Étiquette : coach budgétaire

Gestion budgétaire : Mes 3 pires erreurs

Malgré le fait que je sois coach budgétaire, j’ai pu réaliser un certain nombre d’erreur sur ma gestion de budget.

Et je vais te partager mes 3 plus grosses erreurs.

Celles qu’il faudrait que tu évites aussi pour la gestion de ton budget.

Je ne vais pas parler des erreurs de gestion de budget les plus courantes que je vois en coaching budgétaire par exemple.

Si tu veux les voir je décris tout dans l’épisode 22 du podcast ou dans cet article.

Dans cet article je vais te parler uniquement de mon vécu et de mes plus grosses erreurs de gestion de budget

Si tu veux écouter la version podcast tu peux cliquer ci dessous

Vouloir « trop » économiser sur la gestion budgétaire

gestion budgétaire

Il est important d’économiser.

C’est même le nerf de la guerre si tu veux accomplir tes objectifs financiers et épargner pour investir

Mais certaines fois vouloir trop économiser peut s’avérer être une belle erreur et coûter bien plus cher que l’économie que l’on pense faire.

Je vais te donner mes exemples les plus récents sur cette erreur et mes deux sales expériences

Anecdote n°1 : Le Lave Linge

La première avec un lave linge.

Je l’ai acheté sur le bon coin pour 100€.

Dans une sorte de magasin qui reprenait les laves linges, les réparer puis les revendait (avec une belle marge j’imagine).

Il a testé la machine sous mes yeux et bien évidemment tout allait bien.

Car on n’a pas attendu le cycle complet (environ 5 minutes).

Sauf que dès la première machine à la maison, elle s’est mis à fuir au bout de 1h….

Je me suis rendu compte qu’il manquait un joint d’étanchéïté et le vendeur s’est est bien gardé de m’en parlé.

Malgré un coup de fil virulent avec le vendeur, rien à faire je me retrouve avec une machine à 100€ qui fuit chez moi.

J’achète donc des pièces sur internet et fait la réparation moi même.

50€ de pièce + 2h de travail.

Mais la machine marche.

Après 1 an d’utilisation, elle refuit une fois sur 2….

La machine neuve à électro dépôt coutait 230€ (et ce n’est pas le premier prix)

Donc l’économie que je pensais faire en achetant de l’occasion était une bien mauvaise idée.

Finalement pour 80€ de plus j’ai quelque chose de neuf, qui ne fuit pas, que je garde dans le temps

Et qui me fait gagner beaucoup de temps et éviter du stress.

Anecdote n°2 : Le lave vaisselle

Arrivé sur Avignon, on tente une nouvelle fois l’achat d’occasion avec un lave vaisselle vendu cette fois ci par un particulier sur le bon coin.

Ce n’était donc pas un magasin douteux mais bien une particulière qui avait l’air très honnête.

Arrivé à la maison, j’essaie de la brancher…

En Vain…

J’arrive à la faire fonctionner une fois mais l’écran est illisible et la machine ne fait jamais un cycle complet.

J’essaie de rappeler la bonne femme.

Je tombe sur répondeur….

Et l’annonce a disparu.

Je me sui fait tout simplement arnaquer.

Alors qu’un lave vaisselle neuf à électro dépot c’est 250€.

Donc pour 150€ de plus, j’aurai eu quelque chose de neuf, fiable, avec garantie et j’aurai éviter du stress et des aller retours inutiles…

gestion budgétaire

Garder trop d’épargne de précaution

C’est une erreur fréquente pour la plupart des gens qui ne s’intéresse pas à l’investissement car ça leur fait peur.

Mais une fois que tu as atteint ton épargne de précaution, il faut absolument investir cet argent.

Car laisser trop d’épargne sur ton livret A va t’appauvrir.

Et ça j’ai mis beaucoup de temps à le comprendre.

Cela est simplement dû à l’inflation.

L’inflation c’est l’augmentation des prix à la consommation et qui engendre une dépréciation de la monnaie.

Pour faire simple si l’inflation est de 2% et que le rendement de ton livret A est de 0,75% ton épargne se déprécie de 1,25%

Même si il est primordial d’avoir ton épargne de précaution sur un livret bancaire il faut éviter de trop en avoir.

Et investir ton surplus.

Je t’explique dans ce guide 7 façons de créer tes premiers revenus passifs avec ton épargne

Ne pas avoir d’objectifs financiers clairs

Target audience identification. Brand consumers, loyal customers analysis, marketing survey. SMM experts analysing intended audience groups. Vector isolated concept metaphor illustration

Cette erreur je l’ai traîné comme un boulet sans le savoir pendant quelques années.

Car comme je le répète souvent, si on ne sait pas pourquoi épargner on ne fera rien pour épargner.

Donc on ne gère pas son budget, on consomme n’importe comment etc…

Par exemple à mon retour de voyage en Amérique du Sud en 2015, je n’avais pas d’objectif clair.

Donc je dépensais tout mon salaire jusqu’à qu’il y en ait plus

Mais cela ne me rendait pas plus heureux car la plupart des dépenses étaient futiles et ne m’apportaient rien.

Une fois que j’ai eu un nouvel objectif (Epargner pour un appart) tout s’est éclairci dans ma tête.

Et j’ai eu une motivation supplémentaire pour gérer mes finances.

Avoir des objectifs financiers clairs alignés avec ses objectifs de vie est primordial.

A la fois pour tes finances mais aussi pour ton état d’esprit.

Un exercice simple peut être de se poser la question suivante :

Ou je souhaite être dans un an ?

En fonction de la réponse tu pourras aligner ton budget et ton épargne avec tes objectifs de vie.

Voilà pour mes 3 pires erreurs de gestion budgétaire

J’espère que tu pourras éviter de les faire à ton tour.

Dis moi en commentaires quelle est TA pire erreur en matière de gestion budgétaire ?

Coach financier pour particulier : Mes 4 conseils

Le coach financier pour particulier a une mission principale :

Contribuer à l’éducation financière des particuliers

Pourquoi ?

Car personne ne nous apprend à l’école :

  • Comment gérer un budget
  • La différence entre un actif et un passif
  • Les risques liés aux crédit consos et aux découverts
  • L’importance d’investir son épargne
  • Comment investir son argent intelligemment

Cet article a pour but de résumer les 4 principaux conseils qu’un coach financier pour particulier peut donner.

Si tu veux en savoir plus sur le coach financier pour particulier c’est par ici.

Voici les 4 grands conseils à appliquer.

Que tu peux donner à tes enfants.

Et que tu peux afficher dès maintenant dans tes toilettes (pour que tes enfants soient au courant :-))

Si tu veux écouter la version podcast tu peux cliquer « play » ci dessous

Apprends à vivre en dessous de tes moyens

C’est la première règle mais certainement la plus importante.

Si tu la respectes, tu éviteras toute ta vie le découvert et les crédits à la consommation.

Qui sont le plus gros poison pour tes finances personnelles.

Pour vivre en dessous de ses moyens il suffit de respecter une chose simple.

Dépenser moins que ce que tu gagnes.

Pour le vérifier, il te faut faire un budget mensuel.

Tu peux télécharger gratuitement celui que j’utilise si tu le souhaites

Pour faire ton budget tu dois lister :

  • Tes différents revenus
  • Les charges fixes incompressibles (loyer, électricité, internet etc..)
  • Tes charges variables (alimentation, carburant, sorties etc…)

Si quand tu fais ton budget prévisionnel tu vois que la somme de tes charges fixes et variables dépassent tes revenus c’est qu’il y a un problème.

C’est que tu vis simplement au dessus de tes moyens.

Et que les 2 seules conséquences possibles sont :

  • Le recours à des crédits consommation pour financer ton train de vie
  • Les découverts récurrents

Pour y remédier tu as plusieurs solutions :

  • Réduire tes dépenses (fixes et variables)
  • Augmenter tes revenus.
  • Faire ton budget en prévoyant de dépenser exactement ce que tu gagnes et pas un euro de plus.

Pour la réduction des charges cela peut passer par des arbitrages sur tes charges variables ou l’optimisation de tes charges fixes.

Si tu veux te faire accompagner, tu peux faire appel à un coach financier pour particulier

Mais une chose est sûre.

Si tu ne respectes pas cette première règle tu ne pourras jamais respecter les suivantes.

Car toutes découlent de ce premier pilier.

Un autre piège qui existe est le fait de toujours augmenter son train de vie en fonction de ses revenus.

C’est un gros piège dans le sens où on veut toujours « plus ».

Plus de confort. Plus de matériel. Montrer plus.

coach financier pour particulier

Alors certes, il faut aussi se faire plaisir et profiter des augmentations que l’on a.

Mais beaucoup de gens ont toujours tendance à aligner leur train de vie avec leur nouveau revenu sans forcément bien calculer.

Et c’est pour cela que certaines personnes ont beau avoir de très gros revenus mais finissent toujours à découvert.

ça peut paraître fou et contre intuitif mais j’ai eu beaucoup de client dans cette situation là.

Car ils se sont fait avoir par ce piège.

Augmenter leur train de vie en même temps que leurs revenus.

Donc une plus grande maison (avec un plus gros crédit, plus d’entretien, plus de taxe etc…) une plus grosse voiture, etc…

Pour trouver le juste milieu ce que j’applique personnellement (et donc que je te conseille) c’est de procéder de la sorte :

Sur le montant de ton augmentation, tu utilises un pourcentage pour « augmenter ton train de vie ».

Et un pourcentage pour « épargner et investir plus ».

Par exemple si tu gagnes100€ de plus par mois grâce à ton augmentation et que tu souhaites faire 50/50

  • 50€ / mois pour améliorer ton confort de vie . Exemple : Femme de ménage une fois par mois / Un abonnement en streaming etc…
  • 50€ / mois d’épargne supplémentaire pour les imprévus ou investir

La proportion peut bien sûr être différente en fonction de tes objectifs.

ça peut très bien être 30% de confort et 70% investissement ou l’inverse.

Personnellement j’utiliser la proportion 80/20.

80% de plus en épargne et 20% de plus pour le confort.

Constitue une épargne de précaution solide

ça peut paraître évident pour certain mais je me rend compte en session de coaching que très peu de gens en ont une.

Le coach financier pour particulier est justement là pour rappeler cette bonne pratique.

Mais qu’est ce que l’on appelle épargne de précaution?

C’est l’argent qu’il y a sur ton livret A ou ton LDD et qui te permet de faire face aux gros imprévus de la vie.

Pour les coups durs.

C’est cette épargne qui te permet d’éviter le découvert et les crédits à la consommation.

L’épargne de précaution est primordiale pour tes finances personnelles

ça doit être ton objectif numéro 1 pour tes finances si tu ne l’as pas encore.

Ok mais de combien doit-elle être?

Je te détaille tout dans cet article

Mais je te recommande généralement de 3 à 6 mois de salaire pour cette épargne de précaution.

Il est préférable de penser en terme de « salaire » plutôt que de somme fixe.

Car une personne qui gagne 5000€ / mois n’aura pas le même train de vie qu’une personne qui gagne 1500€/mois.

Et en général les imprévus sont proportionnels à notre train de vie.

Cette épargne de précaution doit être liquide.

C’est à dire qu’elle doit être disponible rapidement et sécurisé.

C’est pour cela qu’il est mieux de l’avoir sur un livret bancaire (livret A , LDD ou CSL).

Plutôt que dans des SCPI ou en bourse (Même si en soit c’est plutôt liquide mais on perd tout l’intérêt de ces investissements).

Donc si tu n’as pas encore ces 3 mois de salaire minimum sur un livret, ça doit être ton premier objectif

Apprend à investir dans des actifs

Une fois que tu as appliqué ces 2 conseils et que tu les suis bien tu peux appliquer ce 3 ème conseil.

Investir dans des actifs et limiter l’achat de passif.

Petit rappel pour la différence entre actif et passif :

  • Un actif c’est quelque chose qui te génère des revenus et qui se valorise avec le temps (Immobilier, action en bourse etc..)
  • Un passif c’est quelque chose qui se dévalorise dans le temps et qui génère des dépenses. (Voiture, téléphone etc…).

Le problème est qu’on a tous besoin de passifs pour vivre.

Si tu n’habites pas en ville tu ne pourras pas te passer de voiture.

Qui je le rappelle est le plus gros des passifs.

Je t’explique comment l’optimiser au mieux dans l’épisode 34 du podcast.

Donc l’idée est de limiter l’achat de passifs pour le strict nécessaire et pour son juste besoin.

Et non pour « montrer » que l’on a plus.

Ou encore en pensant faire un « investissement » parce que c’est un iphone ou une Audi RS3.

Car quelque soit la technologie ou la beauté du passif il perdra de la valeur dans le temps et te générera plus de dépense que de revenus.

C’est la raison pour laquelle il faut se concentrer sur les actifs.

L’immobilier ou la bourse pour les plus connus (Il en existe beaucoup d’autres bien sûr)

Même si c’est de petites sommes.

Même si c’est pour acheter ta résidence principale (car certains ne la considèrent pas comme un actif).

Je pense qu’il faut démarrer au plus tôt et se constituer un maximum d’actif.

Que ce soit pour avoir des revenus complémentaires ou passifs (avec les dividende en bourse ou les loyers).

Ou pour juste protéger ton épargne de l’inflation.

C’est selon moi la notion prioritaire qui devrait être enseignée en priorité à l’école.

Et si c’était clairement enseigné à l’école, on éviterait un appauvrissement des classes moyennes et populaires.

Qui ont le plus tendance à consommer des passifs plutôt que des actifs.

Alors que les riches ont bien compris qu’il fallait avoir un maximum d’actif.

Et si tu souhaites un jour quitter ton travail et atteindre la liberté financière, il faut que tes actifs puissent financer tes passifs.

En d’autres terme, il faut que tes loyers de tes biens immobiliers ou tes dividendes (par exemple) puissent couvrir tes dépenses de la vie courante.

C’est loin d’être simple à réaliser mais c’est possible.

Investis sur le long terme

Une fois que tu as compris la notion d’actif, il faut se poser la question de quel actif choisir.

Et donc de quel investissement faire.

Et sur quel horizon de temps.

Mais quel qu’il soit, il faut garder une seule chose en tête.

Viser le long terme.

Que ce soit les actions en bourse, l’immobilier, les SCPI ou quoique ce soit d’autre investir sur le long terme est la stratégie qui fonctionne le mieux.

Car tu ne passeras pas ton temps à t’inquiéter des fluctuations du marché.

Et tu profiteras de la croissance économique mondiale à long terme.

Et tu seras protégé contre l’inflation.

Alors que si tu laisses trop d’épargne sur ton livret A, l’inflation aura tendance à grignoter ton épargne et t’appauvrir

Même si comme je l’ai précisé plus haut tout ce que tu investis sur le long terme doit être « Hors épargne de précaution ».

Car si tu as un coup dur il ne faut pas retirer l’argent de tes investissement car tu en perdrai tout le bénéfice.

La plupart des personnes qui s’intéressent à l’investissement ont tendance à vouloir gagner de l’argent rapidement.

Et pour ça ils visent le court terme.

Même si il est vrai qu’il est potentiellement plus facile de gagner de l’argent plus vite, c’est aussi beaucoup plus risqué.

Par exemple, l’AMF a sorti une étude prouvant que plus de 89% des particuliers qui s’essaient au trading perdent de l’argent à la fin de la première année.

Donc à moins que tu veuillez t’y consacrer à temps plein, selon moi il est plus prudent d’investir sur le long terme.

Que peut m’apporter un coach financier pour particulier ?

Le coach financier est là pour t’accompagner à résoudre ta problématique liée à tes finances personnelles.

T’écouter et te guider avec bienveillance pour que tu puisses atteindre les résultats que tu souhaites.

De la sortie du découvert et des crédits conso à l’épargne massive pour les projets de vie, le coach financier pour particulier est là contribuer à ton éducation financière

Car comme précisé en début d’article, personne ne nous apprend à l’école ces quelques conseils qui peuvent paraître de bon sens mais que plus de la moitié de la population ne connaît pas.

De plus, un accompagnement personnalisée te permet d’échanger avec une personne qui n’est pas dans la « finance classique ».

Le coach va donc te parler sans jargon et avec des mots simples.

Un coach financier pour particulier est là pour te communiquer tout ça de vive voix.

C’est la raison pour laquelle je propose des sessions de coaching.

Soit par des accompagnement sur plusieurs mois soit par des RDV uniques.

L’idées étant de sensibiliser les particuliers sur toutes ces notions et qu’ils puissent régler leur problème avec leurs finances personnelles.

Si tu veux écouter les retours des personnes que j’ai accompagné c’est par ici. (Milieu de la page d’accueil)

Que ce soit pour sortir de découvert ou pour épargner plus pour leurs projets futurs.

Tu peux prendre un RDV gratuit ici.

Astuce Man : Comment automatiser ton budget ?

Quand je me suis lancé sur Instagram en Mars 2020, j’ai partagé le début de l’aventure avec Astuce Man.

Un des seuls hommes qui traite de la thématique de la gestion de budget

Thématique souvent abordé par des femmes, lui comme moi avons décidé de nous attaquer à cette thématique également.

Après de multiples reports, j’ai enfin pu réaliser une interview de Martin (le vrai nom de astuce man).

Astuce man va parler à visage (presque) découvert dans cet épisode.

Il va nous partager tous ses secrets pour gérer ses finances comme un pro et investir intelligemment.

Voici les thématiques qui vont être abordés :

  • La méthode de gestion de budget d’Astuce Man
  • Comment il gère les imprévus
  • Comment il automatise au maximum son budget pour diminuer sa charge mentale
  • Des échanges entre deux coachs budgétaires (dont moi 🙂 sur leur façon de gérer leurs finances
  • Partage des investissements d’astuce man à début 2022

Si tu veux suivre son compte instagram c’est par ici

Voici la version podcast ci dessous

Et une retranscription d’un extrait de nos échanges

THOMAS:  Comment tu fais pour minimiser ta charge mentale pour la gestion de budget ?

MARTIN:  Concernant la charge mentale, j’ai une philosophie, mais ce n’est pas une philosophie que je fais dans les finances, mais c’est plutôt une philosophie de vie.

C’est un maximum de résultats pour un minimum d’effort.

En fait, je suis un hyper paresseux, même si je travaille comme un fou.

THOMAS:  Donc, c’est un maximum d’automatisations sur tout ?

MARTIN: Voilà, c’est ça.

Un maximum d’automatisations.

Pour la finance, par exemple, j’essaie à chaque fois de la rendre la plus simple possible.

Et comme tu l’as bien dit, très simple veut dire automatiser au maximum ses dépenses, ses budgets.

Et moi, aujourd’hui 90% des finances sont gérées automatiquement.

Moi je ne fais plus rien.

L’argent rentre, puis elle est rangée dans des cases.

Et voilà.

Pour mener un exemple, les assurance location que je paye, c’est 300euros tous les ans, qu’est-ce que je fais ?

Je mets 300 euros divisée par 12, ça fait 25euros, et après je mets un virement automatique de 25euros tous les mois sur un compte que j’appelle un compte de prévision.

Et donc quand j’ai mon assurance qui tombe j’ai ce compte là et je n’ai pas à me tracassé.   

THOMAS:  Donc, il s’agit de mettre en place un peu de temps car il faut quand même ouvrir le compte , mettre en place le virement programmé, et peut-être avoir un tableau de bord avec un Excel pour tout suivre.

Mais une fois que tout s’est mis en place, il se fait tout seul et tu n’as plus à y penser.

MARTIN:  Non, clairement.

En fait, il faut prendre tes extraits de comptes de trois à six derniers mois.

Tout regarder.

Car l’assurance se paye en une seule fois et donc tu peux ne pas y penser.

Le plus lourd, en fait, est de savoir toutes tes charges fixes et variables.

THOMAS:  Ok mais par rapport à ce qui va être charge variable.

Comment tu vas les gérer ?

Car finalement c’est ça qui prend du temps au quotidien.

Donc comment tu fonctionnes toi de ton coté ?

MARTIN: Là de nouveau, je fonctionne avec deux comptes bancaires.

Les premier pour les charges fixes.

Et donc là-dessus il y a tout sur l’automatique.

C’est le fameux compte provision, et donc là je n’ai que des virements automatiques.

J’ai mon salaire qui arrive dessus, j’ai mes provisions, et j’ai chaque moi un certain montant d’épargne qui part, etc.

Et puis pour les charges variables, j’ai un autre compte.

C’est mon compte courant de tous les jours qui concerne le budget alimentation, loisirs, sorties.

Ces derniers changent toutes les semaines.

Ce que je fais, c’est que je détermine un budget pour l’alimentation, pour ma copine et moi, c’est 400eyros par mois.

Et les loisirs et sorties, etc. c’est 150euros.

Donc, j’ai tous les mois 400+150 qui tombe sur mon compte courant.

Et donc j’ai de quoi tenir le mois, mais si à la fin du mois je vois qu’il ne reste plus grand-chose, je fais plus attention.

Je vis au stricte minimum, pas de petit snacks, il y a rien du tout.

Pour attendre le mois prochain.

Et inversement si à la fin du mois il reste beaucoup, on se fait un restaurant, une petite bouffes pour se faire plaisir.

THOMAS:  Et après pour ces charges variables, pour les suivre en temps réel, tu les suives comment ?

Tu utilises une application, des enveloppes, … ?

MARTIN: Oui, une application.

Alors, moi je suis fort en digital.

Et j’utilise une application, c’est MONEY LOVER.

Je pense que c’est pour 4euros.

Mais dès que tu l’installes elle te fais plusieurs promos.

Et tu la paye pour une fois ce n’est pas tous les mois ou tous les ans.

C’est une fois, tu vois.

Et ensuite, par exemple je vais faire mes courses et au lieu de dépenser 400euros je vais dépenser 460euros, sauf que pour mes loisirs je vais rien dépenser.

Donc sur mon compte il me reste de l’argent alors pour éviter ça je code mes dépenses sur l’application.

Et je vois donc que j’ai 400euros pour les courses et quand j’arrive à 350euros, l’application m’affiche un « attention vous êtes arrivé à la fin ».

THOMAS:  Donc ça te permet d’être alerté et de voir en temps réel et donc de maitriser ton budget en temps réel.

MARTIN:  Ce qui est bien et c’est que t’as une petite jauge qui s’adapte tout au long du mois.

Et tu vois où tu es par rapport au budget que tu t’es fixé.

Si tu es au-dessus, tu mets la jauge en vert c’est-à-dire que t’es sur le bon chemin car ce n’est que la moitié du mois et que tu n’as dépenser que moins de la moitié de ton budget.

Ou inversement, en rouge si tu dépense plus que ton budget.

Là peut-être que ce n’est pas clair mais sur l’application c’est plus simple.

THOMAS:  J’avoue que j’ai utilisé l’application et que ça fonctionne. 

MARTIN: Ma communauté sur le compte Astuce Man d’Instagram me demande souvent, « pourquoi tu n’as pas créer une application pour suivre tes budgets, etc. »

Mais je dis pourquoi créer une application qui existe déjà.

Tu utilises quoi toi ? une application ?

THOMAS:  Oui une application, mais pas celle-là.

Car, en fait sur ce point on n’est pas d’accord et on va en discuter.

Moi je donne plus d’importance à ce que ça soit synchroniser avec mon compte en banque pour automatiser et minimiser ma charge mentale au maximum.

Sur MONEY LOVER, ce qui m’a dérangé c’est que tu devais ajouter manuellement tes dépenses.

Après je comprends qu’il existe des gens qui ne veulent pas synchroniser leurs comptes bancaire avec une application.

Mais moi j’aime bien ça car t’a le budget qui tombe, tu le catégorises et puis t’as le système de jauge et tout, donc tu vois où t’en es dans le mois.

Et donc tous les 2 ou 3 jours je pourrais  catégoriser mes dépenser et voir où je suis dans le mois par rapport au budget mensuel dans les catégories : alimentation, loisirs, bébé, …

MARTIN: Sur MONEY LOVER, je pense que tu peux lier tes comptes avec.

THOMAS:  Non, j’avais essayé, ils ne proposent pas cette option.

Et j’avoue que sur le niveau interface et intuitivité celle que j’utilise n’est pas la meilleure.

Du moins pas aussi intuitive que Money lover.

MARTIN: Donc voilà un petit peu la philosophie Astuce Man par rapport au budget et pour diminuer un petit peu ma charge mentale.

Et d’ailleurs je fais exactement la même choses par rapport aux investissements.

Je suis fan de la méthode DCA.

THOMAS:  Alors, je traduis pour ceux qui ne connaissent pas la méthode DCA.

Cela veut dire « DOLLAR COST AVERAGING ».

Je suis un pro aussi de cette stratégie.

En gros ça consiste à investir mensuellement la même somme sans réfléchir sur le même support.

On automatise pour acheter les mêmes actions tous les mois.

Et c’est cool car ça permet d’éviter les émotions et de paniquer devant la moindre baisse en voulant vendre, etc.

Donc on achètera tous les mois et sur le long terme …

MARTIN: ça va monter et tu es gagnant quoi !

THOMAS:  Oui, c’est ça.

C’est pourquoi c’est l’une des stratégies reconnus pour l’investissement passif.

Et surtout, j’ai pas envie de dire les débutants, mais surtout ceux qui n’ont pas envie de perdre du temps avec ça.

MARTIN: Tout à fait d’accord avec toi.

THOMAS:  Alors on a parlé des charges variables.

Est-ce que tu peux me dire maintenant sur les charges fixes.

Comment tu les optimises qu’est-ce que tu fais ? que conseillerais tu ?

MARTIN: Moi, déjà, la première chose c’est que je me concentre sur les plus grosses charges des foyer.

Qui sont l’habitation, et pour les transports c’est moitié fixe moitié variable.

Par exemple l’achat d’une voiture c’est une charge fixe, après le carburant c’est une charge variable.

Mais habitation et transport ça représente quasiment près de 50% donc faire 10% d’effort dans cette catégorie-là , tu limite 5% de tes dépenses globales.

Alors que si tu t’attaques à des petites tucs qui représentent 10% de tes charge globales au final tu n’as améliorer que 1% de tes dépenses globales.

Même si emballé dans les pourcentages j’espéré que je n’ai pas perdu…

THOMAS:  J’ai compris ton raisonnement en gros.

C’est mieux de s’attarder sur une grosse dépense pour avoir un plus gros impact sur le budget global.

MARTIN: Voilà, c’est ça.

Optimise d’abord dans l’habitation au lieu d’aller gratter les coupons et gagner 50cents.

En gros c’est ça le sujet.

THOMAS:  En fait, c’est un bon sujet de podcast que je vais réaliser, je pense.

Que je vais appeler peut-être  « le temps c’est de l’argent » et expliquer qu’un euro ce n’est pas un euro dans le sens où tu essayes, pendant un quart d’heure, de gratter un centime à la pompe ou dans les bon de réductions de 2cents, etc. ce temps-là bah tu peux l’utiliser pour faire de vraies économies.

Je dérive un peu mais je trouve ça hyper intéressant.

MARTIN: Oui, je sui d’accord avec toi un euro ce n’est pas un euro.

Car comme tu l’as très bien dit, le temps c’est de l’argent.

Et donc il faut s’attaquer d’abord aux gros postes.

Le premier gros poste c’est d’abord le logement.

Et donc moi je conseille toujours de prendre le logement le plus petit possible mais évidemment en fonction de ta situation, seul, un couple avec quatre enfants.

Donc en gros essaye de prendre le logement le plus petit possible en fonction de tes besoins.

Car d’abord tu vas payer un loyer moins cher mais aussi t’as une assurance qui est moins chère, les frais, le gaz, l’entretien.

Aussi, on ne pense pas trop à ça mais plus l’appartement est petit moins tu vas le meubler , donc moins tu vas acheter de meubles.

THOMAS:  Et donc moins t’es tenté d’acheter des choses.

MARTIN: Oui exactement, car peu importe la taille du garage, par exemple, le garage est plein à craquer.

THOMAS:  C’est comme la valise en fait plus tu as de la place dans la valise tu vas en mettre et plus t’as de la place dans la maison tu achèteras des choses qui ne te servirons pas forcement.

[Fin de la retranscription]

Pour écouter l’épisode dans son intégralité tu peux aller sur la plateforme de streaming de ton choix en passant ici ou appuyer sur play en haut de l’épisode.

Si tu veux suivre martin, je te recommande de suivre son compte Instagram Astuce Man rempli de contenu à forte valeur ajouté

Radin malin : Du RSA à l’indépendance financière avec Marc

Aujourd’hui je te présente l’histoire de Marc, auteur du blog radin malin

Marc nous décrit son histoire fascinante car il est passé du RSA à l’indépendance financière en quelques années.

Mais comment a t-il fait?

Pour résumer il a respecté certaines règles de finances personnelles basiques mais importantes comme

Même si sa thématique parle d’astuces économies de toutes sortes, il a pu développer une intelligence financière et un état d’esprit qui l’on mené à la liberté

D’où son nom de radin malin

Pour écouter l’épisode 39 du podcast c’est par ici.

Voici la re transcription de la première partie de l’interview;

Thomas – Salut Marc, comment tu vas ?

Marc – Salut Thomas, oui, ça va et toi ?

Thomas – Ouais, nickel.

Écoute, merci d’avoir accepté l’interview. Je te propose que tu commences par te présenter et que tu présentes ton beau petit bébé qui s’appelle « Radin malin ».

Marc – Alors oui. Radin malin blog, en fait, c’est mon blog tout simplement, d’astuces et de bons plans pour faire des économies ou gagner de l’argent.

Thomas – Ok et tu l’as créé, il y a combien de temps ?

Marc – Je l’ai créé en 2015 donc ça fait six ans maintenant.

Même plus, six ans et demi.

J’ai créé ça pendant que j’étais au chômage. J

Je venais de me trouver un boulot, mais je sortais du chômage, des études et j’étais un petit peu précaire.

D’ailleurs, j’ai toujours eu la fibre des astuces pour faire des économies et on m’a dit que je devrais faire en faire un bouquin.

Parce que j’avais toujours des petites astuces.

Forcément, quand on est étudiant précaire, on a des astuces.

Thomas – Ouais, on n’a pas le choix.

Marc – Puis, moi, après, je me suis dit, ben non, pourquoi je ne ferais pas un blog plutôt ?

Donc, finalement, je suis parti sur un blog,.

J’ai commencé à faire un article dans un temps, un article par semaine, pour se focaliser à chaque fois sur une astuce différente et je n’ai jamais arrêté depuis.

Thomas – Du coup, aujourd’hui, tu es quand même bien référencé, puis tu en vis même.

Tu arrives à en vivre du blog radin malin, c’est ça ?

Marc – Oui, c’est vrai, j’arrive à en vivre via des partenariats avec certaines applications dont je parle, via de la pub, via pas mal de choses.

Thomas – Du coup, la raison pour laquelle tu as décidé de te diriger vers cette thématique sur les économies et les bons plans, c’était quoi ?

Marc – Parce que c’est une thématique qui m’a toujours intéressée.

Je viens d’une famille où on n’a pas beaucoup d’argent.

On était sous tutelle à un moment, parce que mes parents étaient surendettés.

Il y a ça et ça m’a quand même laissé une marque.

Je me suis dit, il ne faut pas que je reproduise le même schéma.

Puis d’un autre côté, en plus de ça, moi, j’ai un esprit très gestionnaire de base.

J’ai toujours aimé les jeux de gestion, le Monopoly, les Ages of empires.

À chaque fois qu’il y a un petit truc à gérer, j’adore ça.

Thomas – D’accord. Bonne référence.

Marc – C’est un peu le mélange entre le fait d’avoir vécu dans un contexte où il faut faire attention à l’argent, un peu comme dans Malcolm, la série de Malcolm.

Thomas – Oui

Marc – Et l’esprit de gestionnaire, qui donne lieu au blog radin malin

Avec des astuces où on essaye d’augmenter sa qualité de vie le plus possible, en dépensant le moins possible.

Thomas – Ouais, tu as quand même un passif, un historique qui aussi, permet de justifier pourquoi tu t’es toujours un petit peu intéressé à ces économies et à bien gérer ton argent.

Marc – C’est un jeu pour moi déjà.

Ça a toujours été un jeu pour moi d’essayer de trouver des moyens d’économiser, des moyens de gagner de l’argent.

C’est vrai que par exemple, quand j’avais 13, 14, je m’en souviens, j’allais sur Prizee.com, je ne sais pas comment on dit.

C’était un site où il y avait plein de petits jeux et à chaque partie, on gagnait un centime, deux centimes.

Ça s’accumulait et au bout de six mois, j’avais pu avoir un chèque-cadeau.

J’étais content. J’ai toujours aimé ce genre de chose.

Mon père, quand j’étais petit, il nous faisait gratter des tickets à gratter des fois.

Maintenant, ça paraît un peu absurde, mais c’est vrai que quand j’étais petit, ce n’était pas encore très surveillé.

Donc, voilà, j’ai toujours aimé ça. Les jeux d’argent, j’aime bien ça. Dès qu’il y a de l’argent à gagner, je suis là.

Thomas – D’accord. Et du coup, toutes ces idées d’économies, est-ce que tu as toujours eu un objectif derrière ?

Tu économisais pour un projet particulier ou tu économisais pour le plaisir ?

Il y avait quoi derrière ? C’est cette motivation à chercher les bons plans ?

Marc – Non, il n’y pas toujours eu un objectif.

Moi, je sais que j’ai toujours aimé les bons plans et économiser de l’argent, tout ça.

À la fin de mes études, je me suis retrouvé avec 4 000 euros de côté, parce que j’avais réussi à truander à droite, à gauche pour mettre de l’argent de côté, même si j’étais étudiant boursier.

Et je me suis dit, « Mais ces 4 000 euros, qu’est-ce que j’en fais ?

Pourquoi je m’emmerde à mettre de l’argent de côté, à me restreindre ?

Finalement, qu’est-ce que j’en fais de ces 4 000 euros ?

Je vais les placer sur une assurance-vie à 2 %, 3 % ? »

C’est nul. Je me suis dit, finalement, ça sert à quoi ?

Non, je vais me faire plaisir, je vais m’acheter une PS4 à sa sortie.

Je me suis acheté une voiture d’occasion.

Et après, je me suis dit, non, je suis con.

Trois semaines plus tard, j’ai renvoyé la PS4, parce que c’était sur Amazon et du coup, on peut la renvoyer sans frais.

J’en ai quand même bien profité !

La voiture, je l’ai revendue aussi sec, parce que quand j’ai vu combien ça coûtait en réparation, j’ai dit « Ah, ben non. »

Thomas – C’est vrai, ça calme.

Marc – Après, je me suis dit, je suis dit j’ai 4 000 euros de côté, je ne sais pas quoi en faire, mais je sais que ça sert à quelque chose.

Thomas – Tu avais quel âge à cette époque ?

Marc – J’avais 24. J’ai fait deux ans de chômage après mes études.

J’ai fait des études de langues, Master LEA.

S’il y a quelqu’un qui m’écoute, qui est en Master LEA, il faut se spécialiser dans quelque chose, parce que sinon, on va droit au mur.

C’est le cas de tous les gens de ma promo quasiment.

Bref, après mes études, j’ai fait du chômage, j’étais entre plein de petits boulots, je n’avais pas une situation stable.

J’ai fini par me trouver un travail après, mais j’ai eu une période où je me suis pris un appart, où je me suis dit, je vais vraiment me chercher un boulot, j’ai changé de ville.

Comme j’avais beaucoup de temps, je ne savais pas trop quoi faire et je me suis dit, je vais lire un bouquin sur l’argent.

Je m’étais mis en mode radin malin maximum.

J’avais déjà commencé à me dire, « Je vais arrêter de prendre des cafés quand je sors.

Je vais arrêter de prendre des sandwichs.

Je me limite au maximum ».

J’avais baissé le chauffage, il faisait froid chez moi.

Il faisait 10 ou 11 degrés.

Et même, je m’en souviens, j’avais tellement abusé que mes chaussures dans le placard avaient commencé à moisir.

Thomas – Ah ouais, extrême !

Marc – C’était en février 2015, j’avais mon petit appart.

J’habitais à Toulouse à la base et là, je m’étais réinstallé à Bordeaux, parce que j’adore cette ville. Je voulais chercher du travail là-bas.

Tu me dis si je donne trop le contexte. Je raconte ma life.

Thomas – Non, vas-y, c’est important de comprendre le contexte.

Marc – Ça, c’était en janvier, février 2015 autour des attentats de Charlie Hebdo, d’ailleurs.

Je cherchais des bouquins sur des astuces pour économiser encore plus et mettre plus d’argent de côté.

Et finalement, de fil en aiguille, je suis tombé sur le livre d’Olivier Seban « Tout le monde mérite d’être riche ».

Ça a été un accélérateur pour moi, parce que déjà, il était gratuit bien évidemment, hors de question que je mette un euro dans un bouquin.

Il est gratuit sur son site, sans vouloir lui faire de la pub, mais c’est une super ressource en PDF.

J’ai lu ce bouquin et super, ça a posé les bases pour moi.

Je me suis dit, ah oui, c’est vrai qu’il a raison.

Il parle de choses qui peuvent paraître abstraites, il parle de bourse, il parle d’entrepreneuriat.

Il parle de tous les véhicules pour s’enrichir.

Donc, bourse, entrepreneuriat, investissements, immobilier.

Moi, je m’étais dit « Oh la, la, il a raison ce type ! En fait, c’est ça qu’il faut que je fasse ».

Ça a canalisé un petit peu mon énergie et c’est là que je me suis dit, « Ouais, en fait, ces 4 000 euros, ils servent à quelque chose. »

Etant déjà à l’époque, un grand fan de Tesla, je me suis dit, c’est l’occasion, ouvre un compte-titres.

Je ne savais pas du tout comment ça marchait en bourse. J’ai ouvert un compte-titres, j’ai mis 2 000 euros sur Tesla.

Thomas – Ah ouais, d’accord. En diversification, ce n’était pas trop ton truc quoi.

Marc – Ah non. Moi, j’ai une telle conviction en Tesla et en Elon Musk que je mets beaucoup d’argent dessus.

Ce n’est pas du tout conseillé, je le sais, je suis au courant.

Thomas – Ouais, mais au final, tu as eu raison.

C’est conseillé, oui et non. Regarde, Warren Buffet, son portefeuille, il est quasiment à 50% sur Apple.

Marc – Ouais, voilà.

C’est vrai que ce n’est pas conseillé de faire une telle concentration, mais moi, j’ai la foi plus que n’importe quel fanatique religieux.

Bref, je ne vais pas m’étaler là-dessus.

J’ai commencé à investir là-dessus.

Ensuite, j’ai tapé un peu la bourse, sans mauvais jeu de mots et j’ai vu tout de suite un peu plus clair.

Notamment, il explique la logique que l’on retrouve dans le livre « Père riche, père pauvre ».

Il prend l’exemple d’une famille qui gagne beaucoup, mais qui dépense beaucoup et d’une famille qui gagne moins, mais qui investit correctement, qui vit en dessous de ses moyens.

Ça, c’est la clé.

Thomas – Ouais, la première règle à respecter de dépenser moins que ce que l’on gagne.

Marc – Dépenser moins que ce qu’on gagne, en mettre un peu de côté et l’investir correctement.

J’ai aussi exploré un petit peu les OPCVM.

J’ai regardé un petit peu comment ça se passait.

Je n’ai pas acheté de bitcoins, parce que je trouvais ça trop cher à l’époque, c’était 300 euros.

Maintenant, c’est 30 000€, je m’en mords les doigts.

Thomas – Là, on parle de 2015, on est d’accord ?

Marc – On parle de 2015.

Tout ça pour dire que j’ai commencé à créer le blog radin malin.

Parce que je me suis dit, je vais faire ça et je vais partager mes astuces pour gagner de l’argent.

Et je me suis dit, comme ça, ça pourra peut-être me faire de l’argent de poche avec la pub sur le blog, pour pouvoir mettre de côté pour m’acheter un parking et investir.

Après, je me suis trouvé un travail.

J’ai dû redéménager, je suis allé à Paris, service client à Ivry-sur-Seine avec vue sur le périph, sur l’incinérateur d’ordure d’Ivry et sur le RER.

Thomas – Le truc qui fait rêver.

Marc – Dans un call center, donc le truc très glamour, mais j’y suis resté trois ans et demi.

Les gens, là-bas, ils deviennent aigris progressivement.

Thomas – J’imagine. Quand tu travailles dans un call center…

Marc – Pourtant, c’est un call center de luxe.

C’est chez Air France, avec des bonnes conditions de travail mine de rien.

On n’avait pas envie de se suicider contrairement à d’autres call center, donc pas trop mal.

Je me suis dit, ce boulot-là, ma raison d’être là, c’était d’utiliser le CDI.

Thomas – Pour investir, pour emprunter, j’imagine.

Marc – Pour emprunter, mais d’exploiter tout ce que propose le salariat au maximum.

Donc, à Paris, j’ai créché chez un ami pendant un an et demi, je lui ai payé la moitié de son loyer et j’ai fini par me trouver un appartement en location, en 1% patronal.

Je payais un loyer de 530 euros à Paris même, dans le 19ème pour 45 m².

Thomas – Joli, ce n’est pas facile à trouver.

Marc – C’est juste de la science-fiction.

Thomas – C’est clair. Quand on connaît un peu les prix du secteur, ouais.

Budget et achat immobilier : Comment se préparer au mieux ?


Vous allez découvrir dans cet article tous les conseils en matière de budget et d’achat immobilier.

Cet article a été rédigé par Ambre du site Acheter Neuf Toulouse

Avant tout investissement immobilier, il est important de mettre ses comptes bancaires à jour afin de présenter un dossier solide à l’organisme prêteur. Par exemple :

  • Solder certains prêts à la consommation
  • Prévoir les dépenses liées à l’investissement.
  • Optimiser son budget avant l’investissement

Les bonnes pratiques en matière de budget pour un achat immobilier


Un investissement immobilier conduit souvent à emprunter une grosse somme d’argent, qui va
dépendre, entre autres, de votre budget et que vous vous engagez à rembourser sur de nombreuses années.

Vous allez sûrement réaliser une simulation pour votre crédit immobilier auprès de votre
banque ou en passant par des comparateurs en ligne.

Avant de vous engager dans un tel emprunt, il est important de faire le point sur vos comptes et de solidifier au mieux votre profil d’emprunteur.

D’où l’importance de bien gérer un budget pour tout achat immobilier


Solder vos crédits à la consommation


L’achat d’un canapé, d’une machine à laver ou encore d’un nouveau téléviseur donne souvent lieu à un prêt à la consommation qui sera remboursé en quelques moins ou années (généralement moins de 2 ans).

Bien qu’utiles pour votre confort, ces dépenses pèsent sur vos comptes bancaires et font
augmenter votre taux d’endettement.

Avant de faire une demande de crédit pour un investissement immobilier, il est préférable de solder les crédits de courte durée que vous êtes en capacité de rembourser.

Pour cela, vous pouvez piocher dans votre épargne, sans que cela nuise à l’apport bancaire que vous vous êtes constitué.

Vous avez également la possibilité de vendre certains appareils ou objets que vous n’utilisez pas et utiliser la somme pour solder le crédit.

Tous ces efforts seront payants pour votre budget immobilier et votre emprunt.

Nettoyer ses comptes 


Le nettoyage des comptes consiste à présenter une tenue de compte irréprochable à votre banquier.

Et cela doit être visible sur les 3 derniers relevés de compte voire les 6 derniers mois.

Cela passe par différentes astuces :

  • Ne pas être à découvert durant les 3 à 6 mois qui précèdent la demande de crédit ;
  • Ne pas montrer d’addiction à des jeux de paris en ligne (jeux de hasard, paris sportifs, etc.) ;
  • Savoir gérer votre argent et ne pas dépenser plus que vous gagnez 
  • Avoir un comportement bancaire exemplaire, sans découvert
  • Montrer une épargne mensuelle fixe la plus importante possible


Lors de l’étude de votre dossier d’emprunt, la banque va s’attarder sur la tenue de vos comptes.

Des entrées d’argent régulières, des dépenses modérées et l’absence d’incidents bancaires sont les clés pour que votre banquier vous fasse confiance.

Préparer un plan de trésorerie

Pour définir votre budget d’achat immobilier, vous devez faire le point entre les dépenses personnelles et celles liées à l’investissement.

C’est ce qu’on appelle un plan de trésorerie.

Le plan de trésorerie va vous permettre d’une part de lister toutes vos dépenses personnelles
courantes.

Comme le remboursement du prêt de votre logement, les factures diverses, vos loisirs,
etc.

D’un autre côté, vous allez lister toutes les dépenses liées à votre investissement immobilier sur
une année, c’est-à-dire les travaux courants, la taxe foncière, les mensualités du prêt, etc.


En contrepartie, votre investissement locatif vous rapportera une somme annuelle représentée par
tous les loyers encaissés au cours de l’année (dans le cas où vous investissez pour louer).

Cette rentrée d’argent devra aussi être prévue, pour montrer que vous pensez à tout !


Il peut aussi être intéressant de programmer des virements mensuels sur la durée, afin de
montrer à votre banquier votre capacité à épargner et rassurer alors cet organisme prêteur.

Créer un dossier de financement proche d’un Business Plan

budget et achat immobilier


Pour prouver à votre banque que vous savez épargner et lui donner encore plus confiance en votre projet, créez un dossier de financement pour votre investissement immobilier.

Ce document peut être similaire à un Business Plan et inclure alors des données précises, chiffrées et estimées dans le temps, sur 1 an voire 3 ans.

En montrant ce document mettant en avant votre situation au jour J et vos prévisions pour les mois et années à venir, la banque pourra juger votre compétence de gestionnaire et être rassurée quant à votre sérieux et votre investissement personnel (motivation, ambition) et non plus seulement monétaire.


Investissement immobilier : les dépenses à prévoir 


Le budget pour votre achat immobilier à prévoir est bien plus large qu’on ne pourrait le penser.


En effet, lorsque vous vous apprêtez à investir dans l’immobilier, vous devez prendre en compte
certaines dépenses inévitables.

Droits de mutation et frais de notaire


Les droits de mutation à titre onéreux (qui s’opposent aux droits de mutation à titre gratuit
rencontrés lors d’une donation, par exemple) représentent des frais supplémentaires calculés sur le prix de vente du bien en question.

On les appelle aussi « droits d’enregistrement » ou « taxe de publicité foncière ».


Il s’agit de droits et de taxes encaissés par le notaire au nom de l’État et des collectivités.

Les droits de mutation comprennent une taxe pour l’État, une pour la commune et une troisième pour le département.

Cela représente un taux global fixé à 5,80 % du prix de vente.

Les droits de mutation sont compris dans les frais de notaire qui incluent eux-mêmes les honoraires de l’étude notariale qui réalise l’acte authentique.

Il s’agit là de la rémunération du notaire.


Lors de l’achat d’un bien neuf, des frais de notaires réduits s’appliquent

Ils passent ainsi d’environ 8 % du prix du bien (droits de mutation et honoraires du notaire compris) à 2 ou 3 %.

Cette réduction s’explique par une taxe de publicité foncière ramenée à 0,715 % sur le prix hors taxes, au lieu des 5,8%

Cela démontre le poids des taxes du droit de mutation sur les frais de notaires lorsque vous
achetez un bien.

Il est primordial de les prendre en compte dans votre budget immobilier.


Le financement du prêt immobilier

Le financement de l’emprunt immobilier comprend :

  • Le remboursement du crédit ;
  • Le remboursement des intérêts ;
  • L’assurance pour l’emprunt.

Lorsque vous déterminez le budget de votre prêt immobilier, vous devez prendre en compte ces

différents éléments. Dans le cas d’un investissement locatif, les loyers encaissés serviront à payer en partie ou en totalité ces dépenses.

budget et achat immobilier

Les frais annexes

Un investissement locatif peut cacher des frais annexes qui ne sont pas toujours prévus.

Lorsque vous déterminez votre budget immobilier, il faut donc penser à différents points, comme :

  • La taxe foncière ;
  • Les frais de gestion locative (si vous passez par une agence)
  • Le coût d’une garantie contre les loyers impayés (GLI) ;
  • Les dépenses liées à des travaux d’entretien courant pour le bien ;
  • Les charges de copropriété, si vous achetez un bien situé dans un immeuble collectif (salaire du concierge, frais d’entretien des jardins, facture énergétique des espaces communs, etc.) ;
  • Les travaux coûteux (dans un immeuble en copropriété) que peut être un ravalement de façade, le changement de la chaudière collective, etc.
  • Si vous êtes en LMNP , La CFE + les frais de comptabilité
  • L’assurance PNO (propriétaire non occupant)

La fiscalité

Lorsque l’on investit dans l’immobilier, plusieurs régimes sont possibles et à évaluer en amont.

Suivant le régime choisi (LMNP, SCI ou Micro Foncier), l’imposition varie.

Ces impôts qui diffèrent influent alors sur la rentabilité nette de l’investissement immobilier ainsi que sur les frais et charges qui ne sont pas comptabilisés de la même façon.

Par exemple, en optant pour un régime fiscal adapté tel que LMNP ou SCI à l’IS, vous incluez les frais de comptabilité en frais annexes.

La SCI peut aussi inclure d’autres charges déductibles des impôts telles que l’entretien d’un bien loué ou des avantages fiscaux liés à des amortissements.

Les conseils d’un expert comptable ou d’un expert en investissement immobilier peuvent être précieux pour choisir le régime le mieux adapté à votre profil d’investisseur.

Comment optimiser son budget pour investir ?

Pour optimiser votre budget et votre achat immobilier lors d’un investissement, il est important d’être prévoyant et de réaliser un achat qui se révèlera rentable.

Investir dans un bien rentable

Ce n’est un secret pour personne, un bon investissement locatif passe par un bien rentable.

Pour que le bien soit considéré comme rentable, il est nécessaire qu’il présente une bonne
rentabilité locative.

Cela signifie que le bien doit être au prix du marché et dans l’idéal en dessous.

Il suffit de le comparer avec d’autres logements aux mêmes prestations dans le même quartier par exemple avec le site meilleur agents

L’idée est que les loyers encaissés puissent permettre de couvrir l’intégralité des charges et dans l’idéal avoir un solde positif après paiement des charges (appelé aussi Cashflow)


Les biens les plus rentables sont ceux qui sont les plus recherchés par les locataires. Il peut s’agir d’un logement pour étudiant près d’un campus universitaire.

Ou encore d’une maison avec jardin et plusieurs chambres située près d’une école (l’idéal pour une famille).

Ainsi, on évitera le studio à la campagne ou la villa avec 5 chambres près d’un pôle étudiant ( à moins que l’on souhaite faire de la colocation pour étudiant)

Ces exemples ne signifient pas qu’ils ne se loueront pas, cela veut simplement dire qu’ils seront moins recherchés.


Utiliser le tableau de gestion de budget


Le tableau de gestion de budget permet de lister les dépenses fixes et de prévoir certaines des
dépenses variables les plus courantes.

Il est idéal pour déterminer ce qui sera dépensé dans le mois et ce qui pourra être économisé.
Ce tableau de gestion de budget immobilier peut parfaitement être utilisé pour prévoir les dépenses liées à votre investissement locatif.

Vous pouvez ainsi faire apparaître les encaissements des loyers, le coût de l’emprunt, les dépenses prévues pour les travaux, et bien plus.


Épargner : la clé pour surmonter les imprévus

L’épargne n’est pas seulement réservée à votre budget personnel.

Il est également possible d’épargner pour votre investissement immobilier.Grâce à une épargne régulière, vous vous constituez un pécule qui servira à surmonter les imprévus, comme :

  • Un changement de chaudière dans l’appartement loué ;
  • La réfection des peintures entre deux locataires ;
  • Des travaux d’isolation thermique ou phonique ;
  • Le changement des ouvertures vitrées, etc.
  • Des travaux votés dans la copropriété


Comme vu précédemment, l’idéal est d’avoir un investissement à cashlow positif.

Ce cashflow, comparable à de la trésorerie vous permettra de pouvoir dégager des fonds en cas de besoin imprévu en financement lié à la gestion locative.

Ce cashflow positif permet d’éviter de faire un effort d’épargne sur votre salaire.

Enfin, il peut aussi servir à couvrir les mensualités de votre prêt en cas de vacance locative.

Prévoir un budget pour votre achat immobilier est donc le meilleur moyen pour se préparer à un
investissement.

Les solutions proposées dans cet article vous permettront de présenter un dossier
solide à votre banquier et d’investir sereinement.

Réduire ses mensualités de crédit de 60% avec Dorian et Virginie

Si vous avez du mal à boucler vos fins de mois, réduire vos mensualités de crédit est peut être LA solution

Qu’ils soit immobilier ou consommation, il existe deux solutions.

  • La méthode boule de neige que je décris en détail ici
  • Le rachat de crédit (que je détaille dans cet article)

J’ai pu rencontrer Dorian et Virginie du site Eddy.fr, site spécialisé dans le rachat de crédit.

Ils nous détaillent dans cet interview comment cela fonctionne.

Comment on peut du jour au lendemain réduire ses mensualités de crédit jusqu’à 60%

Mais ils nous expliquent également les inconvénients du rachat de crédit.

Pour faire tout de suite votre simulation de rachat de crédit sur Eddy c’est par ici

Pour écouter la version du podcast c’est ci dessous

Thomas : Pouvez vous me décrire quel est le type de client typique qui vient sur la plateforme ou qui fait appel à vos services ?

Quel type de crédit ils ont et quel type de client sont-ils ?

Virginie : Nos clients, ce sont principalement des personnes physiques.

On finance très peu de professionnels.

Ils sont soit propriétaires, soit locataires, indifféremment, on peut apporter des solutions aux deux.

Ils sont, en général, soit en activité, soit retraités.

Et ce sont souvent des clients, s’ils sont propriétaires, qui ont un prêt immobilier sinon, qui ont plusieurs prêts consommation à honorer en même temps.

Thomas : Et ce sont plutôt des prêts immobiliers ou des crédits à la conso ?

Virginie : S’ils sont propriétaires, en général, c’est les deux.

Ils ont à la fois un prêt immobilier et cinq ou six prêts conso et souhaitent réduire leurs mensualités de crédit

Pour les clients locataires, eux, n’ont pas de prêt immobilier, mais cumulent également plusieurs prêts conso.

Thomas : Généralement, qu’est-ce qu’ils vous disent ?

Virginie : Il y a deux grands axes.

On a les clients qui ont multiplié les crédits et qui se retrouvent avec des mensualités qui sont élevées pour leur budget mensuel.

Ils ont envie de récupérer en pouvoir d’achat et de souffler un peu.

Là, on leur propose de tout regrouper pour réduire leurs mensualités de crédit en une seule mensualité

Soit on a des clients qui ont un endettement qui est raisonnable, mais qui veulent financer un projet et qui ne veulent pas faire le crédit de trop.

Plutôt que de faire un crédit en plus pour financer un projet, on regroupe tous leurs crédits.

On finance une trésorerie pour financer le projet.

Ce qui leur permet de garder leur taux d’endettement actuel et de financer leur projet sans augmenter leurs mensualités actuelles.

Thomas : Quand tu parles de projet, tu parles de projet immobilier?

Ou même d’autres projets qui sont à crédit ou c’est principalement du locatif en immobilier ?

Virginie : Ça peut être du locatif en immobilier, mais c’est quand même assez à la marge.

Ça va plutôt être des gens qui veulent soit financer des travaux dans leur maison, qui veulent une piscine.

Des clients qui veulent financer les études de leurs enfants, qui veulent acheter un camping-car, qui peut être hors-immobilier.

Thomas : J’aimerais que vous m’expliquiez, concrètement, comment fonctionne le rachat ?

Dans tous les cas, de ce que je comprends, vous faites un regroupement de crédits ?

Pour 100 % des personnes, ça se passe comme ça ?

À chaque fois, vous regroupez les crédits pour avoir une seule mensualité qui permet de réduire les mensualités de crédit au globale?

Ou il y a des cas particuliers où vous pouvez faire des regroupements ou garder plusieurs crédits ?

Virginie : Nous, on ne fait que du regroupement donc effectivement, on regroupe les crédits.

On peut pour les propriétaires, parfois, garder le prêt immobilier.

On n’est pas obligé de l’inclure dans l’opération.

Thomas : S’il y a un crédit immobilier et trois crédits conso, vous pouvez faire par exemple, un crédit qui regroupe tout ? C’est possible ça ?

Virginie : Oui. On peut faire un crédit qui regroupe tout ou, on peut faire un crédit qui regroupe tous les crédits consos.

Thomas : Tous les prêts conso seront regroupés et éventuellement, le prêt immobilier, il est séparé ou il est intégré. C’est ça ?

Virginie : Exactement.

Si par exemple, on est face à un client pour qui il reste que deux ans sur le prêt immobilier, ça ne vaut peut-être pas le coup de lui racheter pour réduire ses mensualités de crédit.

Dans tous les cas, on regarde les deux possibilités pour voir ce qui est le plus avantageux pour le client.

Thomas : Dans tous les cas, j’imagine que la solution reste moins chère à la fin, la mensualité diminue. C’est ça ?

Virginie : Oui l’idée est bien de réduire les mensualités de crédit.

Après, il y a, en général, un allongement de la durée.

C’est une solution de désendettement mensuel, ce n’est pas une opération économique pour gagner sur le coût du crédit.

Thomas : Oui.

Parce que forcément, si on augmente la durée, on augmente certainement les intérêts qui vont avec, j’imagine ?

Virginie : Oui.

Thomas : Par contre, on réduit la mensualité du crédit

Virginie : Exactement.

C’est une opération d’optimisation budgétaire et pas d’économie.

L’idée, c’est de gagner en reste à vivre et en pouvoir d’achat.

Thomas : Comment fonctionne le comparateur ?

Quand on va sur Eddy par exemple, qu’est-ce que le client doit faire ?

Comment ça se passe ?

En combien de temps, il a une estimation ?

Dorian : Quand il fait une demande sur notre site Internet, on lui demande pas mal d’informations qui concernent sa situation familiale, sa situation financière et immobilière.

On lui demande également ses coordonnées.

Cela permet de cerner plus efficacement le client.

Pour qu’ensuite, nous, on envoie les informations à tous nos partenaires.

Eux, vont recevoir le dossier avec déjà pas mal d’informations pour pouvoir le traiter plus efficacement pour leur faire réduire leurs mensualités de crédit

Ils vont tous rappeler le client pour lui faire une offre.

Thomas : C’est possible qu’il y ait plusieurs courtiers qui appellent le client?

Pour lui proposer, à chaque fois, des offres et que le client puisse choisir la meilleure offre à la fin.

C’est ça ?

Dorian : C’est ça. Même, quasiment, 100 % du temps, plusieurs courtiers appellent le client, oui.

Thomas : C’est quoi le délai entre le moment où on rentre nos données pour avoir les infos et le moment où on a un retour téléphonique ?

Dorian : Ça dépend l’heure à laquelle le client fait la demande.

Si c’est le soir, évidemment, on ne travaille pas.

Mais si c’est en pleine journée par exemple, ça peut être dans les cinq minutes qui suivent.

Thomas : C’est rapide. Je pensais que tu allais me dire une ou deux semaines, mais le retour se fait rapidement.

Virginie : Il se fait, au maximum, dans la demi-journée.

Thomas : Tu as dit quelque chose Dorian, qui m’a interpellé.

Une question que je comptais poser plus tard, mais je pense que les gens doivent se le demander.

C’est que les gens, rentrent leurs données, ils se font rappeler.

Mais moi, il y a quelque chose qui me fait peur dans ce genre de comparateur.

Comment sont traitées les données personnelles ? 

Comment on peut être sûr que les courtiers en question, à qui vous donnez les données, vont bien les garder.

Et ne vont pas après, les transmettre dans des bases de données avec un risque de se faire harceler par diverses assurances ?

Comment on peut être sûr de ça ?

Dorian : Nous, on essaye d’être assez clairs là-dessus sur le site.

Déjà, on n’envoie pas les données sans que l’on ait un accord du client sur le formulaire, avec une case à cocher.

Mais ce qui se passe, c’est que nous, on utilise uniquement les données pour le traitement des dossiers.

C’est-à-dire que l’on n’envoie pas les données pour autre chose que ça.

Tout se fait par l’accord du client. On ne fait rien sans l’accord du client pour ce qui est de la transmission des données.

Thomas : Il n’y a pas de trucs cachés quand on coche la petite croix ?

Dorian : Non, non, il n’y a pas de trucs cachés.

Thomas : Quand on coche la croix, on accepte que les données soient transmises aux courtiers pour se faire rappeler rapidement.

Dorian : C’est ça.

Thomas : Par contre, il n’y a pas de risque qu’on se fasse rappeler par quelqu’un qui veuille nous vendre une assurance-vie.

Dorian : Non.

Thomas : J’extrapole un peu le truc, mais ça m’est arrivé personnellement sur un site Internet.

Je me fais harceler tous les jours pour payer moins d’impôts ou pour avoir une mutuelle en plus alors que je n’en n’ai pas besoin.

Dorian : Non, on ne fait pas ça, et même si une personne revient sur sa décision, elle a juste à nous écrire un mail.

On a une adresse e-mail dédiée où elle demande à ce que l’on efface ses données.

Et dans ces cas-là, on demande à tous nos partenaires et aussi, dans notre base de données, d’effacer le client.

Virginie : Nous, on travaille avec Eddy, parce que c’est une plateforme qui est vraiment transparente.

Et nous, en tant qu’intermédiaires en opérations de banque, on est une profession réglementée.
Et on est soumis à des règles très strictes en matière de protection des données.

Notamment, parce qu’on a aussi des données bancaires concernant les clients.

Thomas : Je voulais insister sur ce point-là, parce que je me mets à la place de n’importe quel auditeur.

Car moi, c’est la première question que je me poserais.

Dès qu’on donne des données maintenant, il faut se méfier donc c’est rassurant.

Pour les démarches concrètes sur le rachat de crédits, je voulais savoir comment ça se passe.

Est-ce que c’est géré par Eddy ?

Ou par les courtiers en crédit avec qui vous les mettez en relation ?

Est-ce que c’est le client qui doit faire les démarches et transférer son crédit, contacter sa banque pour lui dire qu’elle se fait racheter ?

Comment ça se passe ? Qui fait quoi ?

Virginie : Nous, quand on contacte le client, on fait le point avec lui sur sa situation.

Et en fonction des critères de sa situation, on lui fait une proposition.

Et en fonction de la banque à qui on va présenter le dossier, on lui demande une liste de pièces à nous fournir.

Là, c’est le client qui doit réunir les pièces et nous les envoyer et après, c’est nous qui nous occupons de tout le montage financier.

De présenter le dossier auprès de nos partenaires bancaires, de défendre le dossier.

Une fois qu’on a l’accord de la banque, on envoie les offres de prêt au client soit en version papier, soit en version électronique.

On lui explique comment accepter l’offre de prêt et une fois que le client a signé l’offre de prêt, c’est la banque qui s’occupe de rembourser tous les crédits qui sont rachetés.

Les seules démarches réalisées par le client, c’est de nous fournir son dossier complet et de signer les offres de prêt.

Sinon, c’est nous qui nous occupons de tout.

Thomas : Oui, tout ce qui est communication avec la banque, ce n’est pas au client de s’en occuper, ce sont vous et les courtiers qui le font.

Virginie : Oui. Tant que les fonds ne sont pas débloqués, le client n’est pas en contact avec la banque qui va financer son dossier.

C’est nous qui nous occupons de toutes les formalités.

Thomas : Est-ce que ça arrive que par exemple, une fois que la banque est concurrencée par un autre courtier, qu’elle s’aligne pour ne pas perdre son client ?

Ce sont des choses qui arrivent ?

Virginie : La banque du client ?

Thomas : Oui.

Virginie : Ça peut arriver, mais ça reste rare puisque les banques qui font du rachat de crédits, sont des banques spécialisées.

Elles ne font que ça, ce ne sont pas des banques de réseau, traditionnelles.

Du coup, elles ont des conditions différentes.

Et elles ont aussi une analyse des dossiers de rachats de crédits, complètement différentes des banques de réseau.

Donc, ça peut arriver, mais le rachat de crédits, c’est une opération complexe.

Normalement ce n’est pas trop distribuée en banque de réseau.

Thomas : La personne a fait la démarche, elle a avancé, on a bien compris que c’est vous et les courtiers qui font les démarches.

Concrètement, combien le client peut gagner en moyenne sur un rachat de crédits conso ?

Combien il peut espérer réduire ses mensualités de crédit?

Virginie : Il peut réduire ses mensualités de crédit jusqu’à 60 %.

Thomas : 60 % de sa mensualité ?

Virginie : Oui.

Thomas : Sachant qu’il y a forcément un impact corolaire avec la durée de remboursement et éventuellement, le taux.

Virginie : Ouais, c’est ça.

C’est ce qu’on disait tout à l’heure, en général, plus l’allègement est élevé, plus il y a de chance que la durée de remboursement s’allonge.

Tout dépend.

Thomas : Il faut trouver le bon équilibre entre ne pas payer trop de crédit tout en baissant sa mensualité de crédit.

Virginie : Exactement.

Il y a des clients qui veulent absolument avoir la mensualité la plus basse possible.

Parce qu’ils veulent financer un projet par exemple, par eux-mêmes.

Donc là, on va aller sur la durée la plus longue.

Il y a des clients qui nous disent, moi, aujourd’hui, je paye 800 euros, j’aimerais retomber à 500.

Là, on s’adapte. Ça dépend de la volonté du client et de ce qu’il recherche à travers le rachat de crédits.

Thomas : Est-ce qu’il y a des profils ou des situations qui ne sont pas rachetables ?

Que le dossier soit refusé parce qu’il est surendetté.

Est-ce que tous les dossiers passent ou il y a des cas très compliqués ?

Moi, j’ai des clients qui me demandent souvent en coaching budgétaire « J’ai quatre crédits, personne n’acceptera de me racheter, c’est trop compliqué. »

Je me dis, est-ce qu’il y a vraiment tout le monde qui peut être racheté ou il y a des cas où ce n’est pas possible ?

Virginie : Chaque dossier est différent, il est difficile de donner une règle.

Le nombre de crédits n’est pas rédhibitoire, on est déjà intervenu sur des clients qui avaient plus de 20 crédits.

Ce qu’il faut, c’est que le client ait les revenus qui font que ça passe en taux d’endettement.

La chose qui va vraiment être difficile à financer, c’est quand le client a un fichage auprès de la Banque de France.

Thomas : Quand il est fiché Banque de France, ça peut être problématique ?

Virginie : Ça peut être problématique. Sinon, le fait d’avoir beaucoup de crédits, ce n’est pas un motif de refus.

Le fait d’avoir des incidents de paiement sur ses relevés de compte, ce n’est pas un motif de refus.

On regarde la situation globale du client.

Dorian : J’ajouterais même qu’au niveau du comparateur, nous, déjà, on fait un pré-tri.

C’est pour ça qu’on pose des questions.

« Est-ce que vous êtes fiché bancaire ? » par exemple.

Dans ce cas, dès la fin du questionnaire, on lui dit que ça ne sera pas possible d’envoyer la demande.

Parce que ça serait une perte de temps vu que les conseillers ne pourraient pas traiter leur dossier.

Thomas : C’est rassurant pour les personnes qui sont non-fichées banque de France.

Les personnes qui ne sont pas fichées, à priori, il n’y a pas de raison d’avoir de refus.

Virginie : Non. Après, il faut regarder la situation globale.

Le rachat de crédits, ça reste un crédit parmi d’autres et forcément, ça nécessite des revenus.

Une personne qui n’a pas de revenus, ne peut pas prétendre au rachat de crédits.

Thomas : C’est important de le préciser aussi, il faut que la situation le permette.

Virginie : Voilà. Il faut qu’on s’assure que les clients pourront rembourser la mensualité qu’on va leur proposer.

Thomas : Ce qui est normal.

Virginie : Ça fait partie de nos obligations.

Thomas : Ce qui est logique.

On entend beaucoup parler de la méthode boule de neige.

Est-ce que vous avez déjà entendu parler de cette méthode ?

Virginie : Oui.

Thomas : Qu’est-ce que vous en pensez et quelle plus-value aurait le rachat de crédits par rapport à la méthode boule de neige ?

Virginie : La méthode boule de neige, ça consiste à rembourser plus vite tous ses petits crédits.

Pour ensuite, avoir plus de latitude pour solder les gros crédits.

C’est beaucoup plus fragile qu’un rachat de crédits.

Parce que déjà, quand on a un problème d’endettement, on n’est pas sûr d’avoir la capacité de payer plus chaque mois sur chacun des petits crédits.

Donc on n’est pas sûr d’y arriver.

Cette méthode, elle est aussi fragile quand il y a un imprévu.

Quand le client se retrouve face à un accident de la vie, il ne peut pas honorer plus sur ses crédits donc le remboursement reste fragile.

Alors que le rachat de crédits, a le bénéfice de vous remettre immédiatement dans une solution d’endettement classique.

Thomas : Oui, avec un plus gros reste à vivre.

Virginie : Avec un plus gros reste à vivre, voilà.

Dès l’opération effectuée, vous avez votre taux d’endettement abaissé.

Vous avez votre reste à vivre qui est augmenté et vous vous retrouvez dans une situation financière plus confortable.

Car vous pouvez réduire vos mensualités de crédit.

Alors que la méthode boule de neige, selon le nombre de crédits que vous avez, ça peut prendre beaucoup de temps.

L’avantage aussi, c’est que dans le rachat de crédits, vous pouvez anticiper les imprévus en prévoyant de la trésorerie pour financer des projets.

Pour solder des dettes qui peuvent être autres que des crédits.

Si par exemple, vous savez que vous allez avoir des réparations de voiture à faire ou ce genre de chose.

Ce qui n’est pas le cas dans la méthode boule de neige.

Dans la méthode boule de neige, vous ne pouvez faire qu’avec votre propre capacité de remboursement.

Thomas : C’est vrai, mais moi, ça me fait penser à ça.

Parce que la méthode boule de neige, c’est de baisser tous ses plus gros prêts en allongeant la durée de crédit.

Ce qui est le même principe que le rachat de crédits au final et allouer ce delta aux plus petits crédits pour les solder plus vite.

Je suis d’accord avec les arguments que tu as dit.

Concrètement, le rachat de crédits, a ce gros avantage par rapport à la méthode boule de neige.

Mais moi, ce qui m’étonne, c’est qu’à chaque fois que j’ai une cliente ou un client qui demande à la banque de faire la méthode boule de neige, la banque ne l’entend pas comme ça.

Dès qu’on demander d’allonger la durée des plus gros crédits, la banque propose le rachat de crédits.

Comme si la méthode boule de neige, elle n’était pas applicable concrètement avec les banques.

Je ne sais pas si c’est vous, un retour d’expérience aussi que vous avez.

Virginie : La difficulté, c’est que quand on va voir son banquier pour lui dire qu’on a du mal à honorer ses échéances qu’on veut baisser les mensualités et rallonger la durée, ça veut dire qu’il y a un problème un peu plus structurel au niveau de l’endettement.

Et comme je te le disait tout à l’heure, la méthode boule de neige, ce n’est pas vraiment une solution.

Ça permet de pallier un moment donné.

Mais à partir du moment où mensuellement, les mensualités pèsent trop sur le pouvoir d’achat pour que les clients puissent tout honorer, ce n’est pas une vraie solution.

Thomas :

C’est plus une solution psychologique.

Car on peut se dire « On va se serrer la ceinture, on garde les mêmes mensualités et on effacera les crédits petit à petit pour avoir la force de continuer. »

Tandis que le rachat de crédits, ça sera une solution qui va nous permettre de respirer quasiment instantanément.
Car on réduit tout de suite ses mensualités de crédit

Virginie : Ça permet tout de suite, une bouffée d’oxygène et effectivement.

Les clients peuvent repartir tout de suite sur des bases saines.

Alors que se serrer la ceinture, chaque ménage a toujours un niveau de dépenses, incompressible.
Et parfois, se serrer la ceinture, ça ne suffit pas.

Et c’est dur sur le long terme pour les clients de se serrer la ceinture en permanence.

Thomas : Là, je vais te poser une question plus sur l’état d’esprit et l’éducation financière.

Est-ce qu’il n’y a pas un risque aussi, qu’en faisant le rachat de crédits, en se disant « Je réduit mes mensualités de crédit de 50 % , donc c’est bon je refais des crédits ?

Je consomme de la même manière, je consomme même plus parce que je peux me le permettre.

Et qu’au final, ils continuent cette spirale d’endettement parce qu’ils ont cette impression qu’ils ont gagné 300 ou 400 euros de plus dans le mois.

Ils croient qu’au lieu d’utiliser ces 300 ou 400 euros plus sainement pour leurs projets ou pour juste respirer, ils ont l’impression d’avoir plus d’argent.

Et donc, ils consomment plus. Est-ce qu’il n’y a pas ce risque ?

Est-ce que vous n’avez pas eu des gens qui font des rachats de crédits et qui au bout de trois ans, en refont un nouveau, parce qu’ils se rendent compte qu’ils ont encore besoin ?

[Fin de la transcription]

La suite dans la podcast.

Pour découvrir le site Eddy c’est par ici

Budget voiture : Comment optimiser le pire des passifs ?

Vous devez sans doute le savoir. Une voiture est un gouffre financier. L’optimisation du budget voiture doit donc être une priorité dans la gestion de vos finances personnelles.

Pour écouter la version podcast vous pouvez cliquez ci dessous

En effet, la voiture est le pire « Passif ».

C’est à dire que contrairement à un actif qui fait gagner de l’argent avec le temps, un passif vous fait perdre de l’argent avec le temps.

En gros si vous achetez une voiture 10 k€ aujourd’hui. Dans 5 ans elle ne pourra pas valoir plus que lors du prix d’achat.

Vous pourrez la revendre que moins cher donc avec une Moins Value.

Et à cette perte il faudra ajouter tout l’agent dépensé pour l’entretien et l’exploitation de la voiture soir l’assurance, l’essence et les réparations.

Donc entre l’achat et la vente de la voiture ce sont forcément des milliers d’euros qui se volatilisent pour pouvoir se déplacer.

Ayant déménager dans le sud de la France, je me suis vu dans l’obligation de devoir acheter une voiture.

Car je n’avais pas le choix.

Si on veut fuir les villes et pouvoir se déplacer il faut une voiture.

(Du moins dans le coin où je souhaite habiter!).

Donc étant conscient du budget mensuel très lourd que coûte une voiture, j’ai souhaité optimiser au mieux ce budget.

Car comme vous le savez je souhaitez atteindre la liberté financière.

Pour cela je souhaite maximiser mon épargne comme je l’explique dans « Comment j’épargne 30% de mon salaire » pour l’investir et ainsi me créer des revenus passifs.

Et pour maintenir cette épargne, le budget voiture doit être optimisé au maximum.

Donc comment ai-je fait?

Je vais découper cela en détaillant comment économiser sur les 3 axes essentielles

  • L’achat de la voiture
  • L’exploitation de la voiture (Essence, assurance)
  • L’entretien de la voiture (Réparation, Imprévus)

#1 Optimiser le budget voiture dès l’achat

Comme en immobilier on dit souvent que la bonne affaire se fait à l’achat.

Car en achetant une voiture en faisant une bonne affaire ce n’est pas une économie de dizaines d’euros mais potentiellement de centaines voire de millier d’euros.

Voiture Neuve ou voiture d’occasion?

Pour commencer, même si cela me parait évident, je vous conseillerai de ne jamais acheter de voiture neuve.

Pour la simple et bonne raison qu’une voiture neuve perd environ 20% de sa valeur à peine sorti du garage.

Ensuite fixez vous un budget à ne pas dépasser.

Pour ma part, je ne voulais pas dépasser 5000€ pour l’achat de la voiture.

Car je ne souhaite pas faire de crédit pour cela.

Le budget maximal à vous fixer est très important car il doit être en adéquation avec l’état de vos finances personnelles à l’instant t.

Si à ce jour vous avez du mal à sortir du découvert ou que vous avez déjà des crédit consos à rembourser, votre budget voiture doit être réduit au strict minimum.

Le strict minimum qui à mon sens permet d’avoir quelque chose qui nous conduit d’un point A à un point B en toute sécurité et avec un minimum d’option.

Je ne dis pas d’acheter une poubelle mais je pense qu’avec 6/7k€ on peut largement avoir une voiture sûre et dans laquelle nous avons un minimum de confort aujourd’hui.

Vouloir « plus » pour « plus de confort » ou « montrer que l’on roule dans une BM » peut vite vous faire vous enfoncer dans un cercle vicieux de l’endettement et du découvert si vous avez déjà des difficultés.

En revanche, si vous avez déjà une épargne confortable, vous pouvez vous permettre une petite folie mais tout en étant conscient que l’argent investi dans une voiture ne le sera pas ailleurs (et donc dans des actifs ou dans vos projets de vie)

Payer en crédit ou en cash ?

budget voiture

Il y a plusieurs écoles pour répondre à cette question.

#1 Vous n’avez pas d’épargne

Dans ce cas là, le choix sera vite fait.

Il faudra faire un crédit.

Et si vous faîtes un crédit pour cette raison, je vous renvoi à la définition de votre budget voiture.

Car si vous n’avez pas l’épargne pour vous la payer cash, il serait dommage que votre crédit vous alourdissent vos charges fixes pour le crédit et retarde donc la constitution de votre épargne de précaution

Encore une fois définissez votre budget voiture en fonction de votre situation financière actuelle.

#2 Vous avez de l’épargne pour la payer cash

Dans ce cas là vous avez le choix.

  • Soit de la payer cash avec votre épargne pour éviter de prendre un crédit voiture
  • Soit gardez votre cash pour l’investir et faire le crédit pour payer la voiture.

Certains investisseurs préconisent la 2ème solution car « Cash Is King » et la théorie veut que du Cash qui pourrait fructifier à 10% serait plus intéressant qu’un crédit à 2%.

Pour ma part, je ne préfère pas faire de crédit si j’ai l’épargne prévue pour.

Car un crédit voiture est un crédit toxique pour les raisons suivantes :

  • Il alourdit les charges fixes et donc l’épargne pour les projets et l’investissement.
  • Vous payez des intérêts pour un passif
  • A la fin du paiement du crédit, lors que vous revendrez vous ne récupérerez jamais votre capital à cause de la moins value

L’idée est donc de vous la payer avec votre épargne de précaution disponible.

Si vous n’avez pas cette épargne de disponible, faîtes un crédit minimum et revoyez vos critères de confort pour minimiser l’impact de ce crédit sur votre budget mensuel.

Comment trouver la bonne affaire?

Concernant la recherche de la voiture voici quelques astuces :

  • Faites vos recherches sur le bon coin ou la centrale.
  • Privilégiez les particuliers qui sont pressés de vendre mais avec qui vous avez un bon feeling et que vous sentez honnêtes.
  • Choisissez un véhicule où un maximum d’entretien est fait (Frein, pneu, courroie de distribution etc…)
  • Privilégier les 1ère mains. Souvent mieux entretenu.

Pourquoi favoriser les particuliers plutôt que les garages?

Il est vrai qu’acheter à un garage est rassurant. La voiture est propre et vous avez une garantie de 3 mois minimum.

C’est rassurant c’est vrai.

Mais sachez que le garage ne vous vend pas ce véhicule a prix coûtant (et c’est normal!!).

Ce qui veut dire que le garage l’a acheté a prix cassé, a fait ses réparations pour 3 fois rien et vous le revend avec une belle marge.

Il n’y a pas de mal à cela car c’est leur business model et c’est tout à fait honorable qu’il fasse du profit car ils doivent bien faire vivre leur business.

Mais si vous souhaitez économiser à l’achat en sachant ceci, vous savez que vous ne ferez pas la meilleure des affaires en achetant à un garage.

Alors que si vous achetez à un particulier qui a bien entretenu son véhicule et qui est honnête, vous pourrez la toucher moins cher et même avec une petite négociation.

Pensez toujours à négocier

Une voiture c’est comme un bien immobilier.

ça se négocie.

A part si le prix est indiqué ferme sur l’annonce évidemment.

Mais dès que la mention n’est pas inscrite, listez tous les défaults que vous voyez.

Que ce soit impact sur la carrosserie, petit entretien à faire ou à prévoir.

Listez tout , chiffrez cela grossièrement au vendeur et faites lui une offre en déduisant les coûts à votre charge pour qu’elle soit dans l’état que vous souhaitez.

Le vendeur sait très bien que son véhicule a des défauts et la majorité du temps il a déjà en tête le prix minimal auquel il la vendra.

A vous de trouver le bon prix pour avoir un accord.

Quel est le modèle idéal pour optimiser le budget voiture ?

J’ai fait beaucoup de recherche pour avoir la réponse à cette question.

Ce qui m’intéressait était les critères suivants :

  • Le rapport qualité / prix du modèle
  • Le coût d’exploitation (Essence et assurance)
  • Le coût de la maintenance (Réparation, entretien et prix des pièces)

Après avoir analysé des dizaines d’articles et études spécialisés le résultat est sans appel :

La grande gagnante est la DACIA SANDERO

budget voiture

Certes, ce n’est pas la voiture la plus sexy ou celle avec laquelle vous allez faire le kéké en tunning.

Mais elle remplit les fonctions principales pour ce que l’on attend d’une voiture.

Elle roule bien et elle est sûre pour soi et ses enfants.

Mais en plus, son moteur est principalement mécanique et reconnu comme très solide.

Les pièces et l’entretien coûte très peu cher et elle consomme très peu.

De plus l’assurance coûte également moins cher que la plupart des véhicules (elle est moins volée qu’une golf par exemple :-))

Donc si vous souhaitez optimiser votre budget voiture, la Dacia sandero semble être le meilleur compromis.

A la fois à l’achat comme pour l’exploitation et la maintenance.

C’est la raison pour laquelle c’est l’heureuse élu que j’ai personnellement choisi.

#2 Optimiser les charges d’exploitation pour le budget voiture

L’assurance

Après de nombreuses recherches, j’ai pu identifié deux assurances qui proposent des tarifs très compétitif.

C’est L’écocare et L’olivier assurance

Pour mon cas à moi, ils m’ont proposé un tarif à moitié prix par rapport aux assurance classiques (40€ pour du tout risque au lieu de 80€).

Les avis sont mitigés concernant les sinistres mais je me suis rendu compte que les avis étaient pires sur les sinistres concernant les assurances classiques les plus connues… ( qui sont donc deux fois plus cher)

L’autre détail est que ce sont des assurances complètement digital.

Pas d’agence physique ce qui explique certainement le prix.

Enfin au niveau des franchises ils peuvent être un peu plus cher mais avec l’économie mensuelle réalisée à mon sens cela vaut le coup.

Je ne suis pas en train de vous recommander ces 2 assurances.

Je les teste personnellement et je vous en dirai plus avec du recul.

La meilleure façon à mon sens de vérifier la qualité de l’assurance est de voir comment ils réagissent en cas de sinistre.

Je complèterai donc cet article en cas de mauvaises surprises ou de sinistre (même si je l’espère le plus tard possible)

Le carburant – Essence ou Diesel?

budget voiture

Pour choisir la pertinence entre une essence et diesel (mis à part le côté écologique) il faut répondre à la question suivante :

Combien de km par an faites vous?

En gros si vous faîtes plus de 20 000km par an le diesel est plus rentable.

Point.

En dessous l’essence peut être plus intéressante.

Car outre le fait que le carburant est plus cher avec l’essence tous les autres frais sont moins cher.

L’assurance et les pièces sont moins cher en essence qu’en diesel

Et surtout le prix à l’achat est moins cher.

En revanche les moteurs diesel sont considérés plus robustes quand la voiture commence à être kilométré.

Une belle astuce aussi peut être d’avoir un moteur bi carburant (GPL + essence) comme le propose la fameuse Dacia Sandero.

A vous de voir quelle est le nombre de kilomètre que vous prévoyez annuellement pour faire votre choix.

#3 L’entretien de la voiture

C’est certainement le coût le plus dur à accepter.

Car dans notre budget mensuel, l’essence et l’assurance sont incluses

Mais l’entretien est plus un imprévu qu’une charge anticipable.

D’où l’intérêt de prendre une voiture où les coûts en entretien seront minimisés.

Et donc que la bonne affaire se fait encore une fois à l’achat.

Par exemple, si vous préférez une audi à une renault.

Outre le prix d’achat plus important il faut savoir qu’à chaque broutille (Frein, Pneu etc…) le coût sera plus important pour une Audi que pour une Renault.

Mon conseil pour éviter les imprévus d’entretien

Intégrer dans vos charges fixes un virement de 50€ mensuel vers un compte à part pour vous constituer une trésorerie pour l’entretien de la voiture.

Car l’entretien de la voiture n’est pas un imprévu.

Contrairement à ce qu’on dit à chaque fois.

Que ce soit un pneu crevé , les freins à changer etc… on dit toujours « j’ai eu un imprévu ce mois ci avec la voiture qui m’a mis dans le rouge »

Je ne suis pas d’accord.

Car ces imprévus sont clairement prévisibles.

On sait ques ces coûts vont tomber .

Car c’est juste l’entretien normal de la voiture

On ne sais juste pas quand.

Si vous mettez en place cette épargne forcée vers un compte à part, le jour où vous avez cet imprévu de voiture, vous avez déjà le budget dédié à l’entretien de la voiture.

Pour cela, vous pouvez utiliser les enveloppes virtuelles de N26 ou les coffres de Revolut

Sinon un LDD ou un CSL sera bien adapté à cette épargne d’imprévu voiture.

J’espère que ce petit tuto pour optimiser le budget voiture vous permettra d’optimiser votre budget mensuel au mieux.

Car comme dit au début, c’est un des budgets les plus lourds pour un foyer et il est impératif de le minimiser.

N’hésitez pas à commenter cet article pour me partager vos astuces que ce soit sur l’achat, l’exploitation ou l’entretien de la voiture.

Gérer l’argent en couple : Pour le meilleur en évitant le pire

Gérer l’argent au sein d’un couple n’est pas toujours chose facile.

Les hommes et les femmes n’ont pas le même rapport à l’argent et quand il s’agit de tenir les comptes du ménage, les choses peuvent vite tourner au vinaigre.

Découvrez dans cet article un petit kit de survie de la gestion de l’argent au sein du couple.

Article rédigé par Cédric, du blog « budget solution » sur lequel il partage ses conseils et ses bons plans pour gérer son budget, faire des économies, épargner, choisir sa néo banque… Cédric est passé par des difficultés financières il y’a quelques années, alors même que les solutions présentes aujourd’hui n’existaient pas. Cela lui a donné l’envie de reprendre en mains ses finances personnelles… 

Des rapports différents à l’argent dans le couple

La façon dont on gère l’argent dans le couple définit en quelque sorte notre éducation et notre niveau de culture financière.

Et, quand dans un couple l’un a reçu une éducation où chaque euro compte et doit être gagné à la sueur de son front.

Tandis que l’autre considère que l’argent est fait pour être dépensé et qu’il faut se faire plaisir, cela peut être une source de dispute et de tension… 

C’est pourquoi, comme dans d’autres domaines, il faut savoir faire certains compromis afin de prendre en compte la vision des choses de votre conjoint(e). 

Une bonne communication sur ce sujet épineux est essentiel.

L’argent ne doit donc pas être un sujet tabou dans le couple, de peur d’agacer l’autre.

Mais au contraire, on doit jouer carte sur table et trouver un mode de fonctionnement qui satisfasse l’un et l’autre. 

Les bons comptes font les bons amants

En France, on ne reçoit aucune éducation financière, et c’est un énorme problème!

Ce qui explique que la plupart des gens sont totalement ignorants sur les principales notions de culture financière et qu’ils s’endettent aussi facilement. 

Alors, si vous ajoutez à l’équation le fait que vous êtes deux ( voir trois, quand bébé arrive).

Prendre en compte les besoins et les intérêts de toute la famille n’est pas du tout simple.

Je ne sais pas pour vous, mais la plupart des couples n’aiment pas parler d’argent et compter.

Parce que compter ses sous, ben…c’est égoïste n’est-ce pas?

Or, c’est indispensable, et cette façon de voir les choses est une grave erreur !

Les gens ont toutes sortes d’idées reçues concernant l’argent, et le « qu’en diras-ton » pèse beaucoup.

On craint de passer pour quelqu’un de vénal si on aborde la question de la gestion de l’argent au sein du couple. 

Comme évoqué plus haut, il faut trouver un mode de fonctionnement qui convienne aux deux conjoints.

  • Est-ce en répartissant les dépenses sur un unique compte commun sans conserver son compte perso?
  • Avec un compte commun mais chacun conserve son compte individuel?
  • Est-ce que l’un paie la nourriture et les factures et l’autre les dépenses liées à l’enfant, la voiture?  

Le statut marital pour gérer l’argent dans le couple

Lorsqu’un couple se marie, il n’a généralement pas conscience que le statut marital qu’il va adopter aura de grandes implications financières.

Bien que l’on se marie « pour le meilleur et pour le pire » et que l’on fasse vœu de s’aimer et de se chérir « jusqu’à ce que la mort nous sépare ».

Selon les statistiques officielles, un couple qui se marie à 44% de chances de se séparer un jour.

Mais c’est évidemment une éventualité que l’on envisage pas du tout lorsque tout est beau et que tout est rose…

Or, le choix du statut marital aura des conséquences importantes en cas de divorce.

Et même en cas de disparition d’un des deux conjoints.

Comme ce sont des situations que les gens n’anticipent pas, cela peut avoir des conséquences lourdes et imprévues quand cela survient.

La plupart des Français adoptent le statut par défaut.

A savoir le régime de la communauté de biens, où tous les achats effectués pendant le mariage est partagé en deux.

Or, pour protéger ses intérêts en cas de séparation, le régime de la séparation de biens peut éviter bien des problèmes.

Le régime de la séparation de biens implique que chacun des époux conserve la propriété des biens qu’il a achetés pendant le mariage.

Pensez à conserver les factures ! 

La gestion de l’argent en couple

La majorité des couples choisissent de tout partager en commun, ce qui n’est pas forcément un système très optimal.

Il me semble plus raisonnable d’avoir chacun son compte individuel et un compte commun pour les dépenses communes.

Un compte-joint n’est pas limité à  deux personnes, il peut être ouvert à 3,4,5 personnes…

Le compte joint peut être ouvert au nom de :

  •  Monsieur OU Madame
  •  Monsieur ET Madame

Dans le premier cas, l’un des deux conjoints peut signer des chèques lui-même et utiliser la carte bleue en son nom propre sans avoir besoin de l’autorisation de l’autre.

Tandis que dans le second cas, les deux co-titulaires doivent signer les chèques.

A vous de voir si vous privilégiez le côté pratique ou si vous préférez limiter les risques. 

Ce qu’il faut savoir sur le compte commun

Attention : qui dit « commun commun » dit co-responsabilité des titulaires en cas d’incidents sur le compte quelque soit le libellé du compte: Monsieur ET/OU Madame ! 

Donc, faites attention aux personnes avec qui vous ouvrez un compte commun, elles doivent être dignes de confiance.

Le risque, c’est que des personnes malveillantes vident le compte et se tirent avec l’oseille s’en vous en informer.

Si ça peut vous donner un repère, on considère généralement que pour alimenter un compte commun, on y consacre entre 60 et 80% des revenus du couple.

Maintenant, tout dépend du niveau de dépenses que l’on va faire avec. 

Ne faîtes pas comme moi et mon ex’ à l’époque.

En 1999, nous avions décidé d’ouvrir un compte commun et mettre arbitrairement 800€ chacun pour l’alimenter depuis nos comptes persos.

Sans nous soucier des dépenses réelles que nous faisions sur ce compte

Résultat: nous nous sommes vite retrouvés à découvert de plusieurs centaines d’euros.

Et nous faisions des chèques sans provision dessus sans même nous en apercevoir.

Parce qu’il faut l’avouer: nous étions assez immatures dans notre gestion de l’argent à l’époque ! 

La sentence de la banque postale est vite tombée.

Elle nous a mis tous les deux interdits bancaires sur le compte commun ET sur nos comptes persos.

Quand bien même ce n’était pas un compte de la banque postale !

Ce qui nous pris à la gorge à cause des chèques sans provision et des frais associés

Et j’ai dû appeler mon père au secours pour qu’il éponge nos dettes et que les chèques soient représentés. 

Bref, j’ai été humilié par cette mésaventure.

Ce fût une très mauvaise expérience de la gestion de l’argent en couple mais nous nous en sommes sortis et l’interdiction bancaire à été levée. 

Comment se désolidariser?

Pour éviter une telle situation, il est possible de se désengager vis à vis des autres titulaires du compte.

Il suffit pour cela d’envoyer un courrier par LRAR à la banque en lui demandant de rayer son nom parmi les co-titulaires du compte pour ne plus être engagé dans le compte-joint.

La banque à l’obligation de satisfaire votre demande. 

Comment répartir la quote part de chacun? 

Ce que je vous conseille de faire, surtout si les deux conjoints ont des revenus différents, c’est de répartir la contribution de chacun au compte commun à hauteur de ses revenus pour que personne ne soit lésé. 

Par exemple, si Monsieur et Madame T. gagnent :

  •  1850€ pour Monsieur
  •  1485€ pour Madame

Les dépenses communes estimées s’élèvent à 2630€. A deux, ils gagnent donc 3335€. 

On répartit la quote-part de Monsieur et Madame T. selon le calcul suivant : 

1850 X 100 / 3335 = 55,47% pour Monsieur T. 

1485 X 100 / 3335 = 44,52% pour Madame   T.

Donc la contribution de chacun sera de : 

2630 X 55,47/100 = 1458,86€ pour Monsieur T.

2630 X 44,52/100 = 1170,87€ pour Madame T. 

Il restera 1850 – 1458,86 = 391,14€ à Monsieur pour ses dépenses perso et 1485 – 1170,87=  314,13€ à Madame.

Comment ouvrir un compte commun SANS les inconvénients d’un compte commun? 

Aujourd’hui, il est tout-à-fait possible de contourner le carcan réglementaire des comptes communs traditionnels en ouvrant un sous-compte partagé à plusieurs dans une néobanque. 

  •  N26
  •  Lydia
  • Revolut
  • Vivid Money etc. 

Dans toutes ces néo banques, vous avez la possibilité d’ouvrir des sous-comptes et de les partager avec votre conjoint(e), votre colocataire, des amis…

Sans avoir la moindre contrainte réglementaire comme dans les vieilles banques traditionnelles qui ont oublié de passer au XXIème siècle! 

Si vous désirez gérer votre argent en couple en ouvrant un compte commun, je vous encourage à privilégier cette solution.

Bien moins contraignante que les comptes communs des banques traditionnelles ! 

Quelque soit la méthode que vous allez adopter dans votre couple pour gérer l’argent du ménage, le plus important à retenir c’est que vous devez avoir une bonne communication entre vous sur ce sujet.

Et impliquer votre partenaire dans la gestion du budget pour qu’il ne se sente pas frustré(e) ni exclu des questions d’argent.

Gestion de budget : Les 7 erreurs les plus fréquentes

La gestion de budget est un impératif pour toute personne cherchant à atteindre la sérénité financière.

Que vous cherchiez à sortir du découvert, solder vos dettes ou épargner pour investir une gestion de budget béton est primordial.

Mais cela demande une certaine rigueur.

Vous pouvez gérer votre budget de manière simple et minimaliste.

Mais également vous pouvez aller plus loin pour reprendre le contrôle de vos finances personnelles.

Avant même de vous lancer dans la gestion de votre budget personnel ou familial, il est impératif de comprendre quelles sont les erreurs les plus fréquentes.

Et comprendre si vous les faites ou non.

90% des personnes font au moins 1 erreur sur les 7 décrites ci dessous.

L’objectif n’est pas de vous faire culpabiliser si vous faîtes une de ces erreurs mais plutôt d’en prendre conscience et de rectifier le tir.

Si vous souhaitez échanger avec moi de vive voix, j’offre un RDV de 15 minutes gratuit pour échanger sur votre situation et voir si un accompagnement sur la gestion de vos finances est possible

Voici les 7 erreurs de gestion de budget les plus fréquentes.

Pour écouter la version du podcast, découvre l’épisode 22 en cliquant ci dessous :

#1 : Vous n’optimisez pas vos charges fixes

Dans la gestion de budget il faut distinguer 2 types de charges

  • Les charges fixes
  • Les charges variables.

Pour les charges fixes ce sont principalement tous les prélèvements, les factures, le loyer etc…

Prendre le temps de faire le ménage dans ses charges fixes est un impératif.

Que vous utilisiez un tableau Excel pour la gestion de budget ou une appli de gestion de budget prenez le temps de le faire.

Soit pour supprimer celle dont vous n’avez pas besoin (un abonnement à la salle de sport, au cinéma ou autre chose que vous n’utilisez plus par exemple) .

Soit pour optimiser celles qui sont obligatoires (Changer de fournisseur électricité, assurance etc…)

Pour cela il existe une plateforme qui fait toute les démarches à votre place et gratuitement.

Elle s’appelle Origame et c’est la meilleur que je connaisse.

Pour la tester la plateforme c’est par ici .

ça ne vous engage en rien de créer un compte et de voir les économies potentielles

Car c’est une erreur que je vois très régulièrement en coaching.

On ne prend pas le temps de faire cette exercice qui est pourtant simple et permet d’économiser des milliers d’euros par an.

Il faut juste se lancer et s’y mettre et ensuite les économies sont faites pour la vie.

Pour vous motiver à faire cette exercice qui ne paraît pas très fun, j’ai rédiger un article anti procrastination ici.

Je vous explique avec des chiffres simples comment le fait de prendre du temps pour faire ces démarches vous fait gagner des centaines d’euros.

Et surtout la méthode que j’explique vous fait réaliser que c’est un investissement en temps TRES rentable par rapport au salaire que l’on reçoit…

#2 La gestion de budget est tabou dans le couple

C’est une erreur fréquente mais un problème délicat à régler.

Car l’argent est tabou et peut être source de dispute dans un couple.

gestion de budget

Mais c’est primoridal dans un couple de pouvoir parler d’argent librement.

Et surtout de communiquer sur l’argent

Communiquer sur la gestion du budget familial et les projets financiers de la famille.

De discuter et de fixer des objectifs communs d’épargne et de gestion de budget

Si Monsieur passe son temps à acheter des truc sur internet quand Madame se prive pour épargner il est évident qu’il y ait des tensions .

Ou si Madame utilise l’argent du compte familial pour des dépenses personnelles ça peut agacer Monsieur.

Il est donc important d’être sur la même longueur d’onde sur le budget familial.

Et de distinguer les dépenses personnelles sur des comptes personnels et d’utiliser le compte commun pour les dépenses du budget familial.

Vous pouvez télécharger mon tableau de gestion de budget familial gratuit ici

#3 Vous laissez traîner les grosses dépenses.

Attention, je ne vous dit pas de dépenser tout rapidement si vous n’en avez pas les moyens!

C’est vraiment dans le cas où :

  • Vous avez une épargne de précaution constitué
  • Vous avez identifié une grosses dépenses obligatoire (Réparation de voiture, Travaux, Changement électroménager etc…)

Quand ces deux conditions sont réunis ne trainez pas pour engager ces dépenses là.

Car si elles sont obligatoires vous devrez les faire tôt ou tard.

En laissant trainer ces grosses dépenses, vous prenez le risque de cumuler l’obligation de faire ces grosses dépenses (le frigo qui tombe en rade par exemple) avec un autre gros imprévus (la voiture à changer!)

Cet autre imprévu qui vous mettra dans le rouge.

Donc si (et seulement si) vous avez déjà une épargne de précaution (3 fois le montant de votre salaire), ne laissez pas traîner les grosses dépenses .

Dès qu’elles sont identifiés, faites les.

Au moins c’est fait et vous pouvez épargner dès maintenant pour d’autres projets qui vous tiennent à coeur.

Si vous souhaitez creuser le sujet, j’en ai fait un article spécifique ici

#4 Vous ne mensualisez pas toutes vos dépenses

Toujours dans le thème des charges fixes, c’est une erreur très courante qui causent plus d’imprévus que vous ne devraient avoir.

En effet, si vous avez certaines dépenses obligatoires non mensualisées tel que :

  • La taxe Foncière en Octobre
  • La taxe d’habitation en Novembre
  • Le paiement de l’assurance pour l’année en Janvier
  • Les activités pour les enfants à payer en une fois en Septembre

Vous vous retrouvez quasiment tous les mois avec une grosse dépense « imprévu ».

gestion de budget

Je met imprévu entre guillement car ce ne sont pas des vrais imprévus.

Ce sont des dépenses obligatoires, connues à l’avance mais non anticipées

Et ces dépenses sont largement anticipable sur la gestion de votre budget annuel en général.

Prenez le temps de balayer vos charges fixes et de vous assurer qu’il n’y aucune dépenses qui est payé à l’échéance (et donc annuellement)

Pour cela regardez vos relevés de compte sur une année entière et à chaque grosse dépense, relevez la et voyez si il y a possibilité de la mensualiser.

Le fait de tout mensualiser vous permettra de lisser toutes ces dépenses obligatoires.

Et surtout d’avoir une vision beaucoup plus précise sur la gestion de votre budget mensuel.

Et vous verrez que vous aurez beaucoup moins « d’imprévus » dans l’année qui vous mette dans le rouge sur un mois donné.

#5 La pire pour votre gestion de budget : Vous utilisez des cartes à débit différé

C’est la PIRE erreur pour avoir une gestion de budget zen.

gestion de budget

Et c’est malheureusement trop largement utilisé principalement dans les pays anglophones.

Heureusement en France, nous sommes moins concernés mais il y a quand même beaucoup de gens qui en utilise.

Car en utilisant des cartes à débit différé vous n’avez aucune vision sur la gestion de votre budget du mois en question.

Vous dépensez avec de l’argent que vous n’avez pas encore.

C’est à dire qu’à peine le salaire reçu pour le mois M, vous avez toutes les dépenses du mois M-1 qui tombent.

Quoi de pire pour être angoissé par ses finances?

Vous vivez avec un mois de dettes en permanence avec une carte à début différé.

Si vous utilisez une carte à débit différé, la première chose à faire est de demander à votre banque de changer pour une carte à débit immédiat.

Et de faire tous vos achats avec cette nouvelle carte.

A moins que…

La carte à débit différé peut être utilisé pertinemment uniquement si :

Vous l’utilisez pour les frais de travail et que ces frais sont remboursés sur votre fiche de paye ou directement sur votre compte.

Si le remboursement ne vient pas sur votre compte, je vous conseille de vous créer un autre compte courant.

Ainsi, vous pourrez distinguer les dépenses professionnelles et ne pas compliquer la gestion de votre budget personnel ou familial

Vous aurez donc une vision plus claire sur vos dépenses perso et pro.

Par exemple, vous pouvez ouvrir un compte en ligne pour séparer ce nouveau compte pro et profiter d’une prime de parrainage.

Si vous souhaitez ouvrir un compte en ligne et profiter d’une prime de parrainage(allant de 80€ à 130€) je vous explique comment faire pas à pas ici.

#6 Vous n’avez pas d’objectifs financiers clairs et chiffrés

Si vous n’avez pas d’objectifs clairs ou de projet dans votre tête il est compliqué de gérer un budget de manière rigoureuse.

Car vous n’avez pas de but, pas d’objectif.

En revanche si dès maintenant vous vous dites :

  • Dans 6 mois je veux m’acheter une voiture qui coûte 5000€
  • Dans 2 ans je veux m’acheter ma résidence principale . J’ai besoin de 15 000€ d’apport.
  • Je veux me payer un voyage aux Maldives de 3 semaines. ça me coutera 3000€

Vous aurez forcément plus l’envie de gérer votre budget car vous avez des objectifs financiers concrets.

A la fois car ils sont chiffrés.

Mais également car vous précisez un délai.

C’est même un tremplin pour réaliser vos rêves.

J’explique en détail la méthode de Tim feriss pour « Comment réaliser ses chronorêves » avec la gestion de budget.

Je l’ai appliqué moi même pour réaliser mon rêve de Voyage en Amérique du sud pendant 9 mois.

J’en ai profiter pour apprendre la gestion de budget en voyage 🙂

Pour démarrer, vous pouvez commencer par télécharger mon tableau de gestion de budget gratuit

gestion de budget

#7 Vous n’avez pas d’épargne de précaution

L’épargne de précaution, c’est ce petit magot qui vous permet de dormir sereinement et de faire face en cas d’imprévus.

Généralement il est recommandé d’avoir un minimum de 3 mois de salaire placé sur un livret bancaire.

Pour que l’épargne soit disponible rapidement et soit garanti.

Certain d’entre vous pourront penser :

« Ok mais je n’y arrive pas à la constituer »

Dans ce cas là, ce doit être votre objectif numéro 1.

Il faudra gérer votre budget en intégrant une épargne mensuelle dans vos charges fixes qui permettra de constituer une épargne de précaution le plus tôt possible.

Une autre erreur courante est de vouloir utiliser cette épargne de précaution pour solder ses dettes plus rapidement.

C’est peut être pertinent si vous utilisez seulement une partie de cette épargne.

Mais si vous consommez l’intégralité de votre épargne pour solder un crédit conso.

Et que au premier imprévu , vous refaites un crédit conso cela n’a pas d’intérêt.

Car vous repartirez dans un nouveau cercle vicieux.

Faites donc toujours en sorte d’avoir cette épargne de précaution bien au chaud

Et de ne l’utilisez que pour vos imprévus de la vie courante.

Une fois qu’elle est constitué vous pouvez opter pour solder vos crédit ou faire des placements financiers (Bourse, assurance vie, Immobilier etc…)

#Erreur Bonus Vous utilisez les mauvaises applis de gestion de budget

C’est le problème principal des applis de gestion de budget les plus connus.

Elles permettent de constater les dégâts sur les dépenses du mois qui vient de s’écouler.

Alors que le plus important dans la gestion de budget, c’est de maitriser ses dépenses et donc son budget.

Pour cela, il faut une appli qui permet de budgétiser, de prévoir ses dépenses en début de mois pour les suivre.

Certaines applis le permettent mais les plus connus de ne le permettent pas.

Et la plupart de ces applis de gestion de budget qui le permettent ne propose pas de synchroniser vos comptes en banques.

Ou alors elles sont payantes.

A ma connaissance, une seule appli de gestion de budget gratuite existe à ce jour pour synchroniser vos comptes et prévoir vos budgets en début de mois et les suivre.

Je reste mystérieux sur le nom de cette appli car elle est au cœur de ma méthode de gestion de budget lors des coachings budgétaires

J’espère que cet article aura pu vous faire prendre conscience de certaines erreurs que vous faites (ou pas) et vous aura donner des pistes pour perfectionner votre gestion de budget.

Si vous souhaitez échanger avec moi sur votre situation personnelle, vous pouvez échanger pendant un RDV gratuit e 15 Minutes.

Pour avoir encore plus de contenu gratuit, vous pouvez écouter le podcast Mon Budget Zen disponible sur toutes les plateformes de streaming ici

Budget annuel VS budget mensuel avec Sophie de Riche au féminin

Vous hésitez encore entre faire un budget annuel et un budget mensuel?

L’article et le podcast de la semaine va pouvoir vous aider à trancher.

J’ai pu interviewer Sophie, créatrice du blog riche au féminin.

Sophie est une ancienne accro au shopping.

Elle est sortie de cette spirale infernale des dépenses impulsives pour réaliser ses rêves il y a quelques années.

En apprenant à gérer son budget et ses finances personnelles.

Elle est passé d’accro au shopping à experte en finances personnelles et gère comme une pro son budget annuel.

Elle nous raconte comment elle a pris conscience de ce problème.

Comment elle a eu le déclic qui l’a fait reprendre le contrôle sur ses finances personnelles.

Et surtout quelles sont ses astuces pour ne plus être accro au shopping et aligner ses dépenses avec ses projets de vie.

De la manière la plus simple et la plus automatisé possible.

Elle est également l’auteure du livre « Objectif zéro budget » sorti récemment qui parle de gestion de budget et de consommation responsable.

Cette interview est dans la continuité de l’épisode 16 du podcast où je vous donne mes 6 astuces pour arrêter de faire chauffer la carte bleu et maitriser votre budget shopping

C’est la première fois que j’interview une personne qui partage ma thématique.

J’ai donc eu le plaisir d’échanger avec elle sur nos astuces, méthode de gestion de budget, de gestion des imprévus.

Cet épisode un peu spécial est donc une mine d’or d’informations gratuites.

Car vous apprendrez les astuces et méthodes de 2 experts en gestion de bugdet.

Pour écouter la version podcast c’est par ici.

Ci dessous une retranscription d’un extrait de l’interview qui explicite principalement l’intérêt de réaliser un budget annuel plutôt qu’un budget mensuel .

Je vous donne mon opinion sur le sujet en fin d’article 🙂

Thomas – Pour parler plus de gestion de budget, sur ton blog ou sur ta façon de gérer tes finances, quelle méthode tu préconiserais en règle générale ?

Sophie – Ça dépend de la personne.

De ce qu’elle veut et de la situation dans laquelle elle est.

C’est difficile à dire parce que je fais toujours de la personnalisation dans l’accompagnement que je donne, je n’ai pas de réponse toute faite.

Je dirais que ce serait de privilégier le fait de se payer en premier avec le concept de clarifier dès le début, ses objectifs de vie.

Et en fonction de sa situation, s’assurer sur une année ou plusieurs années, de pouvoir rembourser ses dettes ou son découvert s’il y en a.

De payer ses factures au quotidien et d’assurer le financement de ses projets.

Ce que je préconise souvent aux personnes que j’accompagne, c’est de faire un budget annuel.

C’est plus facile de réaliser des choses sur douze mois que sur un mois.

Ça enlève un stress de planifier sa vie et de se dire, j’ai des dettes, j’ai ma vie à payer pour continuer de vivre et j’aimerais faire ce voyage, m’acheter cet appartement par exemple.

Quand on essaye de faire ça sur un mois, c’est impossible alors que sur douze mois et sur plusieurs années, on a plus de marge de manœuvre.

La méthode budgétaire que je préconiserais, c’est d’en faire une sur le long terme.

Avoir un budget annuel et intégrer le concept de se payer en premier pour que dès le début du mois, on épargne.

On est en train de payer notre meilleure vie.

Ce que je dis aux personnes que j’accompagne :

L’épargne, ce n’est pas une perte d’argent : C’est un investissement dans son bonheur.

Thomas – Dans ses projets de vie.

Sophie – C’est ça.

Il n’y a rien de pire que faire passer son bonheur après les factures d’électricité.

Avant, il faut prendre en compte l’argent que l’on a au total.

Mais si dès le début du mois, on sait qu’il va rester quelque chose parce que c’est épargné pour notre bonheur, il n’y a rien de mieux.

Thomas – Psychologiquement, c’est un plus.

Sophie – A partir du moment où j’ai commencé à faire ça, je me sentais invincible.

Je me disais, quoi qu’il arrive, j’ai mon épargne.

Thomas – Oui parce que c’est vrai qu’un problème que je retrouve souvent, ce sont des gens qui épargnent en fin de mois s’il reste quelque chose.

Sophie – Ils prennent les miettes, c’est dommage.

Thomas – Et ceux qui font ça ont tendance à dépenser jusqu’à ce qu’ils n’aient plus rien.

Il ne reste plus rien à épargner.

En faisant la méthode inverse, tu te payes en premier pour réaliser tes projets et pour ton bonheur.

budget annuel

Sophie – C’est ça et tu n’as plus d’excuses.

C’est difficile de se payer en premier sans savoir exactement combien d’argent on a entre nos charges fixes et les charges variables qu’on a par mois.

On est obligé de passer par un budget annuel

Si tu détermines que tu vas épargner 500 euros par mois, mais que tu n’as pas fait le bilan de tes comptes, c’est embêtant.

C’est super quand tu mets ta vie sur le papier, de l’année à venir si tu veux te lancer dans un budget annuel, tes mois sont préparés.

J’ai beaucoup de personnes qui me disent, je n’ai pas le courage de faire ça.

Je leur dis, prenez-le.

Après, vous êtes en pilotage automatique, il n’y a rien à faire.

La charge mentale du budget est légère, il ne se passe rien, tu as juste à vivre ta vie.

Je conseille de mettre en place le plus de virements automatiques pour ne pas gérer des choses qui ne sont pas nécessaires.

Pour faire autre chose dans la vie que de s’inquiéter de son argent.

Une fois que le socle de gestion est solide, tu as le temps de tout faire, profiter de la vie, être avec tes proches.

Tu as du temps pour toi, de la sérénité.

Thomas – Et tu dors sur tes deux oreilles.

Sophie – C’est ça et tu sais que ton argent fait ce qu’il a à faire.

Il est en train de financer ta vie et tu fais autre chose que de t’inquiéter.

Thomas – J’ai compris la méthode globale.

Par contre, quel support tu préconiserais pour la gestion de budget ?

La méthode des enveloppes, un Excel, une application, un mix des trois ? Ça dépend des gens que tu accompagnes ?

Sophie – Tu as donné une partie de ma réponse.

J’ai plusieurs outils.

La méthode, j’en ai qu’une, mais les outils qui vont supporter cette méthode, c’est propre à chacun.

Il faut que l’outil soit pertinent en fonction de la personnalité de la personne.

J’ai beaucoup de personnes que j’accompagne qui sont très carnet de notes.

budget annuel

Je vais leur dire, achète-toi un carnet spécial pour tes finances, un beau, que tu auras envie de prendre, de remplir.

Tu vas appliquer ma méthode et ça va être ton carnet dans lequel tu vas faire ton budget annuel.

Tu vas pouvoir faire les déclinaisons de tes budgets et tu vas constituer tes enveloppes pour tes différents postes de dépenses.

Ce genre de personne, ce qui est marrant, c’est que ce sont des personnes qui ne sont pas trop carte de crédit, qui aiment avoir de l’argent dans les mains.

Pour elle, ça sera carnet plus des enveloppes physiques.

Au contraire, j’ai des personnes qui sont très applications.

Je vais leur dire, commence par faire ton budget annuel sur Excel.

Une fois que tu en es contente, tu fais la déclinaison mensuelle.

Tu t’aides de l’application et si tu veux, tu peux te faire, parce que maintenant, ça existe, des enveloppes virtuelles sur des comptes en banque pour gérer tes postes de dépenses.

Il faut s’adapter à la personne. Je ne pense pas qu’il y ait un outil parfait.

Thomas – Il faut qu’il corresponde à la personne, à ses idées.

Sophie – C’est comme le sport ou le régime.

Par exemple, je déteste courir et il y en a qui adorent ça.

Ça ne veut pas dire que l’outil de la course n’est pas bon, au contraire.

Il est bon pour certaines personnes, il n’est pas bon pour d’autres.

L’important, c’est de trouver l’outil idéal. Qu’est-ce que tu en penses ?

Thomas – J’ai tendance à faire appliquer la méthode que je considère bien.

Même si suivant la clientèle, jem’adapte.

J’utilise un Excel et une application.

Excel pour faire le budget mensuel et l’application pour suivre les dépenses variables au quotidien.

Ça permet d’être synchronisé avec ta banque et de pouvoir gérer tes budgets variables.

Mais suivant la personnalité des gens, j’ai certains clients qui préfèrent travailler avec un carnet de notes et des enveloppes, ça n’a rien avoir avec cette méthode, je m’adapte.

La méthode des enveloppes ou d’écrire sur un carnet peut être adaptée suivant la personnalité.

Je te rejoins sur ce que t’as dit, mais la méthode que j’utilise et que je préconise, c’est Excel et l’application.

Sophie – Je comprends.

Celle que j’utilise dans ma vie de tous les jours, ma méthode que j’enseigne, elle marche que soit avec Excel ou du papier.

J’ai fait les deux.

J’ai commencé par le papier et je suis allé au Excel. C’était plus pratique.

Je continue d’utiliser Excel dans mon budget annuel et mon budget mensuel.

Je n’utilise pas d’application, mais tout ce qui est enveloppes virtuelles et certaines physiques.

Thomas – Quand tu dis enveloppes virtuelles, c’est sur le compte en banque ? Comment tu fais ?

Sophie – Tu as plusieurs banques en ligne qui proposent des enveloppes virtuelles.

Par exemple N26, quand tu ouvres un compte gratuit chez eux, tu as le droit à deux enveloppes.

Ce sont des épargnes sur lesquelles tu peux stocker de l’argent.

[Fin de l’extrait]

Pour écouter la suite du podcast, c’est par ici

Comme vous avez pu lire ou écouter nous avons quelques différences dans notre façon de gérer le budget.

J’ai tendance à raisonner mois après mois pour réaliser mon budget et elle fonctionne à l’année pour avoir une vision plus globale.

J’ai donc essayé de faire mon budget annuel 2021 comme je l’avais essayé pour 2020.

Et je n’ai pas été satisfait.

En fait je crois que ce n’est juste pas ma façon de fonctionner.

Mais ça peut être la vôtre !

Pourquoi je préfère le budget mensuel?

coach budgétaire

J’ai essayé de me projeter sur l’année et faire mon budget annuel.

Mais je trouve qu’il est extremement difficile d’anticiper certains imprévus de l’année.

Certains imprévus sont facilement anticipable comme les impôts en septembre, les cadeaux en Décembre etc…

Mais le reste des imprévus je trouve que c’est très compliqué de les planifier sur l’année.

Comme je l’ai dit plus haut c’est certainement dû à ma façon de fonctionner.

Car il est vrai qu’avec ma femme nous vivons assez dans le moment présent et nous savons jamais 3 mois à l’avance où nous partirons en vacances ni combien de temps.

Nous avons le budget pour mais nous nous décidons souvent au dernier moment.

Idem pour le remplacement d’un ordinateur par exemple ou d’un appareil électroménager.

C’est difficilement anticipable.

Nous avons des enveloppes pour ces imprévus là bien définit et épargné en automatique.

Mais nous les intégrons au budget toujours d’un mois sur l’autre quand le besoin se fait sentir.

Et après avoir essayé le budget annuel je me suis rendu compte que 80% des dépenses spécifiques à un mois donnée était modifié le mois précédent.

Donc je me suis dit pourquoi ne pas rester sur un budget mensuel ?

Je prends le temps de le faire toujours en début de mois pour être au plus près des dépenses que l’on prévoit de faire dans le moi qui arrive.

Comme ça le risque d’erreur de calcul est minimisé 🙂

En attendant tu peux toujours télécharger gratuitement mon tableau de gestion de budget mensuel

Dites moi en commentaires ce que vous en pensez.

Dans quel camp êtes vous ?

Plutôt budget mensuel ou annuel ?