)

Si l’argent est retiré durant les 4 premières années, le PEL est fermé automatiquement.

En revanche, après 4 ans, il est possible de retirer de l’argent sans le fermer.

L’avantage du PEL est qu’il permettra à ton enfant d’emprunter pour de l’immobilier au taux souscrit l’année de l’ouverture du PEL.

Et comme en ce moment les taux sont bas et si dans 10 ans les taux ont beaucoup remonté cela peut vraiment être une aubaine pour ton enfant.

En revanche, l’inconvénient est que les taux étant justement bas, l’épargne de tes enfants sera très peu rémunéré (1% en ce moment).

Donc potentiellement intéressant pour le futur emprunt mais pas pour faire fructifier cet argent.

Stratégie 3 : Epargner pour ses enfants sur une assurance Vie

Oui ça peut paraitre étonnant.

Mais on peut ouvrir une assurance vie au nom de son enfant.

Et il pourra utiliser cet argent à partir de ses 18 ans.

Tu peux aussi ouvrir une assurance à ton nom et lui donner cet argent à ses 18 ans.

L’avantage d’investir en assurance vie est de profiter de l’aspect « couteau suisse » de ce support.

Car tu pourras à la fois investir en

  • Fond Euros (Peu de rendement mais sécurisé)
  • Unité de compte (donc en bourse et dans l’idéal avec des ETF)
  • En SCPI (pas toutes les assurance vie le proposent donc il faut bien les sélectionner)

Je te compare d’ailleurs les différentes enveloppes fiscales française ici où je détaille un peu plus l’assurance vie.

Tu pourras donc booster le rendement de l’épargne de ton enfant tout au long de tes investissements.

Et le tout avec un seul support tout en pouvant être bien diversifié.

Stratégie 4 : Le Compte Titre Ordinaire

Avec cette stratégie tu choisis plus de risques

Car il sera possible uniquement d’investir en bourse.

épargne enfant

Si tu souhaites être accompagné sur le sujet n’oublie pas que je propose des accompagnement en coaching boursier et que tu peux prendre un RDV de 15 minutes gratuitement avec moi.

Pour l’ouverture d’un CTO pour l’épargne de ton enfant tu auras deux solutions :

  • Un CTO au nom de l’enfant (uniquement possible avec un courtier Français)
  • Un CTO à ton nom (avec des courtiers étrangers)

L’intérêt d’ouvrir un courtier étranger comme trade republic est de pouvoir bénéficier de frais réduit et de programmer tes investissements en automatique.

Je précise tous les avantages de Trade Republic dans cet article

L’investissement en bourse pour ton enfant pour paraitre à première vu « risqué » ou encore pas très « bon père de famille ».

Mais si es convaincu que cet argent est placé pour plus de 10 ans et surtout que tu comprends dans quoi tu investis en bourse, ce placement doit vraiment être étudié pour épargner pour tes enfants.

Car historiquement les actions sont le placement qui a le mieux performé de l’histoire (nette d’inflation) et bien plus que l’immobilier.

Tout cela malgré les crises, krash et autres guerres mondiales.

Bien sûr il ne faut pas faire n’importe quoi et mettre en place les meilleures astuces pour débuter en bourse.

Stratégie 5 : Investir en Crypto

C’est la dernière stratégie que j’aime nommé la stratégie « Tête brulée ».

Car investir en crypto pour soi est une chose (et je le fais!).

Mais le faire pour payer les études de ses enfants est autre chose!

Car le marché en plus d’être beaucoup plus risqué et volatil que le marché boursier, il est surtout très récent.

Le bitcoin ayant été crée en 2009.

Donc dans 20 ans, les cryptomonnaies peuvent effectivement devenir ce qu’est internet aujourd’hui (et donc ton placement aura bien fructifié)

Mais tout peut aussi disparaitre et tu peux perdre tout ton capital !

Et bye bye les études des enfants.

Donc sois très vigilent avec cette dernière stratégie.

Je pense que si tu la met en place il faut que tu sois très bien renseigné sur le sujet et que tu aies des convictions très fortes.

Ma stratégie personnelle pour l’épargne de mon enfant

Personnellement j’ai choisi la stratégie 4 pour ma fille et épargner pour son futur.

Je place un montant régulier sur un ETF monde en investissement programmé avec Trade Republic.

Tout simplement.

Si tu as besoin d’en savoir plus ou que tu veux échanger avec moi de vive voix tu peux prendre RDV ici

Avis Trade Republic : Le meilleur courtier ? Avec Matthias Baccino

J’ai eu l’honneur de recevoir le directeur France de Trade Republic dans le podcast. C’est l’occasion aussi pour moi de te donner mon avis sur trade republic

Trade Republic est une jeune fintech allemande qui a pour ambition de révolutionner l’investissement en bourse pour les particuliers.

En faisant payer le prix juste.

Et non en appliquant un pourcentage sur les ordres comme le font la plupart des courtiers

Matthias Baccino, le directeur France m’a accordé une interview.

Pour écouter le podcast tu peux cliquer ici

On y parle de la stratégie ultime d’investissement en bourse : LE DCA

Et comment Trade Republic peut te permettre de le réaliser de manière gratuite avec les investissements programmés.

Et c’est possible à partir de 10€.

Pour ouvrir un compte chez Trade Republic, tu peux passer par ce lien pour gagner 200€ à l’ouverture de ton compte.

Avant de te donner le contenu de l’épisode du podcast laisse moi te donner mon avis sur trade republic.

Et pourquoi je l’utilise personnellement et j’en parle souvent en coaching boursier pour ceux qui démarrent.

Disclaimer : L’article n’a pas pour vocation a un être un conseil en investissement. Investir comporte des risques dont vous êtes responsable.

Mon Avis sur Trade Republic

Les frais

avis trade republic

C’est selon moi le seul courtier aujourd’hui qui permet de faire payer le juste prix.

C’est à dire avec des frais fixe de 1€ / ordre (achat et vente)

Donc cela peut paraitre élevé si tu investis avec de petites sommes.

Mais dans ce cas là avec les investissements programmés (à partir de 10€), il n’y a AUCUN Frais sur le passage d’ordre à l’achat.

Ce qui rend tes investissements sans aucun frais de courtage.

Si tu veux savoir comment eux se rémunèrent je t’invite à écouter l’épisode de podcast en entier où Matthias nous explique tout.

Les Garanties

Ce courtier est basé en Allemagne donc dans l’Union Européenne et les ordres sont libellés en euros.

C’est selon moi un premier point rassurant.

Car si le courtier étant dans un pays hors UE et dans une monnaie différente les choses sont tout de suite plus compliqué (taux de change et législation très différente)

Trade Republic garantit tes fonds jusqu’à 100 000 € déposé ce qui laisse une bonne marge surtout quand on démarre :-).

Les autres avantages que je note :

  • Plateforme Ludique , ergonomique et fiable
  • Possibilité de faire de l’investissement ultra passif avec les investissement programmés
  • Un service client en Français et réactif
  • Frais réduit au maximum que ce soit pour les gros portefeuilles comme les petits
  • Trade Republic envoi un IFU (Imprimé fiscal Unique) ce qui facilite grandement ta déclaration d’impôt car tu as juste à remplir les montants dans les bonnes cases
  • Le PEA serait à priori bientôt disponible (On en parle dans l’interview :-)) et avec les mêmes conditions tarifaires
  • Idem pour les cryptomonnaies (Si tu veux en savoir plus écoute l’épisode de podcast dans son intégralité!)

Les inconvénients

  • C’est un courtier étranger donc il faut le déclarer aux impôt (Formulaire 3916)
  • On ne peut pas réaliser de « diagramme d’investissement » comme le propose par exemple le courtier Trading 212. C’est une fonctionnalité que j’apprécie particulièrement car elle permet d’investir sur son portefeuille automatique en fonction des pondérations définies

Avis global Trade Republic

Mon avis pour trade republic est globalement très positif.

Après tous les courtiers essayé (Degiro, T212, Interactive Brokers) c’est celui qui me parait le plus adapté aux débutants et même aux personnes confirmés.

A la fois pour les frais faibles, et la simplicité que la passivité

Mais également pour les fonctionnalités d’investissement programmés qui permettent de faire du DCA en automatique.

Voilà pour mon avis sur trade republic.

Pour profiter de 50€ à l’ouverture de ton compte et démarrer gratuitement pense à passer par ce lien

L’interview du directeur France

Je te laisse maintenant avec une retranscription d’un extrait du podcast avec Matthias Baccino qui t’expliquera tout ça de vive voix pour te confirmer mon avis sur trade republic

Pour écouter la version audio du podcast tu peux cliquer ici

Matthias : Avant, on avait avant 3 actifs qui payaient pour 1 retraité et c’était tenable.

A l’heure actuelle, on est à 1,4 actifs pour 1 retraité et demain, on sera à 1 actif pour 1 retraité. 

C’est un énorme problème structurel en Europe, qui n’est pas du tout adressé par les gouvernements.

85% de l’épargne des européens sont investis sur des comptes courants, des livrets A et des fonds en euros qui ne rapportent rien comparé à l’inflation.

Je rappelle quand même qu’en 2021, le livret A représente en France 9 milliards d’euros de valeurs qui disparaissent et qu’il rapporte moins que l’inflation.

C’est dommage parce que le livret A est principalement utilisé par la classe moyenne et les jeunes qui ont des revenus plus ou moins modestes.

Ce sont ceux qui auraient le plus besoin de faire fructifier leur épargne.

De plus, ils perdent de l’argent face à l’inflation.

avis trade republic

C’est ce constat-là qui a généré la création de Trade Republic en Allemagne qui propose une offre très simple.

Aujourd’hui, les jeunes doivent investir 5% de leur salaire à partir de leurs 30 ans et il faut que ça leur rapporte 5% de rendement par an.

Ainsi, ils ne perdront pas de pouvoir d’achat lorsqu’ils seront à la retraite.

Une étude qu’on a réalisée avec l’économiste financier Marc Touati a montré que les générations des années 80 et 90 perdront à peu près 40 à 45% de pouvoir d’achat lorsqu’ils seront à la retraite.

C’est énorme.

A l’heure actuelle, on perd 20% de pouvoir d’achat mais une perte de 40 à 45% signifierait que les grands-parents de demain ne pourront plus aider financièrement leurs enfants et leurs petits-enfants.

C’est un gros problème.

Parce que le fait que les grands-parents soutiennent économiquement leurs enfants et leurs petits-enfants fait partie des piliers du contrat social français depuis la fin des Trente Glorieuses.

Si ce pilier disparaît, on constatera un appauvrissement généralisé de la population et une trappe à pauvreté. 

Tant que les européens continueront à placer 85% de leur épargne sur des comptes qui ne rapportent rien, on détruira de la valeur et à moyen terme, ça posera un gros souci.

Par conséquent, la seule solution est d’épargner 5% de tes revenus pour avoir un rendement de 5%.

Depuis 120 ans, les actions génèrent 5% de rendement mais seulement à deux conditions. 

Le premier élément clé est l’investissement régulier permettant de bénéficier de la performance moyenne.

Il s’agit de la stratégie du Dollar Cost Averaging aussi appelée la stratégie de l’investissement programmé.

On y reviendra plus tard car c’est un élément très important.

Le deuxième élément clé est la diversification.

Ainsi, si on investit dans des actions un petit peu tous les mois pendant 20 ans et de manière diversifiée, notre risque sera ultra maîtrisé.

Cette façon d’investir est la plus efficace à l’heure actuelle parce qu’on prend moins de risques pour avoir plus de rendement.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a démontré qu’en faisant de l’investissement diversifié sur 20 ans, on était à 99% de probabilités de gagner de l’argent. 

Thomas : On peut aussi parler des Exchange Traded Funds (ETF), mais je pense que tu y viendras après vu qu’on n’a pas encore abordé la question des frais.

Matthias : Oui, les ETF sont très pratiques pour la diversification. C’est indiscutable.  

Thomas : Oui. Il y a des études qui indiquent qu’en misant sur un ETF sur le très long terme, tu as 90% de chances d’avoir des rendements plus intéressants qu’avec un fonds d’investissement.

On peut donc dire que la gestion passive est gagnante par rapport à la gestion active sur le long terme.

Est-ce que c’est quelque chose que tu confirmes aussi ?

Matthias : Oui et c’est indiscutable.

Dans le contexte macroéconomique actuel qui comprend :

  • l’inflation
  • Des taux bas
  • et la transition démographique

La stratégie d’investissement passive, diversifiée et progressive est la meilleure parce que les frais jouent un rôle déterminant.

En France, les grosses banques et les gros assureurs prélèvent en moyenne 2% de frais par an sur 5500 milliards d’euros d’épargne financière et ce depuis 50 ans.

Ce n’est pas un service, c’est un hold up. 

Thomas : C’est un scandale.

Matthias : Après, je suis aussi très souvent sollicité par des banquiers, des assureurs, des conseillers en agence et des petits cabinets de conseil en gestion du patrimoine qui approuvent cette pédagogie, cette innovation.

En fait, je ne remets pas en cause ces personnes-là parce que c’est le système qui fonctionne comme ça.

Ce sont les grosses banques qui sont trop grosses pour innover.

On dit souvent qu’elles sont too big too fail, c’est-à-dire trop grosses pour faire faillite.

Mais elles sont surtout too big to move, autrement dit trop grosses pour bouger.

C’est une chose que j’ai pu constater.

Je sais que qu’à l’échelle individuelle, les banquiers et les chargés d’affaires aimeraient mieux s’occuper de leurs clients et leur proposer des systèmes comme ceux de Trade Republic, mais ils ne peuvent pas le faire.

C’est très problématique.

En plus, il a été démontré que, dans la durée, les fonds de gestion active ne surperforment pas les ETF.

Finalement, si tu investis sur un ETF avec des actions du monde entier bien diversifiées ou même si tu investis sur le S&P 500 ou le CAC 40, tu auras en moyenne 0,2% de frais.

Si tu prends le fonds d’investissement d’un gérant star qui ne réussira pas à surperformer le marché dans la durée, tu vas payer 2% de frais de gestion.

On explique ça par le fait que les Français sont maintenus sous une cloche d’infantilisation par rapport à leur épargne depuis 50 ans.

Chez Trade Republic, on considère que chaque citoyen, chaque personne a la possibilité de voter.

Il y a “Republic” dans notre nom et ce n’est pas anodin.

Les personnes ont la possibilité de créer des entreprises et on leur fait confiance pour élever des gamins.

Pourquoi ne pourraient-elles pas choisir leurs thèmes d’investissement pour leur épargne à long terme ?  Ce qui se passe est juste fou.

Il y a un gros problème d’autolimitation mentale des Français par rapport à l’épargne.

avis trade republic

Parce que ça fait 50 ans qu’on leur dit qu’investir est dur, compliqué et risqué et qu’il faut faire appel à un professionnel pour le faire.

Thomas : C’est ce que j’allais te dire.

J’entends souvent les gens dire : “investir c’est risqué donc je ne le fais pas”.

« je n’y comprends rien, c’est pour les professionnels”.

“je préférerais qu’un professionnel gère ça parce que je me sentirais plus en confiance” etc.

Mais aujourd’hui, avec toutes les innovations qui existent comme les ETF et les nouvelles plateformes comme Trade Republic qui proposent des solutions alternatives, c’est accessible à tout le monde.

On peut investir soi-même sans se faire manger par les frais.

Ce qui fait d’ailleurs que j’ai un super avis sur Trade Republic

Matthias : Exactement.

En fait, on a dit tout à l’heure que les actions rapportaient 5% en moyenne par an depuis 120 ans. 

Thomas : Et ce malgré les crises, je précise …

Matthias : Oui, en intégrant les krachs qui font partie de la vie de la bourse.

On a dit aussi tout à l’heure que mettre 5% de son revenu de côté rapportait 5% de rendement par an pour compléter sa retraite par répartition.

De cette façon, on pourra garder son pouvoir d’achat au moment de la retraite.

Par exemple, si tu investis dans une assurance vie via ta banque ou un fonds d’investissement, tu réussiras peut-être à faire 5% de performance brute mais on va te prendre 2% de frais.

Dans une étude qu’on a faite avec Marc Touati, on a démontré que ces 2% de frais couplé à des taux aussi bas et à une remontée de l’inflation, c’est catastrophique.

Les gens qui investissent via leur banque ou leur assureur, voient leur performance passer à 3% au lieu de 5% à cause des frais.

Thomas : J’ajouterais même qu’on ralentit le phénomène des intérêts composés puisqu’on nous retire 2% de frais par an.

Matthias : Oui, c’est l’effet boule de neige.

Thomas : Oui, c’est ça.

Il y a une chose que tu as dit tout à l’heure sur laquelle je voudrais rebondir.

Tu as parlé du livret A qui appauvrit et je suis complètement d’accord avec toi sur ce point.

Je voudrais juste préciser, et je pense que tu seras d’accord avec moi, qu’il est quand même important de garder une épargne sur un livret A pour faire face aux imprévus.

Matthias : Oui, évidemment.

Thomas : Je voulais juste clarifier ce point car il ne faudrait pas que les gens te prennent au pied de la lettre et qu’ils placent tout leur argent en bourse.

Il faut au moins avoir 3 à 6 mois de salaire sur un livret A pour faire face aux imprévus. 

Matthias : Oui, je suis d’accord avec toi.

Je voulais surtout dire que le problème était qu’il y avait énormément d’argent dans les comptes courants et les livrets A. 

Thomas : Finalement, on parle de surplus.

Matthias : Oui, c’est ça.

Il faut avoir un matelas de sécurité pour faire face aux accidents de la vie et aux imprévus, c’est indispensable.

Nous, on s’attaque vraiment au problème de l’épargne long terme.

Pour clarifier mon raisonnement, je vais citer un slogan publicitaire qui dit « notre épargne est notre avenir, investissons-la ».

Nous avons fait des études avec l’IFOP et des sociologues.

Et nous avons constaté une vraie rupture générationnelle à l’heure actuelle en France dans la perception de l’investissement.

Tu disais tout à l’heure que les gens pensent qu’investir est trop risqué mais c’est une chose que les jeunes ne disent plus aujourd’hui.

En fait, 2/3 des jeunes considèrent qu’investir en bourse n’est pas risqué, parce qu’ils ont connu les crypto-monnaies qui sont beaucoup plus volatiles.

Je connais un jeune créateur de contenu de 25 ans qui a des millions de followers.

Et qui a un plan d’investissement programmé en ETF avec des actions du monde entier.

Il y met 50€ par mois et c’est un peu comme si c’était son livret A finalement.

La perception du risque a complètement changé et aujourd’hui, la vraie difficulté concerne la notion d’accessibilité.

En France, 85% des personnes disent que l’investissement en actions ne devrait plus être réservé à une élite.

Plus de 50% des personnes disent qu’elles ne savaient pas qu’on pouvait faire des plans d’investissement programmés en action et qu’ils s’y intéressent désormais.

Le fait que la grande majorité des gens disent que l’investissement n’est pas fait pour eux révèle en réalité d’un problème d’accessibilité.

Je fais souvent le parallèle avec le phénomène d’autolimitation mentale des femmes vis-à-vis de leur carrière.

C’est un peu la même chose que la relation qu’ont les Français vis-à-vis de l’investissement.

Toute proportion gardée évidemment.

Ils veulent le faire mais ça fait tellement longtemps que les banquiers et les assureurs leur disent que c’est difficile.

Et que l’Etat a structuré l’épargne en fonction de la fiscalité avec des incentives fiscaux.

Ce qui rend l’épargne accessibles qu’à ceux qui payent beaucoup d’impôts.

Qu’il y a un travail culturel à mener pour libérer les gens de cette autolimitation.

Thomas : Oui, c’est une histoire d’éducation financière finalement.

Matthias : Il faut leur donner confiance en eux tout en leur donnant les clés en termes d’éducation financière.

Ce que je voudrais dire à ton audience, c’est que l’investissement à long terme en bourse, c’est un peu comme le judo.

Il y a des ceintures blanches et des ceintures noires.

Dire que tout le monde va devenir trader, que la question est vite répondue.

Que vous allez partir vivre aux Maldives dans 2 mois, que vous allez gagner 10000€ par mois grâce au trading etc.

Tout cela est faux.

Aujourd’hui, 80% des gens qui essayent de faire du trading hyper actif perdent de l’argent.

En revanche, 100% des gens qui ont investi en bourse programmé, diversifié et sur le long terme ont gagné de l’argent ces 120 dernières années.

Thomas : On est d’accord que, quand tu parles de long terme, cela signifie minimum 10 ans ?

Matthias : Oui, je dirais même 15 voire 20 ans.

Thomas : C’est ça. Il y a plusieurs études qui affirment que, plus tu augmentes ton horizon temps, plus le pourcentage de perdre de l’argent devient minime.

Cela dit, je crois que sur 20 ans, on est en dessous des 1%.

Tout est dit dans ton argumentaire.

Si tu ne fais pas avoir par le piège de la spéculation.

Et du fait que tu veux être riche rapidement et que tu appliques des règles simples (diversification, long terme, investissement programmé), ton risque de perdre de l’argent est très proche de zéro.

Matthias Oui. Complètement.

L’extrait est terminé.

Pour écouter le podcast dans son intégralité c’est par ici.

Si tu veux connaître mon avis sur Trade republic je t’invite à relire le début de cet article

ETF en bourse : Comment battre les pros en 5 minutes par mois

Les ETF en bourse sont des produits magiques.

Ils permettent d’investir dans un panier d’action présélectionné en un seul clic.

C’est le produit financier rêvé pour quelqu’un qui veut investir en bourse sans perdre trop de temps et en restant passif.

Tout en profitant de la performance de la bourse sur le long terme.

Après avoir t’avoir détaillé quelles enveloppes choisir pour investir en bourse.

Et quelles sont les 7 astuces que tu dois savoir avant de débuter

On va rentrer dans le dur et expliquer pourquoi les ETF sont un des meilleurs produits financier pour investir en bourse sans trop prendre de risque.

N’oublie pas que si tu souhaites être accompagné dans ton investissement en bourse c’est par ici.

Et si tu veux récupérer ton guide gratuit pour apprendre 7 façons de générer tes premiers revenus passifs c’est par ici.

Disclaimer : Je ne suis pas conseiller en investissement. Je suis un particulier qui partage son savoir et son retour d’expérience sur l’investissement. Investir comporte des risques dont vous êtes responsable.

Si tu veux découvrir la version du podcast c’est ci dessous.

Pour que tu comprennes bien l’intérêt des ETF il est important que je t’explique d’abord qu’est ce qu’un fond d’investissement.

Et ensuite qu’est ce qu’un ETF et pourquoi un ETF est très souvent mieux qu’un fond d’investissement.

Les fonds d’investissements : la gestion active

ETF en bourse

Définition

Ce sont des sociétés qui ont pour objectif de récolter l’argent des épargnants pour le faire fructifier.

Dans le but de leur faire obtenir le meilleur rendement possible en fonction des risques qu’ils souhaitent prendre.

On appelle aussi cela de la gestion active.

Par exemple si vous avez un profil « prudent » ils vont investir majoritairement en obligation.

Et si vous avez un profil « risqué » ils vont investir majoritairement en action.

Et souvent sur la partie action ils vont faire ce que l’on appelle du « stock picking ».

C’est à dire qu’ils vont choisir des actions individuels pour essayer de faire mieux que leur indice de référence.

Par exemple en France, on peut choisir des actions comme Total, LVMH ou Dassault en espérant faire mieux que l’indice de référence qui est le CAC 40.

Et ces fonds d’investissements sont souvent utilisés sur des assurance vie avec les unités de compte.

Mais il est possible d’investir sur ces sur le PEA également.

Les frais

Le problème principal des fonds d’investissement concerne les frais.

Les frais qui avoisinent les 2% de la somme placée.

Et souvent ces frais « grignotent » ta performance alors que tu prends toi même tous les risques.

C’est à dire que même si tu perds de l’argent à cause d’un krash, ces fonds te prélèveront quand même ces 2%.

Et sur le très long terme, les statistiques montrent que la majorité des fonds d’investissement font moins bien que leur indice de référence sur le long terme.

Donc il peut s’avérer pertinent de se poser la question : « Pourquoi ne pas investir soi même directement dans l’indice de référence ».

Car d’une part on évite de payer les frais importants des fonds d’investissement.

Mais aussi on a plus de chance d’être performant (D’après les statistiques et l’historique que l’on a actuellement).

Mais alors comment faire pour réaliser cela ?

Avec les ETF en bourse.

Les ETF en bourse : la gestion passive

ETF en bourse

Définition

Les ETF sont des paniers d’action dont l’objectif va être de répliquer la performance d’indice de manière totalement passive.

Par exemple l’ETF CAC 40 va répliquer la performance exacte du CAC 40.

C’est à dire qu’avec un seul « produit » acheté, tu vas acheter les 40 plus grosses entreprises Française composant le CAC 40.

Tu as donc l’avantage de pouvoir être diversifié en un seul ordre de bourse.

Cela limite aussi les risques liés à une seule action.

Car imaginons qu’une entreprise fasse faillite.

Au lieu de perdre tout ton capital, si tu investis dans un ETF où il y a l’entreprise qui fait faillite, ce sera transparent avec un ETF en bourse car les 39 autres entreprises compenseront cette faillite.

Les frais

C’est là LE gros avantage par rapport aux fonds d’investissement.

Ils sont variables mais ils sont généralement compris entre 0,1 et 0,4% pour les ETF en bourse les plus connus (ceux répliquant les indices les plus connus).

Voici quelques exemples d’indices connus qui sont répliqués par les ETF en bourse :

  • CAC 40 : indice répliquant la performance des 40 plus grandes entreprises Françaises
  • S&P500 : indice répliquant la performance des 500 plus grosses entreprises Américaines
  • MSCI World : indice répliquant la performance des 1600 plus grandes entreprises mondiales des pays développés (Amérique du Nord / Europe / Japon)

Quels types d’ETF en bourse ?

J’en distingue deux grandes « Familles »

  • ETF géographique
  • ETF sectoriels.

Les ETF géographique vont répliquer un indice sur une zone géographique donné.

Par exemple avec un ETF S&P500 vous allez répliquer la performance du marché Américain dans son ensemble.

Les ETF sectoriel ont le même principe que les ETF géographique.

C’est bien un panier d’action .

ETF en bourse

Mais au lieu de répliquer la performance de l’indice d’un pays, le panier d’action va regrouper les entreprises d’un même secteur.

Par exemple un ETF « Santé » va regrouper que des entreprises relatives à la santé.

Un ETF « Changement Climatique » va regrouper uniquement des entreprises engagés dans le changement climatique.

Ces ETF sectoriels sont aussi appelé « Smart Beta » et ils existent de multitude de type d’ETF dans ce domaine.

Certains ETF sectoriels peuvent regrouper que des entreprises de type « Value » ou encore « Croissance ».

L’important à retenir est qu’un ETF qui ne suit pas un indice « géographique » vas regrouper des entreprises du même secteur d’activité ou du même type.

Ces ETF peuvent être considéré comme plus risqué car vous n’êtes pas diversifié « sectoriellement » contrairement à un ETF géographique.

Par exemple si tu investis sur un ETF « Pétrole » et que dans 20 ans on n’a plus besoin de pétrole, cet ETF ne vaudra plus grand chose.

Et sur ces ETF sectoriels les frais ont tendance à être plus élevé et peuvent monter jusqu’à 0,6 ou 0,7%.

Ce qui reste toujours moins cher que les fonds d’investissement

Conclusion : ETF en bourse ou Fond d’investissement ?

Tu as dû le comprendre au vu de la façon dont est rédigé cet article, mais je suis un grand partisan des ETF plutôt que des fonds d’investissement.

Principalement pour les frais économisés et au vu du fait que sur le long terme les ETF font mieux que les fonds d’investissement sur les actions.

Voici tout de même un récapitulatif des avantages et inconvénients entre fond d’investissement et ETF en bourse.

Avantages et Inconvénients des ETF en bourse

Avantages :

  • Peu de frais
  • Diversification immédiate sectoriel et géographique
  • Possibilité de démarrer avec peu d’argent (certains ETF valent 20€)
  • Possible d’y investir sur chacune des enveloppes (PEA, Assurance Vie, CTO)
  • Plus faible volatilité
  • Très passif

Inconvénients

  • Risque de « surdiversification »
  • Pas très « stimulant intellectuellement » car très passif

Avantages et inconvénients des fonds d’investissement ?

Avantages

  • Gestion de votre portefeuille faîtes par des professionnels
  • Possibilité d’avoir une diversification entre classe d’actifs simplifié (Entre obligation et action notamment)

Inconvénient

  • Frais important
  • Risque de faire moins bien que le marché action
  • Uniquement dispo sur Assurance Vie et PEA

Revenus passifs 2022 : 7 idées pour gagner de l’argent en dormant

Ce guide va te présenter simplement comment tu peux générer tes premiers revenus passifs en 2022.

Simplement, en pratique depuis chez toi et sans blabla.

Tu pourras même tester les idées gratuitement car sur certaines idées je te propose des codes parrainages pour tester l’idée soit gratuitement soit avec des bonus.

Pour pouvoir profiter de ces premiers revenus passifs tu dois

  • Avoir de l’épargne à placer (pas forcément beaucoup pour démarrer)
  • Etre prêt à passer l’action
  • Bien lire jusqu’au bout ce guide
  • Savoir que les rendements annoncés sont avant impôt

Petit Disclaimer : Je ne suis pas un conseiller en investissement. Je suis un particulier qui partage son expérience. Investir comporte des risques dont vous êtes le responsable.

Avant de te présenter les 7 types de revenus passifs 2022, si tu veux savoir quel montant tu veux recevoir en complément de revenu voici le calcul à faire.

Si tu connais le montant de ton épargne à placer et le rendement souhaité

  • Tu as 10k€ à placer avec un rendement de 5% annuel => Tu auras 500€/an soit 42€/mois
  • Tu as 20k€ à placer avec un rendement de 8% annuel => tu auras 1600€/an soit 133€ /mois

Si tu connais le revenus passif que tu souhaites et que tu veux savoir quel rendement visé

Par exemple, tu veux recevoir 100€ / mois de revenus passif avec 10k€ d’épargne

Pour savoir le rendement annuel dont tu as besoin le calcul est => (1200/10 000) *100 = 12%

Donc si tu veux 100€ de plus par mois avec tes 10k€ il faut que tu vises un rendement annuel de 12%

Plus tu augmentes le capital et/ou le rendement plus tu recevras de revenus complémentaires.

L’idée n’est pas de mettre « All In » sur un placement à 15% car tu risques fortement de tout perdre.

D’une façon générale, plus le rendement est élevé, plus le risque est élevé et plus il faudra se méfier.

L’idée est d’arriver à diversifier tes placements pour avoir un couple rendement / risque acceptable.

Mais il faut que tu saches que tous les placements décrits ci dessous comportent un risque de perte en capital.

Et en même le jour où on t’annonce des revenus passifs à 5 ou 10% complètement garanti (et donc sans risque), il faut réellement que tu partes en courant.

Dans tous les cas pour chaque placement décrit je te mettrais les indicateurs pour évaluer :

  • Le risque
  • Quel rendement espéré
  • Le niveau de confiance de l’investissement
  • La somme minimum d’investissement
  • Le code Parrainage / Lien avec le montant offert pour que tu testes gratuitement ou avec un bonus

Pour chaque plateforme, je te proposerai un lien ou un code parrainage où tu auras toujours un montant offert.

Le montant des offres est susceptible d’évoluer à la hausse comme à la baisse en fonction des offres du moment par plateforme.

Les montants indiqués sont ceux connus à la date de la rédaction de ce guide soit fin Décembre 2021

Tu n’es pas obligé de le suivre mais cela te permet de tester la plateforme gratuitement avec une offre de bienvenue à chaque fois.

Pour être tout à fait transparent avec toi, je toucherai en général la même somme que toi si tu passes par ce lien.

Ça peut être ta contribution pour me remercier de toutes les infos que je te donne dans ce guide ou si tu es un fidèle auditeur du podcast ou de ma newletter du lundi matin

Les dividendes en bourse : Les revenus passifs 2022 « classique« 

Une entreprise côté en bourse a pour objectif de faire du profit, donc du bénéfice.

Ce bénéfice peut être utilisée de 2 façons :

  • En le réinvestissant dans l’entreprise pour la faire croître ou développer de nouveaux projets
  • En redistribuant une partie aux actionnaires sous forme de dividende.

Donc toi en tant qu’investisseur si tu possèdes des actions d’une entreprise tu peux recevoir un complément de revenus totalement passifs avec les dividendes.

Pour cela, il faut choisir les bonnes actions à dividendes mais c’est là un tout autre guide qu’il faudrait écrire.

Si je dois te résumer quelques bonnes pratiques :

Voici les choses à éviter :

  • Ne choisis pas les plus gros rendements de dividendes (en général >7%) . Car c’est le meilleur moyen pour que l’entreprise coupe le dividende au plus vite
  • Évite d’acheter les actions la veille du détachement du dividende en pensant toucher le dividende et revendre l’action le lendemain. Car la valeur de l’action perd le montant exact du versement du dividende donc ce sera une opération nulle.

Et les idées à approfondir :

  • Regarde plutôt les « aristocrates du dividende ». Ce terme signifie que ces entreprises (Américaines) ont augmenté leur dividende sans interruption depuis 25 ans. Ce qui prouve leur stabilité et leur solidité dans le temps malgré les crises (Exemple : Coca Cola, Mac Do etc.)
  • Regarde plutôt des actions américaines pour cette stratégie et donc utilise plutôt un compte titre ordinaire

Pour investir en bourse tu as 3 façons de le faire.

  • PEA
  • Compte Titre Ordinaire (CTO)
  • Assurance Vie.

Je te détail les avantages et inconvénients de chacune de ces enveloppes fiscales dans cet article

Mais si tu veux des revenus passifs tout de suite, le mieux reste le CTO.

Malgré l’inconvénient de la fiscalité par rapport à l’assurance Vie et le PEA.

Car sur le CTO tu peux investir directement dans les boites américaines avec peu de frais et toucher tes dividendes en direct.

Et les actions américaines sont les plus adaptés pour les actions dividendes (versement plus régulier, moins de coupure de dividende , etc…)

Le prêt aux entreprises

Aussi Appelé « Obligation Corporate » Ou « Obligation d’entreprise », ce n’est rien de plus qu’un prêt à une entreprise.

Concrètement, une entreprise a besoin d’argent pour investir ou acheter du matériel.

Elle fait appel à des particuliers pour avoir un prêt et elle vous le rembourse avec des intérêts.

Et ce sont ces intérêts qui représentent tes revenus passifs en 2022.

Ce qui est intéressant c’est que l’on peut choisir l’entreprise que l’on peut soutenir donc son secteur d’activité.

Mais aussi on peut voir l’historique de la société et de sa capacité à rembourser les prêts.

Il existe de nombreuses plateforme pour les prêts aux entreprises avec des rendements plus ou moins importants.

Mais la plateforme que je te présente ici et que j’utilise est spécialisé dans les projets éco responsables.

Donc cela peut te correspondre si tu as une fibre « écolo » et que tu souhaites y contribuer avec ton épargne.

La contrepartie est que les rendements sont un peu moins intéressants que sur des entreprises « classiques » présentées comme October par exemple.

La plateforme que j’utilise est Miimosa.

Ce n’est pas la seule qui propose ce genre d’investissement.

Mais c’est une des seules qui est vraiment spécialisé dans les projets durables.

  • Minimum d’investissement : 20€
  • Risque : Plutôt faible
  • Rendement Espéré : 3/4%
  • Niveau de Confiance : Bon
  • Pour commencer avec un bonus => Code Parrain Miimosa : WM4FX79LX : 25€ offert pour 100€ investi

Le stacking de stablecoin : Les revenus passifs 2022 crypto

Pour les cryptos, on parle toujours de Bitcoin ou de l’etherum.

Mais il existe des cryptos qui sont adossés au dollar.

Comme le tether (USDT) ou encore le USDC.

On appelle cela des stablecoins car elles sont stables par rapport au dollar.

Elles vaudront toujours 1$ quelques soit la tendance du marché des cryptomonnaies.

L’avantage d’en avoir est qu’on peut les placer comme sur un livret A (on appelle ça « stacker ») et obtenir des rendements intéressants. Jusqu’à 10% dès fois.

Plus tu les « bloques » sur une longue période, plus le rendement sera élevé.

En revanche, si tu les places de manière « flexible », le rendement sera moindre.

Le problème qu’il y a dans cette stratégie est le manque de régulation en France et dans le monde concernant les cryptomonnaies.

A ce jour les cryptos ne sont pas officiellement régulés et la fiscalité est encore imprécise et changeante.

Si tu essaies, démarre avec prudence et fais uniquement des transaction entre crypto.

Par exemple entre Bitcoin et Stablecoin.

Car si tu changes avec des euros , tu devras déclarer aux impôts ta plus value.

Et à ce jour l’imposition est la flat taxe soit 30% sur les gains en plus value.

Mais la loi est très récente et très changeante.

Donc pour le moment, personnellement je fais des échanges entre cryptomonnaie et stablecoin afin de ne pas avoir à déclarer de plus value tant que les règles ne sont pas plus précises et plus figés.

Personnellement je fais du « stacking » de stablecoin depuis plus de 2 ans et je n’ai jamais eu le moindre problème sur les plateformes ou sur les rendements annoncés.

Mais je préfère rester vigilent vu que le monde des cryptos est encore assez nouveau.

Les plateformes que j’utilise sont Binance et Crypto.com

  • Minimum d’investissement : Sur crypto.com en USDC c’est 250$. Sur binance vous pouvez le faire dès 0.1$
  • Risque : Moyen car on est dans l’univers crypto
  • Rendement annuel Espéré : 5% en épargne flexible / 10% si bloqué 3 mois.
  • Niveau de Confiance : Bon
  • Pour commencer avec un bonus => Crypto.com (25$ offert) / Binance (Jusqu’à 10% de commissions sur les ordres passés)

L’Immobilier classique depuis chez toi

On sort des cryptos pour parler d’immobilier

Mais comme je le précise en intro, ce n’est pas de l’immobilier en direct.

Ici l’objectif est de générer un revenu passif depuis chez toi en un minimum de temps investi.

Cela se fait avec la plateforme Bricks .

Elle permet de participer au financement d’un achat immobilier en tant que particulier.

La société achète des immeubles.

Pour cela elle a besoin de financement.

50% en prêt bancaire et 50% en financement participatif.

Et c’est là que tu interviens.

Tu peux investir ton argent et recevoir des loyers (minorés de frais de gestion).

Mais également revendre tes parts en encaissant une plus-value.

Donc au final l’avantage de l’immobilier sans les inconvénients (sans gestion et sans passer à la banque)

Les « parts » achetés s’appelle des « Bricks ».

La brick vaut en général 10€. Ce qui te permet d’investir dans l’immobilier à partir de 10€.

Ce qui est vraiment l’idéal si ta situation n’est pas adéquate pour faire un emprunt (en CDD, intérim ou que tu lances ta boîte)

De plus, il y a peu (Décembre 2021), l’équipe a mis en place une « marketplace » qui permet de revendre ses bricks quand tu le souhaites.

Ce qui permet d’encaisser ta plus value sur ta « part » de l’immeuble.

Et cela rend ton placement « liquide » contrairement à l’immobilier classique.

Ce placement est vraiment « disruptif » dans le secteur de l’immobilier car il permet d’avoir tous les avantages de l’immobilier (effet de levier, loyers tous les mois, plus value) sans les inconvénients (gérer les locataires, passer par le notaire, les banques etc…)

Le seul « problème » est que la plateforme est victime de son succès et qu’il y a plus de demande que d’offre.

Donc les biens mis en vente sur le plateforme s’arrachent en quelques minutes seulement.

Mais tu peux d’ores et déjà investir pour recevoir tes loyers de manières passives sans avoir à gérer de locataire.

Si tu veux en savoir plus le mieux est que tu lises leur FAQ qui est très bien faite.

  • Minimum d’investissement : Une brick (A partir de 10€)
  • Risque : Moyen (Le concept parait peu risqué mais au vu de la jeunesse du projet il faut rester vigilent)
  • Rendement Espéré : Jusqu’à 10-12% (Plus Value + Loyers)
  • Niveau de Confiance : Bon mais à confirmer avec le temps
  • Pour commencer avec un bonus => lien Bricks ou code THOCRE14 => 1% de bonus durant les 3 premiers mois.

Voilà pour les 4 premières façons de générer tes premiers revenus passifs en 2022.

Si tu veux découvrir les 3 dernières méthodes pour revenus passifs et recevoir le le guide complet, tu peux renseigner le formulaire ci dessous. Tu recevras le guide complet dans toi boîte mail.

Pour tous les investissement cités, je vous conseille de commencer gratuitement avec les offres quand l’offre de bienvenue le permet.

Si le bonus demandent une participation minimum, commence toujours avec le minimum pour « tester » l’idée.

Après la réception des premiers revenus passifs 2022 et quand tu sens vraiment la confiance dans la plateforme tu peux augmenter les sommes.

C’est personnellement ce que je fais et je n’ai jamais eu de mauvaises surprises.

Mis à part avec une plateforme mais que je ne citerais pas ici car justement elle n’était pas fiable !

Si tu veux aller plus loin et être accompagné de manière personnalisée je propose aussi :

  • Du Coaching budgétaire pour remettre de l’ordre dans tes finances et apprendre à épargner pour tes projets
  • Du Coaching boursier pour t’accompagner sur ta stratégie à mettre en place si tu démarres en bourse.

Si tu veux faire un point sur tes finances. Que ce soit sur la partie gestion de budget ou investissement je te propose un RDV de 15 minutes gratuit.

Avenue des investisseurs : Entretien avec le Co Créateur Ludovic

Ludovic est le co créateur du site internet Avenue des investisseurs avec son ami Nicolas.

Ce site est né d’une véritable passion pour l’investissement entre ces deux amis rencontrés sur un forum dédié à l’investissement

Le site avenue des investisseurs est devenu un site de référence pour toutes les questions liés à les gestion de l’épargne afin d’obtenir des rendements performants tout maitrisant le risque.

Ils y abordent les investissements les plus connus (Assurance Vie / Bourse / Immobilier) avec une très grande précision en vulgarisant tout pour que ce soit accessible à tout le monde. 

J’ai donc eu le chance d’être approché par Ludovic , le co créateur d’avenue des investisseurs pour l’interview sur mon podcast.

J’ai été plus que flatté dans la mesure où je suis un fidèle lecteur de ce site depuis longtemps et que je considère clairement comme ma bible de l’investissement.

Je vous laisse découvrir l’épisode du podcast ci dessous.

Afin d’être sûr de vous partager un maximum d’informations, je vous ai retranscrit un certain nombre de sujet abordé lors de l’interview à l’écrit ci dessous

Thomas MBZ : Salut Ludovic, peux tu te présenter et expliquer un peu la génèse du site avenues des investisseurs?

Ludovic : Nous sommes des autodidactes.

J’ai fait des études de biochimie et Nicolas des études en gestion.

Aucun de nous n’a eu une formation expliquant comment investir et placer.

D’ailleurs, nous avons beaucoup de lecteurs qui nous disent que même avec une formation purement financière, ils n’ont jamais appris les finances personnelles ! 

Donc nous avons appris par nous-même, au fil des besoins.

Car après quelques années de travail nous avions de l’argent à placer et investir.

Ainsi, progressivement, on s’est passionnés sur le sujet et on a appris de plus en plus sur l’investissement financier et immobilier

Thomas MBZ : Depuis quand et pourquoi avez-vous créé le site « Avenue des investisseurs » ?

Ludovic :

Nous avons créé avenue des investisseurs début 2018.

Bientôt 3 ans !

Nous avions envie de mettre en forme tout ce que nous avions appris en 10 ans, et de le partager avec notre entourage et finalement le plus grand nombre.

Ce qui fait que nous avons dû vulgariser, pour que tout soit accessible même à ma mère qui ne connaissait que le livret A 🙂

A titre personnel, on avait l’habitude de consulter plusieurs sites.

Mais c’était soit trop pointu, soit pas assez pédago, ou avec des articles dans tous les sens sans savoir par où commencer.

Avec avenue des investisseurs, nous avons voulu créer un guide de l’épargnant, avec une feuille de route à suivre.

avenue des investisseurs

Ainsi, nos lecteurs même débutants peuvent assimiler progressivement, puis avoir assez des connaissances pour prendre leurs propres décisions : placer en assurance vie, investir en bourse, en immobilier, défiscaliser ou non…

Notre site s’adresse à tous les épargnants.

Mais notre philosophie d’investissement est celle du « bon père de famille ».

On n’est pas des vendeurs de rêve et on n’oriente pas les internautes vers des placements avec des risques inconsidérés.

Ce qui ne nous empêche pas de proposer des stratégies d’allocation très dynamiques pour booster son patrimoine.

Par exemple, on a récemment publié un article expliquant comment devenir riche : atteindre 1 million d’euros (en pratique, cela prend entre 5 et 50 ans selon les ressources de l’épargnant…)

Thomas MBZ Pour quelqu’un qui souhaite placer son argent et qui n’y connait rien quel serait ton premier conseil ? La première règle absolue à suivre en investissement ? 

Ludovic Il faut comprendre ce que l’on fait et ne pas se précipiter. 

Ne pas investir en immobilier ou en bourse sans méthode.

Ne pas ouvrir une assurance vie ou un PEA au pif sans comparer.

Donc il faut d’abord définir ses projets.

Je veux placer pour quelle(s) raison(s) et quel(s) projet(s) ?

Quel est mon horizon de placement : 3 ans ? 5 ans ? 10 ans ? 20 ans ?

En fonction des projets financiers, les solutions de placement ou d’investissement ne seront pas les mêmes.

Pour du court terme, on va chercher à sécuriser quitte à avoir un rendement faible (plutôt fonds euro d’assurance vie).

Alors qu’à plus long terme, on peut aller chercher la performance sur des investissements plus risqués et volatils (immobilier et actions notamment).

Et ensuite, il faut s’informer sur les bons produits à ouvrir, et sur les bonnes pratiques d’investissement.

Que ce soit en assurance vie, en bourse, en immobilier.

En pratique, Avenue des investisseurs fournit les guides avec les bonnes méthodes, et compare les produits (assurance vie, PEA, PER, CTO, etc.)

Thomas MBZ : Quelle épargne de précaution trouves-tu correcte / conseillerais-tu avant d’investir dans un quelconque support ?

Ludovic :

Pour l’épargne de précaution, on recommande de détenir l’équivalent de 3 mois de dépenses dans un simple livret A.
avenue des investisseurs

Cela ne rapporte que 0,50 %, mais c’est liquide et sans risque. 

C’est un matelas de sécurité à avoir, mais il ne faut pas placer outre-mesure dessus vu que la rémunération du livret est sous l’inflation et donc nous appauvrit.

Alors pour le reste, on va placer ou investir plus “sérieusement” pour bien faire travailler son argent, et c’est là que notre site apporte une valeur ajoutée.

Thomas MBZ : Une fois que l’épargne de précaution est constituée, que fait-on ?

Ludovic : Ok, on part du principe que l’épargne de précaution est constituée.

Ensuite,  tout dépend des projets de la personne (davantage que la somme à placer). 

S’il épargne pour un apport pour sa résidence principale qu’il veut acheter dans 3 à 5 ans (c’est la situation de beaucoup de jeunes actifs), alors on va privilégier une allocation à 100 % fonds euro sur une bonne assurance vie.

En revanche, si la personne (ou le foyer) épargne pour les études des enfants dans 10 ans, alors une bonne assurance vie en gestion pilotée avec un mix de fonds euro et de trackers.

Et s’il épargne pour sa retraite dans plus de 20 ans, alors plusieurs investissements complémentaires : SCPI, PEA investi en trackers, assurance vie en gestion pilotée, et plan d’épargne retraite (PER).

Avoir un horizon d’investissement à long terme est la meilleure situation qu’il soit pour développer son patrimoine.

Puisque l’on pourra se permettre une allocation réellement dynamique sur des placements volatils et/ou peu liquides mais plus rémunérateurs.

En pratique, les épargnants ont généralement plusieurs projets en tête.

Donc, ils vont cumuler les stratégies complémentaires.

Par exemple : “j’épargne à la fois pour mon apport immobilier (x %), et pour préparer ma retraite (y %).

Donc j’ai x % de mon épargne placée en fonds euro.

Et y % diversifiés sur des investissements plus rentables à long terme : PEA, gestion pilotée, SCPI et PER”.

Thomas MBZ : Pour un premier investissement souhaité dans l’immobilier, que conseillerais tu pour démarrer ? Un bien locatif classique ? Nu ? Meublé ? Airbnb ? SCPI ? 

Ludovic

  • Le locatif classique en location nue (c’est-à-dire non meublée), est très taxé donc peu rentable.
  • La location courte durée (AirBnB) demande beaucoup de travail et la réglementation est de plus en plus stricte.
Selon nous, il reste 2 investissements immobiliers intéressants pour un investisseur avisé qui cherche le bon compromis entre rentabilité et temps de travail :
  • l’investissement locatif meublé, sous le statut LMNP. C’est une niche fiscale qui permet de réduire sa base taxable à 0 pendant de nombreuses années, en amortissant le bien. Donc le rendement net est généralement bon, si on achète au bon endroit au bon prix. Typiquement, on peut louer à des étudiants ou de jeunes actifs (bail d’1 an), des studios ou T2 meublés en ville. Il faut avoir l’âme d’un entrepreneur, pour acheter le bien et le mettre en location, c’est du travail de gestion.
  • la pierre-papier SCPI. Une bonne option pour diversifier sur des dizaines d’immeubles et sans avoir à gérer soi-même puisque tout est délégué ! On obtient des parts de SCPI et on reçoit les loyers correspondant. Pour un rendement d’environ 4 % par an. Plus accessible, puisqu’on peut emprunter aussi et investir en SCPI avec quelques milliers d’euros seulement.
avenue des investisseurs

Thomas MBZ : Pour un investissement en bourse : que conseillerais tu à un débutant ? Plutôt des trackers ? Des actions en particuliers ?

Ludovic : L’investissement en actions en direct (titres vifs) est très chronophage.

Et les épargnants ont souvent des biais sectoriels et/ou géographiques (voire sur le profil financier des entreprises) qui pénalisent le couple rendement/risque du portefeuille (je vous renvoie à la  théorie moderne du portefeuille développée par Harry Markowitz, prix Nobel d’économie).

Il faudrait diversifier sur plus de 50 sociétés et suivre l’actualité…

C’est une démarche aléatoire.

Et 95 % du temps la stratégie est perdante sur le long terme face à un simple tracker World

(C’est un fonds indiciel qui réplique la performance des 1600 plus grandes sociétés mondiales).

Bref, que ce soit pour les débutants ou les investisseurs plus aguerris, on recommande les trackers :

  • soit via une assurance vie en gestion pilotée : pour les épargnants qui ne veulent pas gérer eux-mêmes ni passer les ordres. D’ailleurs, notre sélection des meilleures gestions pilotées fait la part belle aux assurances vie qui investissent exclusivement en trackers.
  • soit via un PEA en gestion libre : pour les épargnants qui n’ont pas d’appréhension à passer leurs ordres et qui ne vont pas paniquer à la moindre baisse.

Thomas MBZ : Pour un investissement en assurance vie, que conseillerais tu ? 100% en fond euros ? Une part en UC ? 

Ludovic : Tout dépend des projets de l’épargnant !

Si l’épargnant a besoin de cet argent pour un apport immobilier sous 3 ans, alors 100 % fonds euro.

Mais s’il peut investir à long terme, alors les unités de compte (UC)  permettront de viser une bonne performance.

L’investisseur peut se tourner vers des UC de type SCPI ou trackers pour diversifier entre immobilier et actions. Il peut aussi déléguer en gestion pilotée s’il ne veut pas choisir soi-même ses UC.

Thomas MBZ : Est-ce que vous parlez aussi de gestion de budget sur avenue des investisseurs ?

Ludovic : Quasiment pas.

Juste dans notre guide en introduction, pour expliquer que la capacité d’épargne = revenus – dépenses.

Donc pour avoir une bonne capacité d’épargne, il faut maximiser ses revenus et maîtriser ses dépenses.

On met aussi à disposition dans notre boîte à outils un fichier de suivi des revenus, des dépenses et du patrimoine.

Il faut bien tenir son budget pour pouvoir investir, c’est la base.

On ne peut pas développer son patrimoine si on dépense toujours tous ses revenus. Il faut être discipliné.

En fait, tu te situes en amont avec Mon Budget Zen, tu aides les gens à gérer leur budget. Et une fois leur budget assaini, c’est là qu’on intervient :

Thomas MBZ : Quelle règle de gestion de budget préconisez vous ?

Idéalement, il faut avoir le réflexe de se payer en premier.

C’est à dire qu’avant de dépenser son argent, le 1er réflexe doit être de virer vers un produit d’épargne x % de ses revenus.

Sachant que la moyenne française est de 15 % (et beaucoup plus pour certains profils, par exemple les cadres).

En pratique, il existe des options de versement programmé sur certains produits, comme en assurance vie. Ainsi, pas de risque d’oublier

Thomas MBZ : Quelle formation / produits proposez vous ou prévoyez vous de proposer sur le site ?

Ludovic : Sur avenue des investisseurs nous ne proposons pas de formation…

Mais peut-être que nous proposerons des séances de coaching ultérieurement, tout est possible !

Pour l’instant, on reste avant tout un portail d’information pour tous les épargnants, des plus modestes au plus fortunés, quel que soit leur background.

Notre souhait est que les Français puissent avoir accès à l’éducation financière, pour prendre des décisions plus éclairées et vivre mieux.

Car mieux placer permet d’être plus serein et de réaliser plus facilement ses projets.

Certains épargnants nous contactent pour des problématiques patrimoniales complexes ou avec des enjeux importants.

Ce sont généralement des profils avec une forte capacité d’investissement et/ou un gros patrimoine. Nous les orientons vers un conseiller en gestion de patrimoine partenaire de confiance.

Question de fin à tous mes invités :

Thomas MBZ : Comment gères-tu toi personnellement tes finances ?

À la sortie de mes études, lorsque j’ai commencé ma vie professionnelle, j’investissais presque 100% de mon épargne sur des actions logées au sein d’un PEA.

J’avais différents biais dans mon allocation, je me tournais trop vers les actions françaises, et j’accordais trop d’importance au PER (price earning ratio), j’avais un biais pour les entreprises avec des PER faibles.

Avec le temps, j’ai diversifié davantage mon allocation, toujours sur des actions en direct.  Je passais des soirées entières à lire des rapports d’entreprise pour sélectionner les actions à intégrer dans mon portefeuille.

C’était très chronophage.

Puis, j’ai réalisé que les fonds indiciels étaient une solution beaucoup plus simple et tout aussi performante (voire davantage !).

Depuis quelques semestres, j’anticipe l’achat de ma résidence principale.

Du coup, j’ai graduellement sécurisé mes gains (pour me constituer un apport immobilier) et je les réalloue vers des fonds euro en assurance vie.

Dès que je serai propriétaire de ma résidence principale, je privilégierai les actions et l’immobilier pour développer mon patrimoine à long terme.

Thomas MBZ : Quel est le LE livre qui t’a marqué ou que tu souhaites recommander ?

J’ai beaucoup aimé le livre l’Investisseur intelligent de Benjamin Graham. Je recommande l’édition avec la préface de Warren Buffett. Il y a une quinzaine d’années, c’était mon livre de chevet.

Le livre n’est pas tout jeune mais les conseils que l’on y trouve sont intemporels.

Par contre, il faut avoir certains réflexes en tête pour transposer les conseils au cas d’un investisseur français au XXIème siècle.

Par exemple, quand Benjamin Graham parle d’investir dans des obligations, en tant qu ‘épargnant français, il faut faire le lien avec les fonds euro (lesquels sont un des vecteurs pertinents pour investir sur des obligations sans risque).

Pour retrouver l’interview du podcast dans son intégralité c’est par ici

Revenus et dividendes : Entretien avec Bertrand – Rentier avec la bourse

Bertrand du blog revenus et dividendes a eu la gentillesse de m’accorder de son temps pour nous parler de son parcours et de sa stratégie en bourse.

Celle d’une homme issu de la classe moyenne et qui est allé à contre courant de tous.

Il vit de ses revenus boursiers depuis 2016 d’où le nom de son blog « Revenus et dividendes »

Bertrand n’est pas riche et n’a pas hérité de quoique ce soit. Il a construit sa stratégie pour pouvoir être libre financièrement grâce aux dividendes versés par la bourse.

Si tu veux en savoir plus sur le coaching en bourse c’est par ici

Il nous explique toutes ses astuces dans l’interview ci dessous.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce qu’il fait je vous invite à aller consulter son blog revenus et dividendes ou aller acheter son livre très bien écrit pour en savoir plus sur sa stratégie.

Voici une transcription résumant les 15 première minutes de l’interview

Thomas MBZ : Aujourd’hui, on reçoit Bertrand du site revenus et dividendes

Bertrand a 50 ans et est rentier avec les dividendes de la bourse depuis 2016.

Il a commencé comme beaucoup de monde à investir de manière classique en essayant d’avoir des plus-values sur les actions et il a découvert en 2012, les dividendes.

Thomas MBZ : Bonjour Bertrand, que peux-tu ajouter à cette présentation de ton parcours?

Bertrand : Pour me présenter en quelques mots, j’ai cinquante ans et je suis papa de trois filles.

Je suis à la fois rentier, mais aussi auteur.

J’ai écrit un livre sur les dividendes, qui s’appelle « Gagner en bourse grâce aux dividendes« .

Je suis formateur, blogueur et je partage ma passion sur mon site revenus et dividendes.

J’ai commencé dans le salariat un peu comme tout le monde.

Je suis resté cinq ans et rapidement, j’ai basculé dans l’entrepreneuriat. J’ai monté ma première boîte en 1999. J’étais dans les premières start-ups françaises.

On a rendu la société en 2005-2006 et j’ai refait une petite incursion dans le salariat chez Air France.

Cela étant, j’ai créé une deuxième société en 2007, parce que le salariat, ça ne me convenait pas.

Ça allait bien jusqu’en 2011 ou 2012, où là, j’ai dû cesser l’activité.

Je me retrouve en 2011-2012, pratiquement à la rue parce que la société n’avait plus d’activité et en même temps, je n’avais pas le droit au chômage.

En France, à partir du moment où on est indépendant ou chef d’entreprise, on a le droit à rien.

J’ai commencé à rechercher du travail, mais quand on a 42 ans en France, on est un senior, on n’intéresse personne et j’ai eu très peur.

D’autant plus que j’étais chef d’entreprise.

Ce n’est pas facile soi-même et les gens ont des réticences à embaucher quelqu’un qui était chef d’entreprise.

Peut-être qu’à 30 ans, c’est une plus-value, mais à 42 ans, non.

Dans l’entreprise qui doit te recruter et qui t’accueille, le chef, il se dit, il va me prendre ma place.

Lui, ce n’est pas le gars qui va faire son travail, sans avoir une vision globale et ça peut être dangereux.

Je me voyais à la rue quelques temps après et là, je me suis dit, il faut vraiment que je trouve un autre moyen de gagner de l’argent par moi-même.

Comme beaucoup de gens le savent, ce n’est pas évident l’entrepreneuriat.

Les risques sont très importants.

Financièrement, il faut avoir un peu d’argent pour lancer le truc et après, c’est très risqué.

Si tu lances ton activité, rien ne te garantit, que tu vas en vivre.

80 % des sociétés ferment avant cinq ans, donc à quarante-deux ans, je n’avais pas envie de me remettre dans l’entrepreneuriat. En plus, je n’avais pas d’idée.

C’est lourd, entre les salariés, les clients, etc. et surtout, le fait de trouver une activité qui soit rentable, ce n’est pas évident.

J’ai eu un coup de blues et j’ai pris un peu de temps en me disant :

 « Qu’est-ce que je voudrais comme type de rémunération ou d’activité ? »

J’avais envie, comme tout le monde, de pouvoir vivre avec un revenu passif.

J’ai identifié cette notion de revenu passif avec, comme condition, de ne pas dépendre de patron, de l’état, de ne dépendre de rien et dans ce monde. En France, le plus connu, c’est l’investissement immobilier.

Pour moi, ce ne sont pas deux domaines qui s’opposent.

L’immobilier, pour les jeunes, c’est un super moyen de lever de l’argent, avec l’argent des autres.
C’est le principal avantage par rapport à la bourse où tu es obligé d’investir ton propre argent.

L’immobilier te permet d’investir avec l’argent de la banque.

C’est quelque chose que je conseille à des jeunes de commencer par l’immobilier. D’autant plus si tu es salarié, parce que tu as une capacité d’emprunt qui est importante.

L’immobilier, la problématique que j’avais, c’est que j’avais aucune capacité d’emprunt.

Étant au chômage, à la rue, aucun banquier ne m’aurait prêté de l’argent.

Le deuxième point, c’est la lourdeur administrative de l’immobilier.

Ce n’était pas dans mon ADN, ce n’était pas mon truc. Il y a aussi des risques de loyers impayés, etc. Ce n’est pas mon domaine de prédilection.

Les travaux, toutes ces choses-là, ça me pompe.

En plus, aujourd’hui, pour moi, l’immobilier a aussi un risque fiscal parce que ça reste une vache à lait pour l’état.

Et ça sera, à mon avis, de plus en plus une vache à lait parce que c’est du capital qui n’est pas liquide et qui permet à l’état de taxer les gens assez facilement.

Donc je me retrouve fin 2011 en me disant :

 « Comment je peux faire ? »

En lisant, je me retrouve sur des sites américains qui expliquent que l’on peut vivre de la bourse.

On peut vivre aujourd’hui, mais aussi pour préparer sa retraite.

Et là, il y a des tonnes de ressources sur ce sujet où je découvre que des millions d’Américains préparent leur retraite avec la bourse et en particulier avec les dividendes, mais aussi, pour certains, en vivent.

Ça a été une révélation ! Ça me cochait toutes les cases et ça me facilitait l’investissement, en ligne, sur Internet.

Aujourd’hui, j’ai un rendement sur mon investissement initial qui est de plus de 10 % sans aucun impôt sur le revenu.

Je découvre, que grâce à la bourse, on peut avoir des niveaux de rendements très élevés, voire plus élevés que ce que l’on peut faire en immobilier.

En particulier en région parisienne où les rendements sont très faibles.

Je me renseigne, je lis beaucoup, j’ai dû lire des dizaines de livres. Je crois que pendant six mois, j’ai fait que ça toute la journée.

Thomas : Avant d’investir du capital, tu t’es formé ?

Bertrand : Oui, pendant six mois.

Après, même en me formant, j’ai fait des erreurs, mais j’avais les outils pour savoir pourquoi je faisais ces erreurs.

Même, en te formant, tu peux faire des erreurs, mais ce n’est pas grave.

Dès que je les ai faites, j’ai pu voir pourquoi je les ai faites parce que je m’étais formée au préalable.

Et parce que j’avais les informations où je pouvais aller chercher plus d’informations pour comprendre les choses.

J’avais quand même un problème fondamental que l’on a évoqué tout à l’heure, c’est que je n’avais pas de capital.

J’ai fait banco, j’ai pris un énorme risque.

J’ai regardé autour de moi ce que j’avais. J’avais qu’un seul truc, un appartement.

J’avais réussi dans l’immobilier en résidence principale.

Il n’était pas payé à 100 %, mais en grande partie.

Je me suis dit, je mets tout en bourse, je vends mon appart.

Six mois de lecture m’avaient convaincu du truc.

Sur le long terme, tu n’as pas de risque, néanmoins, à court terme, tu peux avoir un risque.

Le gros avantage aussi par rapport à l’investissement dans les dividendes, c’est que globalement, c’est très décorrélé du niveau de la bourse.

Historiquement, la baisse des dividendes est extrêmement moins probable.

D’ailleurs, il y a plein d’exemples de plein d’années, la bourse baisse, mais les dividendes sont maintenus ou augmentent. J’avais bien étudié le sujet.

Pour découvrir la suite de l’interview, écoutez le podcast dans son intégralité ci dessous

Pour lire son ouvrage c’est par ici

Comment devenir riche en 4 étapes?

Désolé d’avance pour le titre un peu « putaclick ». Avant de trop te décevoir je ne vais pas te dévoiler une formule magique qui te fera devenir riche rapidement.

Si tu souhaites écouter l’épisode au format Podcast, clique ci dessous :

Les 4 étapes que je vais décrire demandent beaucoup d’effort au quotidien, de la motivation, de la persévérance et du temps. Et ce n’est pas donné à tout le monde.

Sachant que l’objectif final à mon sens n’est pas de devenir riche pour pouvoir nager dans l’argent et couler dedans.

Ce ne sont pas les valeurs que je véhicule sur ce blog.

L’argent est un outil. Un outil qui permet de réaliser ses projets et ses rêves.

Et c’est plutôt pour ces deux dernières raisons que je développe l’idée de « devenir riche » dans le titre c’est-à-dire avoir suffisamment d’argent de côté pour se payer :

  • Le voyage de ses rêves
  • Le mariage de ses rêves
  • La liberté financière

Cet article est donc plutôt axé sur cette dernière thématique qu’est la liberté financière.

Devenir riche ne signifie pas nager dans l’or mais avoir suffisamment de revenu passif pour ne plus avoir besoin de se lever tous les matins pour faire un travail que l’on n’aime pas.

Mais surtout pour avoir le temps de se consacrer à ses passions sans avoir à penser ou à stresser à cause de l’argent pour vivre.

Personnellement, je me suis fixé l’objectif, difficile mais atteignable, d’atteindre la liberté financière à l’âge de 40 ans .

devenir riche

Ayant fêté récemment mon 33ème anniversaire il me reste donc 7 ans pour l’atteindre.

Et pour cela, j’utilise les 4 étapes que je vais développer ci-dessous.

Je ne te promet donc pas qu’avec cette stratégie tu réussiras à l’atteindre mais en tout cas c’est la mienne et j’y crois donc je la partage.

Par contre je te préviens. Cela demande du temps, des efforts et beaucoup de motivation.

1ère étape : Apprendre à gérer son budget

C’est la base de mon expertise et c’est la thématique principale développée sur ce blog.

Si tu en doutes encore tu peux lire mes articles, télécharger mon tableau de gestion de budget gratuitement ou encore prendre un RDV de coaching budgétaire gratuitement

Gérer son budget et ses finances personnelles est le thème sur lequel je coach des gens.

Je peux t’aider pour atteindre les objectifs suivants :

  • Sortir du découvert
  • Solder tes crédits plus rapidement
  • Apprendre à t’y retrouver dans tes comptes
  • T’apprendre ma méthode de gestion de budget qui fonctionne et me permet de mettre de côté 1/3 de mon salaire tous les mois
  • Apprendre à anticiper et gérer les imprévus
  • Apprendre à maîtriser les dépenses compulsives.

L’objectif de la gestion de budget est

  • de faire le point sur tes finances
  • d’avoir un excédent tous les mois. C’est-à-dire que tes dépenses totales sur le mois (fixes et variables) soit inférieur à l’ensemble de tes revenus.
  • Diminuer ou supprimer au maximum tes dépenses inutiles.
  • Augmenter au maximum ton épargne
Si tu n’y arrives pas, il y a certainement quelque chose à corriger

Cela peut être un

  • problème d’organisation
  • manque de connaissance financière
  • manque d’éducation financière,
  • problème d’achat compulsif
  • problème de priorisation de dépenses
  • manque de stratégie ou de définition d’objectif

Beaucoup de gens pensent que pour pouvoir gérer mieux son budget il faut augmenter ses revenus.

Je pense le contraire.

La première chose à faire est d’apprendre à vivre en dessous de vos moyens quelque soit votre salaire.

Car une personne avec un gros salaire qui dépense plus que ce qu’elle gagne sera plus pauvre qu’une personne au SMIC mais qui sait gérer son argent et donc économiser tous les mois.

Les problèmes peuvent être nombreux et c’est pour cela que je t’invite à m’en parler directement pour un RDV de coaching gratuit.

2ème étape: Epargner pour devenir riche?

devenir riche

Une fois que tu maîtrise ta gestion de budget, c’est-à-dire que tu as ce fameux excédent régulièrement et tous les mois, tu peux commencer à épargner.

Car l’objectif d’avoir un excédent mensuel entre revenus et dépenses te permet d’avoir cette somme en plus que tu peux épargner.

L’objectif est que cette épargne soit régulière.

Que tu gère ton budget rigoureusement tous les mois avec la méthode qui fonctionne pour que tu sois sûr d’avoir cette épargne régulière tous les mois.

Dans un premier temps l’objectif sera de constituer une épargne de précaution.

Comme je le précise dans « Epargne de précaution: Combien faut-il ?  », il te faut minimum 3 fois le montant de ton salaire sur un compte bancaire (Livret A ou LDD).

Ainsi, en cas de coup dur ou d’imprévus, tu auras de l’argent « liquide », c’est-à-dire utilisable facilement et rapidement.

Une fois que tu as constitué cette épargne de précaution, tu es prêt à affronter les imprévus de la vie et tu peux passer à l’étape 3 (La plus importante) pour devenir riche 🙂


En terme de proportion d’épargne par rapport à ton salaire, l’idéal serait d’épargner entre 20 et 30% de ton salaire comme le préconise la méthode de gestion de budget 50/30/20

P.S : Si tu pioches dans ton épargne de précaution pour un imprévu, assure toi de repasser à l’étape 2 et d’atteindre de nouveau au minimum tes 3 mois de salaire avant de passer à l’étape 3.

3ème étape : Investir ton épargne

Une fois l’épargne de précaution formé pour faire face aux imprévus il faut maintenant que tu investisses l’épargne en surplus par rapport à ton épargne de précaution.

Car avoir « trop » d’argent qui dort sur ton livret A n’est pas vraiment pertinent.

Pourquoi ?

Car en théorie , tu t’appauvris en plaçant ton argent sur le livret A.

En effet, le livret A rémunère à 0,5% ton épargne et l’inflation est quant à elle supérieur à 1%.

Ce qui veut dire qu’avec cette épargne durement placée tu peux théoriquement te payer moins de chose d’une année sur l’autre.

Un exemple chiffré :

Tu as 1000€ sur ton livret A avec un rendement de 0,5%.

Tu souhaites acheter une télé qui vaut exactement 1000€.

A la fin de l’année tu auras donc gagner 5€ grâce à ces 1000€. Tu auras donc 1005€.

Pendant ce temps là, télé que tu devais t’acheter l’année dernière qui valait 1000€ a subi l’inflation de 1%. Donc au 1er janvier, le prix a automatique monté de 1% soit 10€.

Elle ne vaut plus 1000€ mais 1010€.

Donc l’année dernière tu pouvais te payer cette télé avec l’argent de ton livret A mais cette année il te manque 5€ pour te la payer.

devenir riche

Il faut donc placer cet argent (en plus de l’épargne de précaution) pour que le rendement soit plus intéressant et que tu ne t’appauvrisses pas.

L’objectif est donc soit d’augmenter ton capital soit de créer des revenus passifs pour le futur.

Et donc dans l’idéal que cela puisse t’apporter un salaire suffisant pour arrêter de travailler.

A ce jour les deux leviers les plus connues et efficaces sont :

  • La bourse
  • L’investissement immobilier.

Attention, c’est là où ça se complexifie.

C’est-à-dire que ce sont des leviers puissants si ils sont maîtrises mais il sont risqués aussi.

On a rien sans rien. Si on veut atteindre la liberté financière il faut prendre des risques.

En plus de risques, ça prend du temps et de l’énergie.

La conseil principal que je peux te donner si tu souhaites investir sur ces deux leviers est de te former pour éviter de faire des erreurs qui peuvent coûter cher.

Par exemple faire un investissement immobilier demande énormément de temps.

Le temps de recherche du bien , les visites, le prêt bancaire, le notaire, les éventuels travaux la gestion des locataire, la comptabilité, les impôts etc…

Ce n’est pas pour vous démotiver . Au contraire, il faut réaliser que devenir riche n’est pas facile. Cela prend du temps et demande beaucoup d’investissement.

Devenir riche avec l’investissement Immobilier 

Je prévois prochainement de rédiger un article précis sur l’immobilier. Je vais t’expliquer comment l’immobilier peut t’enrichir de 4 manières différentes.

Devenir riche avec la Bourse

C’est quelque chose que je découvre actuellement et un levier que j’essaye depuis peu.

Ce qui m’a convaincu c’est que la bourse prend 5% de moyenne par an sur le très long terme malgré les crises.

De tout ce que j’ai lu, si je dois vous résumer la méthode que j’emploie actuellement c’est :

  • Investir une somme régulière tous les mois sur le même tracker (ETF)
  • Investir par le biais du PEA (avantageux fiscalement)
  • Bien choisir son tracker pour minimiser les frais (car on achète tous les mois donc il y a des frais à chaque ordre passé)
  • Etre patient et garder ce virement mensuel sur de nombreuses années pour faire jouer les intérêts composés quelque soit la situation des marchés financier

P.S : Ceci n’est pas une recommandation d’investissement. C’est une stratégie personnelle que je vous partage. Il vous convient de faire vos propres recherches avant d’investir.

#4 Recommencer pour devenir riche

Faites en sorte de pouvoir recommencer ces 3 étapes à l’infini afin de créer un cercle vertueux.

Des investissement réguliers sur des produits qui rapportent pourront à terme vous rapprocher de la liberté financière.

C’est actuellement la stratégie que j’utilise .

Dis moi en commentaires si tu es d’accord avec ces 4 étapes et quels sont tes astuces ou recommandations pour gagner sa liberté financière.

.

.