téléchargement

Katia, créatrice du site et projet Katia Finances m’a fait une confession.

Elle souhaite transformer la vie de 1000 femmes en 2021.

Elle m’a dit aussi dit être convaincu que pour reprendre le contrôle sur ses finances personnelles, il faut avant tout changer de mindset financier.

C’est pour cette raison qu’elle a crée le Katia Finances Club.

C’est un abonnement permettant de transformer son mindset financier avec du contenu mensuel de très haute qualité.

Si tu veux en savoir plus, je t’invite à découvrir le programme du membership ici

Si je dois le résumer en 3 points il y a :

  • Une masterclass avec un(e) expert(e) dans son domaine (psychologue, coach, investisseur…) sur une thématique choisie par les abonnés. 
  • Un WORKSHOP avec Katia Finances pour travailler en intelligence collective sur une thématique précise et transformatrice 
  • Des “Mindset Buddies” – des groupes d’entraide et de soutien entre les membres pour s’engager et avancer avec l’énergie mutuelle. Vos Buddies sont là pour échanger sur divers sujets en lien avec les finances. 

Avant de pouvoir vous en parler et en faire un article, j’ai souhaité avant tout l’interviewer.

Qu’elle nous explique pourquoi ce membership?

En quoi consiste t-il?

Qu’est ce que pense Katia finances de l’éducation financière en France?

Plutôt que de réaliser des accompagnements personnalisés, Katia finances fait le pari de réaliser un membership pour transformer le mindset des femmes sur les finances personnelle.

Je vous laisse découvrir tout ça dans le podcast ci dessous

Ci dessous un extrait de l’épisode avec Katia finances en retranscription

Thomas – Qu’est-ce que tu penses de l’éducation financière aujourd’hui en France ?

Qu’est-ce que tu ressens ou quel est ton opinion là-dessus ?

Katia – Je pense que malheureusement, elle est inexistante.

On n’a pas de cours à l’université ou à l’école qui vont t’aider sur les questions basiques.

Je ne parle pas d’investissements, mais comment calculer le coût de ton crédit.

Comment faire des crédits, comment négocier ton salaire, comment savoir lire les documents qui t’expliquent les chiffres.

C’est inexistant.

Les gens qui ont hâte d’étudier, qui vont chercher l’information et je vois ça dans ma communauté, qui vont se tourner vers les livres, il n’y a pas grand-chose.

Tu ne peux pas faire avec.

Tu ne vas pas apprendre ça en famille et c’est un vrai problème.

Thomas – Je partage ce que tu dis.

C’est un sujet que je développe sur le reste de mes podcasts, mes articles.

Il y a un vrai problème d’éducation financière en France et c’est une des raisons pour laquelle je parle de finances personnelles.

Tu as senti par exemple en Biélorussie que l’éducation financière est plus poussée ?

Katia Finances – Oui. Quasiment toutes les connaissances que j’ai sur le sujet ne viennent pas des pays francophones.

Ce que j’ai appris, je l’ai appris soit dans les pays russophones, soit dans les pays anglophones.

Tu as les cours, les livres, les communautés d’intérêt, les clubs, les communautés d’investisseurs, tu as beaucoup de choses.

Je vais te donner un exemple, quand j’ai commencé à investir, je n’ai trouvé nulle part des informations ou des gens avec lesquels je peux discuter.

Or le fait de discuter, ça t’enrichit déjà.

À l’époque, je me suis tournée vers toutes mes connaissances à l’étranger et en France, je ne trouvais rien.

C’est plus développé.

Thomas – Ok. Aujourd’hui, quelles solutions tu verrais pour remédier à ce manque d’éducation financière ?

Katia – Si je peux rêver grand et je vais te dévoiler mon plan d’attaque pour les années à venir.

Au bout d’un moment, on va discuter d’introduction de cours d’instruction financière dans le parcours scolaire.

Je sais que ça existait dans les années 60-70, mais c’étaient plus des cours pour les gens qui étaient pauvres.

Comment tenir le budget du foyer, or je veux plus un cours qui va expliquer à la jeunesse comment on traite le sujet de l’argent, mais c’est pour plus tard.

Aujourd’hui, ma stratégie, c’est d’attaquer l’éducation financière des femmes.

Parce que ça a été prouvé dans les pays en développement, les femmes, ce sont des sources de partage de connaissances.

Je sais que si je commence et que je développe l’éducation financière des femmes, ça va se propager dans les familles, dans les entourages.

Parce que la plupart du temps, ce sont les femmes qui tiennent le budget familial. En ayant ces connaissances, elles vont les partager avec leurs enfants.

Si je change la vie d’une seule femme, potentiellement, je change la vie de deux ou trois personnes.

Thomas – Tu auras un impact plus important.

Katia – Ma stratégie en toute transparence, c’est de frapper fort sur les femmes.

Parce que je sais que ça va se partager et se propager autour, mais à une échelle plus globale, à l’échelle des pays, il faut discuter des cours à l’université, à l’école, etc.

Thomas – Je comprends. Je partage à 100 % l’idée que sur le long terme, ça puisse être réintroduit dans le système scolaire, ça serait bien pour tout le monde.

Tu vises les femmes pour mieux diffuser ça au sein du foyer familial.

Parce que statistiquement, les femmes ont plus tendance à partager leurs connaissances et à diffuser ça au sein du foyer.

Est-ce que tu as un programme ou quelque chose qui va permettre de remédier à ce manque d’éducation financière ?

Katia – Tout à fait. Au début, j’ai commencé avec des coachings.

Petit à petit, j’ai accompagné des groupes.

Aujourd’hui, j’ai un programme d’accompagnement en ligne qui s’appelle « Personnel finance Pro ».

C’est un programme de trois mois, on va dans les détails de l’éducation financière, mais comme j’ai envie de toucher plus, je vais donner plus.

J’ai ce chiffre en tête, je veux changer la vie de 1 000 femmes.

Qu’est-ce que je compte faire pour y arriver ?

Je lance un programme d’abonnement qui va être destiné aux femmes, qui va changer leur manière de voir l’argent.

On va travailler sur le mindset, l’état d’esprit financier et autour de l’éducation financière.

C’est un programme d’accompagnement qui va être accessible à plus de femmes.

Thomas – D’accord. Dans ce programme d’accompagnement, qu’est-ce qui est proposé ? Tu parles de quoi ? Comment, c’est structuré ?

Katia – Tu as l’abonnement au mois à un prix accessible et dans cet abonnement, tu as une masterclass par mois avec un expert dans son domaine.

Par exemple, je vais inviter un psychologue pour gérer les émotions pour les acheteurs émotionnels, ceux qui ont peur du manque.

Ou je vais inviter un investisseur qui va nous parler de comment investir.

Ou je peux inviter un thérapeute qui va nous parler de comment parler d’argent avec son conjoint.

On une masterclass avec une thématique précise où on apprend.

La deuxième chose qu’il vont avoir, c’est le workshop avec moi.

Ça va être des exercices sur lesquels on va travailler sur notre état d’esprit.

Je vais introduire les thématiques, on travaille, on fait quelque chose en intelligence collective et on traite ces problématiques dans les groupes.

J’ai l’habitude de faire le workshop et c’est quelque chose qui va permettre d’enrichir les connaissances.

Le troisième pilier, la troisième chose qu’il vont avoir, ce groupe d’entraide et de soutien que l’on appelle le mindset buddy ou menu buddy,

C’est un système de parrainage des membres.

On va les diviser dans des groupes de quatre personnes où elles vont se voir souvent.

Tous les deux mois et elles vont discuter de leurs préoccupations, des sujets tabous.

Elles vont retrouver ce socle de copines avec lesquelles elles pourront discuter.

Ce sont les trois piliers et autour, on a une communauté.

Elles vont avoir accès à cette communauté, elles vont pouvoir échanger avec les autres femmes, avoir les ressources mises en ligne.

Si tu rejoins ce programme d’accompagnement dix mois plus tard, tu auras tous les recording de toutes les masterclass et des workshops que l’on a fait dans le passé.

ça va être hyper riche au niveau de l’information.

Je souhaite aller encore plus loin.

En ce moment, je suis en train de négocier des offres spéciales pour les membres qui vont être exclusives, qu’elles ne vont trouver nulle part ailleurs.

Mon but avec cette communauté, c’est de créer une famille d’échange où elles vont se sentir à l’aise, en sécurité pour pouvoir apprendre, développer leur éducation financière.

Pour lever les freins, les blocages sur les finances, parler des tabous.

J’ai beaucoup de femmes qui m’ont dit, je ne crois pas que je vais être riche un jour.

Je ne crois pas que je vais gagner plus, je ne sais pas comment négocier mon salaire, comment parler argent avec mon conjoint.

Elles vont apprendre tout ça, ça s’apprend et avoir cette communauté de copines, on n’est pas seule, on peut discuter avec les autres.

C’est ça mon rêve, mon souhait, mon but que je suis en train de lancer.

Thomas – C’est une belle exclusivité, merci Katia pour le partage.

Katia – Oui, d’ailleurs, les gens qui vont écouter ce podcast vont être les premiers à apprendre ça, car je ne l’ai pas encore annoncé même à ma propre communauté.

Thomas – Pour creuser plus sur cet abonnement que tu proposes, quand tu parles des petits groupes avec divers thèmes, comment ça sera organisé ?

Ça sera un groupe WhatsApp sur lequel elles échangeront ?

Ça sera des réunions Zoom ?

Comment elles vont pouvoir échanger sur ces sujets ?

Katia finances – Tu vois la notion de mastermind, ça va être pareil, mais en petits groupes.

Le mastermind, c’est quoi ?

Ce sont des mini-communautés, on va les séparer en groupes de 3, 4, 5 personnes maximum où elles vont se réunir toutes les deux semaines et ça va être en lien Zoom.

Elles vont faire un appel entre eux et parler des problématiques.

Quand je parle des problématiques, tous les programmes d’abonnement sont basés sur les bases des finances personnelles.

Les bases des finances personnelles, c’est quoi ?

On parle des revenus, d’épargne, des dettes, des dépenses et de l’état d’esprit.

Il y a cinq sujets principaux et le groupe est construit en fonction du sujet un peu chaud en ce moment.

Si pour toi, c’est plus important de parler d’endettement, ça va être le groupe qui touche plus l’endettement.

Quelqu’un d’autre veut aller vers l’investissement, on va faire le groupe d’investissement.

Ce sont des bandes de copines, de trois, quatre personnes maximums, qui vont réunir, discuter.

Il y a une manière d’aborder les sujets, c’est cadré évidemment, ils vont discuter de leurs blocages, partager leurs réussites, parler de leur problématique et ils vont les traiter.

Il y en a une qui introduit les problématiques et les autres essayent de voir les solutions et de discuter d’où vient le blocage.

Comment tu peux faire autrement, qu’est-ce que tu as appris dans cette situation, etc.

C’est quelque chose qui permet de se booster et de sortir de sa zone de confort tout en étant dans des groupes en lesquels tu as confiance, au sein desquels tu connais les gens, etc.

Ça change ta manière d’être et de voir les situations.

C’est compliqué à imaginer, mais tout est cadré, c’est une manière de faire que j’ai déjà utilisé avec mes coachés et mes groupes d’accompagnement qui marche hyper bien.

Il faut essayer pour voir sa valeur.

Thomas – C’est super intéressant.

C’est complet et comme tu dis, ça rassure de pouvoir sélectionner sa thématique.

Cela permet de pouvoir échanger avec des gens qui rencontrent les mêmes problématiques et le côté entraide, c’est super.

Ça pourra aider les gens qui se sentent concernés par telle problématique précise comme l’épargne ou l’endettement et ça peut être top.

C’est un super projet Katia, merci pour l’exclusivité et le partage et j’espère que ça contribuera au déploiement de l’éducation financière en France.

Je mettrais un lien sous la vidéo si vous êtes intéressé par ce programme.

Pour que vous puissiez en savoir plus et découvrir le programme que nous présente Katia en ce moment.

Est-ce que tu pourrais nous donner des astuces, sur comment faire pour que le fait de parler d’argent ne soit plus un tabou entre amis ou en famille ?

Comme tu as dit, c’était un des problèmes que tu avais relevés quand tu es arrivée en France.

Et avec ton expérience et de la façon dont tu coaches les gens ou ce que tu tournes dans tes formations, quelles astuces tu pourrais nous donner pour enlever ce tabou ?

Katia – Les astuces, on en a plein, ça dépend des niveaux.

Quelqu’un qui est dans l’ignorance totale et qui a des émotions fortes, très négatives, liées à ce sujet.

Quelqu’un d’autre qui est plus à l’aise, etc.

D’une manière générale, tout commence par l’acceptation d’en parler tout court.

C’est comme avec la sexualité.

À l’époque, on ne parlait pas de sa vie sexuelle, c’était tabou, tabou, tabou, même entre copines.

Après, on a commencé à dire que c’est normal d’apprendre, de parler des contraceptions, comment on peut faire différemment, si on a des problèmes en couple, on peut en parler, etc.

Dès que le sujet est discuté à plus grande échelle, tu te dis que c’est normal, ça devient une normalité.

[Fin de la retranscription]

Si vous souhaitez écouter l’épisode de podcast en entier c’est par ici

Pour découvrir un détail le Katia finances club c’est par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contact Us