Étiquette : gestion de budget

Contrôler son argent : L’impact de votre entourage

Cet article a été rédigé par Kevin Mercure du site argent actif, site consacrée aux finances personnelles pour apprendre à contrôler son argent

« Vous êtes la moyenne des 5 personnes avec lesquelles vous passez le plus de temps ».

Belle  citation de Jim Rohn, n’est-ce pas ? 

Le grand Jimmy vous montre bien à quel point vos proches vous influencent.

Sur votre état d’esprit.  Sur vos émotions. Votre personnalité. Et… votre capacité à gérer vos finances. 

Mais, tout n’est pas tout beau tout rose. 

Certaines relations vous sont favorables et bénéfiques. D’autres vous poussent à dépenser comme  un roi du pétrole.

Jusqu’à vous plonger dans le gouffre du découvert et de l’appauvrissement. 

Alors, comment tirer meilleure partie de vos relations ? Et éviter que cela n’absorbe vos économies  jusqu’au dernier centime ? 

Dans cet article, je vous donnerai 5 astuces pour limiter les risques et contrôler son argent

OK ? Allons-y ! 

Le bonheur des vents favorables 

Avec des fréquentations impactant positivement vos comptes, vous évoluez.

Et cela se ressent dans  vos finances si vous

  • Echangez sur les différents types d’investissement 
  • Partagez vos bons plans et vos opportunités 
  • Vos croyances limitantes peuvent être brisées 
  • Recevez des conseils de personnes qui s’intéressent au développement financier
  • Partagez vos erreurs et apprenez de jour en jour 

Aussi plaisant qu’une glace en pleine canicule.  

Vos proches vous tirent vers le haut.

Ils vous aident à vous développer. Et vos décisions financières rayonnent positivement. 

(Le bon moyen d’avoir un « Budget Zen » et de bien contrôler son argent me direz-vous ) 

Un mentor ou un coach financier peut également vous propulser.

Tenez, voici un article intéressant  sur le sujet : comment un coach financier peut vous aider ?

Et c’est là que ça se gâte… 

Le trottoir d’en face est plus sombre. Plus désagréable. 

Vous trouverez des personnes qui vous mettront le doute.  

Qui vous parleront de sujets qu’elles ne maitrisent pas.  

Qui vous présenteront leur télévision 4kHD dernier cri.

Et vous donneront envie d’avoir le même  chez vous.

Pour le garder éteint 23 heures par jour. 

La question : faut-il les oublier ? Les rayer de votre vie et devenir aussi insociable qu’un ours en  hibernation ? 

Pas du tout. 

contrôler son argent

OK, votre oncle vous a dit qu’investir est risqué…  

Votre collègue vous incite à lâcher votre vieil ordinateur portable pour passer dans la team  Apple…  

OK, vos parents ne comprennent pas pourquoi vous n’achetez pas une voiture correspondant à vos  revenus… 

Mais, personne ne vous oblige à les écouter.

À les suivre. À les croire. 

Vous risquerez même de vous appauvrir. Évitez. 

En fait, la personne à surveiller c’est vous.

Vous reconnaitre une bonne information. Et prendre les  bonnes décisions pour vos finances et garder le contrôler de votre argent

Comment ? 

Nous y viendrons dans la suite de cet article. Voyons d’abord les raisons de ces impacts néfastes. 

Les raisons des impacts néfastes 

Le jugement des autres pour contrôler son argent

Le fléau qui fait du mal à tout le monde. Depuis notre plus jeune âge. 

Avouons-le, nous vivons dans le regard des autres. Certains plus que d’autres.  Au point de sacrifier notre temps et notre argent pour « exister ». 

La preuve… 

On est fier d’être débordé au boulot. Cela donne l’impression d’être investi et productif. 

On achète des voitures hors de prix.

Histoire de montrer qu’on ne roule pas dans des casseroles qui  perdent des pièces à chaque virage. 

On dépense dans des montres ultra-connectées sans en avoir besoin. Mais, tant pis. Au moins, on a  la classe. 

Et on perd le contrôle de son argent

Certes, ces objets peuvent disposer de fonctionnalités qui vous intéressent. Dans ce cas, votre achat  peut s’avérer légitime. 

Mais, si vous sortez votre carte bleue pour entendre un simple « Wouaaaa ! » de vos collègues,  oubliez. 

Regardez par vous-même.  

Dans le conseil n°3 de cet article : 6 façons de perdre de l’argent bêtement. 

Retenez ceci … 

L’envie d’un proche ne remplit pas votre compte bancaire, il le vide

Les fêtes 

De vrais pièges. Très dangereux. 

Vous devinez pourquoi ? 

C’est simple : on peut facilement se plier à la validation des autres. Comme espérer de graver votre  nom dans les cœurs en offrant des cadeaux hors de prix. 

Alors que vous arrivez à peine à acheter une boite de Ferrero Rocher.  

Retenez bien… 

Si vous n’avez pas les moyens, ne vous forcez pas.

Pas de découvert. Pas de dette. 

Vous ne devez pas vous sentir obligé de vous ruiner pour conserver certaines relations. Jamais.

Consommer avec les autres et ne plus contrôler son argent

Une des manières d’entretenir nos relations reste la consommation. 

Eh oui ! Qui n’a jamais entendu l’une de ces phrases : 

  • « Ça te dit d’aller boire un verre après le boulot ? » 
  • « Nous sommes parties au restaurant en amoureux »
  • « On se fait un bowling ce week-end ? On pourra passer un moment ensemble » Et ça se comprend ! 

Personne n’a envie de se retrouver au parc avec ses proches pour regarder les chiens en promenade  se renifler le derrière. 

Autant boire un coup ! 

contrôler son argent

Ça vous dit ? 

Mais, il y a un hic… 

Sans suivi, cela devient problématique.  

En accumulant ce type de sortie, votre compte risque d’afficher du rouge rapidement. Le découvert  et les fins de mois difficiles ne sont jamais très loin.  

Attention aux mauvaises surprises. 

Mais pas de panique.

Nous verrons dans la suite de cet article une astuce efficace pour éviter la  catastrophe. Ça marche à tous les coups. 

La rivalité 

Parlons-nous encore de « proche » dans ce cas ? La réponse est oui. 

Certaines personnes ressentent une rivalité naturelle avec tout le monde. 

Exemple : si l’un de leurs amis commence à investir, ils paniquent.

Comme s’ils étaient à la ramasse. 

Ils prennent leur ordinateur et tapent sur Google : « Comment ouvrir un PEA ». 

Le plus triste… 

C’est que nous sommes tous comme ça. Plus ou moins. 

Cette fichue manie de se comparer aux autres. Une douleur difficile à calmer, n’est-ce pas ? 

Apprenez donc à reconnaitre ces émotions toxiques. Reprenez le contrôle. Et vos finances vous  remercieront. 

Bien. Avançons. 

Les recommandations 

On ne remerciera jamais assez nos proches pour leurs bons plans. 

Une promo en cours, une nouvelle cafetière connectée en wifi, les abonnements pour des  plateformes de streaming avec 3 mois offerts… d’excellents moyens de se faire plaisir. 

Ou encore, leur investissement secret au rendement de 30% qui fera de vous le prochain Warren  BUFFET. 

Hmm… Sans façon ! 

Un conseil : ne sautez pas sur tout ce que vos amis vous proposent.

Chacun ses opportunités. Une  super affaire pour votre collègue ne le sera peut-être pas pour vous.  

Étudiez avant d’acheter. Toujours. 

Ce sera toujours une des meilleurs manières de contrôler son argent

Voici un podcast de Thomas qui vous montre pas à pas une analyse immobilière : comment trouver  une bonne affaire ? 

D’autres idées pour contrôler son argent? 

Bon, OK. Nous avions vu que votre entourage peut impacter indirectement vos finances.

Contrôler votre argent

Mais, la liste ci-dessus reste exhaustive. 

Peut-être que vous rencontrez d’autres situations toxiques pour vos comptes.

Des moments où vous  avez l’impression de perdre le contrôle. Où vous vous sentez obligé de dépenser. 

Comment le savoir ? 

Voici une astuce : interrogez-vous sur vos émotions.  

Par exemple : 

1. Aviez-vous envie de réaliser cet achat avant de passer votre carte bleue ?

2. Souhaitiez-vous faire plaisir à quelqu’un en dépensant cet argent ? 

3. Saviez-vous que vos finances ne pouvaient pas supporter cette dépense ?

4. Pour quelle raison aviez-vous réalisé cet achat ?

En répondant à ces questions, vous trouverez la cause de votre dépense. Ou cet investissement  médiocre. 

Cependant, faites attention. 

Même si votre entourage influence vos choix et vos sorties d’argent, le responsable de vos finances…  c’est VOUS. 

Blâmer votre proche n’est pas la solution. Loin de là. 

VOUS avez accepté d’acheter cette nouvelle télé.

VOUS avez passé votre carte bleue et avez  signé le contrat pour payer en 10 fois sans frais. 

C’est donc à vous de changer.

De ne plus vous laisser influencer.

De reprendre le contrôle de son argent. 

Comment faire ? 

Voyons cela dans la suite de cet article. 

Les solutions pour contrôler son argent

1# Soyez catégorique 

Je sais. C’est difficile de dire non.  

Quand on vous invite à sortir. À aller prendre un verre.

Vous vous sentez mal de refuser. Vous  cherchez des excuses.

Alors qu’un simple « non » suffirait. 

Évitez les pipeaux du type « Gnééééé ! J’ai piscine ». 

Soyez honnête : « Désolé, je fais attention à mes dépenses ». Simplement. 

Et si vous craquez quand même… 

Zéro culpabilité.  

Apprendre à refuser une offre prend du temps. 

Surtout si vous êtes un Yes-man.

Un peu timide par-ci. La peur du rejet par-là.

Cela peut devenir  frustrant. Et vous risquez de vous en vouloir sur le court terme. 

Entraînez-vous. Persévérez. Ne lâchez rien. 

Nous verrons plus tard une astuce complémentaire très efficace. 

Mais avant, parlons de votre situation. Vous voulez bien ? 

OK. Continuez à lire. 

2# Connaitre sa situation financière pour contrôler son argent

Plus logique, tu meurs. 

Bah oui ! Pour ne plus contrôler son argent, il fallait déjà le contrôler au préalable. 

L’astuce est de réaliser les actions basiques pour garder un œil sur votre budget. Quelles sont-elles ? 

C’est simple : 

  • Budgétisez  
  • Suivez vos dépenses 
  • Analysez à l’aide de bilans (mensuels, trimestriels, annuels) 
  • Améliorez votre situation 

Tenez voici un article que j’ai écrit sur le sujet : comment gérer son argent ? 

Lisez-le.

Vous trouverez d’excellents astuces pour mieux organiser vos comptes et suivre vos  dépenses. 

Vu ?  

OK. On avance. 

3# Sachez ce que vous voulez 

Un élément important souvent oublié en finances personnelles… 

C’est que cela reste PER-SO-NELLE

Prenez le temps de vous recentrer sur vos projets.

Évitez d’alimenter votre compte en regardant  votre solde grossir en vous frottant le ventre.

Ça ne sert à rien. 

Donnez une fonction à votre argent.  

Est-ce pour une épargne de précaution ? Pour financer le voyage de vos rêves ?

Acheter votre  prochaine voiture ? Payez les études du petit dernier ?  

À vous de voir. 

Et je sais ce que vous vous dites… 

« Quel rapport avec l’influence de mon entourage ? ». 

J’y viens.

contrôler son argent

Gardez en tête que vous devez avoir une ambition forte pour donner un sens au contrôle de votre  argent.  

On appelle cela un pourquoi. 

Il vous aidera à prendre vos décisions financières.

C’est votre destination.

Votre but.

Lorsque vous l’aurez dans votre ligne de mire, restez concentré sur lui.

Stay focus ! La nouvelle BMW du voisin, son jacuzzi et ses nains de jardin… vous vous en fichez !

Vous avez vos projets. Ceux qui vous tiennent à cœur.

Ceux qui vous prennent aux tripes. Maintenant, vous savez ce que vous voulez. 

4# Délaisser le regard des autres 

C’est comme le sucre : pas assez, vous risquez l’hypoglycémie. Trop, vous foncez droit vers le  diabète.  

Ici, c’est pareil. 

Assurez-vous de garder une bonne relation avec vos proches sans vous isoler. Aussi, restez concentré  sur vos objectifs. Histoire de ne pas sombrer dans l’appauvrissement en tentant de les faire plaisir. 

Trouvez le juste milieu. La limite à ne pas franchir. Vous êtes le seul à la connaitre. Cela peut être : 

  • Un nombre de sorties dans le mois 
  • Le budget loisir à ne pas dépasser 
  • Des frais d’essence limités pour rendre visite à vos parents 
  • Une réduction des bières avec les collègues après le boulot 

À vous de voir. 

Imposez-vous vos propres limites. Il vous sera ensuite plus facile de les communiquer à vos proches.

OK ? 

5# Votre livre d’or 

C’est la méthode qui m’a aidé à développer mon mindset financier.

De la dynamite. L’astuce : gardez un carnet près de vous. Votre livre d’or.  

À chaque dépense que vous regrettez, dégainez votre calepin. Notez quelques lignes. 

Quelle est cette dépense ? Quelles sont vos émotions ? Pourquoi regrettez-vous ? Que pouvez-vous faire la prochaine fois pour éviter la catastrophe ? 

Au fil des pages, vous vous apercevrez qu’il existe une cause commune à vos multiples caprices.  Bingo ! 

Débarrassez-vous-en

Pensez-y… 

Je ne vous recommande pas de faire le tri dans vos relations. Pas dans cet article, en tout cas. 

Ce post a pour objectif de vous sensibiliser sur un point : l’importance de l’information et des  croyances

Prenez le temps d’analyser. Toujours. 

Ne pas écouter les conseils d’investissements votre grand-père ne veut pas dire que vous l’aimez  moins.  

Avoir un smartphone qui n’est pas dernier ci ne veut pas dire que vous êtes dépassé.

Ne pas boire un verre avec vos collègues n’engendrera pas de la haine de leur part. Pas du tout. 

Vous avez le choix.  

Vous êtes maitre de vos décisions. De votre vie. 

Ne dégradez pas vos finances pour le plaisir, le confort ou le regard de l’autre.  Allez-y… 

Suivez les 5 conseils de cet article et vous verrez.

Votre état d’esprit et votre gestion d’argent seront bien plus agréables. 

C’est à vous de jouer !

Gestion budgétaire : Mes 3 pires erreurs

Malgré le fait que je sois coach budgétaire, j’ai pu réaliser un certain nombre d’erreur sur ma gestion de budget.

Et je vais te partager mes 3 plus grosses erreurs.

Celles qu’il faudrait que tu évites aussi pour la gestion de ton budget.

Je ne vais pas parler des erreurs de gestion de budget les plus courantes que je vois en coaching budgétaire par exemple.

Si tu veux les voir je décris tout dans l’épisode 22 du podcast ou dans cet article.

Dans cet article je vais te parler uniquement de mon vécu et de mes plus grosses erreurs de gestion de budget

Si tu veux écouter la version podcast tu peux cliquer ci dessous

Vouloir « trop » économiser sur la gestion budgétaire

gestion budgétaire

Il est important d’économiser.

C’est même le nerf de la guerre si tu veux accomplir tes objectifs financiers et épargner pour investir

Mais certaines fois vouloir trop économiser peut s’avérer être une belle erreur et coûter bien plus cher que l’économie que l’on pense faire.

Je vais te donner mes exemples les plus récents sur cette erreur et mes deux sales expériences

Anecdote n°1 : Le Lave Linge

La première avec un lave linge.

Je l’ai acheté sur le bon coin pour 100€.

Dans une sorte de magasin qui reprenait les laves linges, les réparer puis les revendait (avec une belle marge j’imagine).

Il a testé la machine sous mes yeux et bien évidemment tout allait bien.

Car on n’a pas attendu le cycle complet (environ 5 minutes).

Sauf que dès la première machine à la maison, elle s’est mis à fuir au bout de 1h….

Je me suis rendu compte qu’il manquait un joint d’étanchéïté et le vendeur s’est est bien gardé de m’en parlé.

Malgré un coup de fil virulent avec le vendeur, rien à faire je me retrouve avec une machine à 100€ qui fuit chez moi.

J’achète donc des pièces sur internet et fait la réparation moi même.

50€ de pièce + 2h de travail.

Mais la machine marche.

Après 1 an d’utilisation, elle refuit une fois sur 2….

La machine neuve à électro dépôt coutait 230€ (et ce n’est pas le premier prix)

Donc l’économie que je pensais faire en achetant de l’occasion était une bien mauvaise idée.

Finalement pour 80€ de plus j’ai quelque chose de neuf, qui ne fuit pas, que je garde dans le temps

Et qui me fait gagner beaucoup de temps et éviter du stress.

Anecdote n°2 : Le lave vaisselle

Arrivé sur Avignon, on tente une nouvelle fois l’achat d’occasion avec un lave vaisselle vendu cette fois ci par un particulier sur le bon coin.

Ce n’était donc pas un magasin douteux mais bien une particulière qui avait l’air très honnête.

Arrivé à la maison, j’essaie de la brancher…

En Vain…

J’arrive à la faire fonctionner une fois mais l’écran est illisible et la machine ne fait jamais un cycle complet.

J’essaie de rappeler la bonne femme.

Je tombe sur répondeur….

Et l’annonce a disparu.

Je me sui fait tout simplement arnaquer.

Alors qu’un lave vaisselle neuf à électro dépot c’est 250€.

Donc pour 150€ de plus, j’aurai eu quelque chose de neuf, fiable, avec garantie et j’aurai éviter du stress et des aller retours inutiles…

gestion budgétaire

Garder trop d’épargne de précaution

C’est une erreur fréquente pour la plupart des gens qui ne s’intéresse pas à l’investissement car ça leur fait peur.

Mais une fois que tu as atteint ton épargne de précaution, il faut absolument investir cet argent.

Car laisser trop d’épargne sur ton livret A va t’appauvrir.

Et ça j’ai mis beaucoup de temps à le comprendre.

Cela est simplement dû à l’inflation.

L’inflation c’est l’augmentation des prix à la consommation et qui engendre une dépréciation de la monnaie.

Pour faire simple si l’inflation est de 2% et que le rendement de ton livret A est de 0,75% ton épargne se déprécie de 1,25%

Même si il est primordial d’avoir ton épargne de précaution sur un livret bancaire il faut éviter de trop en avoir.

Et investir ton surplus.

Je t’explique dans ce guide 7 façons de créer tes premiers revenus passifs avec ton épargne

Ne pas avoir d’objectifs financiers clairs

Target audience identification. Brand consumers, loyal customers analysis, marketing survey. SMM experts analysing intended audience groups. Vector isolated concept metaphor illustration

Cette erreur je l’ai traîné comme un boulet sans le savoir pendant quelques années.

Car comme je le répète souvent, si on ne sait pas pourquoi épargner on ne fera rien pour épargner.

Donc on ne gère pas son budget, on consomme n’importe comment etc…

Par exemple à mon retour de voyage en Amérique du Sud en 2015, je n’avais pas d’objectif clair.

Donc je dépensais tout mon salaire jusqu’à qu’il y en ait plus

Mais cela ne me rendait pas plus heureux car la plupart des dépenses étaient futiles et ne m’apportaient rien.

Une fois que j’ai eu un nouvel objectif (Epargner pour un appart) tout s’est éclairci dans ma tête.

Et j’ai eu une motivation supplémentaire pour gérer mes finances.

Avoir des objectifs financiers clairs alignés avec ses objectifs de vie est primordial.

A la fois pour tes finances mais aussi pour ton état d’esprit.

Un exercice simple peut être de se poser la question suivante :

Ou je souhaite être dans un an ?

En fonction de la réponse tu pourras aligner ton budget et ton épargne avec tes objectifs de vie.

Voilà pour mes 3 pires erreurs de gestion budgétaire

J’espère que tu pourras éviter de les faire à ton tour.

Dis moi en commentaires quelle est TA pire erreur en matière de gestion budgétaire ?

Astuce Man : Comment automatiser ton budget ?

Quand je me suis lancé sur Instagram en Mars 2020, j’ai partagé le début de l’aventure avec Astuce Man.

Un des seuls hommes qui traite de la thématique de la gestion de budget

Thématique souvent abordé par des femmes, lui comme moi avons décidé de nous attaquer à cette thématique également.

Après de multiples reports, j’ai enfin pu réaliser une interview de Martin (le vrai nom de astuce man).

Astuce man va parler à visage (presque) découvert dans cet épisode.

Il va nous partager tous ses secrets pour gérer ses finances comme un pro et investir intelligemment.

Voici les thématiques qui vont être abordés :

  • La méthode de gestion de budget d’Astuce Man
  • Comment il gère les imprévus
  • Comment il automatise au maximum son budget pour diminuer sa charge mentale
  • Des échanges entre deux coachs budgétaires (dont moi 🙂 sur leur façon de gérer leurs finances
  • Partage des investissements d’astuce man à début 2022

Si tu veux suivre son compte instagram c’est par ici

Voici la version podcast ci dessous

Et une retranscription d’un extrait de nos échanges

THOMAS:  Comment tu fais pour minimiser ta charge mentale pour la gestion de budget ?

MARTIN:  Concernant la charge mentale, j’ai une philosophie, mais ce n’est pas une philosophie que je fais dans les finances, mais c’est plutôt une philosophie de vie.

C’est un maximum de résultats pour un minimum d’effort.

En fait, je suis un hyper paresseux, même si je travaille comme un fou.

THOMAS:  Donc, c’est un maximum d’automatisations sur tout ?

MARTIN: Voilà, c’est ça.

Un maximum d’automatisations.

Pour la finance, par exemple, j’essaie à chaque fois de la rendre la plus simple possible.

Et comme tu l’as bien dit, très simple veut dire automatiser au maximum ses dépenses, ses budgets.

Et moi, aujourd’hui 90% des finances sont gérées automatiquement.

Moi je ne fais plus rien.

L’argent rentre, puis elle est rangée dans des cases.

Et voilà.

Pour mener un exemple, les assurance location que je paye, c’est 300euros tous les ans, qu’est-ce que je fais ?

Je mets 300 euros divisée par 12, ça fait 25euros, et après je mets un virement automatique de 25euros tous les mois sur un compte que j’appelle un compte de prévision.

Et donc quand j’ai mon assurance qui tombe j’ai ce compte là et je n’ai pas à me tracassé.   

THOMAS:  Donc, il s’agit de mettre en place un peu de temps car il faut quand même ouvrir le compte , mettre en place le virement programmé, et peut-être avoir un tableau de bord avec un Excel pour tout suivre.

Mais une fois que tout s’est mis en place, il se fait tout seul et tu n’as plus à y penser.

MARTIN:  Non, clairement.

En fait, il faut prendre tes extraits de comptes de trois à six derniers mois.

Tout regarder.

Car l’assurance se paye en une seule fois et donc tu peux ne pas y penser.

Le plus lourd, en fait, est de savoir toutes tes charges fixes et variables.

THOMAS:  Ok mais par rapport à ce qui va être charge variable.

Comment tu vas les gérer ?

Car finalement c’est ça qui prend du temps au quotidien.

Donc comment tu fonctionnes toi de ton coté ?

MARTIN: Là de nouveau, je fonctionne avec deux comptes bancaires.

Les premier pour les charges fixes.

Et donc là-dessus il y a tout sur l’automatique.

C’est le fameux compte provision, et donc là je n’ai que des virements automatiques.

J’ai mon salaire qui arrive dessus, j’ai mes provisions, et j’ai chaque moi un certain montant d’épargne qui part, etc.

Et puis pour les charges variables, j’ai un autre compte.

C’est mon compte courant de tous les jours qui concerne le budget alimentation, loisirs, sorties.

Ces derniers changent toutes les semaines.

Ce que je fais, c’est que je détermine un budget pour l’alimentation, pour ma copine et moi, c’est 400eyros par mois.

Et les loisirs et sorties, etc. c’est 150euros.

Donc, j’ai tous les mois 400+150 qui tombe sur mon compte courant.

Et donc j’ai de quoi tenir le mois, mais si à la fin du mois je vois qu’il ne reste plus grand-chose, je fais plus attention.

Je vis au stricte minimum, pas de petit snacks, il y a rien du tout.

Pour attendre le mois prochain.

Et inversement si à la fin du mois il reste beaucoup, on se fait un restaurant, une petite bouffes pour se faire plaisir.

THOMAS:  Et après pour ces charges variables, pour les suivre en temps réel, tu les suives comment ?

Tu utilises une application, des enveloppes, … ?

MARTIN: Oui, une application.

Alors, moi je suis fort en digital.

Et j’utilise une application, c’est MONEY LOVER.

Je pense que c’est pour 4euros.

Mais dès que tu l’installes elle te fais plusieurs promos.

Et tu la paye pour une fois ce n’est pas tous les mois ou tous les ans.

C’est une fois, tu vois.

Et ensuite, par exemple je vais faire mes courses et au lieu de dépenser 400euros je vais dépenser 460euros, sauf que pour mes loisirs je vais rien dépenser.

Donc sur mon compte il me reste de l’argent alors pour éviter ça je code mes dépenses sur l’application.

Et je vois donc que j’ai 400euros pour les courses et quand j’arrive à 350euros, l’application m’affiche un « attention vous êtes arrivé à la fin ».

THOMAS:  Donc ça te permet d’être alerté et de voir en temps réel et donc de maitriser ton budget en temps réel.

MARTIN:  Ce qui est bien et c’est que t’as une petite jauge qui s’adapte tout au long du mois.

Et tu vois où tu es par rapport au budget que tu t’es fixé.

Si tu es au-dessus, tu mets la jauge en vert c’est-à-dire que t’es sur le bon chemin car ce n’est que la moitié du mois et que tu n’as dépenser que moins de la moitié de ton budget.

Ou inversement, en rouge si tu dépense plus que ton budget.

Là peut-être que ce n’est pas clair mais sur l’application c’est plus simple.

THOMAS:  J’avoue que j’ai utilisé l’application et que ça fonctionne. 

MARTIN: Ma communauté sur le compte Astuce Man d’Instagram me demande souvent, « pourquoi tu n’as pas créer une application pour suivre tes budgets, etc. »

Mais je dis pourquoi créer une application qui existe déjà.

Tu utilises quoi toi ? une application ?

THOMAS:  Oui une application, mais pas celle-là.

Car, en fait sur ce point on n’est pas d’accord et on va en discuter.

Moi je donne plus d’importance à ce que ça soit synchroniser avec mon compte en banque pour automatiser et minimiser ma charge mentale au maximum.

Sur MONEY LOVER, ce qui m’a dérangé c’est que tu devais ajouter manuellement tes dépenses.

Après je comprends qu’il existe des gens qui ne veulent pas synchroniser leurs comptes bancaire avec une application.

Mais moi j’aime bien ça car t’a le budget qui tombe, tu le catégorises et puis t’as le système de jauge et tout, donc tu vois où t’en es dans le mois.

Et donc tous les 2 ou 3 jours je pourrais  catégoriser mes dépenser et voir où je suis dans le mois par rapport au budget mensuel dans les catégories : alimentation, loisirs, bébé, …

MARTIN: Sur MONEY LOVER, je pense que tu peux lier tes comptes avec.

THOMAS:  Non, j’avais essayé, ils ne proposent pas cette option.

Et j’avoue que sur le niveau interface et intuitivité celle que j’utilise n’est pas la meilleure.

Du moins pas aussi intuitive que Money lover.

MARTIN: Donc voilà un petit peu la philosophie Astuce Man par rapport au budget et pour diminuer un petit peu ma charge mentale.

Et d’ailleurs je fais exactement la même choses par rapport aux investissements.

Je suis fan de la méthode DCA.

THOMAS:  Alors, je traduis pour ceux qui ne connaissent pas la méthode DCA.

Cela veut dire « DOLLAR COST AVERAGING ».

Je suis un pro aussi de cette stratégie.

En gros ça consiste à investir mensuellement la même somme sans réfléchir sur le même support.

On automatise pour acheter les mêmes actions tous les mois.

Et c’est cool car ça permet d’éviter les émotions et de paniquer devant la moindre baisse en voulant vendre, etc.

Donc on achètera tous les mois et sur le long terme …

MARTIN: ça va monter et tu es gagnant quoi !

THOMAS:  Oui, c’est ça.

C’est pourquoi c’est l’une des stratégies reconnus pour l’investissement passif.

Et surtout, j’ai pas envie de dire les débutants, mais surtout ceux qui n’ont pas envie de perdre du temps avec ça.

MARTIN: Tout à fait d’accord avec toi.

THOMAS:  Alors on a parlé des charges variables.

Est-ce que tu peux me dire maintenant sur les charges fixes.

Comment tu les optimises qu’est-ce que tu fais ? que conseillerais tu ?

MARTIN: Moi, déjà, la première chose c’est que je me concentre sur les plus grosses charges des foyer.

Qui sont l’habitation, et pour les transports c’est moitié fixe moitié variable.

Par exemple l’achat d’une voiture c’est une charge fixe, après le carburant c’est une charge variable.

Mais habitation et transport ça représente quasiment près de 50% donc faire 10% d’effort dans cette catégorie-là , tu limite 5% de tes dépenses globales.

Alors que si tu t’attaques à des petites tucs qui représentent 10% de tes charge globales au final tu n’as améliorer que 1% de tes dépenses globales.

Même si emballé dans les pourcentages j’espéré que je n’ai pas perdu…

THOMAS:  J’ai compris ton raisonnement en gros.

C’est mieux de s’attarder sur une grosse dépense pour avoir un plus gros impact sur le budget global.

MARTIN: Voilà, c’est ça.

Optimise d’abord dans l’habitation au lieu d’aller gratter les coupons et gagner 50cents.

En gros c’est ça le sujet.

THOMAS:  En fait, c’est un bon sujet de podcast que je vais réaliser, je pense.

Que je vais appeler peut-être  « le temps c’est de l’argent » et expliquer qu’un euro ce n’est pas un euro dans le sens où tu essayes, pendant un quart d’heure, de gratter un centime à la pompe ou dans les bon de réductions de 2cents, etc. ce temps-là bah tu peux l’utiliser pour faire de vraies économies.

Je dérive un peu mais je trouve ça hyper intéressant.

MARTIN: Oui, je sui d’accord avec toi un euro ce n’est pas un euro.

Car comme tu l’as très bien dit, le temps c’est de l’argent.

Et donc il faut s’attaquer d’abord aux gros postes.

Le premier gros poste c’est d’abord le logement.

Et donc moi je conseille toujours de prendre le logement le plus petit possible mais évidemment en fonction de ta situation, seul, un couple avec quatre enfants.

Donc en gros essaye de prendre le logement le plus petit possible en fonction de tes besoins.

Car d’abord tu vas payer un loyer moins cher mais aussi t’as une assurance qui est moins chère, les frais, le gaz, l’entretien.

Aussi, on ne pense pas trop à ça mais plus l’appartement est petit moins tu vas le meubler , donc moins tu vas acheter de meubles.

THOMAS:  Et donc moins t’es tenté d’acheter des choses.

MARTIN: Oui exactement, car peu importe la taille du garage, par exemple, le garage est plein à craquer.

THOMAS:  C’est comme la valise en fait plus tu as de la place dans la valise tu vas en mettre et plus t’as de la place dans la maison tu achèteras des choses qui ne te servirons pas forcement.

[Fin de la retranscription]

Pour écouter l’épisode dans son intégralité tu peux aller sur la plateforme de streaming de ton choix en passant ici ou appuyer sur play en haut de l’épisode.

Si tu veux suivre martin, je te recommande de suivre son compte Instagram Astuce Man rempli de contenu à forte valeur ajouté

Gérer l’argent en couple : Pour le meilleur en évitant le pire

Gérer l’argent au sein d’un couple n’est pas toujours chose facile.

Les hommes et les femmes n’ont pas le même rapport à l’argent et quand il s’agit de tenir les comptes du ménage, les choses peuvent vite tourner au vinaigre.

Découvrez dans cet article un petit kit de survie de la gestion de l’argent au sein du couple.

Article rédigé par Cédric, du blog « budget solution » sur lequel il partage ses conseils et ses bons plans pour gérer son budget, faire des économies, épargner, choisir sa néo banque… Cédric est passé par des difficultés financières il y’a quelques années, alors même que les solutions présentes aujourd’hui n’existaient pas. Cela lui a donné l’envie de reprendre en mains ses finances personnelles… 

Des rapports différents à l’argent dans le couple

La façon dont on gère l’argent dans le couple définit en quelque sorte notre éducation et notre niveau de culture financière.

Et, quand dans un couple l’un a reçu une éducation où chaque euro compte et doit être gagné à la sueur de son front.

Tandis que l’autre considère que l’argent est fait pour être dépensé et qu’il faut se faire plaisir, cela peut être une source de dispute et de tension… 

C’est pourquoi, comme dans d’autres domaines, il faut savoir faire certains compromis afin de prendre en compte la vision des choses de votre conjoint(e). 

Une bonne communication sur ce sujet épineux est essentiel.

L’argent ne doit donc pas être un sujet tabou dans le couple, de peur d’agacer l’autre.

Mais au contraire, on doit jouer carte sur table et trouver un mode de fonctionnement qui satisfasse l’un et l’autre. 

Les bons comptes font les bons amants

En France, on ne reçoit aucune éducation financière, et c’est un énorme problème!

Ce qui explique que la plupart des gens sont totalement ignorants sur les principales notions de culture financière et qu’ils s’endettent aussi facilement. 

Alors, si vous ajoutez à l’équation le fait que vous êtes deux ( voir trois, quand bébé arrive).

Prendre en compte les besoins et les intérêts de toute la famille n’est pas du tout simple.

Je ne sais pas pour vous, mais la plupart des couples n’aiment pas parler d’argent et compter.

Parce que compter ses sous, ben…c’est égoïste n’est-ce pas?

Or, c’est indispensable, et cette façon de voir les choses est une grave erreur !

Les gens ont toutes sortes d’idées reçues concernant l’argent, et le « qu’en diras-ton » pèse beaucoup.

On craint de passer pour quelqu’un de vénal si on aborde la question de la gestion de l’argent au sein du couple. 

Comme évoqué plus haut, il faut trouver un mode de fonctionnement qui convienne aux deux conjoints.

  • Est-ce en répartissant les dépenses sur un unique compte commun sans conserver son compte perso?
  • Avec un compte commun mais chacun conserve son compte individuel?
  • Est-ce que l’un paie la nourriture et les factures et l’autre les dépenses liées à l’enfant, la voiture?  

Le statut marital pour gérer l’argent dans le couple

Lorsqu’un couple se marie, il n’a généralement pas conscience que le statut marital qu’il va adopter aura de grandes implications financières.

Bien que l’on se marie « pour le meilleur et pour le pire » et que l’on fasse vœu de s’aimer et de se chérir « jusqu’à ce que la mort nous sépare ».

Selon les statistiques officielles, un couple qui se marie à 44% de chances de se séparer un jour.

Mais c’est évidemment une éventualité que l’on envisage pas du tout lorsque tout est beau et que tout est rose…

Or, le choix du statut marital aura des conséquences importantes en cas de divorce.

Et même en cas de disparition d’un des deux conjoints.

Comme ce sont des situations que les gens n’anticipent pas, cela peut avoir des conséquences lourdes et imprévues quand cela survient.

La plupart des Français adoptent le statut par défaut.

A savoir le régime de la communauté de biens, où tous les achats effectués pendant le mariage est partagé en deux.

Or, pour protéger ses intérêts en cas de séparation, le régime de la séparation de biens peut éviter bien des problèmes.

Le régime de la séparation de biens implique que chacun des époux conserve la propriété des biens qu’il a achetés pendant le mariage.

Pensez à conserver les factures ! 

La gestion de l’argent en couple

La majorité des couples choisissent de tout partager en commun, ce qui n’est pas forcément un système très optimal.

Il me semble plus raisonnable d’avoir chacun son compte individuel et un compte commun pour les dépenses communes.

Un compte-joint n’est pas limité à  deux personnes, il peut être ouvert à 3,4,5 personnes…

Le compte joint peut être ouvert au nom de :

  •  Monsieur OU Madame
  •  Monsieur ET Madame

Dans le premier cas, l’un des deux conjoints peut signer des chèques lui-même et utiliser la carte bleue en son nom propre sans avoir besoin de l’autorisation de l’autre.

Tandis que dans le second cas, les deux co-titulaires doivent signer les chèques.

A vous de voir si vous privilégiez le côté pratique ou si vous préférez limiter les risques. 

Ce qu’il faut savoir sur le compte commun

Attention : qui dit « commun commun » dit co-responsabilité des titulaires en cas d’incidents sur le compte quelque soit le libellé du compte: Monsieur ET/OU Madame ! 

Donc, faites attention aux personnes avec qui vous ouvrez un compte commun, elles doivent être dignes de confiance.

Le risque, c’est que des personnes malveillantes vident le compte et se tirent avec l’oseille s’en vous en informer.

Si ça peut vous donner un repère, on considère généralement que pour alimenter un compte commun, on y consacre entre 60 et 80% des revenus du couple.

Maintenant, tout dépend du niveau de dépenses que l’on va faire avec. 

Ne faîtes pas comme moi et mon ex’ à l’époque.

En 1999, nous avions décidé d’ouvrir un compte commun et mettre arbitrairement 800€ chacun pour l’alimenter depuis nos comptes persos.

Sans nous soucier des dépenses réelles que nous faisions sur ce compte

Résultat: nous nous sommes vite retrouvés à découvert de plusieurs centaines d’euros.

Et nous faisions des chèques sans provision dessus sans même nous en apercevoir.

Parce qu’il faut l’avouer: nous étions assez immatures dans notre gestion de l’argent à l’époque ! 

La sentence de la banque postale est vite tombée.

Elle nous a mis tous les deux interdits bancaires sur le compte commun ET sur nos comptes persos.

Quand bien même ce n’était pas un compte de la banque postale !

Ce qui nous pris à la gorge à cause des chèques sans provision et des frais associés

Et j’ai dû appeler mon père au secours pour qu’il éponge nos dettes et que les chèques soient représentés. 

Bref, j’ai été humilié par cette mésaventure.

Ce fût une très mauvaise expérience de la gestion de l’argent en couple mais nous nous en sommes sortis et l’interdiction bancaire à été levée. 

Comment se désolidariser?

Pour éviter une telle situation, il est possible de se désengager vis à vis des autres titulaires du compte.

Il suffit pour cela d’envoyer un courrier par LRAR à la banque en lui demandant de rayer son nom parmi les co-titulaires du compte pour ne plus être engagé dans le compte-joint.

La banque à l’obligation de satisfaire votre demande. 

Comment répartir la quote part de chacun? 

Ce que je vous conseille de faire, surtout si les deux conjoints ont des revenus différents, c’est de répartir la contribution de chacun au compte commun à hauteur de ses revenus pour que personne ne soit lésé. 

Par exemple, si Monsieur et Madame T. gagnent :

  •  1850€ pour Monsieur
  •  1485€ pour Madame

Les dépenses communes estimées s’élèvent à 2630€. A deux, ils gagnent donc 3335€. 

On répartit la quote-part de Monsieur et Madame T. selon le calcul suivant : 

1850 X 100 / 3335 = 55,47% pour Monsieur T. 

1485 X 100 / 3335 = 44,52% pour Madame   T.

Donc la contribution de chacun sera de : 

2630 X 55,47/100 = 1458,86€ pour Monsieur T.

2630 X 44,52/100 = 1170,87€ pour Madame T. 

Il restera 1850 – 1458,86 = 391,14€ à Monsieur pour ses dépenses perso et 1485 – 1170,87=  314,13€ à Madame.

Comment ouvrir un compte commun SANS les inconvénients d’un compte commun? 

Aujourd’hui, il est tout-à-fait possible de contourner le carcan réglementaire des comptes communs traditionnels en ouvrant un sous-compte partagé à plusieurs dans une néobanque. 

  •  N26
  •  Lydia
  • Revolut
  • Vivid Money etc. 

Dans toutes ces néo banques, vous avez la possibilité d’ouvrir des sous-comptes et de les partager avec votre conjoint(e), votre colocataire, des amis…

Sans avoir la moindre contrainte réglementaire comme dans les vieilles banques traditionnelles qui ont oublié de passer au XXIème siècle! 

Si vous désirez gérer votre argent en couple en ouvrant un compte commun, je vous encourage à privilégier cette solution.

Bien moins contraignante que les comptes communs des banques traditionnelles ! 

Quelque soit la méthode que vous allez adopter dans votre couple pour gérer l’argent du ménage, le plus important à retenir c’est que vous devez avoir une bonne communication entre vous sur ce sujet.

Et impliquer votre partenaire dans la gestion du budget pour qu’il ne se sente pas frustré(e) ni exclu des questions d’argent.

Gestion de budget : Les 7 erreurs les plus fréquentes

La gestion de budget est un impératif pour toute personne cherchant à atteindre la sérénité financière.

Que vous cherchiez à sortir du découvert, solder vos dettes ou épargner pour investir une gestion de budget béton est primordial.

Mais cela demande une certaine rigueur.

Vous pouvez gérer votre budget de manière simple et minimaliste.

Mais également vous pouvez aller plus loin pour reprendre le contrôle de vos finances personnelles.

Avant même de vous lancer dans la gestion de votre budget personnel ou familial, il est impératif de comprendre quelles sont les erreurs les plus fréquentes.

Et comprendre si vous les faites ou non.

90% des personnes font au moins 1 erreur sur les 7 décrites ci dessous.

L’objectif n’est pas de vous faire culpabiliser si vous faîtes une de ces erreurs mais plutôt d’en prendre conscience et de rectifier le tir.

Si vous souhaitez échanger avec moi de vive voix, j’offre un RDV de 15 minutes gratuit pour échanger sur votre situation et voir si un accompagnement sur la gestion de vos finances est possible

Voici les 7 erreurs de gestion de budget les plus fréquentes.

Pour écouter la version du podcast, découvre l’épisode 22 en cliquant ci dessous :

#1 : Vous n’optimisez pas vos charges fixes

Dans la gestion de budget il faut distinguer 2 types de charges

  • Les charges fixes
  • Les charges variables.

Pour les charges fixes ce sont principalement tous les prélèvements, les factures, le loyer etc…

Prendre le temps de faire le ménage dans ses charges fixes est un impératif.

Que vous utilisiez un tableau Excel pour la gestion de budget ou une appli de gestion de budget prenez le temps de le faire.

Soit pour supprimer celle dont vous n’avez pas besoin (un abonnement à la salle de sport, au cinéma ou autre chose que vous n’utilisez plus par exemple) .

Soit pour optimiser celles qui sont obligatoires (Changer de fournisseur électricité, assurance etc…)

Pour cela il existe une plateforme qui fait toute les démarches à votre place et gratuitement.

Elle s’appelle Origame et c’est la meilleur que je connaisse.

Pour la tester la plateforme c’est par ici .

ça ne vous engage en rien de créer un compte et de voir les économies potentielles

Car c’est une erreur que je vois très régulièrement en coaching.

On ne prend pas le temps de faire cette exercice qui est pourtant simple et permet d’économiser des milliers d’euros par an.

Il faut juste se lancer et s’y mettre et ensuite les économies sont faites pour la vie.

Pour vous motiver à faire cette exercice qui ne paraît pas très fun, j’ai rédiger un article anti procrastination ici.

Je vous explique avec des chiffres simples comment le fait de prendre du temps pour faire ces démarches vous fait gagner des centaines d’euros.

Et surtout la méthode que j’explique vous fait réaliser que c’est un investissement en temps TRES rentable par rapport au salaire que l’on reçoit…

#2 La gestion de budget est tabou dans le couple

C’est une erreur fréquente mais un problème délicat à régler.

Car l’argent est tabou et peut être source de dispute dans un couple.

gestion de budget

Mais c’est primoridal dans un couple de pouvoir parler d’argent librement.

Et surtout de communiquer sur l’argent

Communiquer sur la gestion du budget familial et les projets financiers de la famille.

De discuter et de fixer des objectifs communs d’épargne et de gestion de budget

Si Monsieur passe son temps à acheter des truc sur internet quand Madame se prive pour épargner il est évident qu’il y ait des tensions .

Ou si Madame utilise l’argent du compte familial pour des dépenses personnelles ça peut agacer Monsieur.

Il est donc important d’être sur la même longueur d’onde sur le budget familial.

Et de distinguer les dépenses personnelles sur des comptes personnels et d’utiliser le compte commun pour les dépenses du budget familial.

Vous pouvez télécharger mon tableau de gestion de budget familial gratuit ici

#3 Vous laissez traîner les grosses dépenses.

Attention, je ne vous dit pas de dépenser tout rapidement si vous n’en avez pas les moyens!

C’est vraiment dans le cas où :

  • Vous avez une épargne de précaution constitué
  • Vous avez identifié une grosses dépenses obligatoire (Réparation de voiture, Travaux, Changement électroménager etc…)

Quand ces deux conditions sont réunis ne trainez pas pour engager ces dépenses là.

Car si elles sont obligatoires vous devrez les faire tôt ou tard.

En laissant trainer ces grosses dépenses, vous prenez le risque de cumuler l’obligation de faire ces grosses dépenses (le frigo qui tombe en rade par exemple) avec un autre gros imprévus (la voiture à changer!)

Cet autre imprévu qui vous mettra dans le rouge.

Donc si (et seulement si) vous avez déjà une épargne de précaution (3 fois le montant de votre salaire), ne laissez pas traîner les grosses dépenses .

Dès qu’elles sont identifiés, faites les.

Au moins c’est fait et vous pouvez épargner dès maintenant pour d’autres projets qui vous tiennent à coeur.

Si vous souhaitez creuser le sujet, j’en ai fait un article spécifique ici

#4 Vous ne mensualisez pas toutes vos dépenses

Toujours dans le thème des charges fixes, c’est une erreur très courante qui causent plus d’imprévus que vous ne devraient avoir.

En effet, si vous avez certaines dépenses obligatoires non mensualisées tel que :

  • La taxe Foncière en Octobre
  • La taxe d’habitation en Novembre
  • Le paiement de l’assurance pour l’année en Janvier
  • Les activités pour les enfants à payer en une fois en Septembre

Vous vous retrouvez quasiment tous les mois avec une grosse dépense « imprévu ».

gestion de budget

Je met imprévu entre guillement car ce ne sont pas des vrais imprévus.

Ce sont des dépenses obligatoires, connues à l’avance mais non anticipées

Et ces dépenses sont largement anticipable sur la gestion de votre budget annuel en général.

Prenez le temps de balayer vos charges fixes et de vous assurer qu’il n’y aucune dépenses qui est payé à l’échéance (et donc annuellement)

Pour cela regardez vos relevés de compte sur une année entière et à chaque grosse dépense, relevez la et voyez si il y a possibilité de la mensualiser.

Le fait de tout mensualiser vous permettra de lisser toutes ces dépenses obligatoires.

Et surtout d’avoir une vision beaucoup plus précise sur la gestion de votre budget mensuel.

Et vous verrez que vous aurez beaucoup moins « d’imprévus » dans l’année qui vous mette dans le rouge sur un mois donné.

#5 La pire pour votre gestion de budget : Vous utilisez des cartes à débit différé

C’est la PIRE erreur pour avoir une gestion de budget zen.

gestion de budget

Et c’est malheureusement trop largement utilisé principalement dans les pays anglophones.

Heureusement en France, nous sommes moins concernés mais il y a quand même beaucoup de gens qui en utilise.

Car en utilisant des cartes à débit différé vous n’avez aucune vision sur la gestion de votre budget du mois en question.

Vous dépensez avec de l’argent que vous n’avez pas encore.

C’est à dire qu’à peine le salaire reçu pour le mois M, vous avez toutes les dépenses du mois M-1 qui tombent.

Quoi de pire pour être angoissé par ses finances?

Vous vivez avec un mois de dettes en permanence avec une carte à début différé.

Si vous utilisez une carte à débit différé, la première chose à faire est de demander à votre banque de changer pour une carte à débit immédiat.

Et de faire tous vos achats avec cette nouvelle carte.

A moins que…

La carte à débit différé peut être utilisé pertinemment uniquement si :

Vous l’utilisez pour les frais de travail et que ces frais sont remboursés sur votre fiche de paye ou directement sur votre compte.

Si le remboursement ne vient pas sur votre compte, je vous conseille de vous créer un autre compte courant.

Ainsi, vous pourrez distinguer les dépenses professionnelles et ne pas compliquer la gestion de votre budget personnel ou familial

Vous aurez donc une vision plus claire sur vos dépenses perso et pro.

Par exemple, vous pouvez ouvrir un compte en ligne pour séparer ce nouveau compte pro et profiter d’une prime de parrainage.

Si vous souhaitez ouvrir un compte en ligne et profiter d’une prime de parrainage(allant de 80€ à 130€) je vous explique comment faire pas à pas ici.

#6 Vous n’avez pas d’objectifs financiers clairs et chiffrés

Si vous n’avez pas d’objectifs clairs ou de projet dans votre tête il est compliqué de gérer un budget de manière rigoureuse.

Car vous n’avez pas de but, pas d’objectif.

En revanche si dès maintenant vous vous dites :

  • Dans 6 mois je veux m’acheter une voiture qui coûte 5000€
  • Dans 2 ans je veux m’acheter ma résidence principale . J’ai besoin de 15 000€ d’apport.
  • Je veux me payer un voyage aux Maldives de 3 semaines. ça me coutera 3000€

Vous aurez forcément plus l’envie de gérer votre budget car vous avez des objectifs financiers concrets.

A la fois car ils sont chiffrés.

Mais également car vous précisez un délai.

C’est même un tremplin pour réaliser vos rêves.

J’explique en détail la méthode de Tim feriss pour « Comment réaliser ses chronorêves » avec la gestion de budget.

Je l’ai appliqué moi même pour réaliser mon rêve de Voyage en Amérique du sud pendant 9 mois.

J’en ai profiter pour apprendre la gestion de budget en voyage 🙂

Pour démarrer, vous pouvez commencer par télécharger mon tableau de gestion de budget gratuit

gestion de budget

#7 Vous n’avez pas d’épargne de précaution

L’épargne de précaution, c’est ce petit magot qui vous permet de dormir sereinement et de faire face en cas d’imprévus.

Généralement il est recommandé d’avoir un minimum de 3 mois de salaire placé sur un livret bancaire.

Pour que l’épargne soit disponible rapidement et soit garanti.

Certain d’entre vous pourront penser :

« Ok mais je n’y arrive pas à la constituer »

Dans ce cas là, ce doit être votre objectif numéro 1.

Il faudra gérer votre budget en intégrant une épargne mensuelle dans vos charges fixes qui permettra de constituer une épargne de précaution le plus tôt possible.

Une autre erreur courante est de vouloir utiliser cette épargne de précaution pour solder ses dettes plus rapidement.

C’est peut être pertinent si vous utilisez seulement une partie de cette épargne.

Mais si vous consommez l’intégralité de votre épargne pour solder un crédit conso.

Et que au premier imprévu , vous refaites un crédit conso cela n’a pas d’intérêt.

Car vous repartirez dans un nouveau cercle vicieux.

Faites donc toujours en sorte d’avoir cette épargne de précaution bien au chaud

Et de ne l’utilisez que pour vos imprévus de la vie courante.

Une fois qu’elle est constitué vous pouvez opter pour solder vos crédit ou faire des placements financiers (Bourse, assurance vie, Immobilier etc…)

#Erreur Bonus Vous utilisez les mauvaises applis de gestion de budget

C’est le problème principal des applis de gestion de budget les plus connus.

Elles permettent de constater les dégâts sur les dépenses du mois qui vient de s’écouler.

Alors que le plus important dans la gestion de budget, c’est de maitriser ses dépenses et donc son budget.

Pour cela, il faut une appli qui permet de budgétiser, de prévoir ses dépenses en début de mois pour les suivre.

Certaines applis le permettent mais les plus connus de ne le permettent pas.

Et la plupart de ces applis de gestion de budget qui le permettent ne propose pas de synchroniser vos comptes en banques.

Ou alors elles sont payantes.

A ma connaissance, une seule appli de gestion de budget gratuite existe à ce jour pour synchroniser vos comptes et prévoir vos budgets en début de mois et les suivre.

Je reste mystérieux sur le nom de cette appli car elle est au cœur de ma méthode de gestion de budget lors des coachings budgétaires

J’espère que cet article aura pu vous faire prendre conscience de certaines erreurs que vous faites (ou pas) et vous aura donner des pistes pour perfectionner votre gestion de budget.

Si vous souhaitez échanger avec moi sur votre situation personnelle, vous pouvez échanger pendant un RDV gratuit e 15 Minutes.

Pour avoir encore plus de contenu gratuit, vous pouvez écouter le podcast Mon Budget Zen disponible sur toutes les plateformes de streaming ici

Budget annuel VS budget mensuel avec Sophie de Riche au féminin

Vous hésitez encore entre faire un budget annuel et un budget mensuel?

L’article et le podcast de la semaine va pouvoir vous aider à trancher.

J’ai pu interviewer Sophie, créatrice du blog riche au féminin.

Sophie est une ancienne accro au shopping.

Elle est sortie de cette spirale infernale des dépenses impulsives pour réaliser ses rêves il y a quelques années.

En apprenant à gérer son budget et ses finances personnelles.

Elle est passé d’accro au shopping à experte en finances personnelles et gère comme une pro son budget annuel.

Elle nous raconte comment elle a pris conscience de ce problème.

Comment elle a eu le déclic qui l’a fait reprendre le contrôle sur ses finances personnelles.

Et surtout quelles sont ses astuces pour ne plus être accro au shopping et aligner ses dépenses avec ses projets de vie.

De la manière la plus simple et la plus automatisé possible.

Elle est également l’auteure du livre « Objectif zéro budget » sorti récemment qui parle de gestion de budget et de consommation responsable.

Cette interview est dans la continuité de l’épisode 16 du podcast où je vous donne mes 6 astuces pour arrêter de faire chauffer la carte bleu et maitriser votre budget shopping

C’est la première fois que j’interview une personne qui partage ma thématique.

J’ai donc eu le plaisir d’échanger avec elle sur nos astuces, méthode de gestion de budget, de gestion des imprévus.

Cet épisode un peu spécial est donc une mine d’or d’informations gratuites.

Car vous apprendrez les astuces et méthodes de 2 experts en gestion de bugdet.

Pour écouter la version podcast c’est par ici.

Ci dessous une retranscription d’un extrait de l’interview qui explicite principalement l’intérêt de réaliser un budget annuel plutôt qu’un budget mensuel .

Je vous donne mon opinion sur le sujet en fin d’article 🙂

Thomas – Pour parler plus de gestion de budget, sur ton blog ou sur ta façon de gérer tes finances, quelle méthode tu préconiserais en règle générale ?

Sophie – Ça dépend de la personne.

De ce qu’elle veut et de la situation dans laquelle elle est.

C’est difficile à dire parce que je fais toujours de la personnalisation dans l’accompagnement que je donne, je n’ai pas de réponse toute faite.

Je dirais que ce serait de privilégier le fait de se payer en premier avec le concept de clarifier dès le début, ses objectifs de vie.

Et en fonction de sa situation, s’assurer sur une année ou plusieurs années, de pouvoir rembourser ses dettes ou son découvert s’il y en a.

De payer ses factures au quotidien et d’assurer le financement de ses projets.

Ce que je préconise souvent aux personnes que j’accompagne, c’est de faire un budget annuel.

C’est plus facile de réaliser des choses sur douze mois que sur un mois.

Ça enlève un stress de planifier sa vie et de se dire, j’ai des dettes, j’ai ma vie à payer pour continuer de vivre et j’aimerais faire ce voyage, m’acheter cet appartement par exemple.

Quand on essaye de faire ça sur un mois, c’est impossible alors que sur douze mois et sur plusieurs années, on a plus de marge de manœuvre.

La méthode budgétaire que je préconiserais, c’est d’en faire une sur le long terme.

Avoir un budget annuel et intégrer le concept de se payer en premier pour que dès le début du mois, on épargne.

On est en train de payer notre meilleure vie.

Ce que je dis aux personnes que j’accompagne :

L’épargne, ce n’est pas une perte d’argent : C’est un investissement dans son bonheur.

Thomas – Dans ses projets de vie.

Sophie – C’est ça.

Il n’y a rien de pire que faire passer son bonheur après les factures d’électricité.

Avant, il faut prendre en compte l’argent que l’on a au total.

Mais si dès le début du mois, on sait qu’il va rester quelque chose parce que c’est épargné pour notre bonheur, il n’y a rien de mieux.

Thomas – Psychologiquement, c’est un plus.

Sophie – A partir du moment où j’ai commencé à faire ça, je me sentais invincible.

Je me disais, quoi qu’il arrive, j’ai mon épargne.

Thomas – Oui parce que c’est vrai qu’un problème que je retrouve souvent, ce sont des gens qui épargnent en fin de mois s’il reste quelque chose.

Sophie – Ils prennent les miettes, c’est dommage.

Thomas – Et ceux qui font ça ont tendance à dépenser jusqu’à ce qu’ils n’aient plus rien.

Il ne reste plus rien à épargner.

En faisant la méthode inverse, tu te payes en premier pour réaliser tes projets et pour ton bonheur.

budget annuel

Sophie – C’est ça et tu n’as plus d’excuses.

C’est difficile de se payer en premier sans savoir exactement combien d’argent on a entre nos charges fixes et les charges variables qu’on a par mois.

On est obligé de passer par un budget annuel

Si tu détermines que tu vas épargner 500 euros par mois, mais que tu n’as pas fait le bilan de tes comptes, c’est embêtant.

C’est super quand tu mets ta vie sur le papier, de l’année à venir si tu veux te lancer dans un budget annuel, tes mois sont préparés.

J’ai beaucoup de personnes qui me disent, je n’ai pas le courage de faire ça.

Je leur dis, prenez-le.

Après, vous êtes en pilotage automatique, il n’y a rien à faire.

La charge mentale du budget est légère, il ne se passe rien, tu as juste à vivre ta vie.

Je conseille de mettre en place le plus de virements automatiques pour ne pas gérer des choses qui ne sont pas nécessaires.

Pour faire autre chose dans la vie que de s’inquiéter de son argent.

Une fois que le socle de gestion est solide, tu as le temps de tout faire, profiter de la vie, être avec tes proches.

Tu as du temps pour toi, de la sérénité.

Thomas – Et tu dors sur tes deux oreilles.

Sophie – C’est ça et tu sais que ton argent fait ce qu’il a à faire.

Il est en train de financer ta vie et tu fais autre chose que de t’inquiéter.

Thomas – J’ai compris la méthode globale.

Par contre, quel support tu préconiserais pour la gestion de budget ?

La méthode des enveloppes, un Excel, une application, un mix des trois ? Ça dépend des gens que tu accompagnes ?

Sophie – Tu as donné une partie de ma réponse.

J’ai plusieurs outils.

La méthode, j’en ai qu’une, mais les outils qui vont supporter cette méthode, c’est propre à chacun.

Il faut que l’outil soit pertinent en fonction de la personnalité de la personne.

J’ai beaucoup de personnes que j’accompagne qui sont très carnet de notes.

budget annuel

Je vais leur dire, achète-toi un carnet spécial pour tes finances, un beau, que tu auras envie de prendre, de remplir.

Tu vas appliquer ma méthode et ça va être ton carnet dans lequel tu vas faire ton budget annuel.

Tu vas pouvoir faire les déclinaisons de tes budgets et tu vas constituer tes enveloppes pour tes différents postes de dépenses.

Ce genre de personne, ce qui est marrant, c’est que ce sont des personnes qui ne sont pas trop carte de crédit, qui aiment avoir de l’argent dans les mains.

Pour elle, ça sera carnet plus des enveloppes physiques.

Au contraire, j’ai des personnes qui sont très applications.

Je vais leur dire, commence par faire ton budget annuel sur Excel.

Une fois que tu en es contente, tu fais la déclinaison mensuelle.

Tu t’aides de l’application et si tu veux, tu peux te faire, parce que maintenant, ça existe, des enveloppes virtuelles sur des comptes en banque pour gérer tes postes de dépenses.

Il faut s’adapter à la personne. Je ne pense pas qu’il y ait un outil parfait.

Thomas – Il faut qu’il corresponde à la personne, à ses idées.

Sophie – C’est comme le sport ou le régime.

Par exemple, je déteste courir et il y en a qui adorent ça.

Ça ne veut pas dire que l’outil de la course n’est pas bon, au contraire.

Il est bon pour certaines personnes, il n’est pas bon pour d’autres.

L’important, c’est de trouver l’outil idéal. Qu’est-ce que tu en penses ?

Thomas – J’ai tendance à faire appliquer la méthode que je considère bien.

Même si suivant la clientèle, jem’adapte.

J’utilise un Excel et une application.

Excel pour faire le budget mensuel et l’application pour suivre les dépenses variables au quotidien.

Ça permet d’être synchronisé avec ta banque et de pouvoir gérer tes budgets variables.

Mais suivant la personnalité des gens, j’ai certains clients qui préfèrent travailler avec un carnet de notes et des enveloppes, ça n’a rien avoir avec cette méthode, je m’adapte.

La méthode des enveloppes ou d’écrire sur un carnet peut être adaptée suivant la personnalité.

Je te rejoins sur ce que t’as dit, mais la méthode que j’utilise et que je préconise, c’est Excel et l’application.

Sophie – Je comprends.

Celle que j’utilise dans ma vie de tous les jours, ma méthode que j’enseigne, elle marche que soit avec Excel ou du papier.

J’ai fait les deux.

J’ai commencé par le papier et je suis allé au Excel. C’était plus pratique.

Je continue d’utiliser Excel dans mon budget annuel et mon budget mensuel.

Je n’utilise pas d’application, mais tout ce qui est enveloppes virtuelles et certaines physiques.

Thomas – Quand tu dis enveloppes virtuelles, c’est sur le compte en banque ? Comment tu fais ?

Sophie – Tu as plusieurs banques en ligne qui proposent des enveloppes virtuelles.

Par exemple N26, quand tu ouvres un compte gratuit chez eux, tu as le droit à deux enveloppes.

Ce sont des épargnes sur lesquelles tu peux stocker de l’argent.

[Fin de l’extrait]

Pour écouter la suite du podcast, c’est par ici

Comme vous avez pu lire ou écouter nous avons quelques différences dans notre façon de gérer le budget.

J’ai tendance à raisonner mois après mois pour réaliser mon budget et elle fonctionne à l’année pour avoir une vision plus globale.

J’ai donc essayé de faire mon budget annuel 2021 comme je l’avais essayé pour 2020.

Et je n’ai pas été satisfait.

En fait je crois que ce n’est juste pas ma façon de fonctionner.

Mais ça peut être la vôtre !

Pourquoi je préfère le budget mensuel?

coach budgétaire

J’ai essayé de me projeter sur l’année et faire mon budget annuel.

Mais je trouve qu’il est extremement difficile d’anticiper certains imprévus de l’année.

Certains imprévus sont facilement anticipable comme les impôts en septembre, les cadeaux en Décembre etc…

Mais le reste des imprévus je trouve que c’est très compliqué de les planifier sur l’année.

Comme je l’ai dit plus haut c’est certainement dû à ma façon de fonctionner.

Car il est vrai qu’avec ma femme nous vivons assez dans le moment présent et nous savons jamais 3 mois à l’avance où nous partirons en vacances ni combien de temps.

Nous avons le budget pour mais nous nous décidons souvent au dernier moment.

Idem pour le remplacement d’un ordinateur par exemple ou d’un appareil électroménager.

C’est difficilement anticipable.

Nous avons des enveloppes pour ces imprévus là bien définit et épargné en automatique.

Mais nous les intégrons au budget toujours d’un mois sur l’autre quand le besoin se fait sentir.

Et après avoir essayé le budget annuel je me suis rendu compte que 80% des dépenses spécifiques à un mois donnée était modifié le mois précédent.

Donc je me suis dit pourquoi ne pas rester sur un budget mensuel ?

Je prends le temps de le faire toujours en début de mois pour être au plus près des dépenses que l’on prévoit de faire dans le moi qui arrive.

Comme ça le risque d’erreur de calcul est minimisé 🙂

En attendant tu peux toujours télécharger gratuitement mon tableau de gestion de budget mensuel

Dites moi en commentaires ce que vous en pensez.

Dans quel camp êtes vous ?

Plutôt budget mensuel ou annuel ?

Ma petite organisation : Interview avec Sixtine la créatrice

Sixtine, créatrice du site ma petite organisation m’a accordé une interview pour présenter « Mon petit organisateur de vie«  2021.

Cet outil tout en un vous permettra de :

  • Gérer votre vie perso et pro
  • Gérer votre budget
  • Organiser votre temps avec l’agenda familial
  • Lister et suivre vos objectifs de vie
  • Et beaucoup d’autres choses.

Elle nous détaille dans cet épisode du podcast la génèse de son blog ma petite organisation et comment elle est en arrivé à réaliser son produit phare.

Le petit organisateur de vie.

Initialement un agenda, elle l’a développé et amélioré d’année en année.

En 2021, c’est devenu un produit de référence sur son site « Ma petite organisation » pour des centaines de gens conquis et qui l’utilise quotidiennement.

Sixtine a conçu le petit organisateur de vie, de sorte à ce qu’on puisse se tourner UNIQUEMENT vers cet outil dès que l’on a besoin.

Que ce soit pour la partie agenda, gestion de budget ou encore en s’en servant de journal intime.

Vous pouvez vous procurer le petit organisateur de vie 2021 ici ou encore consulter ses autres créations ici

En inscrivant le code promo MONBUDGETZEN sur le site ma petite organisation vous aurez le droit à 10% de réduction sur tous les produits.

Voici la version audio du podcast ci dessous.

Pour ceux qui n’ont pas de quoi l’écouter, voici une retranscription de l’extrait le plus pertinent de l’épisode ci dessous:

Thomas – Alors, juste pour revenir sur la thématique de gestion de budget qu’il y a dans le Petit Organisateur de Vie et que tu abordes sur ma petite organisation.

Je voulais savoir comment est prévue la gestion de budget dans l’organisateur?

 Quelles méthodes, comment c’est présenté?

Sixtine – Alors, on a une page par semaine pour noter toutes ses dépenses et recettes, que ce soit perso ou pro.

Thomas – OK. Et ça apparaît sous forme d’agenda?

Sixtine – Oui, en fait dans l’agenda, chaque semaine on a la page des plannings.

Et dans la page d’après, on a une page dépenses/recettes sur laquelle on peut vraiment tout noter au fur et à mesure.

Noter également si on a fait une dépense ou une recette en espèces, en chèque, en carte bleue, par virement etc…

Et donc, l’intérêt c’est qu’il y ait ces deux colonnes.

Il y a une colonne recette et une colonne dépense et en fonction, on peut noter directement dedans.

Thomas – On peut voir où on en est au cours du mois.

Sixtine – Sachant que, encore une fois, si on n’utilise pas la partie pro, on peut très bien l’utiliser pour mettre en avant une dépense spécifique.

Par exemple, on peut utiliser cette partie pro uniquement pour les dépenses liées à l’alimentation si pendant un temps donné on a envie de faire ressortir ce type de dépense.

Voilà. Donc ça, c’est toutes les semaines. C’est ma petite organisation 🙂

Après, on a en plus une page de récapitulatif mensuel sur laquelle on va pouvoir écrire nos totaux de chaque mois.

Et noter ce qui a fait que ce mois-ci on a eu des dépenses ou des recettes qui sortent de l’ordinaire.

Qui font que ce mois-ci ça a été un peu différent.

Thomas – D’accord, oui. Peut-être mettre en avant les catégories de dépenses où on a un peu débordé, par exemple?

Sixtine – Voilà, exactement !

Et ensuite, on a une autre page pour effectuer un budget prévisionnel.

ma petite organisation

Thomas – D’accord.

Sixtine – Un budget prévisionnel qui va nous montrer de façon annuelle ou mensuelle quel est notre prévisionnel.

Parce que de temps en temps, on fait des dépenses qui sont annuelles, comme par exemple l’assurance voiture, etc.

Mais de temps en temps, on a des dépenses mensuelles, comme par exemple notre abonnement de téléphone.

Et donc on va noter soit dans la colonne annuelle soit dans la colonne mensuelle notre dépense.

Et on va la multiplier ou la diviser en 12 pour avoir une idée de ce que ça représente chaque mois ou chaque année.

Thomas – D’accord. Et ça, ce n’est pas lié à l’agenda.

C’est vraiment une partie à part où tu vas pouvoir faire ton budget mensuel.

Par exemple sur la partie charges fixes, tu vas lister toutes tes charges fixes?

Sixtine – Exactement.

Thomas – Et les charges alors, qui sont fixes aussi mais annuelles.

Pour que tu puisses prévoir au cours de l’année les grosses dépenses qui vont arriver ou les dépenses que tu peux anticiper.

Sixtine – Oui, exactement.

Et puis, ça va nous permettre aussi de voir, par rapport à ce qu’on gagne et par rapport à ce qu’on dépense, quel est le delta qui va nous permettre de faire des projets.

Thomas – C’est justement la question que j’allais te poser.

Est-ce qu’il y a quelque chose de prévu sur l’épargne et est-ce que tu le mets en avant dans le Petit Organisateur ?

En parles tu sur le blog de ma petite organisation?

C’est justement mis en avant comme ça?

Sixtine

Alors, à la fin de Mon Petit Organisateur de Vie, il y a une roue de l’épanouissement et une page pour noter ses projets à venir.

J’aime bien les présenter en même temps. J’en parle aussi sur mon blog ma petite organisation.

Parce qu’en fait, la roue de l’épanouissement va nous faire réfléchir sur tous les aspects de notre vie.

On peut choisir jusqu’à 6 aspects.

Par exemple, ça peut être épanouissement personnel, finance, santé, couple, amour, famille, etc.

Et on va s’évaluer dans chacun des domaines sur une échelle de 1 à 10, le 1 étant le pire et le 10 étant le mieux.

Et pour être épanoui, il faudrait que cette roue soit au plus proche du 10 et qu’elle soit homogène.

Parce que s’il y a un domaine dans lequel on se sent un peu moins bien, on est déséquilibré dans notre vie.

Et donc là, il y a un tableau qui va nous demander de réfléchir sur ce qu’il faut pour atteindre un 10/10 dans chaque domaine.

Quelle est l’action immédiate à mettre en place et qu’est-ce que je vais faire dans un deuxième temps.

Donc bien sûr, tout ça ce sont des actions concrètes.

Et à côté, nous avons donc la page des projets d’ici 6 à 10 mois où on va se poser la question :

Qu’est-ce que j’aimerais avoir, qu’est-ce que j’aimerais être, qu’est-ce que j’aimerais faire?

Très clairement, cette page-là, elle a été très inspirée du livre « La Semaine de 4 heures de Tim Ferriss ».

Thomas – Oui. J’ai fait un épisode de podcast exactement sur le sujet, justement, la réalisation de chrono-rêve comme il l’explique dans le livre.

Ça rejoint exactement ce que j’explique et je trouve que c’est super intéressant de pouvoir faire l’exercice comme ça.

En séparant ce que je veux être, faire et avoir.

Sixtine – Voilà.

Et du coup, à côté on va écrire ce qu’on doit faire pour y arriver.

Quel est le coût, on va choisir ce qu’on a envie de faire ou non d’ici 6 à 12 mois.

Ce qui me paraît raisonnable ou le plus important.

On va pouvoir sélectionner jusqu’à 4 projets et noter les étapes qu’il faut pour y arriver.

Thomas – Et combien ça coûte aussi.

Sixtine – Voilà, exactement!

Thomas – D’accord. Dis donc, il est bien complet l’organisateur de vie!

Sixtine – J’essaie.

C’est vraiment par rapport aussi à plein de lectures que j’ai fait que j’ai imaginé toutes les pages.

Et également tout ce que je développe sur mon site ma petite organisation

Thomas – Oui.

Je suppose qu’avec tout ce qui tu as dû lire et même les formations que tu as dû suivre, tu as dû forcément apprendre une nouvelle chose que tu as voulu intégrer, par la suite, dans le Petit Organisateur pour le rendre au plus complet.

Sixtine – Exactement, oui.

Thomas – Est-ce que ça t’es arrivé justement en suivant des formations, en évoluant et en apprenant de nouvelles choses d’avoir envie du contraire.

Au lieu d’en ajouter plutôt de supprimer des choses que tu as trouvées trop superflues?

Sixtine – Je réfléchis. Je crois que je n’ai pas beaucoup supprimé, non.

C’était plutôt ajouter ou repenser.

Thomas – OK. Réorganiser peut-être et remoduler?

Sixtine – Oui.

Thomas – Et toujours dans la partie gestion de budget.

Vu que la méthode que tu préconises et que tu dois utiliser c’est le fait de noter sa dépense dans le Petit Organisateur de Vie.

Je voulais savoir si tu avais déjà essayé ou ce que tu pensais de la façon de gérer son budget avec le système d’enveloppe ou encore d’applications de gestion de budget?

Est-ce que tu as déjà essayé? Et qu’est-ce que tu en penses?

Sixtine – Alors, je n’ai essayé aucun des deux.

Pour les applications, honnêtement c’est parce que personnellement, je trouve que les applications ne font pas gagner du temps.

C’est bien pour ça d’ailleurs que j’ai Mon Petit Organisateur de vie.

Pour moi, c’est beaucoup plus rapide et efficace d’aller dans un support papier et dans un seul.

Alors qu’au niveau des applications, souvent on est obligé d’aller sur plusieurs applications pour pouvoir faire tout ce qu’on a envie de faire.

On va sur les notes pour noter, on va sur la banque pour voir…

Thomas – Les comptes, oui.

On a une application pour chaque thématique alors que l’organisateur, elle centralise tout.

Sixtine – Voilà, exactement!

Donc vraiment l’application, non.

Ce n’est pas quelque chose qui m’attirait et que je trouve pratique.

Après, je fais quand même des comptes sur Excel.

En général, je note mes totaux pour avoir une visualisation d’une année sur l’autre.

Le système d’enveloppe, pour le coup, c’est quelque chose qui m’a l’air intéressant.

Thomas – Tu n’as pas testé personnellement mais tu peux trouver pertinent?

Sixtine – Oui.

Je trouve ça intéressant pour ceux qui n’arrivent pas à contrôler leurs dépenses.

Je dirais, de pouvoir se dire: « j’ai une enveloppe pour tel ou tel budget », c’est très bien.

Moi, comme je tiens mes comptes chaque semaine, je sais vraiment plus ou moins quelle est mon enveloppe quand je vais au marché, quand je vais au supermarché.

Je sais qu’en général, un plein de supermarché pour un mois, c’est entre 300 et 450 euros chaque mois.

Et je sais que mon marché c’est en moyenne entre 30 et 35 euros et entre 15 et 20 euros pour le boucher, etc.

Je connais parce que j’achète à peu près toujours le même grammage. 

Thomas – Oui, tu as certaines habitudes quand même de dépenses qui font que tu as une certaine stabilité aussi sur ton budget.

Sixtine – Exactement, oui.

Thomas– OK.

Est-ce que tu penses que les gens qui ont un problème avec leur gestion de budget, ça a un lien avec un manque d’organisation, en général ou de rigueur?

Sixtine – Je pense que ça peut être lié, oui.

Je vois que de temps en temps, il y en a qui ont beaucoup de comptes et ils ne s’y retrouvent pas.

Peut-être que là, on parle encore de désencombrement d’où le besoin d’avoir sa petite organisation

Thomas – Oui, c’est vrai.

On revient un petit peu sur le premier sujet qu’on a vu.

Sixtine – Oui, sur le début.

En fait, je pense qu’il faut arriver peut-être à simplifier au maximum.

Ne pas avoir non plus trop d’enveloppes différentes.

Il faut se simplifier la vie, je trouve.

Thomas – Oui, c’est vrai.

Ça aide beaucoup pour la gestion de budget d’avoir un seul compte, par exemple.

Du moins, qu’il y ait plusieurs comptes c’est une chose mais ce que je recommande toujours, c’est d’avoir au moins un compte où il y a les dépenses fixes et variables principales.

Qu’il y a vraiment les 90% des dépenses qui se fassent sur le même.

Et s’il y a un autre compte, éventuellement, qu’il serve de compte de support ou pour faire des virements plus rapides si c’est sur une banque en ligne, par exemple.

Mais qu’on ait un seul compte où on fait tout parce que sinon, c’est vraiment compliqué.

Sixtine -Oui, je suis bien d’accord.

Thomas – OK.

Alors, une question un peu plus générique sur l’organisation, c’est des questions que je me suis un peu posées et que je fais beaucoup en débat aussi avec ma femme.

Je ne sais pas si tu vas trouver qu’il y a une différence entre l’homme et la femme à ce niveau-là, c’est le fait d’être monotâche ou multitâche en même temps.

Qu’est-ce que tu recommanderais?

Est-ce que tu penses qu’on est plus efficace à se concentrer sur une seule tâche et bien la faire ou est-ce que, justement, suivant les personnalités, on peut être multitâche?

Sixtine – Alors moi, je ne suis pas très fan des généralisations donc je ne vais pas dire c’est tout l’un ou tout l’autre.

Je ne vais pas arriver à me positionner.

Après, au niveau de la gestion des tâches, j’aime bien dire qu’il vaut mieux se fixer peu de tâches et réussir à les accomplir et à être fier de soi.

Et éventuellement s’avancer sur les tâches des jours à venir.

Que de démarrer sa journée avec 50 tâches.

Ne pas savoir par où commencer et finir la journée en voyant qu’il en reste 35.

Thomas – Oui, ou alors en ayant fait la moitié et mal, par exemple.

Sixtine – Exactement!

C’est pour ça que dans Mon Petit Organisateur de Vie, chaque jour je peux mettre jusqu’à 7 tâches en dessous de ma journée.

Thomas – Alors, je reviens juste sur un des aspects du Petit Organisateur qui m’a fait tilt.

Tu disais qu’on pouvait donc lister les menus de la semaine et les courses.

J’avais fait un article justement sur quelque chose que tu dois connaître, je pense, qui s’appelle le batch cooking ou le meal prep.

Je voulais savoir si c’est quelque chose que tu recommandes ou que tu fais régulièrement, par exemple, le batch cooking?
ma petite organisation

Sixtine – J’ai fait du batch cooking.

Je me suis lancée un défi pour découvrir et pouvoir parler avec ma communauté du batch cooking.

Du coup, j’en ai fait pendant 4 mois d’affilée, tous les jours.

Il faut savoir que je fais des repas midi et soir, que j’ai donc 4 enfants à déjeuner tous les midis ou presque, et que j’ai fait ce batch cooking avec un livre.

Et justement j’étais fière parce que c’est le seul livre de recettes que j’ai fait de A à Z.

Parce que, honnêtement, qui dans sa vie peut dire qu’il en a fait tout entier ?

Thomas – Toutes les recettes d’un livre, je pense que c’est exceptionnel ça, en effet.

Sixtine – Voilà.

Et du coup, je me suis vraiment fixée ce challenge donc je l’ai fait.

C’était très sympa.

Honnêtement, la première fois j’ai mis plus de 3 heures pour le faire mais au fil du temps, j’ai trouvé des techniques pour que ce soit plus rapide.

Thomas – OK. Et tu faisais pour toute la semaine? Parce que tu disais tous les jours.

Sixtine – Voilà, justement. En fait, ce qu’il y a c’est que dans le livre, c’était 5 repas, je crois, par semaine.

Donc en fait, ça me durait 2-3 jours.

Donc, j’ai découvert des bonnes recettes, c’était très bon.

Mais après, au quotidien, ce n’est pas intéressant pour moi.

Oui, cuisiner sur 2-3 jours, c’est bien mais en fait, ça revenait trop souvent.

Après, je préfère cuisiner en plus grosse quantité et décliner les restes sous différentes façons.

[Fin de la retranscription]

Pour retrouver l’intégralité de l’interview, je vous invite à aller écouter le podcast Mon Budget Zen ici.

Il est également disponible sur toutes les plateformes de streaming (Deezer, Spotify, Apple Podcast etc…)

Pour retrouver sixtine et l’intégralité de ses produits, ça se passe sur sont site Ma petite Organisation.

Si vous souhaitez échanger directement et de vive voix avec moi sur vos problématiques de gestion budgétaire, je propose une première prise de contact de 15 minutes gratuitement .

Coach financier : Comment peut il vous aider?

Avez déjà entendu parler de coach financier ?

L’idée de cet article/podcast est de démystifier ce nouveau métier trop méconnu à ce jour.

Je vais vous expliquer simplement à quoi sert un coach financier.

Et surtout comment il pourrait vous aider et dans quel cas vous pourrez en avoir besoin

Si vous préférez la version podcast, j’explique tout de vive voix pendant 10 minutes sur l’épisode 12 du podcast Mon Budget Zen ci dessous



La définition

C’est à proprement parler un coach.

Donc quelqu’un qui va vous écouter, vous guider avec bienveillance en fonction de vos objectifs de manière personnalisé.

A la différence d’un coach de vie ou d’un coach sportif, le coach financier va se concentrer sur vos problèmes budgétaires et/ou vos objectifs financiers.

Il va vous aider à atteindre des objectifs divers et variés tels que :

  • Optimiser vos finances
  • Sortir du découvert
  • Sortir de l’endettement
  • Trouver des solutions concrètes à vos difficultés financières
  • Apprendre à épargne plus
  • Aligner vos dépenses avec vos objectifs 
  • Epargner pour réaliser un projet de vie
  • Comprendre où part votre argent

Le but étant d’établir une stratégie, un plan d’action avec le coach.

Et qu’il vous accompagne pour atteindre les objectifs définis.

Le tout avec bienveillance et sans jugement

Il existe des coach financier en ligne et des coach financier à domicile.

Attention, un coach financier n’est pas un conseiller en investissement ou en placement financier. 

Pour cela il faut être agrée par l’état. 

Voici un peu plus en détail le rôle d’un conseiller financier

Qui est donc différent d’un coach financier pour particulier.

Ce que peut vous apporter concrètement le coach 

  • La mise en place d’objectifs concrets en début de coaching qui sert de fil rouge tout au long du coaching
  • Vous apprendre une méthode de gestion de budget simple  qui vous servira à vie pour maitriser vos finances
  • Diminuer votre charge mentale sur la gestion de votre budget
  • Vous aider à vous y retrouver dans la gestion de vos comptes et à automatiser la gestion de votre budget
  • Réduire vos charges fixes une à une pour maximiser votre épargne
  • Apprendre à faire des économies durables et permettre de les réorienter vers des choses qui vous font plaisir
  • A mettre en place une stratégie d’épargne concrète et simple pour réaliser vos projets de vie.
  • Une écoute et de la bienveillance sur votre situation financière actuelle sans jugement

coach financier

Pour quel profil faire appel à un coach financier?

Sans même aborder le sujet du tarif (j’en parle juste après), il faut savoir si un coaching financier serait pertinent pour vous.

Vous pourrez avoir besoin d’un coaching financier si vous :

  • Finissez tous les mois dans le rouge alors que vous avez un salaire que vous considérez correct
  • Savez pertinemment que vous faites des dépenses compulsives et vous ne savez pas vous contrôler
  • N’avez aucune méthode pour gérer vos comptes.
  • Faites la politique de l’autruche => Vous avez peur d’aller voir vos comptes pour faire face à la réalité
  • Avez cette impression de ne pas profiter correctement de votre argent et de vous priver
  • Aimerez épargner plus mais vous n’y arrivez pas
  • Avez envie de reprendre tout de zéro car vous savez que vos habitudes budgétaires sont catastrophiques
  • Avez envie d’aligner vos dépenses avec vos projets de vie et vous ne savez pas par où commencer

Si vous vous retrouvez dans une de ces situation, le coaching financier pourrait bien être fait pour vous.

En effet, c’est le rôle du coach financier de vous accompagner dans la résolution de ces problématiques. 

Vous pouvez prendre un premier RDV gratuit pour échanger sur votre situation

 

Pour quel profil il ne faut PAS FAIRE appel à un coach financier ?

J’ai eu l’occasion d’accompagner des dizaines de clients et aujourd’hui je sais que pour certaines personnes le coaching financier ne sera pas adapté.

Voici les types de profil pour lesquels je ne recommande pas le coaching financier : 

– Si vous pensez que le coach financier fera les démarches de réduction de charges fixes à votre place 

– Si vous arrivez en retard aux RDV ou que vous les annulez car il y a toujours un imprévu. Un imprévu peut se comprendre mais au bout de 3, il s’agit d’un manque de motivation et ce n’est donc pas faire pour vous

– Dans le cas où vous n’avez pas les idées claires sur votre problématique et sur l’objectif financier que vous souhaitez accomplir. En effet, en début de coaching on définit les objectifs sur le court / moyen et long terme. Si ceux ci ne sont pas clairs il est difficile pour le coach financier de vous accompagner.

– Si vous avez un gros patrimoine et que vous cherchez des conseils pour gérer votre patrimoine. Même si je suis passionné par le sujet, pour cela il faut faire appel à un conseiller financier. je peux en revanche vous accompagner pour vous lancer en bourse

Pour prendre le RDV gratuit c’est par ici

Pourquoi un coach financier pour particulier n’est pas gratuit?

Beaucoup de monde notamment en RDV téléphonique gratuit est étonné que le coaching financier soit payant.

La plupart des réactions est : « Déjà que j’ai du mal à finir le mois, je ne vais pas faire une dépense de plus pour me payer un coaching ».

L’idée de choisir un accompagnement avec un coaching financier ne doit pas être vu comme une dépense supplémentaire.

C’est un investissement sur vous même.

Un investissement pour :

  • Ne plus être stressé à la fin du mois par vos finances
  • Apprendre à gérer votre budget à VIE.
  • Reprendre le contrôle sur votre budget et savoir où part votre argent
  • Apprendre à épargner durablement pour réaliser vos projets de vie (achat de votre maison, un long voyage etc…)

Mon but en tant que coach financier est de vous faire gagner de l’argent .

Pas de vous en faire perdre.

Mon objectif est que votre investissement dans le coaching soit rentabilisé en un an maximum.

C’est à dire que l’argent que vous aurez investi dans le coaching, vous le récupérerez par les économies que vous ferez grâce à

  • La méthode de gestion de budget
  • Mes astuces pour réduire vos charges fixes et variables.
  • Au changement de mindset sur la relation à l’argent et votre façon de consommer

Si cela vous parait encore bizarre posez vous les questions suivantes :

  • Est-ce que dans ma situation actuelle et avec mes habitudes budgétaires, je peux m’en sortir tout(e) seul(e)?
  • Pour quelle raison ai-je atterri sur ce blog? 
  • Est-ce que parce que justement je recherche de l’aide dans la gestion de mes finances ?

Suivant la réponse à ces questions, vous pourrez comprendre pourquoi un coaching financier ne peut être gratuit.

Si vous souhaitez consulter les tarifs c’est par ici

Quelle est ma formation?

C’est une question qui revient souvent en RDV téléphonique gratuit

Au risque de vous décevoir, je ne suis pas « diplômé de coaching financier ou de coaching budgétaire ».

Je suis ingénieur de formation et reconverti en coach financier depuis 2 ans.

J’ai pris en main mes finances depuis 2015 et j’ai pu avec un salaire de 2200€ / mois :

  • Economiser 10 000€ par an pour me payer les frais de notaires de deux bien immobiliers et investir massivement en bourse
  • Réaliser 2 longs voyages (Un an chacun) sans avoir à travailler grâce à mes économies.
  • Epargner tous les mois au moins 30% de mon salaire.

La gestion de mes finances, ma stratégie et ma discipline m’ont permis de réaliser mes projets de vie.

A savoir voyager pendant 2 ans d’une part et acheter 2 appartements d’autre part.

Je me suis rendu compte que beaucoup de gens de mon entourage n’arrivait pas à réaliser leur projet de vie par manque de rigueur sur la gestion de leur finances personnelles

Et plus principalement par le manque d’épargne.

J’ai pu me rendre compte que ce n’est pas dû à un problème de salaire mais d’éducation financière.
Car une personne qui gagnent 10k€/mois mais qui en dépensent 11k€ sera moins serein financièrement qu’une personne au SMIC et qui a un virement automatique de 100€/mois qu’elle ne touche pas.

Certaines mauvaises habitudes budgétaires peuvent priver quiconque de réaliser des projets de vie.

Les principaux problèmes étant : 

  • Des charges fixes trop lourdes
  • Le recours au crédit conso
  • Le manque de méthode et de rigueur
  • La surconsommation ou les achats compulsifs

Alors qu’en mettant simplement en place une stratégie de gestion de budget, d’épargne et de façon de consommer, j’arrivais à réaliser mes objectifs.

J’ai donc commencer à coacher des amis à moi avec qui j’ai pu obtenir les résultats souhaités.

Des sorties de découverts, des épargne pour des projets concrets etc…

Depuis , j’ai coaché des dizaines de gens qui ont pu réalisés leur objectif financier grâce au coaching qu’il ont suivi avec moi.

Le mieux reste d’écouter le témoignage de Flore ou de Noémie qui ont suivi un coaching financier sur 3 mois.

Le témoignage de Noémie et Flore sont les preuves vivantes que le coaching financier peut vous faire repartir du bon pied sur vos finances.

Si comme Noémie, les découverts récurrents vous inquiètent de plus en plus.

Ou comme Flore, vous êtes perdu dans la gestion de vos finances et vous  souhaitez structurer tout ça et épargner plus pour vos projets, le coaching financier n’attends que vous.

Comme précisé plus haut, le coaching financier n’est pas non plus magique.

Il demande un certain investissement de votre part.

Mais également de la motivation.

Car le coach financier est là pour vous donner les outils.

Les méthodes , les stratégies et les astuces en fonction de vos problématiques et de vos objectifs

Mais pas pour faire le travail à votre place.

C’est pour cela qu’il faut prendre conscience de son problème.

Et d’être décidé à le régler.

Investir dans un coaching financier c’est s’investir en temps pour reprendre le contrôle sur ses finances.

Entre chaque RDV, il y aura un certains nombres de chose à faire de votre côté.

Soit des actions concrètes à faire pour réduire certaines dépenses.

Mais également des réflexions à porter de votre part.

Ou des discussions à avoir avec votre partenaire.

Pour être sûr d’aller dans la bonne direction pour atteindre vos objectifs.

Notre premier échange

Je propose toujours un RDV gratuit de 15 minutes pour faire connaissance.

M’assurer que vos problématique colle au coaching financier.

Et également que je souhaite travailler avec vous.

Et que vous souhaitez travailler avec moi.

Les places sont limités et cela demande beaucoup de temps de la part du coach comme de la part du coaché.

Et je veux m’assurer en discutant avec vous de vive voix, que nous soyons en phase avant de travailler ensemble pour atteindre vos objectifs financiers.

Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à :

 

 

Millionnaire Next Door : Les secrets des millionnaires

Bassem Mejri est éditeur chez Frégates Editions. Il a eu le projet ambitieux de traduire et d’éditer un grand classique des finances personnelles aux Etats Unis qui se nomme « The millionnaire next door ».

Cet ouvrage a été vendu à plus de 3 millions d’exemplaires outre atlantique.

Il est aujourd’hui considéré comme un ouvrage de référence sur les finances personnelles au même titre que « Père riche père pauvre » de Robert Kyosaki.

L’ouvrage présente une vaste étude sur les millionnaires Américains dans le but de montrer que la plupart des millionnaires ne sont pas ce que l’on voit à la télé.

Ce ne sont pas des gens qui étalent leur richesse et qui dépensent leur argent pour exposer des signes extérieurs de richesse.

La plupart sont des petits entrepreneurs prospères qui maîtrisent la thématique principale véhiculé sur ce blog

La gestion de budget.

Et beaucoup de principe de base lié à la gestion des finances personnelles ou à l’éducation financière tel que  » Dépenser moins que ce que l’on gagne quelque soit notre salaire ».

Pour acheter ce classique des finances personnelles vous pouvez suivre ce lien => https://amzn.to/38g1px9

Voici l’interview complète du podcast

Dans cet épisode nous avons parler des ouvrages suivants :

Voici ci dessous un extrait de l’épisode retranscrit :

Thomas MBZ – Pour tous ces millionnaires next door interrogés, s’il devait y en avoir un ou deux, quels seraient leurs points communs ?

Bassem – Ils ont sept à huit points communs récurrents.

La première chose. Ils considèrent qu’une personne est millionnaire à partir du moment où elle dispose d’un patrimoine d’un million de dollars.

Thomas MBZ – Oui, quand on assemble leurs biens immobiliers, leurs actions en bourse et tous leurs placements, ça fait un million.

Bassem – Ainsi que la valeur de leur entreprise. Ce sont généralement des entrepreneurs ou des gens qui sont dans des professions libérales.

La première révélation de cette étude statistique, c’est que la plupart des millionnaires, neuf fois sur dix, ils n’habitent pas dans des quartiers chics.

Thomas MBZ – Ce sont des millionnaires communs qui sont mixés dans cette classe moyenne, qui ont juste su faire fructifier leur patrimoine d’où leur nom de « Millionnaire next door »

Bassem – Voilà. Le millionnaire Next Door , on pourrait traduire cette expression par « le millionnaire d’à côté ». C’est pour dire qu’ils sont mélangés à la population. Ce sont des gens qui ne paient pas de mine.

Thomas MBZ – Et ils ne sont pas forcément ce que l’on peut imaginer.

Ce sont des gens simples, qui sont assimilés à la classe moyenne, mais qui sont millionnaires.

Bassem – Voilà. Pour quelles raisons ils sont simples ?

Parce qu’ils ont placé au niveau de leur état d’esprit, leur indépendance financière de façon prioritaire.

Ils préfèrent être libres financièrement plutôt que de rouler dans une grosse cylindrée.

Thomas MBZ – Oui, s’assurer un train de vie luxueux ne les rendra pas plus heureux.

Parce qu’ils perdent en liberté financière par toutes ces dépenses induites par le coût de la vie qu’ils auraient dans certains quartiers ou certains matériels qui valent très cher.

Ils privilégient leur confort de vie avec la liberté financière plutôt que le luxe.

Bassem – Absolument. Il y a autre chose qui est de l’ordre du naturel.

Si quelqu’un gagne 3 000 euros par mois, il passe à 8 000 euros, sans s’en rendre compte.

Il va commencer à dépenser. Il va changer de véhicule, de garde-robe, de montre, vouloir voyager aux Maldives, etc.

C’est là le piège de la société de consommation.

Aux États-Unis, c’est encore plus vicieux, on leur donne des cartes crédits.

Et même si la carte elle est créditée à zéro, on leur fait des avances de paiement qu’ils pourront rembourser plus tard à des taux prohibitifs 15, 20, 35 %.

Thomas MBZ – Une pratique budgétaire que je déconseille, qui est désastreuse.

On sait ce que l’on dépense à l’instant et après, on a des agios, pas de vision sur son budget et on va payer des intérêts sur des achats de la vie courante.

J’avais fait un post sur ce sujet, il n’y a pas longtemps où je disais clairement, pourquoi gagner plus si c’est pour dépenser plus.

Ça rejoint ce que tu dis, le sujet qui est abordé dans le livre.

Les millionnaires next door, ils ont compris ça, ce n’est pas parce qu’ils ont gagné plus qu’ils ont dépensé plus.

Bassem – Oui et le fait d’avoir un budget, ça va donner toute la valeur à l’argent.

Pas dans le sens scriptural, mais le fait de donner de l’importance à ces dix euros et dire, je préfère miser dix euros sur telle action en bourse, qui pourrait me rapporter 20 euros demain.

C’est mieux que de le dépenser dans un achat inutile.

Il y a un exemple dans le livre avec un entrepreneur du Texas qui a plein de concessions automobiles.

La personne fait des locations de mobil-homes.

Des investisseurs viennent le voir et il est tellement simple que les investisseurs n’arrivent pas à le reconnaître, à le différencier de ses salariés.

Il les reçoit dans son bureau et les investisseurs lui disent, où est le costume ?

Le Texan leur a répondu un proverbe américain, « Je n’ai pas de grand chapeau, mais j’ai un grand bétail ».

Dans le sens, je ne suis pas dans l’apparence, cependant, mon bétail, les services que je propose, c’est beaucoup.

C’est ça l’état d’esprit d’un millionnaire next door, on n’est pas dans l’apparence, on n’essaye pas d’impressionner, mais intérieurement, on a un jeu d’esprit qui est riche.

Thomas MBZ – Ces millionnaires, ils sont bons dans leur gestion de budget. Ils investissent pour faire fructifier leur patrimoine. Est-ce que tu dirais, que les millionnaires, sont frugaux ou pas ?

Bassem – Oui, ils sont frugaux.

La frugalité, c’est un art de vivre.

Millionnaire Next Door, c’est une ode, un éloge de la frugalité.

Et ce que j’aime dans ce livre, c’est que ça donne espoir, même à des gens qui ont des salaires normaux.

Le livre donne des clés pour devenir millionnaire.

Il donne des leviers à actionner pour devenir millionnaire et pouvoir prétendre à une indépendance financière.

Thomas MBZ – Il faut aussi comprendre que gagner de l’argent, ce n’est pas forcément pour devenir millionnaire.

ça peut permettre de devenir libre financièrement.

Gagner un million d’euros, ce n’est pas pour le montrer à tout le monde.

ça permet de pouvoir arrêter son travail, d’avoir des revenus réguliers passifs jusqu’à la fin de sa vie pour les transmettre à ses enfants.

En ayant le temps de profiter de la vie, de faire ses projets, de voyager.

Bassem – Je te rejoins à 100 %.

Devenir riche, ce n’est pas pour écraser les autres.

C’est pour se libérer du salariat, gérer son temps comme on l’entend, voyager, acheter un gadget si on en a envie sans que ça ne pose de problème au niveau budgétaire.

Se libérer, pouvoir également accéder à des choses créatives si on a envie.

Je pense par exemple à des gens qui sont devenus riches et qui ont commencé à écrire des livres.

Devenir riche, ça libère du temps.

On a le temps de se cultiver, d’aller au musée, de passer du temps avec ses enfants si on en a.

C’est dans cette optique que je défends les finances personnelles pour devenir millionnaire.

Sans parler de la contribution, l’exemple que l’on peut donner, c’est motivant.

Il y a un effet boule de neige qui s’entraîne et c’est que du positif.

Thomas MBZ – Il y a un autre sujet que j’ai lu dans le bouquin.

C’est qu’a priori, les professions que l’on voit comme assez riches comme les médecins, avocats, notaires, sont soumis à une pression sociale qui fait qu’ils font des dépenses inutiles pour montrer de la richesse extérieure et qu’ils sont moins riches que des gens de la classe moyenne.

Peux-tu développer ?

Bassem – Prenons par exemple le cas d’un chirurgien.

Il gagne 100 000 euros par an, donc à peu près 10 000 euros par mois.

C’est une moyenne, un chiffre médian, à titre d’exemple.

Le chirurgien, il va vivre dans un quartier cossu.

S’il est locataire, il va avoir un loyer important et s’il est propriétaire, il va acheter un bien à un prix important.

Donc il a des traites, au niveau de la banque, aussi chères qu’un loyer, ce sont des remboursements importants.

Je ne parle pas de l’apparence, rien que dans le choix de l’implantation de la résidence principale, il y a des disparités qui se créent.

Ensuite, si c’est un chirurgien, il peut avoir une voiture haut de gamme (Mercedes, BMW, Audi, etc.), un très gros passif.

Sachant que le livre, il est centré aux États-Unis.

Aux États-Unis, ce sont les professions libérales, les cabinets dentaires ou de chirurgie esthétique où il faut appâter la clientèle.

Montrer que l’on représente un art de vivre et un standing.

On imagine mal un chirurgien arrivant dans une Skoda ou dans une Smart, ça serait mal vu.

Par rapport aux employés, on se dirait, celui-là, son cabinet ne marche pas des masses.

(FIn de l’extrait)

Je vous invite à découvrir la suite de l’interview en écoutant l’épisode de podcast dans son ensemble.

Pour acheter le livre c’est par ici

Fin de la rat race : Avec William

William du blog fin de la rat race m’a accordé une interview pour nous raconter son parcours vers la liberté financière.

Il est  » à la retraite » depuis qu’il a 32 ans et vit de ses revenus passifs sereinement.

Ses revenus sont principalement issus de l’immobilier.

Il nous explique dans l’épisode 7 du podcast son parcours et ses astuces pour atteindre la liberté financière et sortir de la rat race

Il a écrit un ouvrage qui se nomme « Le routard de la liberté financière »

Voici une transcription écrites d’un extrait de 15 minutes de l’interview

Thomas MBZ : Quelle est la proportion de tes revenus passifs et quelles sont les sources de tes revenus passifs ?

William : Principalement, c’est l’immobilier. Je suis tombé dedans dès l’âge de dix-huit ans.

J’ai fait mon premier investissement à l’âge de vingt ans.

Aujourd’hui, j’ai construit un patrimoine et je continue à le faire puisque je viens d’acquérir un immeuble de rapport de six logements.

J’ai de l’épargne qui me permet de la sécurité et de la marge de manœuvre et quelques placements financiers et boursiers.

L’approche quand je dépense de l’argent, c’est de me dire : est-ce que je dépense mon argent dans quelque chose qui est superflu ? Ou qui peut me rapporter de l’argent plus tard ?

J’aurais pu être dans une villa. Mais je préfère avoir une maison plus modeste et investir l’argent dans des biens immobiliers qui me rapportent de l’argent tous les mois et je n’ai pas peur du lendemain.

Quelqu’un qui serait salarié et qui aurait un gros crédit pour son habitation ou qui perd son emploi et qui n’a pas d’assurance, s’il a un train de vie important, c’est difficile de redescendre.

C’est un choix de vie de ne pas être dans le luxe et les passions.

Mais d’être dans une vie équilibrée et simple. Du coup, cet objectif de constituer des revenus passifs a été plus facile et beaucoup plus accessible.

Thomas MBZ : Aujourd’hui, la proportion de tes revenus passifs, tu dirais que ça serait 2/3 immobilier, 1/3 investissements financiers ou 100 % immobilier ?

William : Ça varie.

Thomas MBZ : Comment tu t’es spécialisé dans l’immobilier ?

William : J’ai commencé à travailler le jour de mes dix-huit ans dans le domaine de l’immobilier.

C’était l’époque où l’immobilier commençait à monter et on en parlait dans la presse.

J’étais attiré par ça et j’ai dit, je vais me lancer là-dedans.

J’ai trouvé des employeurs qui m’ont fait confiance pour avoir des postes à responsabilités là-dedans et c’est mon père qui m’a poussé à investir dans l’immobilier.

Moi, je n’avais pas cette réflexion. J’avais envie de faire de la collocation, une vie d’étudiant.

Ce qui est particulier parce que mon père vient du milieu de la banque, il résonne en termes de risques, pas d’opportunités.

Moi qui suis entreprenant, je rêvais plutôt en termes d’opportunités que de risques.

Le jour où il y a eu une vraie opportunité, je l’ai saisie, j’étais mûr.

À vingt ans, je sortais d’un studio de 9 m².

J’ai acheté un appartement de 55 m² avec une chambre que j’occupais et l’autre que je louais à un étudiant.

Ce qui m’a permis de combiner un objectif patrimonial et un objectif de mode de vie.

Je me suis rendu compte du potentiel de l’immobilier.

J’ai pris un crédit et un truc pas trop cher et je me suis dit : Dans vingt ans, je suis propriétaire.

J’ai des loyers qui tombent à plein et je me suis dit, en comparaison du mode de vie que j’ai, ça serait intéressant de se pencher un peu plus sur la question.

Entre temps, j’ai décidé de changer de vie.

Il y a eu cette expérience à Madagascar. J’ai fait un projet de reboisement là-bas.

J’ai le souvenir d’avoir vu des gamins qui jouaient dans un lac avec une bouteille d’eau en plastique et ils jouaient avec comme des fous.

Je me suis dit, aujourd’hui, tu as vingt ans, tout ce que tu veux, une copine, un appartement, un bon job, une voiture, tout ce que la société pourrait te dire pour être heureux.

Et je me suis dit, est-ce que je suis heureux dans tout ça ?

Le constat était que non.

J’ai décidé de changer de vie et je me suis dit : je vais soit changer de travail, soit de lieu géographique.

J’ai cherché dans le monde des jobs et en même pas un mois, j’ai trouvé un poste dans le même métier à l’île de la réunion.

Ce qui m’a permis d’apprendre à découvrir un nouveau cadre de vie, d’autres façons de fonctionner et une autre culture.

Ça a été le moment où je me suis mis à la méditation.

Et la méditation a changé ma vision des choses.

J’ai appris à m’éclater dans mon travail.

Thomas MBZ : Quand tu étais à la Réunion, tu as continué à faire des investissements immobiliers pour accélérer ton chemin vers la liberté financière et la sortie de la rat race?

William : Pas du tout. Je me suis concentré les premières années sur mon développement personnel.

Et ça a été l’occasion de me faire une place propice où j’ai pu travailler sur moi-même, évoluer.

Ça a été une période de développement personnel plus que financier.

J’ai fait quatre ans dans cette société et je me suis dit, pourquoi ne pas essayer de le faire à son compte ?

J’ai créé une entreprise en partant de zéro.

Avec l’idée d’être indépendant financièrement, de pouvoir travailler comme je le souhaitais.

Et de me dire, je m’occupe de ma petite entreprise et je travaille avec un ou deux salariés et je serais bien.

Finalement, je me suis pris au jeu du développement.

J’ai développé l’entreprise.

J’ai commencé dans un local à vélo de 20 m² et j’ai terminé dans des bureaux de 120 m².

Je travaillais encore beaucoup et je me suis dit que je ne tiendrais pas.

L’immobilier m’est tout de suite revenu en tête.

Thomas MBZ : À cette époque tu avais eu qu’un seul investissement immobilier en France ?

William : Ouais, ça a été une reprise de conscience, j’ai recommencé à investir dans l’immobilier.

Thomas MBZ : Tu avais quel âge quand tu as repris conscience de ça ?

William : Vers les années 2013-2014. J’ai cherché à passer plus de temps à vivre qu’à travailler.

En parallèle à automatiser mon entreprise, déléguer, que l’entreprise puisse tourner un maximum sans moi.

Ça a été une super expérience, mais j’en ai eu marre parce qu’il y avait sans arrêt des problèmes et j’ai préféré tourner la page, je l’ai vendue.

Du jour au lendemain, j’ai pris ma retraite anticipée et suis sorti de la rat race

Thomas MBZ : C’est grâce à la vente de l’entreprise que tu as pu investir dans l’immobilier et te créer tes revenus passifs ?

William : J’avais des investissements en cours et le fait d’avoir vendu mon entreprise, ça m’a permis d’accélérer les choses.

Thomas MBZ : Sur les autres investissements que tu as faits, j’ai vu que tu parlais de bourse aussi, est-ce que tu as des revenus passifs grâce à la bourse ?

William : La bourse, je l’ai moins développée.

J’en fais un petit peu.

J’y vais plus prudemment, parce que c’est moins mon domaine.

Ma philosophie en bourse, c’est : il faut que ça soit passif, que ça ne me prenne pas de temps.

J’ai choisi d’investir sur des entreprises qui seront toutes cotées à un moment donné et miser sur du long terme. Sur des rendements avec les dividendes. 

Je vais peut-être aussi faire de l’immobilier avec la bourse.

Il y a tellement de possibilités intéressantes, mais la pierre me rassure plus.

Dans le sens où j’ai l’impression que la bourse, c’est jouer avec l’argent.

Le trading surtout, on spécule et derrière, la bourse, c’est quoi ?

Ce sont des entreprises donc je préfère me dire, j’investis dans une entreprise en qui j’ai confiance.

Pour en savoir plus sur la liberté financière, vous pouvez retrouvez le dernier ouvrage de WIlliam « Le routard de la liberté financière » sur Amazon et sur son blog fin de la rat race,

Pour être accompagné dans vos finances vous pouvez prendre RDV ici